INTERVIEW AVEC FAMINE DE KPN DEPUIS KIEV

Je livre ici un entretien que j'ai eu récemment avec Famine, de Peste Noire, depuis son nouveau bastion de Kiev, en Ukraine. Je tiens juste à rappeler, si besoin, que je ne partage pas les convictions politiques de Famine, et que seule sa musique et son art m'intéressent, et ce depuis longtemps. Ainsi merci de prendre en compte le fait qu'il s'agit d'une interview exclusive, qui porte sur la musique (et quelle musique) que Famine nous donne à entendre depuis plus de quinze ans. Merci de votre intelligence...
Le Scribe du Rock

INTERVIEW AVEC FAMINE DE KPN DEPUIS KIEV



famine kpn black metal hooligan


Salut Famine, et merci de bien vouloir répondre à mes questions. Peux-tu revenir pour nous sur les fondations de Peste Noire ? En 2000 vous vous formez en Avignon (ma ville ! NdA) sous le nom de Dor Daedeloth (en référence à Tolkien) et vous sortez la démo « Aryan Supremacy ». Peux-tu narrer la création de cette première formation et les objectifs qui étaient les vôtres ? Vos influences musicales et thématiques ?

Le nom Dor Daedeloth a dû être adopté une semaine, la démo est sortie sous le nom Peste Noire, donc on peut considérer que Dor Daedeloth n’a jamais existé. Mes influences thématiques venaient d’un peintre à moustache un peu tendu et mes influences musicales étaient la scène toulonnaise et NS slave. Concernant les objectifs, je voulais juste poser le nom du groupe avant que quelqu’un ne le trouve à notre place, car cette démo est objectivement nulle.

Le line-up du groupe à cette époque est composé de toi (sous le nom de Aegnor) mais aussi de Neige (Alcest) à la batterie et Argoth à la basse (aussi dans Alcest). A l'époque de la fondation de PN, tu joues aussi dans Alcest, ce qui donne deux groupes au même line-up. Peux-tu revenir pour nous sur cette époque ? Comment vous êtes-vous rencontrés ? Comment distinguiez-vous les deux projets ?

On habitait dans la même petite ville où il ne se passait rien, donc on est vite tombés l’un sur l’autre. Au départ il n’y avait que Alcest. Neige était dans un trip black forestier/scandinave, et moi je voulais sonner français, sale, cru, moins sublime et plus haineux, avec une dimension politique marquée, donc la scission s’est faite naturellement mais sans conflit puisqu’il a joué la batterie sur toutes les démos.


logo kpn peste noire black metal de france


Aryan Supremacy nous donne à entendre un Black Metal « true » et crade, avec des thématiques ouvertement NS. Etiez-vous influencés par les Légions Noires ? Je pense notamment à Mutiilation ? Mais je pense aussi à des groupes du Sud comme Blessed in Sin de Toulon ou In Articulo Mortis d'Avignon ?

Les Légions Noires et Mütiilation, oui totalement. Pour les groupes du sud, c’était plutôt Kristallnacht et Seigneur Voland dont je commandais les productions sur la distro papier Aura Mystique.

Tu écris les textes et joue la guitare sur la première démo d'Alcest, « Tristesse Hivernale » dans un genre assez différent, bien que « raw » également. Peux-tu revenir sur cet enregistrement ?

J’ai composé le riff principal de « La forêt de cristal » plus un autre mais de mémoire je n’ai pas écrit de texte sur cette démo.

Tu sors en 2002 « Macabre Transcendance » chez Drakkar Prod, label emblématique des Légions Noires. Le changement de nom en Peste Noire vient-il du fait que tu sois originaire de Provence, où la Peste Noire a si violemment décimé les populations ? En ce qui concerne la démo vous êtes alors un « duo » avec Neige, c'est bien ça ? Musicalement on reste dans quelque chose de très cru et violent, avec ces hurlements lugubres et cette ambiance mortifère. Peux-tu nous donner ta vision rétrospective de cette période ? Anecdote, on trouve sur cette démo la version originale de « 666 millions d'esclaves et de déchets » que tu reprends sur ton dernier album. Qu'est ce qui t'a donné envie d'en faire une nouvelle version ?

