LES CROCS DU SCRIBE HORS-SÉRIE SPECIAL "HORS NORMES" AVEC MC CLANE/SCHULTZ ET MOYEN

MC CLANE SCHULTZ MOYEN GRIND BLACK ELECTRO INDUSTRIEL VARIÉTÉ SOMBRE


"Après la sortie en débit d'année de l'excellent album de Yeruselem mon petit doigt me dit que 2019 va produire un retour de l'industriel tonitruant"



Chères Scribeuses et Chers Scribeurs,


L'histoire du Rock depuis ses débuts dans les années 50 s'est toujours grosso modo composée de deux clivages : d'un côté les artistes "dans une mouvance" (ce qui ne veut pas dire qu'ils fussent commerciaux ou non originaux, mais qu'ils s'inscrivent dans quelque chose de plus ou moins existant, comme Elvis après Bill Haley et Chuck Berry) et de l'autre des inclassables, des outcasts, j'ai choisi pour ma part le terme de "hors-normes" même si le terme norme peut-être critiquable. (pour rester dans les années 50 : Screamin' Jay Hawkins par exemple).
Cet épisode non numéroté des CROCS DU SCRIBE est consacré à trois artistes "Hors Normes" dans le sens où ils ne rentrent dans aucune catégorie préétablie, ne font pas une musique "casable". Ah me direz-vous, le français aime les cases, les étiquettes et les catalogues (comme celui d'Ikea par exemple) et va sans doute être dérangé par cette rubrique à brac (Marcel, si tu nous écoutes de là-haut). Peut me chaut comme dirait Godefroy de son bouillon refroidi ! En effet, le Scribe a pour vocation d'être fidèle à son créateur, un peu fréquentable individu d'un certain âge ayant des goûts musicaux tellement disparates que même le terme de schizophrénie peut paraître palot. Oui, cet individu entre deux âges, patibulaire mais presque, cultive depuis son plus jeune âge un goût douteux dont ne sont exclus aucun paradoxe des plus malvenus. Capable de par sa ridicule manie d'enchaîner dans les années 80 Mylène Farmer et Bathory, les Beastie Boys et William Sheller ou La Muerte et Philip Glass, ou encore dans les années 90 Thunderdome et Darkthrone (excusez du pneu michelin), ce monstre sévissant hélas en toute liberté à décidé de vous contaminer de sa tragique maladie. Ainsi au menu de ce hors-norme allez vous retrouver Mc Clane et son mélange inédit de Grindcore, Techno et Black Metal ; Schultz et son electro industrielle martiale et pleine d'humour cornaquée par un ancien Ludwig Von 88 ou encore Moyen, géniteur infâme de la "Variété sombre de Belgique" pour un résultat entre Costes, de la disco italienne de camion volé et du Black Metal turque vendu au marché d'Istanbul en cassette "ferro". Bon je cesse de me répandre, et en avant LES musiques qui n'ont pas froid aux yeux ni aux oreilles, en éspérant que ma triste condition fusse contagieuse...
Amen
Le Scrobe du Rick...Euh...le Ribe du Scrock...bref..

_________________________________________________________________________________


MC CLANE "Tamerlapüth" (2019, Mc Clane)

Le genre : Brutal Black Rave

Le sinistre individu connu des services spéciaux sous le nom de Jonathan Mc Clane sévit depuis quelques temps déjà et semble désireux de ruiner nos précieux neurones en proposant un mélange assez insolite de Grindcore, de Techno Hardcore, et de Black Metal, avec un fumet industriel noir de charbon du meilleur (ou du pire) acabit. Déjà auteur de trois méfaits (L'EP Pas de Veine en 2018, le trés Thunderdome (compiles de techno hardcore/gabber des années 90) qui croise le fer avec Mayhem EP The Cavern of Noise toujours en 2018) il ne semble pas satisfait et récidive cette année avec un Tamerlapüth, dont le nom poétique cache une synthèse des deux premiers. Des nappes raves sursaturées surplombées par des vocaux Black écorchés, des ambiances SynthWave qui feraient passer Carpenter Brut pour de la musique joyeuse et des accélérations Grindcore qui transforment l'ensemble en un Speedcore Black malsain et percutant.


