Accéder au contenu principal

Sélection

Review - Endless Funeral - Le Grand Silence - Epictural Production - 2021 - DSBM - French + English Text

  ENDLESS FUNERAL Le Grand Silence 2021 Epictural Production Depressive Black Metal Après la grosse claque que je me suis pris avec le dernier Ferriterium ( Calvaire dont vous pouvez lire la chronique ICI  et dont je ne peux qu'à nouveau recommander l'absolue nécessité de vous le procurer) je ne pouvais que m'intéresser de près a la nouvelle sortie du label Epictural Production, qui a sorti Ferriterium (et est géré par Raido, de Ferriterium, la boucle est bouclée. Quand ce dernier m'a appris qu'en plus la sortie en question serait un groupe de DSBM composé de membres prestigieux comme Apathy (de Karne), Psycho (Hats Barn, Lord Ketil) au chant partagé, entourés par le compositeur et auteur des textes Thomas Allam (que l'on retrouve aussi à la lead guitar et a la batterie), accompagnés par John Monier (basse, claviers, enregistrement et mix) et Visceral Vince à la guitare solo, je ne pouvais que m'enthousiasmer. Voici donc venir le premier album d'Endless

Rise of The Leviathan ! Interview with Christofer Johnsson from THERION - English & French Text - Le Scribe du Rock - Nuclear Blast

Therion! This name resounds in our ancient hearts like the legend it embodies. Bearer of an esoteric heavy metal with multiple colours and a unique identity, the band keeps coming back from time to time to remind us what a real band can be. Today, at a time when the band is about to release an exciting "Leviathan", I have the chance to give the floor to Christofer Johnsson, head of the combo, to talk about this new album but also about the history of the band since the end of the 80s. Enjoy!


Therion 2020



 "It’s a very vibrant scene. But at the same time I feel the age of musical innovations is over. I didn’t hear any new band that was very original the last 10 years"



Hello Christofer and welcome to Le Scribe du Rock! It's an honor for me! You're releasing with Therion your new album Leviathan in January and the least we can say is that it's a succession of potential hits! How did you work on this album ?

Because of the Corona chaos, we had to record everything on distance. It was recorded in Sweden, Malta, Israel, Argentina, USA, England, Germany, Spain and Finland. I would then compile and edit everything on Malta (I live there now) and send it to Sweden for the mix. It had both advantages and disadvantages working this way. The bad side is I can’t be present when it happens, so I had to reject a lot of recordings and have them re-recorded, which is a much more expensive way of working than sitting in the studio and immediately just tell a singer or a drummer to do it differently or better.

But on the positive side; after drums, bass and rhythm guitars has been nailed, it was now possible to have vocals, choirs, lead guitars, orchestration and other things recorded at the same time in different countries. This speeds up the process and also makes it less time consuming for me, so I can always listen to what was recorded with fresh ears.


After the pharaonic "beloved antichrist", did you feel the need to come back to something more compact, more efficient ?

After Beloved Antichrist I felt I had done exactly everything I wanted to do during these 33 years that band has been around. I felt a big emptiness. But then I spoke with Thomas Vikström about it on the phone and we realized Therion had always done anything the band wanted all those years and never given in to wishes from the fans on how to sound. So in that we actually found a final challenge - to for the first time ever try to give the fans what they are asking for. After so many years, you always end up in a situation where a certain period (usually the most successful) of the band is regarded as ”classic”. So we tried to capture the spirit of the most popular Therion songs and write a new album full of ”hit songs” carrying the same essence as ”classic Therion”. But without trying to copy individual previous songs or albums. It should be a new album, bust sounding like it could have been released back then. That’s a big challenge for a band that never tried to do something like that before. 

therion beloved antichrist



Therion has been around for more than thirty years and you haven't aged a day! What is the secret of your eternal youth?

That’s very nice of you to say, but ”not haveing aged a day” seems like like a slight exaggeration. But I do try to look after my self. I am a vegetarian and eat only organic food at home since 1997, I try to walk an hour every day, don’t do drugs and drink very moderate amounts of alcohol.

There is everything we love in "Leviathan" about Therion: heavy metal of course, but also symphonic music and those famous choirs you are a specialist in. It's the perfect album to discover yourself for the young generation, isn't it ?