Meilleure période de ma vie dans mon rapport au BM, celle où j’avais le plus la haine, et cette démo en est l’incarnation : un précis de noirceur totale. Pour moi cette tape était plus que de la musique, c’était une question de vie ou de mort. Tout le reste de ma discographie n’est presque qu’un hobby à côté de la tension que j’ai pu mettre dans cette cassette. Concernant le contexte, c’était l’époque où on fréquentait les gars de Drakkar Productions qui étaient de dix ans plus âgés que nous et qui nous ont posés sur les bons rails : ne pas nous cantonner au Black Metal mais creuser tous les styles extrêmes sombres – ce que je continue à faire aujourd’hui avec le rap, la trap étant un vivier d’instrus sombres. On leur rendait souvent visite dans leur château (ils habitaient réellement un grand et vieux château de Pont Saint-Esprit à 5 km de chez moi, anciennement utilisé pour tourner des films de cul et où les Légions Noires avaient fait quelques enregistrements, ça te pose l’ambiance). Noktu nous y faisait découvrir des projets totalement underground d’indus, de noise, de dark folk etc. On y rencontrait d’autres Blackeux, les mecs de Nuit Noire notamment (pendant leur période Black Metal) ; il y avait même une salle dédiée aux discussions où l’on parlait philosophie, art, projets extra-musicaux mais toujours en rapport avec le black metal. Je garde de cette période un souvenir tout à fait magique car tous ceux qui étaient dans le BM underground à ce moment étaient soient violents, soient tarés, et le BM les possédait physiquement.


famine kpn peste noire black metal français


Tu es vite remarqué pour la qualité de tes textes (étant moi aussi originaire de Provence, pays de Sade, je ne suis pas surpris). D'où te vient ce goût des mots et du beau parler ?

Je suis trop impulsif pour parler posément, avec fluidité et organisation, les mots se heurtent et se battent dans ma bouche au moment de sortir, de sorte que je m’exprime comme un handicapé sous speed. Écrire, ça laisse le temps d’organiser et de rechercher les mots, c’est une forme de vengeance contre les défaillances de l’expression orale et spontanée. « Un bègue est un styliste né. » (Cioran)

En 2003 sort la démo « Phalènes et Pestilence - Salvatrice Averse ». L'ambiance moyenâgeuse y devient prégnante. Vois-tu cette démo comme une nouvelle orientation pour PN ? Musicalement, les mélodies y sont plus présentes, et le côté NS beaucoup moins...

C’est juste une question de contexte. Je suis comme une éponge, je ne peux pas mentir et m’imprègne toujours de l’univers réel dans lequel je baigne. A ce moment j’étudiais la littérature médiévale à l’université et ça a rejailli sur ma musique. Les gens aiment peu le nouveau Peste Noire car ils y cherchent ce qui n’y est pas – le terroir – mais il est totalement fidèle à l’univers dans lequel j’évolue actuellement : les zones délabrées et périurbaines de Kiev, les immenses ghettos ex-soviétiques. La partie dégénérée du nouvel album est la bande-son de ce genre d’endroits, avec une vibe industrielle et urbaine grise-sale, froide et mécanique, dont l’équivalent architectural serait le Brutalisme.

En 2006 tu sors un premier album qui est aussi un premier chef d’œuvre. Encore aujourd'hui, « La Sanie des Siècles » est considéré par beaucoup comme ton meilleur album. Qu'en penses-tu ?

Si la majorité des gens décide que c’est le meilleur, c’est que c’est le meilleur. Je cherche à faire un album différent à chaque sortie, si bien qu’on puisse difficilement les comparer et les hiérarchiser entre eux, mais sur la longue durée c’est le public qui décide, pas moi. Selon les goûts de tout un chacun, « L’Ordure », « Ballade » ou « La Sanie » sera le meilleur, mais ils ont peu de rapports entre eux. Ce qui m’intéresse, c’est expérimenter, et pas de faire deux fois la même chose. Le plus honnêtement du monde, je serais capable de faire un « La Sanie » bis en moins de trois mois, mais ça ne me motive pas. Ou alors quand je serai pauvre.


