Accéder au contenu principal

Sélection

Review - Scour - Black - EP - 2020 - Nuclear Blast - Grinding and thrashing black metal - French and English Text

Black EP by Scour   SCOUR  BLACK 2020 NUCLEAR BLAST Grinding and Thrashing Black Metal Sortie le 27 Novembre 2020 On connait depuis longtemps la passion que Phil Anselmo porte au black metal. Il s'était déjà illustré dans le passé avec Christ Inversion ou Viking Crown (avec son pote Killjoy (RIP) de Necrophagia), la fondation de Scour en 2015 ne fut donc pas une réelle surprise. Pourtant, a l'occasion de la sortie de ce troisième EP du groupe, le sobrement nommé "black" on va voir qu'il serait réducteur de ne voir que du black metal dans la musique de ces terroristes sonores. Si les premières sorties du combo (a commencer par le premier EP "Grey") donnaient   a entendre un black metal primitif et brutal, cette fois l'ami Phil y adjoint des influences plus grindcore (jolis cris de porcinet et morceaux très courts) ou Thrash (les riffs lorgnent souvent de ce côté là). Six titres en moins de seize minutes, pour une rasade de violence musicale sans aucu

A progressive journey around the islands : Interview with The Flower Kings (Roine Stolt) - Progressive Rock - English and French text - Le Scribe du Rock

I must have had a narcotic surge when I started this interview with Roine Stolt, the thought leader of the Swedish progressive rock band The Flower Kings, because I told him that the band was releasing their eighteenth album. As he pointed out to me in a gentlemanly way it was maybe a bit much (lol). So Islands is the 14th album of the Swedish disciples of Emerson Lake and Palmer, Yes, King Crimson and crazy in love with the Beatles...Which is already a lot when you know the tendency of the band to release double albums ! Interview with Roine, via skype !

roine stolt the flower kings



the flower kings



You've just released your 18th album with the Flower Kings if my calculations are right. So what does this new baby have more than the previous ones for you?

I have to be honest, 18 sounds a lot to me, maybe depending on if add live stuff , then maybe you're right. If I think only about studio records, probably 12 or 13, something like that. Well, the album's  topic came about partly because of the situation as it is now.  Over the last six or seven or eight months, because when the world said that we have to rethink about tourism, it was always because we had to go to Canada, to Europe, where we realize that the world was shutting down bit by bit so that we could go and play.  Then we need to find something to to do, you know? Yeah, sure, because that's what we do day to day. That's always work that we like to do because I don't like sitting around and just watching television. So we decided to keep on  rather than sitting around waiting to see what's next. When it struck down all that.


Yes, sure. Thank you for for this, um, second question you're following in the footsteps of the big names in 1970s, progressive rock like ELP. Yes And stuff. And you're from the same generation as Spock's Beard, for example. You are even part of Transatlantic,  an adventure where you crossed paths with Mark Portnoy from Dream Theater, Neil Moss from Spock's Beard. You must feel fulfilled, I think. How do you place the Flower Kings on the progressive rock and metal scene today?

That's such a good question, because I don't think so much in terms of what we are. It feels like you have an idea and you just I mean, you just want whatever you want. And I think all the craziness about who else is on the market or what kind of generational approach to it really doesn't have much to be. It's all the music, all the inspiration that's been around since I was a kid that started with probably you heard on the radio that wasn't properly orchestrated.  My mother was home, so she was a housewife, but she had two children. And then, of course, in the 60s, the Beatles came along and quickly after the Beatles, all the other cool artists alike. King Crimson. Yes. These guys came down at that point. I already started learning, you know, listening to different styles of music. I was listening to the records. So a lot of my work dealt with more complicated stuff like King Crimson, but and also opened up to Pop because Pop was always there from the days of the Beatles hit the stage, all of these great pop songs that they wrote in the 60s.
So I when I started playing the guitar, I. I had one conversation, I was just like a human was about classical music and jazz, all sorts of. So so I see my son. Sort of swirling around everywhere, nowhere or everywhere. And some of my early years listening to orchestrate the music on the radio, discovering the more complicated Jimi Hendrix and King Crimson, yes, it's like that. And then I do love my different bands. I started as a bass player and then went on to guitar and started writing songs and then started singing. And then in 1994, when I began with the flower kings and that was a time when prog rock was a bit forgotten.
 So, yeah, it's kind of a dark age. But i wanted to say that i still love this kind of music. So I did it. And then I discovered the world that I wasn't too familiar with. But for me, they were kind of successful dream a little bit later.  


