Review - Blut Aus Nord - Disharmonium - Undreamable Abysses - 2022 - Debemur Morti Productions - Avant-Garde Black Metal - French / English Text

Image
  BLUT AUS NORD Disharmonium Unbreakable Abysses 2022 Debemur Morti Productions Avant-Garde Black Metal  Le silence après du Mozart, c'est toujours du Mozart...Voici venir le retour tant attendu des théoriciens de l'esthétisme dément, les dieux vivants de l'univers hallucinogénique...Blut Aus Nord...Le Silence après Blut Aus Nord c'est toujours du Blut Aus Nord... Disharmonium - Undreamable Abysses by Blut Aus Nord Vindsval et ses acolytes continuent leur oeuvre de déconstruction radicale du black metal tout en restant l'une des formations primordiale du genre. Après un Hallucinogen pêtri de rock progressif et un retour à la noirceur au travers du projet Forhist, BAN revient à son talent fou pour l'atonalité, les guitares dissonantes, les voix fantômatiques dans le mix (plus fantômatiques que jamais d'ailleurs), des blast beats fulgurants à de longs moments ambient futuristes dignes d'une BO de Tarkovski. BAN fait de la musique, pas simplement du black m

Review - GOLIARD - In Taberna - 2022 - The Ritual Productions - Colombian Black Metal - FRENCH + ENGLISH TEXT

 GOLIARD

In Taberna

2022 The Ritual Productions

Colombian Black Metal


goliard in taberna review black metal le scribe du rock

C'est déjà le troisième album des colombiens de Goliard que je chronique, c'est dire à quel point j'apprécie ce combo sud-américain. Après "Iconoclast hymns" et "The Darkest Hour" (retrouvez les chroniques en bas de page) voici venir "In Taberna"...En substance, voici ce que je disais en 2020 de "The Darkest Hour" : "A l'écoute tout n'est que tyrannie, majesté, attitude guerrière et épique. Un Black Metal empruntant au classique ses grilles d'accord pour renforcer ses côtés wagnériens (et ce sans l'once d'un synthé à l'horizon). Goliard c'est du pur Black Metal, dans toute la noblesse de son ouvrage. J'avais évoqué Dissection pour parler du précédent album car, si les colombiens affichent aussi des influences Death Metal, Thrash et Heavy Metal au compteur, tout comme le  groupe de feu Jon Nodveidt (sauf des soli fort Heavy), ils proposent ici, tout comme Dissection,  un Black très mélodique, basé sur de vraies compositions riches sans être inutilement compliquées"


Allais je donc me répéter en 2022 ? "In Taberna" est-il toujours aussi tyrannique, majestueux, épique ? Les huit titres interprétés ici en espagnol vous le confirmeront : Goliard est définitivement un des plus grands groupes de tout le black metal underground. Toujours pas de synthés ou de samples à l'horizon mais un black metal féroce, porté par le chant haineux et douloureux à la fois de Victor, les guitares en trémolo d'une noirceur presque palpable de Cristian et (encore) Victor, la maestria rythmique de Cadaver à la batterie et Ivan à la basse. Si vous cherchez un black metal inoffensif et inodore comme on en trouve désormais parfois, passez votre chemin, car si le black metal des colombiens peut-être qualifié de classique, ce qui ne l'est pas ce sont les qualités mélodiques qui, une nouvelle fois rejaillissent de leur oeuvre au noir. Si le parallèle avec Dissection est peut être un poil moins évident que précédemment (les guitares restent davantage black, à l'exception des soli plus heavy) c'est parce que Goliard a ici durci quelque peu le propos, durci mais aussi noirci encore sa musique, référez vous pour cela à la superbe pochette bien macabre de l'album, qui en est une parfaite illustration. Bref, Goliard nous délivre encore un album jouissif, symbole d'un black metal plus vrai que nature, qui, le temps de son écoute, nous fait oublier notre époque dégueulasse. Goliard mérite, je le répète, davantage d'attention, car les vrais le savent, ce n'est pas au nombre d'unités vendues que l'on mesure le talent des artistes. 

goliard le scribe du rock review
Copyright METAL ARCHIVES 



Néanmoins courez acheter le magnifique digipack de Goliard, vous ne le regretterez pas, et la première écoute en entrainera de nombreuses autres, nous ne sommes pas ici en présence d'un objet "kleenex" jetable. Hail Goliard !

Pierre




THE RITUAL PRODUCTIONS LE SCRIBE DU ROCK







It's already the third album of the Colombian band Goliard that I review, that's how much I appreciate this South American combo. After "Iconoclast hymns" and "The Darkest Hour" (find the reviews at the bottom of the page), here comes "In Taberna"... In substance, here is what I said in 2020 about "The Darkest Hour": "When you listen to it, everything is tyranny, majesty, warlike and epic attitude. Black metal that borrows its chord grids from classical music to reinforce its Wagnerian side (and this without a single synth on the horizon). Goliard is pure Black Metal, in all the nobility of its work. I mentioned Dissection when talking about the previous album because, if the Colombians also show Death Metal, Thrash and Heavy Metal influences, just like the late Jon Nodveidt's band (except for some very heavy solos), they offer here, just like Dissection, a very melodic Black, based on real rich compositions without being unnecessarily complicated"


Am I repeating myself in 2022 ? Is "In Taberna" still as tyrannical, majestic, epic? The eight tracks performed here in Spanish will confirm it: Goliard is definitely one of the greatest bands in all of underground black metal. Still no synths or samples on the horizon but a ferocious black metal, carried by Victor's hateful and painful vocals, Cristian's and Victor's almost palpably dark tremolo guitars, Cadaver's rhythmic mastery on drums and Ivan on bass. If you're looking for the kind of harmless, odourless black metal you sometimes find nowadays, you'd better pass, because if the Colombians' black metal can be described as classic, what isn't is the melodic qualities that, once again, come out of their black work. If the parallel with Dissection is perhaps a little less obvious than before (the guitars remain more black, except for the heavier solos), it's because Goliard has here somewhat hardened the subject matter, hardened but also blackened its music, refer to the superb and macabre cover of the album, which is a perfect illustration. In short, Goliard delivers yet another enjoyable album, a symbol of a truer-than-life black metal, which, while listening to it, makes us forget our disgusting times. Goliard deserves, I repeat, more attention, because the real ones know it, it is not by the number of units sold that we measure the talent of the artists. 

goliard le scribe du rock review
Copyright METAL ARCHIVES 


Nevertheless, run out and buy Goliard's magnificent digipack, you won't regret it, and the first listen will lead to many others, we are not dealing here with a disposable "kleenex" object. Hail Goliard!

Pierre


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

INTERVIEW WITH VINDSVAL : THE LAST ONE - FR + ENGLISH TEXT - BLUT AUS NORD/YERUSELEM

INTERVIEW AVEC FAMINE DE KPN DEPUIS KIEV

Review - Dhärnürgh - Apocalyptic Vision - 2021 - Feu Follet Productions & Acid Vicious - Black Metal industriel - French + English Text