KPN la sanie des siècles peste noire black metal français


En 2007 sort l'EP « Lorraine Rehearsal ». Une répétition enregistrée en Lorraine. Musicalement on est dans la continuité de l'album, avec une musique complexe et variée, que certains à l'époque n'ont pas peur de classer « avant-garde ». Toi tu parles déjà de « Hooligan BM ». Que peux-tu nous dire de cet enregistrement ?

C’est juste une répétition de merde en face A et un enregistrement plus travaillé en face B, mixé par mes soins. La face A est du black fade sans intérêt, mais la face B est possédée, avec un son vraiment unique et ancien, une profonde nostalgie, elle justifie à elle seule ce vinyle. L’aspect très vallonné, décousu et hétéroclite de la face B vient du fait que j’enregistrais mes titres sur des disquettes limitées au niveau du temps d’enregistrement, il fallait que j’enregistre des segments de 3 ou 4 minutes et passe ensuite sur une autre disquette. Je composais mes titres en conséquence, en anticipant de faire des pauses à partir de 3 ou 4 minutes, pour reprendre ensuite avec un nouveau riff sur la disquette d’après.

Arrive en 2007 ton deuxième album « Folkfuck Folie ». Ce dernier nous plonge dans des thématiques liées à la maladie mentale (avec des références à Antonin Artaud) et établit, je trouve, un nouveau son pour PN, qui préfigure toute la suite. Tu sors du BM « classique » pour un genre que tu crées, empreint de sonorités presque punk (au niveau du son) et d'un chant qui oscille entre pur cri Black et ce chant « dégénéré » de chanteur français fou que tu vas continuer de développer. J'adore cet album car il représente une synthèse de vos deux « ères » musicales. Qu'en penses-tu ?

Pour moi c’est le plus faible. J’adore l’intro et le dernier titre – « Paysage mauvais » - qui ont été enregistrés et mixés séparément par moi, mais l’ingé-son de cet album a littéralement assassiné le reste de mes compositions avec sa production immonde. La voix, qui était ultra agressive comme sur « La Sanie » à la prise, sonne comme de la soupe, c’est un naufrage total. Je crois que rien n’est plus frustrant que de travailler une dizaine de textes pendant des mois pour se les faire péter en studio par un handicapé. Le pire PN pour moi, un lointain mauvais souvenir.


kpn folkfuck folie peste noire black metal de france


Je ne veux pas te « psychanalyser » mais tes textes et l'ambiance de tes morceaux comportent beaucoup de tristesse, une tristesse qui trouve une issue dans la haine ? Est-ce lié à l'histoire de Ludovic ou est-ce uniquement un « personnage » nommé Famine de Valfunde ?

