Articles

Affichage des articles associés au libellé public enemy

LES CROCS DU SCRIBE SPECIAL RAP - PUBLIC ENEMY - SCARLXRD - NERGRISEN - ELKK - MORA PROKAZA - URATSAKIDODGI - VII - VIRUS

Image
  PUBLIC ENEMY - SCARLXRD - NERGRISEN - ELKK - MORA PROZAKA - URATSAKIDODGI - VII - VIRUS  YO ! A celles et ceux qui sont surpris de voir du rap dans le scribe du rock : déjà c'est loin d'être la première fois que j'en cause. De plus, j'en écoute depuis les années 80, ayant commencé avec Public Enemy, Run DMC et les Beastie Boys pour ensuite me pencher sur la scène française de l'âge d'or avec NTM, IAM ou ASSASSIN, entre autres, ensuite me faire défoncer par Eminem, le rap west coast de NWA et dérivés (Ice Cube, Dr Dre, Eazy E, Snoop Doggy Dogg puis Snoop Dogg, Cypress Hill et House Of Pain) et le rap east-coast bien sûr aussi avec Wu-Tang Clan entre autres... Les années récentes m'ont vu déchanter face a la vague rap variétoche autotuné en France (Jul si tu nous lit) qui n'est de toute façon pas du rap, mais aussi m'enthousiasmer sur la récente wave de la trap metal, avec ses virulents dérivés comme la black metal trap, la deathtrap ou la trap indus

REVIEW - PUBLIC ENEMY - WHAT YOU GONNA DO WHEN THE GRID GOES DOWN ? - RAP - DEF JAM 2020

Image
PUBLIC ENEMY WHAT YOU GONNA DO WHEN THE GRID GOES DOWN ?  Déja disponible Def Jam 2020 Vous faites peut-être partie de ceux qui pensent que Public Enemy a disparu avec le nouveau millénaire ? Peut être croyez vous que le groupe a splitté après les cartons planétaires de  Fear Of A Black Planet  (1990) ou  Apocalypse 91  (en ...1991 !) ? Il est vrai que les albums sortis après ont eu de moins en moins de retentissement. Pourtant, les terroristes du rap new yorkais n'ont jamais splitté, ni même ralenti leur production. Chuck D et Flavor Flav, entourés d'un line-up a géométrie variable, ont continué d'hanter les ondes de leur rap militant et hargneux, malgré un succès qui est allé en décroissant. Ainsi, dès  Muse Sick n hour mess age  (1994), Public Enemy va progressivement quitter les manchettes de journaux, remplacé par une nouvelle génération de rappers plus scandaleux, et sans morale, regroupés sous le terme générique de "gangsta rap" et basés principalement sur