Yes, if someone is totally new to Therion, this would be a very good introduction to the band.

therion leviathan


With Therion, the lyrics are always very important, and always echo mythology and esotericism. Can you tell us about the themes that you've tackled this time?


Among other things we covered Celtic, Chinese, Finnish, Toltec/Aztec and old Germanian mythology. 


Did the exercise of style that was "Les Fleurs Du Mal" bring you something in terms of composition ? Maybe the fact of going more straight to the point, no?

As ”Les Fleurs du Mal” was a cover album, it has very little do to with how we compose our own songs. 



In Leviathan I heard some passages that remind me of the best albums of your compatriot Yngwie Malmsteen. Is it random or do you appreciate his work ?

I only own the ”Marching Out” album of Malmsteen and that a good album. I’m not aware of it, but it’s not impossible it has influenced me, the song ”I’m a Viking” has a bit similar tempo and mood as the Leviathan title track I guess.

I have a great respect for Yngwie. His melodic hard rock is for the most of it not my cup of tea, but he was absolutely groundbreaking defining neoclassical guitar schredding in the early 80’s.


In the 90's you were attached more to the extreme scene, and today more to the heavy metal scene. Do you think it's the band that has changed or the scenes are not the same anymore ?


I started as a heavy metal fan in the early 80’s and when I formed the band in 1987 I listened mostly to heavy metal and a few thrash metal bands. It wasn’t until 1988 that I got very much into death metal and Therion also started to go in that direction. Then already at 1993, both by personal taste and Therions music started to go in a different direction. So the death metal period was just a phase in the middle. I still like many of the bands I listened to back then, but seldom listen to it these days.

Death metal was a brand new revelation in 1988, only a few pure death metal albums was released at that time and it was a great platform for developing and experimenting musically. I have only fond and positive memories from that period and I am proud of what we accomplished back then, even if it’s totally different band from what Therion has been the last 25 years.

Like every other new music trend, there where tons of bands popping up everywhere, like mushrooms in the ground. Meaning most of the innovations come rather fast and after a number of years it feels like most things has already been said and done. You can say the same thing about heavy and trash metal in the 80’s. There were a number of big names established back then and even though many new bands have been established playing heavy and trash metal since then, the big names from the 80s’ remains the same. I feel it’s the same with death metal, where the big names established in the late 80’s and early 90’s are still the kings and it’s hard for newer bands the last 25 years to establish on the same level. Therion left pure death metal early on, so we remained an odd experimental act on underground level while we played that type of music.


By the way, what do you think of the current metal scene ? You who knew a golden age, do you find the current period rich in discoveries ?

There are good albums and songs being written and performed by many good bands. It’s a very vibrant scene. But at the same time I feel the age of musical innovations is over. I didn’t hear any new band that was very original the last 10 years. Everyone keep using already established formulas and just some spices and colours are individual in the new creations. It’s like with inventions in general. After the invention of electricity, steam engine, trains, combustion engine, flying, radio, TV, telephone and computers, the continuing development has been a constant development and improvement of those technologies. A car 2020 is per principle not very different from a car 100 years ago. It’s of course faster, more comfortable and safer, but there has been nothing revolutionary. Same with internet. When you use it with your smartphone, its an advanced development of a melting pot of telephone, radio, TV and computer. For 70 years we had many revolutionary developments, but no new revolutionary scientific discovery. It’s the same with music. You have newer bands like Ghost and Sabaton writing a lot of really good songs and wrap the band in a personal colour and becoming very successful with what they do. And there will be more bands like that. But we didn’t experience something radically new like when Jimi Hendrix started hard rock, Black Sabbath created a totally new sound or the birth of heavy, trash, death and black metal. The last new big innovations was the gothic and symphonic metal of the 90’s and a decade later the wave of folk and prog metal. Since then I have heard no more music revolution, just progression and blending of the already established music styles. But it’s not a complaint in any way, it’s just an observation. Things doesn’t have to be revolutionary to be good.


If you had to, you christofer, tell us what are your favorite albums of all time ?

There are so many album I love insanely much and have listened intensely to over the years, but if I would move to an empty island only only could bring 5 albums with me, it would probably let fate deside and grab one album randomly and then choose these 4 other album:


Accept ”Restless and Wild”

Accept ”Balls to the Wall”

Voivod ”Killing Technology”

Klaatu ”Hope”

A last word for the scribe's readers ? 


