Articles

Affichage des articles associés au libellé il n'y aura pas de célébration

BENEATH MY SINS - An Acoustic Happiness - Interview avec le Scribe Du Rock - French & English Text - Acoustic Symphonic Metal - Ellie Promotion

Image
Je ne connaissais pas Beneath My Sins avant l'album acoustique "An acoustic Journey Part 1" que le groupe vient de sortir, fait de relectures d'anciens titres et de nouveautés. Habituellement, les français boxent davantage dans la catégorie Metal Symphonique, mais j'ai été hautement séduit par cet exercice acoustique aux relents celtiques et aux mélodies addictives. Raison de plus pour moi de vouloir en savoir plus, d'où cette interview que le groupe a eu la gentillesse de me donner... “La musique n’est pas une question de style mais de sincérité" emprunté à Bjork. Bonjour Beneath My Sins, pouvez vous, pour commencer, vous présenter aux lecteurs ? Emma : Je suis cofondatrice et chanteuse de Beneath My Sins. Nous avons fondé le groupe avec Clément Botz , guitariste/compositeur, en Décembre 2015 et nous nous sommes définis à ce moment là comme groupe de metal symphonique. Aujourd'hui, au fur et à mesure que nous avançons dans la musique, nous ressenton

Book Review - Il N'y Aura Pas de Célébration, l'histoire officielle de Paradise Lost - David E.Gehlke - Traduction Emilien Nohaïc - Editions des Flammes Noires - 2021

Image
  IL N'Y AURA PAS DE CELEBRATION L'histoire Officielle de Paradise Lost David E.Gehlke Traduction d'Emilien Nohaïc Préface de Karl Willets (Bolt Thrower, Mémoriam) 2021 Editions des Flammes Noires 25 € Il n'y aura pas de célébration ? Pourtant cet ouvrage de l'américain David E.Gehlke sur les si britons Paradise Lost peut apparaître comme un juste hommage au courage artistique de la formation culte d'Halifax, à l'ouest du comté du Yorkshire anglais.  Un courage qui a pu sembler à une certaine époque, quasiment suicidaire. Le livre retrace, avec la complicité des membres du groupes, plus de trente ans de parcours, depuis 1988 et les premiers pas de cette bande de fans de death metal ayant un batteur qui n'arrive pas à jouer assez vite et créant donc un death metal lourd et sombre, devenu doom dans sa rythmique. Le death/doom à l'anglaise est né : les trois de Peaceville (trois groupes ayant signé sur le label anglais, Paradise Lost, My Dying bride et