Articles

Affichage des articles associés au libellé calvaire

Les Crocs Du Scribe Spécial SLEEPING CHURCH RECORDS ! Avec les reviews de ATOLAH et GRAVES FOR GODS - French + English Text - Le Scribe du Rock

Image
  Voici un Crocs Du Scribe entièrement dédié au label Sleeping Church Records, dont vous avez déjà trouvé les productions dans ces pages ! Je vous mets les liens en bas de page...Un numéro 100 % Doom Metal donc, puisqu'il s'agit de la grande spécialité du label manceau (avec le Grindcore) ! Vous allez donc retrouver ici même deux chroniques, celles d'Atolah, les australiens œuvrant dans un doom/stoner/sludgy bien poisseux et Graves For Gods, également ressortissants des sauvages terres australes pour un doom/death metal macabre et lourd comme un jour sans soleil...Merci encore à Sleeping Church sans qui ce numéro n'aurait point lieu d'être, je vous laisse à votre lecture et vous souhaite une excellente écoute ! Pierre, Aka Le Scribe Du Rock ATOLAH Post, Cross & Yoke 2021 Sleeping Church Records Stoner/Doom Metal Post Cross And Yoke by Atolah Vous sentez les relents de Marie-Jeanne envahir la pièce ? Soudain tout tourne sous vos pieds, et les sueurs froides vous

review - Ferriterium - Calvaire - 2021 - Epictural Production - Supreme Black Metal - French + English Text

Image
Calvaire by Ferriterium FERRITERIUM Calvaire 2021 Epictural Production Après un Le Dernier Livre dont j'avais dit le plus grand bien dans ces pages  cliquer ICI ) voici venir le temps de Calvaire, nouvel opus majeur en mode black metal suprême pour la bande a Raido ! Violent, véloce, tyrannique et glacial, le black metal haineux et tumultueux de Ferriterium fait ici mouche ! Quatre longs titres se succèdent, dépassant régulièrement les dix minutes chacun pour nous embarquer dans un voyage de ténèbres plus palpables que jamais. Depuis l'extraordinaire "L'apostasie", jouant avec les tempi et une machine a riffs inspirée, le black metal mélodique et majestueux de Ferriterium apparait ici encore plus abouti que sur l'opus précédent, ce qui n'est pas peu dire ! Raido semble avoir passé la vitesse supérieure en termes d'inspiration, puisque, tout au long de ce "trip" mystique hallucinatoire de quarante minutes a peu prés jamais une seule seconde l