 I can assure you  "Islands" is full with Beatles inspiration ! And I like it. And I think the Flower Kings are also a pop band and it's not a bad word for me. I think it's a great word. So I I'm OK with you. And to continue in the same spirit, I am sorry but I insist a bit about the progressive term. But have you noticed these days progressive is more and more trendy these last years, including in extreme metal or post rock or even rap music?  A lot of artists that claiming to be part of the progressive movement and progressive scene. So I think it's a it's a good thing. But how do you explain this? What do you think about it?

Well, I. I don't know why, but you're right about this is opening up. Yeah, I mean, when we started twenty, twenty five years ago, the scene was different : you had almost have to excuse yourself because of playing prog music. But now like confessing that they didn't like the mainstream pop scene that they take to kick step it, sort of. This project is very much present for the music. And, you know, I'm fond of Lady Gaga. Yeah. And they they connect to the music that was played on. This is the USA nowadays. They stretch out songs. So it's it seems like the openness that was sort of at the heart of the late 60s and in the beginning of the 70s. Yeah. It's like it has come back. It's like a different way. 

flower kings islands


Your new album, Islands, has a beautiful cover signed by the great Roger Dean himself. Um, I don't know if it's the first time you work with him, but, um. How did you work with them regarding the concept of the record ?

Well, first of all, this is the first time that we have a cover by Roger Dean. I just had a quick chat, but after that it turned out to be it felt like Roger Dean was so connected with people, etc. So I think I never thought of the idea of having the cover up. So this is something that was suggested from the record label. We were looking for something and we were already in the stages of mixing it up. Deep down, I was hesitant because I felt maybe it's too expensive or maybe he's so connected with. And so it might be weird, but the other guys in the band felt it was a good idea and that was a good idea ! So I got in contact with Roger and he presented to me some projects.  one of them is the one we have now for for the album.
It was interesting because for some reason he had called the painting "Islands". So it was at that we had just that we talked about the title. On the other hand, I think most of the band members thought that It looked like the title so, you know, to the point title for the album. So this is a coincidence that this painting was called.


Coincidence or not, which islands are you talking about in the album?

Well, the more interesting for me, because that was a song that was going to be the finishing song, not simply for the reason that I was on an island off South Africa and spent a couple of years ago on the beach and I came home and I had no way to write it down because I was sick. So I had to sing in my telephone. And then when I came back, I did  like to start working on the idea, in the computer with the orchestrations and stuff like that, I it was so close but everything got more interesting when the guys wanted to play. I live in isolation and I have the same sort of the same problems we all have. In all the world. State of isolation.  this autumn as the weather will get colder  and we're going to have the bulk of the cold.  But even before that, there is if you look at the society in general, it's it's what's happening, isolating each other. And it's something that pops up a couple of songs and I would say also into the lyrics.  But the album actually isn't really a concept.

the flower kings islands



how do you live this  period not being able to perform on stage, doing do you manage to take advantage of it for a renewal of creativity maybe?

I think for me personally, I can't speak for the other guys in the band. But for me, it was kind of a good time to focus on me, to be at home in my studio and get things done. And I would say the outcome in itself is a result of the lockdown.  it was much quicker to do the album than we thought.  I kind of enjoyed being at home. I liked the studio. This is also to be recording Transatlantic now with the new album. it's coming up next year. So I'll be working with some of  stuff to do, the recordings for different people and working on projects, writing and recording. 


Can you imagine which band would you like to jam with?

Well, that's that's a tough question because certainly there's a lot of them.

But, you know, who doesn't you want to play with the Beatles ?

Thank you and goodbye Roine !

Thanks ! and bye bye !




roine stolt the flower kings

the flower kings


J'avais du avoir une remontée de produits stupéfiants quand j'ai commencé cette interview de Roine Stolt, tête pensante du groupe de rock progressif suédois The Flower Kings, car je lui ai dit que le groupe sortait leur dix-huitième album. Comme il me l'a fait remarquer à la  façon gentleman ça faisait peut être un peu beaucoup (lol). Islands est donc le 14ème album des suédois disciples d'Emerson Lake and Palmer, Yes, King Crimson et fous amoureux des Beatles...Ce qui est déjà beaucoup quand on connait la tendance du groupe a sortir des double albums ! Interview avec Roine, via skype !

Vous venez de sortir votre 18ème album avec les Flower Kings si mes calculs sont justes. Qu'est-ce que ce nouveau bébé a de plus que les précédents pour vous ?