C’est - ou plutôt c’était - du réel. J’étais triste et angoissé dans le passé, surtout au regard du devenir de la France. Puis j’ai découvert l’Ukraine. La France est un pays de vieux croutons sauce 30 Glorieuses qui ont confisqué les richesses et passivement livré notre sol à un futur cataclysme racial qu’ils n’auront pas, eux, à assumer. S’il n’y a pas confrontation violente et explosive, il y aura à terme un abaissement catastrophique du QI (ça a déjà commencé, personne ne veut assumer cette question mais tout le monde connaît secrètement l’origine de cette brusque baisse du QI français). L’Ukraine est un pays certes pauvre, mais ethniquement préservé (deuxième vérité qu’il ne faut surtout pas dire : toute société blanche homogène, même pauvre, vit dans une sérénité, une sécurité et un bien-être mille fois supérieurs à n’importe quelle société pluri-ethnique, et je te parle depuis un pays en guerre là). L’Ukraine est aussi un pays jeune, avec un esprit beaucoup plus combatif, quand les Français sont devenus des trans. Bien sûr il y a des exceptions, bien sûr il y a les Zouaves Paris et de vraies résurgences de virilité ici et là, respect et force à eux, mais ce que je veux dire, c’est que c’est vraiment minoritaire comparé à l’Ukraine, où ici c’est généralisé à l’échelle d’un peuple. Les militants français donnent peu aux jeunes l’envie de les rejoindre ou de les émuler. En Ukraine être NS, natio, païen, c’est un truc de winner, c’est stylé, les jeunes veulent en être, ils attirent les filles, quand l’extrême droite française n’aimante que des trolls des forêts ou de vieilles filles à problèmes… Encore une fois, je fais des généralités, j’ai milité avec les gars du Bastion Social et le mérite de ces jeunes qui se crèvent le cul pour aider les Français dans le besoin et en échange ne se prendre que les crachats de la population locale (nous étions 9 contre 1000 manifestants – blancs – à l’ouverture du local BS Clermont : https://www.youtube.com/watch?v=sN3JRUa4ID8), plus l’inquisition policière et étatique, est inestimable. Mais ils restent microscopiques en termes de nombre. Tout en Ukraine m’a redonné espoir : la jeunesse, son nombre, sa motivation, son niveau en sports de combat. Sept mois que je suis ici et je suis devenu straight-edge, j’ai perdu 15 kg, je m’entraîne tous les jours avec des gars qui me tirent vers le haut. Je ne dis pas ça pour me vanter mais pour expliquer qu’ayant baigné depuis toujours dans la culture de bistrot, ce n’était pas gagné, et que donc toi aussi, petit Français pilier de bar et gavé d’andouillette, tu peux obtenir mon corps de dieu grec en venant en Ukraine, non pour baiser des putes mais pour transpirer tout ton vin avec des gars d’Azov ou des hools du FCDK. Pourtant, mes racines sont en France et je ne pourrai jamais lâcher totalement mon pays. J’adore la France pour son passé, son patrimoine, son Histoire, et l’Ukraine pour son avenir ; donc vivre entre les deux est un bon compromis. Et sachant que je suis sur une ligne pan-européenne et non chauviniste, je ne vois pas le souci que certains esprits étriqués y voient. Jamais une seule seconde en Ukraine je ne me suis senti comme un étranger. Quel Français peut-il dire qu’il ne s’est jamais senti étranger en France ?

bastion social clermont ferrand avec Famine


Redistribution de nourriture par le Bastion Social à Clermont-Ferrand

Changement total de musiciens avec « Balade cuntre lo anemi francor » en 2009. Neige est parti, ainsi que Winterhalter (qui joue avec lui dans Alcest). Vous êtes-vous brouillés à partir de cette époque ? S'éloignant quelque peu de « Folkfuck folie », cet album renoue avec l'aspect médiéval de « La sanie ». Les mélodies y sont splendides, tout autant que la noirceur omniprésente. Les guitares, parfois dissonantes, sont toujours plus surprenantes. Tu es un excellent guitariste. As-tu appris sur le tas ? Peux-tu revenir pour nous sur cet album ? Quel en était le propos ?

En fait, Neige joue la basse sur « Ballade », il avait juste pris un pseudo pour ne pas se griller politiquement, ce qui en soi était noble de sa part, je veux dire : de juste jouer pour la musique et non pour les lauriers, sans s’afficher. L’histoire de cet album est simple : je ne supportais plus mon batteur, il prenait PN pour Slayer ou Metallica et il n’arrêtait pas de me parler de dépolitiser PN pour devenir maintsream et gagner de l’argent. Pour souffler quelque temps, j’avais créé un side-project sans nom, juste pour me faire plaisir, tranquille de mon côté : l’album a été composé en trois semaines et enregistré/mixé en moins d’une semaine par moi-même, comme une démo. C’était « Ballade ». Quand j’écoutais l’album, je trouvais qu’il sonnait encore plus PN que les deux précédents PN. J’ai donc pris la décision de non pas changer de groupe pour cet album, mais de changer de batteur pour Peste Noire.

peste noire ballace cuntre lo anemi francor black metal france

Ce qui est « marrant » avec PN c'est que, même si vous êtes dans le collimateur de certains (Antifa et autres), ceux-ci ne peuvent pas vous attaquer sur la qualité de la musique. J'ai même lu un « billet » sur internet relatant un de tes concerts, ou le mec essayait de flinguer les autres groupes mais ne pouvait que s'incliner devant votre prestation. Ce ne te fait pas rigoler ?