I hope our fans will continue to buy physical albums (CD or vinyl). It’s never the same selling a stream like selling a real album. Not only in financial terms (fact is there are even a few advantages with streaming economically speaking), it just feels weird with fans not owning the record. The booklet doesn’t only contain lyrics, it also has info on the songs, like for example credits on who is playing and singing where. The digipak will also come in a Producers Edition with several bonus tracks with interesting alternative vocal versions. I understand people feel they don’t need to buy full albums anymore if there’s just a song or two they like on a record. And I understand that young people who nver owned a CD or vinyl player have a new way of listening to music. But I hope those who bought our albums in the past and who like the new album will continue to buy.



Therion 2020
"C'est une scène très vivante. Mais en même temps, je pense que l'âge des innovations musicales est terminé. Je n'ai entendu aucun nouveau groupe très original ces dix dernières années" 

 


Therion ! Ce nom résonne dans nos coeurs anciens comme la légende qu'il incarne. Porteur d'un heavy metal ésotérique aux couleurs multiples et à l'identité unique, le groupe continue avec succès a revenir de temps en temps nous rappeler ce qu'un vrai groupe peut être. Aujourd'hui, a l'heure où le groupe s'apprête a sortir un enthousiasmant "Leviathan" j'ai la chance de donner la parole a Christofer Johnsson, tête pensante du combo, pour parler de ce nouvel album mais aussi de l'histoire du groupe depuis la fin des années 80. Enjoy !

Bonjour Christofer et bienvenue dans le Scribe du Rock ! C'est un honneur pour moi ! Vous sortez avec Therion votre nouvel album Leviathan en janvier 2021 et le moins qu'on puisse dire c'est que c'est une succession de hits potentiels ! Comment avez-vous travaillé sur cet album ?


A cause du chaos de Corona, nous avons dû tout enregistrer à distance. Il a été enregistré en Suède, à Malte, en Israël, en Argentine, aux Etats-Unis, en Angleterre, en Allemagne, en Espagne et en Finlande. J'ai ensuite compilé et édité tout ce qui se trouvait à Malte (j'y vis maintenant) et je l'ai envoyé en Suède pour le mixage. Ce mode de fonctionnement présentait des avantages et des inconvénients. Le mauvais côté est que je ne peux pas être présent lorsque cela se produit, j'ai donc dû rejeter beaucoup d'enregistrements et les faire réenregistrer, ce qui est une façon de travailler beaucoup plus coûteuse que de rester assis dans le studio et de dire immédiatement à un chanteur ou à un batteur de faire les choses différemment ou mieux.

Mais le côté positif est qu'une fois que la batterie, la basse et les guitares rythmiques ont été validées, il est maintenant possible de faire enregistrer en même temps dans différents pays des chœurs, des guitares lead, des orchestrations et d'autres choses. Cela accélère le processus et le rend moins long pour moi, de sorte que je peux toujours écouter ce qui a été enregistré avec des oreilles fraîches.


Après le pharaonique "Beloved Antichrist", avez-vous ressenti le besoin de revenir à quelque chose de plus compact, de plus efficace ?

Après Beloved Antichrist, j'ai senti que j'avais fait exactement tout ce que je voulais faire pendant ces 33 ans que le groupe a vécu. J'ai ressenti un grand vide. Mais ensuite, j'en ai parlé avec Thomas Vikström au téléphone et nous avons réalisé que Therion avait toujours fait tout ce que le groupe voulait pendant toutes ces années et n'avait jamais cédé aux souhaits des fans sur la façon de sonner. Nous avons donc trouvé un dernier défi à relever : pour la première fois, nous avons essayé de donner aux fans ce qu'ils demandent. Après tant d'années, on se retrouve toujours dans une situation où une certaine période (généralement la plus réussie) du groupe est considérée comme "classique". Nous avons donc essayé de capturer l'esprit des chansons les plus populaires de Therion et d'écrire un nouvel album plein de "hit songs" portant la même essence que le "Therion classique". Mais sans essayer de copier les chansons ou les albums précédents. Il devrait s'agir d'un nouvel album, mais il semble qu'il aurait pu être publié à l'époque. C'est un grand défi pour un groupe qui n'a jamais essayé de faire quelque chose comme ça auparavant. 

therion beloved antichrist

Therion existe depuis plus de trente ans et vous n'avez pas vieilli d'un jour ! Quel est le secret de votre jeunesse éternelle ?

