Ni Dieu Ni Diable : Interview avec Furfur (Black Metal)


Interview avec Furfur
Berith (vocals and all instruments)


La bête Furfur a beau être un des démons du Pandemonium, notre interlocuteur n'en n'a cure, puisque Berith, qui se terre derrière ce nom, rejette toutes les religions, sans adhérer au satanisme ou à autre chose. Nihiliste Furfur ? Faut voir...En tous cas, le Scribe est captivé par la musique de ce one-man band qui défraie la chronique et n'a pas fini de faire parler de lui...





Furfur est un one-man band mené par toi, Berith, depuis 2017. Merci d’abord de répondre à mes questions. Tu as, à l’instar d’autres one-man bands, sorti beaucoup de choses en très peu de temps, à savoir : 4 démos, 2 singles, et deux albums en deux ans ! Mais où trouves tu le temps ?

Salut, merci à toi pour ces questions qui je l’espère, permettrons à ceux qui suivent et qui ne connaissent pas Furfur d’en découvrir un peu plus sur ce projet. J’ai effectivement sorti pas mal de trucs depuis mes débuts, et une nette amélioration musicale s’est faite. Cependant la moitié sont des ébauches, par exemple la démo Abyss m’a permis de concevoir l’EP « I am the Fog », la démo « Ce Foutu Corbeau » de trouver ma voie vers l’album « Le Silence Après la Mort » . Et je suis étudiant, donc le temps je le trouve à peu près tous les jours ahah.


furfur démo black metal français


Peux-tu nous parler de la formation du projet et de tes objectifs de départ avec Furfur ?

Furfur est né d’une envie de composer ce que j’avais envie d’entendre, de l’efficacité, de la haine de la violence. Il a fallut attendre l’album Thamuz avant d’arriver à un résultat qui me convenait plus ou moins. Bon après je dis ça comme si c’était pro, mais c’est du fait maison, aujourd’hui mon but c’est de partager mon message, à travers ma musique, qui est bonne ou non c’est à vous de voir. Quand je compose j’ai toujours des émotions qui me viennent, un riff me fait penser à quelque chose, et j’écris les paroles autours parfois, l’inverse est aussi possible. Mon but c’est avant tout de faire ce que j’ai envie, je n’ai pas envie de composer pour composer et sortir un album qui n’a aucun but. Furfur se veut philosophique, dans le sens où, c’est énormément de réflexion, qu’on ne peut pas spécialement imaginer en lisant mes paroles. Moi elles me parlent et ça me convient, si vous ne comprenez pas ou ne voyez pas les sous entendus, c’est soit que le morceau est personnel soit que c’est plus complexe que ce qu’on peut penser au premier abord. Désolé si j’ai un peu divagué...


furfur i am the fog black metal français

Furfur est un démon du panthéon diabolique, faisant partie de « l’aristocratie satanique ». Que symbolise-t-il pour toi et pourquoi avoir choisi ce nom ?

Ce nom ne symbolise absolument rien, l’histoire est toute bête et aujourd’hui je n’apprécie pas plus que ça ce nom, mais je le garde. Au début, lors de mes premières démos, je partais plus dans un esprit black metal classique qui parle de « satanisme » (entre grosse guillemets). J’ai alors cherché les noms de démons et les dessins associés, lorsque je suis tombé sur le dessin du Furfur, celui-ci me parlant plutôt bien, j’ai décidé de nommer mon projet ainsi. Mais à ce moment-là je comptais faire de la musique uniquement pour moi jusqu’à arriver à un niveau suffisamment satisfaisant pour changer de nom. Mais je n’en ai jamais eu l’occasion, aujourd’hui le nom Furfur ne représente plus le nom du démon pour moi, mais uniquement ma philosophie.

Thamuz, ton premier album, est sorti en 2017. Il commence par deux instrumentaux (avec l’intro). Pourquoi ce choix ? Le chant arrive ensuite, extrêmement réverbéré, un peu à la manière de Quorthon de Bathory dans The Return. Peux-tu nous parler de cet album en particulier, nous dire ce que tu avais en tête en le réalisant ?