Ce que tu dis existe mais je pense qu’il ne faut pas abuser car dans 80% des cas c’est exactement l’inverse qu’il se produit : les gens se vengent des idées en attaquant la musique. C’est particulièrement flagrant avec le dernier. J’ai écouté ce qu’il s’est fait en 2018 et avec toute la modestie possible, on plane encore au-dessus de la masse, tel un Aigle Royal au-dessus des gerbilles. Dans le futur, le dernier album sera révisé à la hausse, je n’ai aucun doute là-dessus. Aujourd’hui « Folkfuck folie » et « L’Ordure » sont sacralisés, mais personnellement je me marre car quand ils sont sortis, ces albums se faisaient descendre et très violemment, « L’Ordure » étant comparé à du Finntroll. A l’époque j’avais mal reçu ces critiques, mais aujourd’hui que je sais que 95% de la scène Metal/BM a un QI d’hamster et sont les pires clodos en matière d’esthétique, ça m’en touche une sans faire bouger l’autre. Comment prendre au sérieux les goûts de gens qui s’habillent en rangers et en perfecto en portant des t-shirts trop larges ? LOL. Je pense qu’il est vraiment dur de satisfaire nos auditeurs aujourd’hui car quand ils n’attaquent pas la musique pour se venger des idées, ils attendent beaucoup trop de nous. Nos fans sont de vieilles salopes frigides, ils ont eu trop d’orgasmes à chaque sortie d’album, et maintenant que leurs oreilles sont dilatées par des kilomètres de riffs sublimissimes, ils nous reprochent de ne plus les faire jouir. On a matrixé toute la nouvelle scène française, tout le monde me vole mes idées, donc c’est qui le Maître ? C’est qui l’expert ? C’est vous, ou c’est moi ? Si j’avais un conseil à donner à mes fans ce serait : premièrement de se suicider, deuxièmement, de ne juger un album de PN que dix ans plus tard, car vous vivez, mangez, sentez, jugez mes oeuvres avec une cervelle rouillée qui date de 1993, alors que moi je suis déjà en 2088. Honnêtement, comment peut-on statuer que PN est mort quand on est encore capables de produire des titres comme « Aux armes ! », « Songe Viking », « Aristocrasse » et « Domine » ? A un moment il faut arrêter la drogue.

« L'ordure à l'état pur » est un condensé de haine noire. A sa sortie en 2011 on est surpris par la direction, qui quitte les rivages médiévaux du précédent pour une ambiance plus contemporaine, même si le but est clairement de cracher sur la modernité et l'urbanité. Peux-tu nous parler de cet album et du message qu'il cherche à faire passer ? Musicalement, l'alliance des cuivres et des guitares heavy/punk fait mouche ! Le line-up change encore. Des difficultés à garder des musiciens ?

Expérimenter de nouvelles formes et de nouveaux styles de jeu implique parfois de changer de musiciens. Mais la moitié du temps, c’est la politique qui m’empêche de les garder. Les gens qui ont une carrière professionnelle publique à tenir se grillent trop violemment avec PN, donc tôt ou tard ils se cassent d’eux-mêmes. Concernant l’album en lui-même, je le considère comme une de mes plus grandes réussites. Il est le fruit de la rencontre entre mes idées les plus folles avec l’ingé son idéal. Tu peux arriver en studio avec des compositions vraiment ouf et avoir de la chiasse à l’arrivée. La production fait 40% du taf, surtout dans le BM où l’atmosphère prime. Non seulement le son sur « L’Ordure » est un havre sonore, un parfait mix entre du punk, du vieux Hard Rock et du BM, mais chaque fois que je proposais une idée totalement barrée, le gars me répondait : « oui c’est possible », comme Hassan Cehef dans le sketch des Nuls, et hop, il la matérialisait. Une de mes meilleures expériences.


