Articles

Affichage des articles associés au libellé ZAROFF

BENEATH MY SINS - An Acoustic Happiness - Interview avec le Scribe Du Rock - French & English Text - Acoustic Symphonic Metal - Ellie Promotion

Image
Je ne connaissais pas Beneath My Sins avant l'album acoustique "An acoustic Journey Part 1" que le groupe vient de sortir, fait de relectures d'anciens titres et de nouveautés. Habituellement, les français boxent davantage dans la catégorie Metal Symphonique, mais j'ai été hautement séduit par cet exercice acoustique aux relents celtiques et aux mélodies addictives. Raison de plus pour moi de vouloir en savoir plus, d'où cette interview que le groupe a eu la gentillesse de me donner... “La musique n’est pas une question de style mais de sincérité" emprunté à Bjork. Bonjour Beneath My Sins, pouvez vous, pour commencer, vous présenter aux lecteurs ? Emma : Je suis cofondatrice et chanteuse de Beneath My Sins. Nous avons fondé le groupe avec Clément Botz , guitariste/compositeur, en Décembre 2015 et nous nous sommes définis à ce moment là comme groupe de metal symphonique. Aujourd'hui, au fur et à mesure que nous avançons dans la musique, nous ressenton

NEW REVIEW - THE BLACK ZOMBIE PROCESSION + ZAROFF - HECA-TOMB COMBO CD + BOOK

Image
IV : Heca-Tomb by THE BLACK ZOMBIE PROCESSION   BZP + ZAROFF HECA-TOMB HORROR THRASHCORE/SPLATTER GORE BOOK Zone 52 Editions Voila une idée originale qu'ont eue les éditions Zone 52 : réunir en un combo un roman de splatter-gore (genre du sang partout, des tripes, du sexe extrême et déviant) et le cd qui constitue ni plus ni moins la bande originale du livre ! Heca-Tomb c'est d'abord un roman signé Zaroff, sinistre individu déjà connu des amateurs de littérature d'horreur extrême et déviante, notamment au travers de son roman Night Stalker paru aux défuntes éditions Trash, spécialisées dans le gore et le splatter-gore. Le bouquin de Zaroff, influencé par les pires auteurs du genre, comme le très extrême Jack Ketchum (spécialiste en anthropophagie, viols, torture sadique) ne nous épargne aucun détail, et se complaît dans une horreur "graphique" que je déconseille ici aux fils a maman millenials qui font du black metal mais ne vont pas faire caca si le couloir