Review - Blut Aus Nord - Disharmonium - Undreamable Abysses - 2022 - Debemur Morti Productions - Avant-Garde Black Metal - French / English Text

Image
  BLUT AUS NORD Disharmonium Unbreakable Abysses 2022 Debemur Morti Productions Avant-Garde Black Metal  Le silence après du Mozart, c'est toujours du Mozart...Voici venir le retour tant attendu des théoriciens de l'esthétisme dément, les dieux vivants de l'univers hallucinogénique...Blut Aus Nord...Le Silence après Blut Aus Nord c'est toujours du Blut Aus Nord... Disharmonium - Undreamable Abysses by Blut Aus Nord Vindsval et ses acolytes continuent leur oeuvre de déconstruction radicale du black metal tout en restant l'une des formations primordiale du genre. Après un Hallucinogen pêtri de rock progressif et un retour à la noirceur au travers du projet Forhist, BAN revient à son talent fou pour l'atonalité, les guitares dissonantes, les voix fantômatiques dans le mix (plus fantômatiques que jamais d'ailleurs), des blast beats fulgurants à de longs moments ambient futuristes dignes d'une BO de Tarkovski. BAN fait de la musique, pas simplement du black m

Review - Opus Diaboli - I Am All That Has Gone Lost - 2022 - The Ritual Productions - FRENCH + ENGLISH TEXT

 OPUS DIABOLI

I am All That Has Gone Lost

2022 The Ritual Productions

Uruguayan Black Metal

opus diaboli le scribe du rock review

Lord Wolf Alexander, fondateur en 2005 d'Opus Diaboli est uruguayen. On le connait aussi au travers de son projet en compagnie de la française Fanny (également batteuse de Aksaya) Sol Invictus. Pour ce qui est d'Opus Diaboli, Lord Wolf Alexander officie seul, dans la plus pure misanthropie. Il n'était pas étonnant qu'un projet de true black aussi authentique atterrisse chez the Ritual Productions, après avoir aussi fricoté chez Satanath. Voici venir le temps du deuxième album pour cette noire entité...Un titre qui est parlant : je suis tout ce qui a été perdu...Il symbolise bien cette nostalgie inhérente au genre, cette idée que la modernité c'est quand même bien de la merde (c'est pas moi qui vais le contredire) et que l'espèce humaine, misérable au départ, ne cesse de régresser...


Six titres seulement pour tout de même plus de quarante trois minutes de musique...Cela vous indique que l'on n'a pas affaire ici avec un pseudo-raw black torché à la va vite mais bien à une oeuvre majestueuse, aussi sombre qu'épique, et que la longueur des titres (souvent au delà des sept minutes) permet à Opus Diaboli de déployer ses noires ailes avec des passages violents et rapides, des ralentissements beaucoup plus lourds ou atmosphériques et un sens de la dramaturgie indiscutable. Opus Diaboli se fout des modes, de l'époque, et propose une musique hors du monde, riche en arrangements (sans jamais tomber dans le pompier) qui peut parfois rappeler le Emperor des débuts.  Si l'on doit absolument trouver un bémol à l'ensemble, c'est peut-être au niveau de la voix qu'on le trouvera, car les croassements de LWA rappellent parfois plus un canard qu'un corbeau, et ne se hissent pas toujours à la hauteur de la musique. Mais il s'agit ici de chipotage, car l'ensemble est grandiose, d'une noire beauté et d'une réelle profondeur. 


Bref, j'ai beau répéter que le black metal EN TANT QUE MOUVEMENT est mort depuis un bon moment, cela n'empêche pas quelques nobles hérauts de continuer à arborer fièrement la flamme noire, et Opus Diaboli en fait assurément partie. Si vous en avez assez des musiques en carton qu'on vous propose venez prendre un bain d'authenticité avec cet album, si vous aimez vraiment les arts noirs et leur mise en son, cet album est là pour vous....


Pierre



THE RITUAL PRODUCTIONS








Lord Wolf Alexander, founder of Opus Diaboli in 2005, is Uruguayan. He is also known through his project with the Frenchwoman Fanny (also drummer of Aksaya) Sol Invictus. As far as Opus Diaboli is concerned, Lord Wolf Alexander officiates alone, in the purest misanthropy. It was not surprising that such a true black project landed at the Ritual Productions, after having also worked with Satanath. Here comes the time of the second album for this black entity... A title that speaks for itself: I am all that has been lost... It symbolizes well this nostalgia inherent to the genre, this idea that modernity is a load of shit (I'm not going to contradict him) and that the human species, miserable at the beginning, keeps on regressing...


Six tracks only for more than forty three minutes of music... This tells you that we're not dealing here with a pseudo-raw black metal music but with a majestic work, as dark as epic, and that the length of the tracks (often over seven minutes) allows Opus Diaboli to spread its black wings with violent and fast passages, much heavier or atmospheric slowdowns and an indisputable sense of drama. Opus Diaboli doesn't give a damn about fashions, about the times, and offers an out of this world music, rich in arrangements (without ever falling into the pompous) which can sometimes remind the Emperor of the beginnings.  If one absolutely has to find a downside to the whole, it's perhaps in the voice, because LWA's croaking sometimes reminds more of a duck than a crow, and doesn't always match the music. But this is nitpicking, because the whole thing is grandiose, darkly beautiful and really deep. 


In short, as much as I've said that black metal AS A MOVEMENT has been dead for quite some time, that doesn't stop some noble heralds from proudly carrying the black flame, and Opus Diaboli is certainly one of them. If you're tired of the cardboard music that is offered to you, come and take a bath of authenticity with this album, if you really like the black arts and their sound, this album is here for you....

Pierre

opus diaboli review le scribe du rock

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

INTERVIEW WITH VINDSVAL : THE LAST ONE - FR + ENGLISH TEXT - BLUT AUS NORD/YERUSELEM

INTERVIEW AVEC FAMINE DE KPN DEPUIS KIEV

Review - Dhärnürgh - Apocalyptic Vision - 2021 - Feu Follet Productions & Acid Vicious - Black Metal industriel - French + English Text