KPN l'ordure a l'état pur peste noire black metal de france


Après une réédition des démos du groupe en 2012, vous sortez l'éponyme Peste Noire en 2013, avec toujours Audrey au chant (déjà présente depuis « Ballade... ») et Ardraos à la batterie (Charogne, Sühnopfer). C'est, à ma connaissance, la première fois qu'on entend des beats programmés dans PN, non ? Cet album est d'une grande diversité, avec des parties instrumentales vraiment originales, et ce chant que tu trimbales depuis, à cheval entre le Black et le Rap rural. Ton écriture a évolué aussi vers un ton plus cru, est-ce dû à l'influence du Rap ? Ton regard sur cet album ?

Oui, c’est clairement dû à l’influence rap. J’aime beaucoup l’ambiance de cet album car il pue l’Auvergne profonde, avec une production de punk à chiens, au son de poubelle rouillée. C’est un album avec un son de démo, j’adore ce genre d’approche.


famine en live kpn black metal français

peste noire peste noire black metal de france

Qu'est-ce qui t'a poussé à quitter la Provence pour l'Auvergne ?

Le climat, la végétation, la solitude volontaire. J’avais besoin de m’immerger dans un environnement nordique et sombre – j’ai été servi. Les environs de La Chaise-Dieu sont glaciaux, vides, peuplés d’immenses forêts de sapins, tous les villages sont morts, fermés, à vendre, en ruine. Et ça ne date pas que de maintenant : au 19ème siècle, Georges Sand en faisait une description extrêmement sinistre. En 1931, Henri Pourrat dans Gaspar des montagnes, décrivait ainsi la zone où se trouve ma maison : « Il y a des endroits où le soleil semble n’avoir point percé depuis des mondes d’années : c’est sombre, c’est noir, c’est la mort ». Pour avoir passé un hiver complet en Ukraine, je peux même t’assurer qu’en température ressentie, il fait bien plus chaud ici qu’à La Chaise-Dieu, où il peut neiger en Mai. C’est assez drôle car j’avais reçu le chanteur de TEMNOZOR à La Chaise-Dieu, qui vient de Sibérie lui, et il était choqué par la dureté du climat casadéen. C’était l’endroit parfait pour composer « Peste Noire » et « La Chaise-Dyable », et sans doute d’autres albums à l’avenir.


peste noire les démos kpn black metal de france


Suit en 2014 l'excellent split avec Diapsiquir « Rat des Villes/Rat des Champs ». On y trouve un immense « tube » de PN, « Dans ma nuit », un vrai chef d’œuvre. Que penses-tu de ce split avec le recul, et de Diapsiquir ?

La version de « Dans ma nuit » est plus crue et poisseuse sur ce split que sur La Chaise-Dyable, plus clochardesque dans le bon sens du terme, mais la voix est trop noyée, ce pourquoi j’avais ré-enregistré le titre. Le titre de Diapsiquir est bon mais leur production horrible. Pour Diapsiquir, j’adore « ANTI » mais leur dernier album, à l’exception d’un titre, est une merde sans nom. « ANTI » étant un chef-d’œuvre, ils ont trouvé le nom parfait au successeur en l’appelant « 180 degrés ».


split peste noire diapsiquir rat des villes rat des champs black metal de france


« La Chaise Dyable » débarque en 2015 et commence un vrai jeu de massacre des « critiques musicaux » autoproclamés qui décident que PN c'est mort. En vrac, on te reproche d'être devenu vulgaire, de te répéter musicalement. Personnellement ce n'est pas du tout mon avis car je trouve cet album parfait comme il est, dans le sens de la marche de votre évolution. « Le dernier Putsch » est une merveille, et l'album contient en lui une mélancolie contagieuse et les premiers germes plus franchement rap que l'on va retrouver en surmultiplié sur le dernier album. Comment vois-tu cet album ?