La preuve en images et son avec le clip de "Vomit the Blood"

Ce sinistre individu arrive donc a être aussi Gore qu'un groupe de Goregrind bien glaireux, noir et effrayant que les pire ghoules du Black Metal, mais aussi capable de provoquer cette danse de skinheads sous acides digne des rassemblements Gabber de Rave clandestine ! Evidemment, si vous êtes allergiques aux mélanges, je vous conseille de déguerpir et vite ! Par contre, si vous aimez les musiques sombres et violentes sans apriori aucun quand au flacon (pourvu qu'on ait l'ivresse), alors Mc Clane est pour vous. 

Mc Clane Tamerlapüth Brutal Rave Black Metal Grindcore Thunderdome Techno Hardcore

MC CLANE BRUTAL RAVE BLACK METAL GRINDCORE RAVE ! UN NOUVEAU NOM DE LA MUSIQUE EXTRÊME !


On imagine aisément ce disque fort réussi en bande originale d'un film d'horreur urbain ultra-violent mettant en scène une horde de jeunes dégénérés biberonnés aux sons les plus extrêmes trouvant amusant de décimer la populace histoire de raccourcir les dimanches (eh oui c'est chiant les dimanches). Pour ma part, j'ai été conquis par Mc Clane, sa musique folle et son univers dingo qui paraît illimité. ATTENTION à vous, pauvres hêres, car sa musique est fortement addictive et plus subtile qu'il n'y parait, ce qui la rend éminemment dangereuse.  A tel point que je vous ferai encore souffrir avec sa future interview...Let's Rave, Bitches !

LA NOTE DU SCRIBE : 9/10

LE BANDCAMP DE MC CLANE



LE FACEBOOK DE MC CLANE


_________________________________________________________________________________

SCHULTZ "Shot of Pain" (2019, Schultz)

Le Genre : Electro-Industriel Inédit

Album à paraître en Mai 2019.

Le Niçois Schultz n'en n'est pas à son coup d'essai loin de là puisque la formation qui porte son nom  commencé ses activités en 2002. Après plusieurs enregistrements en compagnie de la peintre et performeuse Vdrey (son blog ICI) et de quelques briscards comme GUITARFOX (à la guitare) et Sandy Dynamite (performances dansées). Fortement ancré dans la musique industrielle, le duo "augmenté" produit à ses débuts des performances mêlant musique harsh-industrial et peinture live, ainsi que danse. 
Plus tard Schultz modifie quelque peu son orientation stylistique en s'orientant vers un son davantage Electro-Industriel...

Schultz en 2007 avec un son bien "harsh" sur une techno martiale bruitiste

Avant le changement de style, Schultz fabrique des sonorités très noise...exemple :

Aujourd'hui à l'heure des préparatifs d'un nouvel album, le duo subversif nous balance à la gueule un "I Hate You" pouvant sembler a priori plus abordable...


Le clip de "I Hate You" 

Attention toutefois aux impression trompeuses, si ce nouveau titre est plus entraînant et moins bruitiste que par le passé, son efficacité et sa noirceur n'en sont que renforcés. Comme la rencontre du Laibach de "God is God" qui croiserait le chemin d'un groupe de Black Metal sortant d'une rave composée d'inhumains. Comme chez Mc Clane les sons rave font ici leur grand retour, portés par une guitare Metal ultra riffue et des vocaux harsh dignes des meilleurs vocalistes du Black. J'ai eu l'honneur et le privilège d'entendre (merci Schultz) plusieurs titres non mixés ni masterisés de l'album à venir et tout ce que je peux vous dire c'est que ça dépote sévère.

SCHULTZ ELECTRO INDUSTRIEL ET GUITARES METAL 


A l'instar des grandes années du Metal indus (grosso modo les années 90) le groupe privilégie la noirceur et la violence, incluant des influence EBM (on pense à Front 242) à leur mixture, et certains morceaux peuvent même nous renvoyer du côté de chouchous de votre serviteur comme Treponem Pal (les premiers albums). Anecdote intéressante, l'ancien Ludwig Von 88 Karim Berrouka est de la partie sur l'album ! 
Je ne peux pas vous en dire trop sans tuer le suspense mais nous avons affaire a un grand album d'indus/electro/metal à venir et il serait fou de passer à côté. Un grand bravo au passage a Artsoundmix, qui a mixé et produit les travaux de Schultz avec beaucoup de brio !