C'est très gentil à vous de le dire, mais "ne pas avoir vieilli d'un jour" semble être une légère exagération. Mais j'essaie de prendre soin de moi. Je suis végétarien et je ne mange que des aliments biologiques à la maison depuis 1997. J'essaie de marcher une heure par jour, de ne pas me droguer et de boire de l'alcool en quantité très modérée.


Il y a tout ce que nous aimons chez Therion dans "Leviathan" : le heavy metal bien sûr, mais aussi la musique symphonique et ces célèbres chorales dont vous êtes spécialiste. C'est l'album parfait pour se découvrir soi-même pour la jeune génération, n'est-ce pas ?

Oui, si quelqu'un découvre totalement Therion, ce sera une très bonne introduction au groupe.

therion leviathan

Avec Therion, les paroles sont toujours très importantes, et font toujours écho à la mythologie et à l'ésotérisme. Pouvez-vous nous parler des thèmes que vous avez abordés cette fois-ci ?


Nous avons entre autres abordé la mythologie celtique, chinoise, finlandaise, toltèque/aztèque et la vieille mythologie germanique. 

L'exercice de style qu'était "Les Fleurs Du Mal" vous a-t-il apporté quelque chose en termes de composition ? Peut-être le fait d'aller plus droit au but, non ?

Comme "Les Fleurs du Mal" était un album de reprises, cela n'a pas grand chose à voir avec la façon dont nous composons nos propres chansons. 

Dans "Leviathan", j'ai entendu quelques passages qui me rappellent les meilleurs albums de votre compatriote Yngwie Malmsteen. Est-ce un hasard ou appréciez-vous son travail ?

Je ne possède que l'album "Marching Out" de Malmsteen et c'est un bon album. Je n'en suis pas conscient, mais il n'est pas impossible qu'il m'ait influencé, la chanson "I'm a Viking" a un tempo et une ambiance un peu similaires à la chanson titre de Leviathan je suppose.

J'ai un grand respect pour Yngwie. Son hard rock mélodique n'est pas, pour la plupart, ma tasse de thé, mais il a été absolument révolutionnaire en définissant le shredding dans la guitare néoclassique au début des années 80.


Dans les années 90, vous étiez plus attaché à la scène extrême, et aujourd'hui plus à la scène heavy metal. Pensez-vous que c'est le groupe qui a changé ou que les scènes ne sont plus les mêmes ?


J'ai commencé comme fan de heavy metal au début des années 80 et quand j'ai formé le groupe en 1987, j'écoutais surtout du heavy metal et quelques groupes de thrash metal. Ce n'est qu'en 1988 que j'ai commencé à m'intéresser au death metal et Therion a également commencé à aller dans cette direction. Puis, dès 1993, tant par goût personnel que par la musique de Therion, j'ai commencé à aller dans une autre direction. La période du death metal n'était donc qu'une phase intermédiaire. J'aime toujours beaucoup de groupes que j'écoutais à l'époque, mais je l'écoute rarement de nos jours.

Le death metal a été une toute nouvelle révélation en 1988, seuls quelques albums de death metal pur sont sortis à cette époque et c'était une excellente plateforme pour développer et expérimenter musicalement. Je n'ai que de bons souvenirs de cette période et je suis fier de ce que nous avons accompli à l'époque, même si c'est un groupe totalement différent de ce que Therion a été ces 25 dernières années.

Comme toute nouvelle tendance musicale, il y a des tonnes de groupes qui surgissent partout, comme des champignons dans le sol. Cela signifie que la plupart des innovations arrivent assez rapidement et qu'après un certain nombre d'années, on a l'impression que la plupart des choses ont déjà été dites et faites. On peut dire la même chose du heavy et du thrash metal dans les années 80. Un certain nombre de grands noms se sont établis à l'époque et même si de nombreux nouveaux groupes se sont créés en jouant du heavy et du thrash metal depuis lors, les grands noms des années 80 restent les mêmes. Je pense que c'est la même chose avec le death metal, où les grands noms établis à la fin des années 80 et au début des années 90 sont toujours les rois et il est difficile pour les groupes plus récents des 25 dernières années de s'établir au même niveau. Therion a quitté le pur death metal très tôt, et nous sommes donc restés un étrange groupe expérimental au niveau de l'underground tout en jouant ce type de musique.