Honnêtement je m’en fous. C’est fait, c’est fait. J’aurai peut-être du recul dans dix ans. Je pense que « Le Dernier putsch », « A la Chaise-Dyable » et « Dans ma nuit » sont des bombes atomiques, mais le reste, ça aurait pu mieux sonner avec une production plus adaptée et des arrangements différents. Concernant le fait que PN meurt à chaque album, il est étrange de mourir en faisant toujours plus de vues et de ventes, mais si c’est cela mourir, eh bien, je vais continuer à me suicider.


kpn la chaise dyable black metal de france peste noire


2018 : Peste Noire/Peste Noire le split. Je te le dis franchement : je le considère comme votre meilleur album à ce jour, tant j'attendais avec impatience ce que tu fais sur la face B du disque, ce mix incroyable de Rap, Chanson française et Black Metal parfait. Nous en avions discuté par mail à l'époque de « Peste Noire » et cela te trottait déjà dans la tête. D'où t'es venu ton goût pour le rap ? Quels artistes apprécies-tu dans ce genre ? J'ai pensé à Booba, Seth Gueko... Je suis à côté de mes pompes ?

Seth Gueko non, à part sa chanson « Démarrer ». Booba, pour jusqu’à « Ouest Side ». J’adore encore son écriture mais musicalement après « Ouest Side » j’ai trop de mal. En ce moment j’écoute beaucoup le rappeur allemand Gzuz et les titres les plus agressifs de 6ix9ine, plus énormément de rap slave, pour la boxe et le sport c’est le pied. Mon goût pour le rap m’est venu vers 2006 quand je vivais à Avignon, ville la plus dangereuse de France à ce moment selon les stats, car cette musique reflétait le monde que je voyais au quotidien. La partie rap de l’album, dite « « dégénérée », était prête il y a trois ans ; j’ai eu plein de problèmes pour sortir l’album et mon principal regret est qu’il ne soit pas sorti avant, car les titres black/trap auraient eu un impact plus révolutionnaire il y a trois ans. Aussi, le fait que le rap soit une musique totalement actuelle et utilise un champ lexical nouveau plus des façons inédites de parler, régénère la poésie française. Tout ce qui pouvait être fait de beau avec les mots anciens a déjà été fait. J’apprécie la liberté, la malléabilité et la fraîcheur qu’apporte le rap à la langue française. Quant à ceux qui pensent que c’est anti-traditionnel et anti-européen, le graphiste de Militant Zone me faisait remarquer que les battles de rap existaient déjà dans les concours de poésie viking, où il fallait improviser un texte oralement pour moquer son adversaire, chose qu’on retrouve aussi d’une certaine manière chez les troubadours français dans ce qu’on appelait les Puys, villes où se pratiquaient des concours de poésie orale.


peste noire split peste noire black metal de france famine


Ce dernier album est une co-production entre ton label, La mesnie Herlequin, et le label russo-ukrainien Militant Zone. Comment en es-tu venu à collaborer avec eux ? Quelle vision vous rapproche ?

En 2006 je pensais inventer le terme d' Hooligan black metal car je n'avais jamais écouté Grand Belial's Key et je ne savais pas qu'ils l'avaient inventé avant moi. Je n'aime pas spécialement le foot mais pour moi les hooligans est-européens sont les nouveaux arditi. L'Ukraine doit être le seul pays où le BM s'infuse réellement dans le milieu hooligan, en partie grâce à MZ. Depuis les débuts de PN, j'ai toujours défendu la vision d'un BM devant s'incarner dans le réel, mêlant Art et Violence comme les troubadours mêlaient le maniement des armes à la pratique de la poésie. Alexey de M8L8TH a quelques dérapages à son actif (meurtres), c'est un poète et un militaire de métier, en termes de street cred je crois qu'on peut difficilement faire mieux. Les gens ragent devant le clip du "Dernier Putsch" mais les kalachs, ce sont des vraies, et les mecs qui les ont dans leurs mains savent s'en servir, contrairement aux rappeurs dans leurs clips...Le graphisme de MZ, aussi, est démentiel. Ensuite, je ne peux pas m'étendre sur ce qui relève du privé mais le crew M8L8TH/MZ m'a sorti de la merde plusieurs fois quand j'y étais. Ce sont des gens loyaux et de confiance, expérience à l'appui. 

