Articles

Affichage des articles associés au libellé pharus morti

Review - Blut Aus Nord - Disharmonium - Undreamable Abysses - 2022 - Debemur Morti Productions - Avant-Garde Black Metal - French / English Text

Image
  BLUT AUS NORD Disharmonium Unbreakable Abysses 2022 Debemur Morti Productions Avant-Garde Black Metal  Le silence après du Mozart, c'est toujours du Mozart...Voici venir le retour tant attendu des théoriciens de l'esthétisme dément, les dieux vivants de l'univers hallucinogénique...Blut Aus Nord...Le Silence après Blut Aus Nord c'est toujours du Blut Aus Nord... Disharmonium - Undreamable Abysses by Blut Aus Nord Vindsval et ses acolytes continuent leur oeuvre de déconstruction radicale du black metal tout en restant l'une des formations primordiale du genre. Après un Hallucinogen pêtri de rock progressif et un retour à la noirceur au travers du projet Forhist, BAN revient à son talent fou pour l'atonalité, les guitares dissonantes, les voix fantômatiques dans le mix (plus fantômatiques que jamais d'ailleurs), des blast beats fulgurants à de longs moments ambient futuristes dignes d'une BO de Tarkovski. BAN fait de la musique, pas simplement du black m

Review - Tarask - Pharus Morti - 2021 - Feu Follet Productions - black metal - le scribe du rock - French + English Text

Image
  TARASK Pharus Morti 2021 Feu Follet Productions Black Metal  Toulon est et restera une ville phare pour le black metal tricolore, et ce n'est pas Tarask qui va faire mentir cette réputation justifiée ! Le one-man band de Joris vient de sortir un splendide premier album disponible chez les excellents Feu Follet Productions, encore un de ces albums qui font mentir l'adage qui voudrait que le black metal ait rendu l'âme... En huit titres d'un black metal épique, charbonneux, parfaitement exécuté et doté d'un son idéal, ni trop clair ni confus, voici un premier album qui sonne comme un coup de tonnerre dans le ciel du Sud de la France, producteur historique de black metal de grande envergure (on a aussi le droit d'être un peu chauvin, non ?). Depuis l'introductif "Sombre Appel", qui porte si bien son nom, jusqu'au final "Rituel" nous voici pris dans un maëlstrom glacé placé sous l'égide d'influences plus que respectables (Mgla,