Ah Thamuz… Avec cette intro si mauvaise ahah ! Eh bien il n’y a pas de raison précise, 2017 était ma période d’expérimentation avant d’arriver à mon propre style de musique, l’ordre des pistes n’est pas spécialement choisi avec minutie (voire pas du tout). j’ai juste pris soin de mettre l’interlude au milieu et c’est tout. Musicalement c’était encore de l’expérimentation, les paroles étaient un peu fantaisistes et parlaient plus ou moins de la nature, de lieux inventés. Une sorte d’exercice de création autant musicale que visuelle. Pour ce qui est du chant, c’est vrai qu’à ce moment je mettais pas mal de réverb’, ça donne ce côté mystique très inspiré par Summoning. C’est un plus, ça donne ce côté inhumain, froid et mystérieux. Donc voilà, un album modeste, qui quand je le réécoute aujourd’hui me montre le chemin que j’ai parcouru, mais aussi les défauts qu’il pouvait y avoir à l’époque dans ma musique. J’en suis quand même fier, mention spéciale à Impaled by Ice qui est probablement ma piste préférée.


furfur thamuz black metal français


J’aime beaucoup le passage ou tu dis que Dieu est un alcoolique, et que tu n’aimerais pas avoir sa gueule. Y’a-t-il un deuxième degré dans certaines de tes chansons ?

Un deuxième degré ? Oui et non je pense que chacun a son interprétation de chaque pistes, certains vont ressentir les paroles différemment, il n’y a pas spécialement de sens juste, j’ai ma signification pour mes morceaux mais libre à chacun d’interpréter le message différemment du moment que le message initial n’est pas complètement déformé. Enfin bref, dans ce morceau, je dis que je n’aimerais pas voir sa gueule (si l’homme est à l’image de dieu). J’ai horreur des gens, de leur fausse gentillesse, de leur hypocrisie, de leur mensonges etc. Sa gueule représente sa pensée, si l’homme est l’image de dieu, il doit être sacrément stupide quand tu en regardes certains. Après je ne suis pas comme ça « IRL », j’ai plutôt tendance à beaucoup trop me creuser la tête, à être ouvert au dialogue. Je ne vais pas aller brûler une église pour autant, c’est juste une pensée profonde et intérieure.

Tu ne crois ni en Dieu ni à Diable. En quoi crois-tu ?

Effectivement, je ne crois ni en dieu, mais ce qui est aussi plutôt original pour une formation black metal, c’est que je ne « worship » pas satan. Beaucoup de groupes en parle sans y croire en se rangeant de son côté pour « faire peur » , mais bon je crois que l’effet Satan ne fait plus peur à personne. Je n’y crois pas, je ne crois en aucune forme de religion. Et finalement je ne crois pas en grand-chose, religieux ou pas...

La batterie programmée sur ce premier album se reconnait tout de suite. On dirait que tu n’as pas spécialement cherché à la faire sonner comme une « vraie » batterie, est-ce volontaire ? Et penses-tu faire appel à un vrai batteur un jour ?

Ah la batterie, le problème n°1 de Furfur. Effectivement ça s’entend, je fais un peu avec ce que j’ai pour le moment. Comme je le dis, Furfur a eu sa période d’expérimentation en 2017, maintenant depuis «LSALM », c’est la période d’amélioration. J’ai investi dans un logiciel de batterie, qui sonne déjà beaucoup mieux, tu peux l’entendre dans le morceau « Ultra Violence » que j’ai sorti fin 2018 en guise de single ! Pour la question du vrai batteur, je ne pense pas, du moins pas maintenant, j’aime tout faire dans Furfur, j’ai pas très envie d’avoir une influence extérieure sur mon travail. Le fait que ça sonne pas toujours comme il faut, qu’il y ait des problèmes est, certes pas terrible, mais j’ai besoin de ces problèmes pour faire mieux la fois d’après. Donc pour te répondre, non je ne ferais pas appel à un batteur pour le moment, mis à part pour des lives...

Ton deuxième LP, assez incroyable, que j’ai chroniqué récemment s’intitule « le silence après la mort ». Tu y pousses encore plus loin le minimalisme de ton Raw Necro Black Metal, avec cette voix chuchotée si particulière qui donne une forte identité au projet. Qu’est ce qui a changé entre le premier album et celui-là, qui est encore meilleur ?

Merci pour ces mots, je ne dirais pas que cet album est minimaliste bien que je sois loin d’être un bon musicien et encore plus loin d’être un virtuose. Bien que ça peut sonner simple, c’est souvent pas mal de réflexion mélangé à de la spontanéité. Pareil pour le mot « Raw », je ne considère pas ma musique comme raw car ce n’est pas enregistré sur le tas, le son n’est pas excellent certes, mais ça a été mixé. J’aime comparer ma musique avec Transilvanian Hunger, le son n’est pas spécialement bon, mais on ne parle pas de cet album comme étant raw. Enfin bref je m’égare, beaucoup de choses ont changé, les riffs ne sont plus pareil du tout mis à part pour certaines pistes comme Misanthropie 4 par exemple. Le chant est moins réverbéré, les paroles ont toutes un sens pour moi et parlent de quelque chose, la batterie bien que pas terrible est meilleure en terme de paterne et les structures des morceaux sont plus consistantes.


furfur le silence après la mort black metal français


Quelles sont tes influences ? On pense bien sûr aux empereurs du Raw Black, comme Mutiilation ou Darkthrone. Peux-tu nous en dire plus ? D’ailleurs je crois savoir que tu es plutôt « éclectique » dans l’extrême ?