Le meilleur album de Peste Noire ?

Les démos.

Tes écrivains préférés ?

Moi.

Le 26 Janvier à Colmar, Dunkel de SALE FREUX, groupe que tu as lancé avec ton label La mesnie Herlequin, a brûlé un t-shirt de PESTE NOIRE sur scène, en lançant au public : « on n’est pas des fachos ! » Ta réaction ?

Je commencerai par dire que quand je l’ai « signé » en 2013, il était bel et bien nationaliste français, mais ayant vite compris qu’il était plus con qu’un balai, j’avais pris mes distances vers 2014, donc quid de ce retournement de veste ? Ce fils de salope a récupéré tous les thèmes de ma musique. J’ai dit « fils de salope » mais j’aurais dû dire « fils de Seigneur », car je l’ai enfanté. Sans PN, Sale Freux n’existerait même pas. Je dois encore avoir quelque part les lettres d’amour qu’il m’écrivait en 2010, et auxquelles je ne répondais pas. Alors plutôt que de brûler un t-shirt, j’invite n’importe quelle personne étant en contact avec cette avaleuse de foutre à lui proposer un combat filmé. En vrai, je sais d’avance que ce gros sac à vin qui a la cardio d’une carpe hors de l’eau, refusera ; mais son refus rendra d’autant plus ridicule le fait qu’il a brûlé un t-shirt, sachant lui-même qu’il ne peut aller plus loin. J’entrerai ainsi dans la plus pure tradition française des combats qui font beaucoup de bruit mais n’auront jamais lieu (Soral/Raptor, Kaaris/Booba).

Un mot à tes détracteurs ?

Merci.
Si, d’un point de vue factuel, on est l’un des groupes de BM qui fait le plus de vues sur Youtube, pour des motifs politiques, quasiment plus aucun média n’est autorisé à parler de nous (et au passage, merci à toi d’avoir eu ce courage). Nous sommes tel Voldemort : celui dont on ne doit pas dire pas le nom. Or les seuls qui continuent à nous faire de la pub en parlant obsessionnellement de nous, en partageant la pochette du dernier skeud partout parce qu’ils sont outrés, ce sont nos détracteurs, et rien que pour ça, je leur dois un grand merci ! Avant Peste Noire, les gens payaient pour avoir de la publicité. Pour nous les antifa se prostituent gratuitement.

Je réitère l'offre que je t'avais faite en 2015, si tu es intéressé j'aimerais travailler avec toi sur un livre sur Peste Noire et je crois qu'il y a largement matière ! Qu'en dis-tu ?

Quand j’aurai 90 ans si tu veux. Pour l’instant place à la musique.

Merci Famine:)

Merci à toi !



_________________________________________________________________________________

RETROUVEZ AUSSI : 

LES INTERVIEWS DU SCRIBE


LES CROCS DU SCRIBE (CHRONIQUES DISQUES ET LIVRES)


Posts les plus consultés de ce blog

Du Porno, du Grind et de la déconne ? Interview de GRONIBARD !!!

Dark Dandy : Une interview avec Rose Hreidmarr (ANOREXIA NERVOSA/BAISE MA HACHE)

Posts les plus consultés de ce blog

Du Porno, du Grind et de la déconne ? Interview de GRONIBARD !!!

Dark Dandy : Une interview avec Rose Hreidmarr (ANOREXIA NERVOSA/BAISE MA HACHE)

INTERVIEW AVEC VINDSVAL (BLUT AUS NORD, YERUSELEM)

Interview with Extreme Noise Terror, kings of Crust / Interview avec Extreme Noise Terror, rois du Crust !

Black Metal ist Krieg : NARGAROTH on interview ! (ENGLISH WITH LINK TO FRENCH VERSION)

FRENCH METAL : Interview d'Arno Strobl (Freitot, Carnival in Coal, We All die Laughing, 6:33)

RAW BLACK METAL BAND FROM BRAZIL : INTERVIEW WITH ECHOES (IN ENGLISH)