Articles

Affichage des articles du février, 2018

Review - Blut Aus Nord - Disharmonium - Undreamable Abysses - 2022 - Debemur Morti Productions - Avant-Garde Black Metal - French / English Text

Image
  BLUT AUS NORD Disharmonium Unbreakable Abysses 2022 Debemur Morti Productions Avant-Garde Black Metal  Le silence après du Mozart, c'est toujours du Mozart...Voici venir le retour tant attendu des théoriciens de l'esthétisme dément, les dieux vivants de l'univers hallucinogénique...Blut Aus Nord...Le Silence après Blut Aus Nord c'est toujours du Blut Aus Nord... Disharmonium - Undreamable Abysses by Blut Aus Nord Vindsval et ses acolytes continuent leur oeuvre de déconstruction radicale du black metal tout en restant l'une des formations primordiale du genre. Après un Hallucinogen pêtri de rock progressif et un retour à la noirceur au travers du projet Forhist, BAN revient à son talent fou pour l'atonalité, les guitares dissonantes, les voix fantômatiques dans le mix (plus fantômatiques que jamais d'ailleurs), des blast beats fulgurants à de longs moments ambient futuristes dignes d'une BO de Tarkovski. BAN fait de la musique, pas simplement du black m

Et le Marquis de Sade inventa la fuck off attitude

Image
PAS DE PANIQUE A BORD ! Cessez de vous arracher le cuir chevelu à essayer de comprendre qui des Beatles ou des Stones étaient de vrais bad boys !!! 2 siècles avant, un saugrenu individu de Provence issu leur mettait la pâtée ! Donatien de Sade, roi des punks Le marquis de Sade n'était pas un marquis. Il était comte. Ce qui est marrant, parce qu'un comte est au dessus d'un marquis dans la hiérarchie aristocrate. Sans doute que ce littérateur trouvait que ça sonnait mieux en vrai rock star qu'il fut.  Bien avant Johnny Rotten, ce sale gosse issu d'une famille de petite noblesse provençale foutait bien sa merde dans le landernau d'un 18ème siècle d'une hypocrisie crasseuse, un temps où les plus libertins étaient sagement dissimulés dans les rangs de la monarchie mais également du côté des ecclésiastiques. C'est  sans doute la mise en scène de personnages issus de ses couches irréprochables dans ses romans les plus cruels (exemple : les 120 journée