Je dois être honnête, 18, c'est beaucoup pour moi, ça dépend peut-être de si on ajoute les album live, alors peut-être que vous avez raison. Si je ne pense qu'aux disques de studio, probablement 12 ou 13, quelque chose comme ça. Le sujet de l'album est né en partie à cause de la situation actuelle, au cours des six, sept ou huit derniers mois, parce que quand le monde disait que nous avions en quelque sorte repensé le tourisme, c'était toujours parce que nous devions aller au Canada, en Europe, où nous nous sommes rendu compte que le monde se fermait petit à petit pour que nous puissions aller jouer ces histoires. Alors nous devons trouver quelque chose à faire, vous savez ? Oui, bien sûr, parce que c'est ce que nous faisons tous les jours. C'est toujours un travail que nous aimons faire parce que je n'aime pas rester assis à regarder la télévision. Donc je pense que c'est un peu ça. Nous avons eu de la chance parce que nous avions tellement de chances que le joueur de la SEC nous a rejoint. Quand tout cela est arrivé, nous avons décidé de commencer aussi et de commencer plutôt que de rester assis à attendre de voir ce qui allait suivre. Donc, ça.

Vous suivez les traces des grands noms des années 70 du rock progressif comme le ELP ou King Crimson et vous êtes de la même génération que Spock's Beard, par exemple. Vous faites même partie de Transatlantic, une aventure où vous avez croisé le chemin de Mark Portnoy de Dream Theater, de Neil Moss de Spock's Beard. Vous devez vous sentir comblé, je pense. Comment placez-vous les Flower Kings sur la scène du rock progressif et du métal aujourd'hui ?

C'est une bonne question, parce que je ne pense pas tellement en termes de ce que nous sommes. On a l'impression d'avoir une idée et on veut juste ce qu'on veut. Et je pense que toute la folie concernant les autres produits sur le marché ou le type d'approche générationnelle n'a pas vraiment de raison d'être. C'est toute la musique, toute l'inspiration qui existe depuis mon enfance qui a commencé avec probablement ce que vous avez entendu à la radio qui n'était pas bien orchestré.  Ma mère était à la maison, donc elle était femme au foyer, mais elle avait deux enfants. Et puis, bien sûr, dans les années 60, les Beatles sont arrivés et rapidement après les Beatles, tous les autres artistes cool aussi. King Crimson. Oui. Ces gars sont arrivés à ce moment-là. J'ai déjà commencé à apprendre, vous savez, à écouter différents styles de musique. J'écoutais les disques. Donc une grande partie de mon travail portait sur des choses plus compliquées comme King Crimson, mais s'est aussi ouvert à la pop parce que la pop était toujours là depuis l'époque où les Beatles ont fait leur apparition sur scène, toutes ces grandes chansons pop qu'ils ont écrites dans les années 60.

Quand j'ai commencé à jouer de la guitare, j'ai eu comme une conversation, j'étais comme un humain qui parle de musique classique et de jazz, toutes sortes de choses. J'ai passé mes jeunes années à écouter l'orchestration de la musique à la radio, à découvrir les trucs  plus compliqués comme Jimi Hendrix et King Crimson,  J'ai commencé comme bassiste, puis je suis passé à la guitare et j'ai commencé à écrire des chansons, puis à chanter. Et puis en 1994, quand j'ai commencé avec les Flower Kings, c'était une époque où le rock progressif était un peu oublié.

 Donc, oui, c'est une sorte d'âge sombre. Mais je voulais dire que j'aime toujours ce genre de musique. Alors je l'ai fait. Et puis j'ai découvert le monde que je ne connaissais pas trop. Mais pour moi, c'était une sorte de rêve réussi un peu plus tard.  


Je peux vous assurer que "Islands" est plein d'inspiration Beatles ! Et j'aime ça. Et je pense que les Flower Kings sont aussi un groupe de pop et ce n'est pas un gros mot pour moi. Je pense que c'est un mot génial. Donc je suis d'accord avec vous. Et pour continuer dans le même esprit, je suis désolé mais j'insiste un peu sur le terme progressif.Mais avez-vous remarqué que de nos jours, le progressif est de plus en plus à la mode ces dernières années, y compris dans le métal extrême ou le post rock ou même le rap ?   Beaucoup d'artistes prétendent faire partie du mouvement progressif et de la scène progressive. Donc je pense que c'est une bonne chose. Mais comment expliquez-vous cela ? Qu'en pensez-vous ?