Après la sortie en débit d'année de l'excellent album de Yeruselem mon petit doigt me dit que 2019 va produire un retour de l'industriel tonitruant, ce qui est loin de me déplaire personnellement ! This is the end of the world, so you can dance on the ashes !
A l'occasion de la sortie de leur album, les Schultz seront en interview dans Le Scribe du Rock...

En attendant matez vous l'excellent clip de "I Hate You" (voir ci dessus)...

La note du Scribe : 9/10

_________________________________________________________________________________

MOYEN "Assez bien partie 4 de 4 - Presque Bien" (2018, Moyen)

Le genre : Variété Sombre de Belgique (en tous cas c'est ce qu'il dit)

Moyen est fou. Bon, une fois qu'on a dit ça on n'a pas dit grand chose. A l'instar de notre Costes national (Jean-Louis, pas l’hôtel, hein !) Mr Moyen a produit pléthore d'albums (je n'arrive pas à les compter je ne suis pas bon en calcul rénal). Ce dernier se vante de n'avoir pas été accepté par le site Metal Archives (ce qui peut surprendre vu les merdes qu'on y trouve, bref). Ce ressortissant de Belgique, doux pays à mon cœur car doté d'un peuple d'artistes aventureux et souvent moins timorés que les français, prétend faire de la "variété sombre" : ce qui est vrai, tant les styles sont "variés" sur ses albums/performances. Et j'ai choisi cet album juste parce que c'est le plus récent. On y trouve du Black Metal sentimental ("tout sert à rien" titre génial) ou du Funeral Doom des matins suicidaires ("de grand matin", entre Jacques Brel et Skepticism). Moyen a un talent musical évident, et aussi une capacité à nous narrer l'ennui et l'absurdité de l'existence, ce que font les grands artistes. Regardez Iggy Pop, chanteur de Reggae Tanzanien s'étant fait connaître avec une chanson nommée 1969 (50 piges !) dans laquelle il disait : "bon, ok, on est en 1969, encore une année à rien branler" (en substance). Moyen est-il Punk ? j'en ai marre de ce mot et cette étiquette qui ne veut plus rien dire. Mais en tous cas Moyen n'est pas moyen car sa musique est magnifiquement interprétée et crédible ("Cave Gloire Oubli" et son batcave doom dans lequel il parle des quatre chansons restantes). 

MOYEN BLACK METAL VARIÉTÉ SOMBRE DE BELGIQUE


Ce type est fou comme le sont les artistes, c'est à dire qu'il n'est jamais ridicule même quand il raconte n'importe quoi (Costes again !). Accompagné dans sa croisade par les Bruxellois de Deha (Black Metal par intermittences, même si je ne sais pas s'ils sont intermittents) ou les Metzins de Choisir le Pire (Harsh Noise) ou Arthur A de Trikhorn, groupe de Folk Metal, Moyen a l'intelligence de balancer des mots fous et absurdes sur de la BONNE musique, ce qui renforce l'impact de son oeuvre. La Belgique nous a donné Moyen, il n'y a aucun Moyen de l'éviter 

"Je suis bon qu'à écouter du DSBM...de toutes façons tout le monde est en dépression même ceux qui ne sont pas au courant" (extrait de "Bon a tout")

Moyen est à découvrir absolument, surtout si vous ne pouvez plus faire autrement que penser que ce monde est de plus en plus idiocratique...

Amen, ta paie avec la mienne...

La Note du Scribe : 9/10 (surtout pour les vocalises lyriques de Moyen)


________________________________________________________________________________

Pour celles et ceux qui ont lu cette série de chroniques (3 ou 4) rassurez vous, le prochain numéro des Crocs du Scribe reprend le cours normal des choses avec au menu que de la musique hautement radiophonique...

A savoir :


THE SOUND OF SERAPHIM (POST BLACK METAL TUNISIEN)

EXTIRPATION (OLD SCHOOL SPEED/BLACK/THRASH METAL)

WINDHELM (BLACK METAL ATMOS)

WE ARE FRENCH FUCK YOU VOL 2 (COMPIL METAL UNDERGROUND DE FRANCE)

ROTTING CHRIST "THE HERETICS" (GREEK ROTTING CHRIST METAL)

ROTTING CHRIST THE HERETICS

MAIS LES HORS NORMES REVIENDRONT !!!!