Mes influences sont très nombreuses, c’est ce qui doit faire une des forces de Furfur, cette identité propre au projet. Alors je vais faire un peu de name-dropping, dans différents genres.
Black Metal : Ravensblood, Sale Freux, Darkthrone, Mayhem, Burzum, Seigneur Voland, nombreux groupes des légions noires, Belphegor, Behemoth (surtout pour la période Sventevith), Satanic Warmaster, 1349, Windir, Carpathian Forest, Moonfrost…
Death Metal : Je suis fan de Death Metal, et encore plus de Brutal Death Metal, bien que ce genre ne figure pas dans Furfur, ça reste une de mes inspirations pour les morceaux les plus violents : Deeds of Flesh, Cytotoxin, Death, The Dark Prison Massacre, Dying Fetus, Massacra, Ingested…
Et puis je vais balancer d’autres noms de d’autres genres en vrac, j’ai pas non plus envie de faire un dico maintenant : Audrey Horne, Metallica, Iron Maiden (des classiques il en faut), Hirax, Vader, Angelus Apatrida…
En somme beaucoup d’influences différentes dans le « metal ».

Le single « Ultra Violence » est sorti fin décembre 2018, et il est le prélude d’une nouvelle démo, qui s’appellera « Réflexion Funèbre ». Le titre en question pousse encore plus loin dans le Raw et le minimalisme macabre, que peux-tu nous dire sur la démo ?

Elle va t’exploser la gueule, ça va être intellectuellement violent !

Tes prochains Projets ? Sorties ? Je sais que tu as un split avec Black Holocaust ans les tuyaux. Peux-tu nous citer de jeunes groupes dont tu te sentes proche ?

Un split avec Black Holocaust effectivement prévu avant que Furfur n’existe… Sinon, j’ai pas spécialement grand-chose de prévu après « Réflexion Funèbre », du moins rien de spécial à annoncer. Pour les jeunes groupes, que j’ai découvert et avec qui pour certains j’ai tissé des liens, il y en a quelques uns : Black Holocaust, Unseen Abyss, Malementé, Amdusias, Nuit Macabre, et quelques groupes qui existent depuis un peu plus longtemps comme Kaldt Helvete ou Totale Angoisse qui sont des groupes avec qui j’ai un peu correspondu et qui me parlent beaucoup musicalement.

Peux-tu nous établir un TOP 15 de tes albums préférés, tous styles confondus, toutes époques confondues ?

Euh, ça va être dur de choisir je te balance 15 albums de groupes différents mais sans ordre et en essayant de pas oublier les plus importants :
1. Windir – Arntor
2. Burzum – Filosofem
3. Deeds of Flesh – Path of the Weakening
4. Cytotoxin – Radiophobia
5. Iron Maiden – Powerslave
6. Darkthrone – Panzerfaust
7. Sale Freux – Subteranneus
8. Peste Noire – L’ordure à l’état pur
9. Ravensblood – From Tumulus Dephts
10. Seigneur Voland – Seigneur Voland
11. Death - Symbolic
12. Summoning – Minas Morgul
13. Angelus Apatrida – The Call
14. Ingested – Surpassing the Boundaries of Human Suffering
15. Marduk – Panzer Division

Bon cette liste est à l’arrache et je peux pas tout mettre du coup voilà juste des albums parmis tant d’autres qui sont surement meilleurs que certains ici auxquels je n’ai pas pensé.

Si Furfur devait être un proverbe ?

J’en ai aucune idée, on va dire que le simple mot « Furfur » est un proverbe à lui tout seul !

Espace libre : ici sens-toi libre de dire ce que tu veux …

Eh bien écoute, merci pour ces questions, j’espère ne pas être trop parti dans les mauvaises directions, et j’espère aussi ne pas m’être contredis ahah. Je n’ai pas grand-chose à dire de plus, je veux juste lâcher un petit pic à un groupe que je déteste énormément :
Furfur > Black Holocaust.

Merci Berith J


LE BANDCAMP DE FURFUR


LE FACEBOOK DE FURFUR


888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888

TOUTES LES INTERVIEWS DU SCRIBE DU ROCK

TOUTES LES CROCS DU SCRIBE (CHRONIQUES DISQUES ET LIVRES)