Articles

Affichage des articles associés au libellé def jam

BENEATH MY SINS - An Acoustic Happiness - Interview avec le Scribe Du Rock - French & English Text - Acoustic Symphonic Metal - Ellie Promotion

Image
Je ne connaissais pas Beneath My Sins avant l'album acoustique "An acoustic Journey Part 1" que le groupe vient de sortir, fait de relectures d'anciens titres et de nouveautés. Habituellement, les français boxent davantage dans la catégorie Metal Symphonique, mais j'ai été hautement séduit par cet exercice acoustique aux relents celtiques et aux mélodies addictives. Raison de plus pour moi de vouloir en savoir plus, d'où cette interview que le groupe a eu la gentillesse de me donner... “La musique n’est pas une question de style mais de sincérité" emprunté à Bjork. Bonjour Beneath My Sins, pouvez vous, pour commencer, vous présenter aux lecteurs ? Emma : Je suis cofondatrice et chanteuse de Beneath My Sins. Nous avons fondé le groupe avec Clément Botz , guitariste/compositeur, en Décembre 2015 et nous nous sommes définis à ce moment là comme groupe de metal symphonique. Aujourd'hui, au fur et à mesure que nous avançons dans la musique, nous ressenton

REVIEW - PUBLIC ENEMY - WHAT YOU GONNA DO WHEN THE GRID GOES DOWN ? - RAP - DEF JAM 2020

Image
PUBLIC ENEMY WHAT YOU GONNA DO WHEN THE GRID GOES DOWN ?  Déja disponible Def Jam 2020 Vous faites peut-être partie de ceux qui pensent que Public Enemy a disparu avec le nouveau millénaire ? Peut être croyez vous que le groupe a splitté après les cartons planétaires de  Fear Of A Black Planet  (1990) ou  Apocalypse 91  (en ...1991 !) ? Il est vrai que les albums sortis après ont eu de moins en moins de retentissement. Pourtant, les terroristes du rap new yorkais n'ont jamais splitté, ni même ralenti leur production. Chuck D et Flavor Flav, entourés d'un line-up a géométrie variable, ont continué d'hanter les ondes de leur rap militant et hargneux, malgré un succès qui est allé en décroissant. Ainsi, dès  Muse Sick n hour mess age  (1994), Public Enemy va progressivement quitter les manchettes de journaux, remplacé par une nouvelle génération de rappers plus scandaleux, et sans morale, regroupés sous le terme générique de "gangsta rap" et basés principalement sur