Je ne sais pas pourquoi, mais vous avez raison, les esprits s'ouvrent. Oui, je veux dire, quand nous avons commencé il y a vingt, vingt-cinq ans, la scène était différente : il fallait presque s'excuser de jouer de la musique prog. Mais maintenant, c'est comme s'ils avouaient qu'ils n'aimaient pas la scène pop classique qu'ils prennent pour en faire du fric, en quelque sorte. Cette idée est très présente dans la musique. Et, vous savez, j'aime beaucoup Lady Gaga. Ouais. Et ils se connectent à la musique qui a été jouée. C'est les États-Unis d'aujourd'hui. Ils étirent les chansons. C'est donc l'ouverture d'esprit qui était en quelque sorte au cœur de la fin des années 60 et du début des années 70. Oui, c'est comme si elle était revenue . C'est une façon différente de voir les choses. 

flower kings islands

Votre nouvel album, Islands, a une belle couverture signée par le grand Roger Dean lui-même. Je ne sais pas si c'est la première fois que vous travaillez avec lui, mais comment avez-vous travaillé avec lui en ce qui concerne le concept du disque ?

Eh bien, tout d'abord, c'est la première fois que nous avons une pochette de Roger Dean.  J'ai juste eu une petite discussion, mais après cela, il s'est avéré que Roger Dean était tellement connecté avec les gens, etc. Je pense donc que je n'ai jamais pensé à l'idée de faire la couverture. C'est donc quelque chose qui a été suggéré par la maison de disques. Nous cherchions quelque chose et nous étions déjà en train de le mixer. Au fond, j'hésitais parce que je sentais que c'était peut-être trop cher ou qu'il était trop lié à la maison de disques. C'est peut-être bizarre, mais les autres membres du groupe ont trouvé que c'était une bonne idée et c'était une bonne idée ! J'ai donc pris contact avec Roger et il m'a présenté quelques projets. L'un d'entre eux est celui que nous avons maintenant pour l'album.

C'était intéressant parce que pour une raison quelconque, il avait appelé le tableau "Islands". C'est alors que nous avons parlé du titre. D'un autre côté, je pense que la plupart des membres du groupe pensaient que ça ressemblait au titre, donc, vous savez, au titre exact de l'album.  C'est donc une coïncidence que ce tableau s'appelle ainsi.

Coïncidence ou non, de quelles îles parlez-vous dans l'album ?

Eh bien, le plus intéressant pour moi, parce qu'Islands était une chanson qui allait être la chanson de fin, et pas seulement pour la raison que j'étais sur une île au large de l'Afrique du Sud et que j'ai passé quelques années sur la plage il y a quelques années et que je suis rentré à la maison et que je n'avais aucun moyen de l'écrire parce que j'étais malade. J'ai donc dû chanter dans mon téléphone. Et puis quand je suis revenu, j'ai commencé à travailler sur l'idée, à l'ordinateur avec les orchestrations et des trucs comme ça, j'étais si proche mais tout est devenu plus intéressant quand les gars ont voulu jouer. Je vis dans l'isolement et j'ai le même genre de problèmes que nous avons tous. Dans le monde entier. Etat d'isolement. Cet automne, le temps va se refroidir et nous allons avoir le plus gros du froid.  Mais même avant cela, il y a, si vous regardez la société en général, c'est ce qui se passe, l'isolement des uns et des autres. Et c'est quelque chose qui ressort de quelques chansons et je dirais aussi dans les paroles.  Mais en fait, l'album n'est pas vraiment un concept.

the flower kings islands

Comment vivez-vous cette période où vous ne pouvez pas vous produire sur scène, parvenez-vous à en profiter pour un renouveau de créativité peut-être ?

Je pense que pour moi personnellement, je ne peux pas parler pour les autres gars du groupe. Mais pour moi, c'était une sorte de bon moment pour me concentrer sur moi, pour être chez moi dans mon studio et faire avancer les choses.Et je dirais que le résultat en soi est le résultat du verrouillage. Il a été beaucoup plus rapide de faire l'album que nous le pensions.  J'ai en quelque sorte apprécié d'être à la maison.  J'ai aimé le studio. C'est aussi l'occasion d'enregistrer le nouveau Transatlantic.  Il est prévu pour l'année prochaine.  J'ai aimé le studio.C'est aussi l'occasion d'enregistrer Transatlantic maintenant avec le nouvel album. il sortira l'année prochaine. Je vais donc travailler sur des choses à faire, les enregistrements pour différentes personnes et travailler sur des projets, l'écriture et l'enregistrement. 

Pouvez-vous imaginer avec quel groupe vous aimeriez jammer ?

C'est une question difficile car il y en a certainement beaucoup.
Mais, tu sais,  qui  ne veux pas jouer avec les Beatles ?


J'aimerais bien entendre ça !
Je dois donc vous remercier et vous dire au revoir !

Merci et bye bye !


Commentaires

CONTACTEZ LE SCRIBE DU ROCK

Nom

Adresse e-mail *

Message *

Articles les plus consultés