Articles

Affichage des articles associés au libellé blackened post-core

BLACKENED POST CORE ? INTERVIEW DE DEMANDE A LA POUSSIÈRE

Image
"Un jour j'ai attrapé un livre, je l'ai ouvert et c'était ça. Je restai planté un moment en le lisant, comme un homme qui a trouvé de l'or à la décharge publique"  (Charles Bukowski, préface à Demande à la poussière de John Fante) BLACKENED POST-CORE FRANCE 
INTERVIEW DEMANDE A LA POUSSIÈRE AVEC KRYS DENHEZ (CHANT/GUITARES)




Bonjour Christophe, d’abord un grand merci d’avoir accepté cette interview. Tu es un homme occupé par beaucoup de projets musicaux très différents, et ce n’est pas nouveau, puisqu’il y avait déjà eu Nerv et 6:33 par exemple…Peux-tu retracer ton parcours musical pour nos lecteurs ?
Bonjour Pierre, en effet j’ai fait partie d’un bon nombre de formations dans lesquelles j’ai apporté il me semble ce que je pouvais à l’instant « T », ce sont des bons souvenirs et parfois des douloureux, mais cela forge l’expérience. J’ai démarré dans Why Draft groupe de fusion hardcore de 1995 à 2005. Puis Jarell et 6h33 deux formations différentes, l’une dans…

LES CROCS DU SCRIBE N°4 DEMANDE A LA POUSSIERE/OMRADE/OPHE

Image
LES CROCS DU SCRIBE N°4 : DEMANDE A LA POUSSIÈRE/OMRADE/OPHE

Si vous êtes allergiques aux superlatifs, il vaudra mieux passer votre chemin. Cette livraison des  "Crocs du Scribe" est un peu particulière dans le sens ou elle présente trois groupes qui ont un dénominateur commun. Et ce dénominateur commun se nomme Christophe "khrys" Denhez. Il est en effet présent dans les trois groupes qui suivent, et quelle présence ! Laissez moi donc vous entraîner dans la salle des tortures de Demande à la Poussière, dans le voyage mystique et aérien d'Omrade et dans la folie avant-gardiste d'Ophe. Attachez vos ceintures avant le décollage, les crocs du scribe c'est parti !

_________________________________________________________________________________

DEMANDE A LA POUSSIÈRE (ARGONAUTA RECORDS 2018)

Le genre : Blackened Post-Core industriel et beaucoup beaucoup plus

Ma mère ! Madre de Dios quelle gifle ! Et après certains, tristes sires, préfèrent encore aller chercher …