Articles

Affichage des articles associés au libellé vomir

BENEATH MY SINS - An Acoustic Happiness - Interview avec le Scribe Du Rock - French & English Text - Acoustic Symphonic Metal - Ellie Promotion

Image
Je ne connaissais pas Beneath My Sins avant l'album acoustique "An acoustic Journey Part 1" que le groupe vient de sortir, fait de relectures d'anciens titres et de nouveautés. Habituellement, les français boxent davantage dans la catégorie Metal Symphonique, mais j'ai été hautement séduit par cet exercice acoustique aux relents celtiques et aux mélodies addictives. Raison de plus pour moi de vouloir en savoir plus, d'où cette interview que le groupe a eu la gentillesse de me donner... “La musique n’est pas une question de style mais de sincérité" emprunté à Bjork. Bonjour Beneath My Sins, pouvez vous, pour commencer, vous présenter aux lecteurs ? Emma : Je suis cofondatrice et chanteuse de Beneath My Sins. Nous avons fondé le groupe avec Clément Botz , guitariste/compositeur, en Décembre 2015 et nous nous sommes définis à ce moment là comme groupe de metal symphonique. Aujourd'hui, au fur et à mesure que nous avançons dans la musique, nous ressenton

A GERBER !!! HARSH NOISE WALL IS CUTE ! Interview With VOMIR (fr + english) - Harsh Noise Wall

Image
  Interview avec Roro Perrot (Vomir, Saboteur Saboteur...) Que ce soit avec ton projet principal Vomir, ton label DIY Decimation Sociale et les projets/groupes que tu y abrites tu fais la promotion d'un genre que tu as toi même créé : la harsh noise wall. Pourrais tu nous en dire un peu plus sur ce concept et l'histoire derrière ? Pour être précis, et pour ne pas embrouiller tes lecteurs, le Harsh Noise Wall est associé à mon projet VOMIR, pas aux autres (j’y reviendrai). VOMIR est issu de recherches sonores que j’ai commencé en 2005, quand ma pratique de la guitare noise me lassait (débutée en 1996) et que je cherchais à produire un bruit continu – mais sans être un ‘drone’. Après quelques noms divers, VOMIR s’est imposé. Je distribuais mes CDR au Bimbo Tower et j’y découvre les productions américaines autour du label iheartnoise, et une pratique similaire à la mienne, notamment de The Rita. Lettres, échanges, coproductions… le Harsh Noise Wall avait ses pionniers (The Rita, W