Au fait, que pensez-vous de la scène metal actuelle ? Vous qui avez connu un âge d'or, trouvez-vous que la période actuelle est riche en découvertes ?

Il y a de bons albums et de bonnes chansons qui sont écrites et interprétées par de nombreux groupes. C'est une scène très vivante. Mais en même temps, je pense que l'âge des innovations musicales est terminé. Je n'ai entendu aucun nouveau groupe très original ces dix dernières années. Tout le monde continue à utiliser des formules déjà établies et seules quelques épices et couleurs sont individuelles dans les nouvelles créations. C'est comme pour les inventions en général. Après l'invention de l'électricité, de la machine à vapeur, des trains, du moteur à combustion, de l'aviation, de la radio, de la télévision, du téléphone et des ordinateurs, le développement continu a été un développement et un perfectionnement constants de ces technologies. Une voiture 2020 n'est par principe pas très différente d'une voiture d'il y a 100 ans. Elle est bien sûr plus rapide, plus confortable et plus sûre, mais il n'y a rien eu de révolutionnaire. Il en va de même pour l'internet. Lorsque vous l'utilisez avec votre smartphone, il s'agit d'un développement avancé d'un melting-pot de téléphone, radio, TV et ordinateur. Pendant 70 ans, nous avons connu de nombreux développements révolutionnaires, mais aucune nouvelle découverte scientifique révolutionnaire. C'est la même chose avec la musique. Vous avez des groupes plus récents comme Ghost et Sabaton qui écrivent beaucoup de très bonnes chansons et qui donnent au groupe une couleur personnelle et connaissent un grand succès dans leur domaine. Et il y aura d'autres groupes de ce genre. Mais nous n'avons pas vécu quelque chose de radicalement nouveau comme lorsque Jimi Hendrix a commencé le hard rock, que Black Sabbath a créé un son totalement nouveau ou que la naissance du heavy, du thrash, du death et du black metal. Les dernières grandes innovations ont été le métal gothique et symphonique des années 90 et, dix ans plus tard, la vague du folk et du métal prog. Depuis lors, je n'ai plus entendu de révolution musicale, juste une progression et un mélange des styles musicaux déjà établis. Mais ce n'est pas du tout une plainte, c'est juste une observation. Les choses n'ont pas besoin d'être révolutionnaires pour être bonnes.


Christofer, dis-nous quels sont tes albums préférés de tous les temps ?

Il y a tellement d'albums que j'aime énormément et que j'ai écouté intensément au fil des ans, mais si je déménageais sur une île vide où je ne pourrais emporter que 5 albums, cela laisserait probablement le destin décider et je choisirais un album au hasard et ensuite ces 4 autres albums :


Accept ”Restless and Wild”

Accept ”Balls to the Wall”

Voivod ”Killing Technology”

Klaatu ”Hope”



Un dernier mot pour les lecteurs du scribe ? 

J'espère que nos fans continueront à acheter des albums physiques (CD ou vinyl). Ce n'est jamais la même chose de vendre un flux que de vendre un vrai album. Non seulement en termes financiers (le fait est qu'il y a même quelques avantages à la diffusion en continu d'un point de vue économique), cela fait juste bizarre que les fans ne possèdent pas le disque. Le livret ne contient pas seulement les paroles, il contient aussi des informations sur les chansons, comme par exemple des crédits sur qui joue et où chante. Le digipak sera également disponible en édition des producteurs avec plusieurs pistes bonus et des versions vocales alternatives intéressantes. Je comprends que les gens pensent qu'ils n'ont plus besoin d'acheter des albums complets s'il n'y a qu'une ou deux chansons qu'ils aiment sur un disque. Et je comprends que les jeunes qui n'ont jamais possédé de lecteur de CD ou de vinyle ont une nouvelle façon d'écouter la musique. Mais j'espère que ceux qui ont acheté nos albums dans le passé et qui aiment le nouvel album continueront à en acheter.




Commentaires

CONTACTEZ LE SCRIBE DU ROCK

Nom

Adresse e-mail *

Message *

Articles les plus consultés