Le mélange ultime du VRAI Death Metal et du TRVE Black Metal ? Interview avec NECROCULT

NECROCULT BLACK DEATH METAL

Salut Necrocult, et merci de répondre à mes questions ! Faisons un long chemin dans le passé à l'époque où vous avez débuté en tant que Crucifix en 1994. Peux tu nous rafraîchir la mémoire ?


Salut ! Merci à toi pour cette interview, Loran à la plume après avoir recueilli les avis de nous trois.
Nous venons d’un terroir très ancré dans le rock le hard rock et  le punk, nous avons grandi avec ça. Nous avons toujours été entouré de groupes qui jouaient et faisaient tourner leurs compos et démos dans des petits concerts locaux ou se mêlaient tous ces styles. Lorsque nous avons décidé de monter Crucifix en 1994, on ne peut pas dire que les groupes de Death Métal étaient Légion - le Black Métal étaient quand à lui complètement absent. On les comptait sur les doigts d'une main dans notre Tarn profond. 
Nous faisions tourner des reprise de Hard et de Thrash dans le garage familial et c'est tout
 naturellement qu'on a fini par faire des compos, inspirées de nos influences de l'époque : Deicide, Morbid Angel, Cannibal Corpse, Sinister, Dismenber, Entombed, Benediction , ...
Du fait d'une scène underground punk/hardcore très active, on a pu très vite trouver des plans concerts dans la région. On a écumé pas mal de salle des fêtes avec des programmations des plus atypiques. Ce n'est que bien plus tard qu'on a pu partager des dates avec uniquement des groupes de métal.

necrocult black metal death metal interview le scribe du rock


Comment étes vous passé de Crucifix a Necrocult et comment ce glissement du death metal au black/death ?

Le split Emperor/Enslaved ainsi que la sortie de la compilation "Blackend" ont eu un impact assez fort sur notre parcours, on a été happé par la scène norvégienne et ça a donné une direction particulière à notre musique. 
On a toujours aimé ce mélange de voix grave et aigu, dans les vieux Deicide par exemple, qui donne un rendu vraiment malsain. Nous avons donc évolué assez rapidement vers un style plus varié,  avec une seconde voix aiguë et des riffs  black. 
On a alors changé de nom pour Necrocult.

Notre style est devenu particulier, on a toujours conservé des parties très death métal et des passages vraiment black métal. Notre musique n'est pas un hybride de ces deux deux styles mais les intègre complètement et à part entière. 

Depuis Crucifix, le lineup est resté le même : Loran (guitare/chant) - Manu (basse/chant) - David (batterie).



D'ailleurs c'est quoi le black/death pour vous ? Est-ce bien le genre pratiqué par le groupe ?

J'ai l'impression que le terme black/death est apparu assez tard. Il a bien fallu mettre des étiquettes sur la musique pour que le consommateur s'y retrouve et ne se trompe pas de produit, faudrait pas tomber par erreur sur un bon gros riff death US en écoutant un album de black métal ou vice-versa. Ça ne se fait pas. 
Sincèrement je ne sais pas décrire ce style. 
Pour répondre à ta question, je pense que le genre pratiqué par Necrocult n'est pas du black/death comme on peut l'entendre aujourd'hui. On mélange simplement le Death Métal et le Black Métal. 
Lorsque nous cherchions un label on a eu beaucoup de retour du genre trop death pour certains labels et trop black pour d'autres.

necrocult black metal death metal



Vous êtes actifs depuis 22 ans et vous n'avez sorti que deux albums, comment ça s'explique ?

On a sorti notre premier album en 2003, après 8 ans d’existence. Durant cette période on a fait principalement des lives dans le sud, on composait régulièrement de nouveaux morceaux avec une musique qui évoluait énormément. On a produit assez de titre pour sortir plus d'un album mais ce n'était vraiment pas dans nos envies, tant qu'on arrivait à jouer pour assouvir notre passion, c'était bien suffisant.
Nous avons retrouvé récemment quelques cassettes qu'on distribuait à nos proches mais rien de plus.

Nous avons rencontré Ashley (Ouroboros) lors d'un de nos concerts sur Toulouse au début des années 2000 et il nous a proposé de nous enregistrer. Ce premier album est sortie sur son label Snakebite Production qu'il venait de monter. Nous avons été assez surpris du bon accueil qu'il a reçu en France mais aussi à l'étranger.

Ensuite nous avons été beaucoup moins prolifique puisque les morceaux présent sur notre second album, sortie en 2015 chez Satanath Record / Ira Militias Productions, ont été composés sur une période de 10 ans et enregistré en 2 ans. Tout ça pour plusieurs raisons, tout d'abord parce qu'on est pas très assidu, on travaille par périodes plus ou moins espacées en fonction des contraintes personnelles et professionnelles de chacun. Ensuite notre processus de composition est long, tout le monde participe à la composition et aux arrangements. Tant qu'on s'y retrouve pas complètement à 3, on continue à cherche la voie du morceaux, ce qui explique aussi que nos morceaux sont assez long. 
Et pour finir, c'est moi, qui ai enregistré/mixé/masterisé cet album. Bien sur ce n'est pas mon métier, j'avais seulement quelques notions de base et une vision claire de ce que nous ne voulions pas.

Par contre nous n'avons par contre jamais cessé de jouer en Live régulièrement depuis plus de 20 ans maintenant. Pas de come-back ou de retour au source chez nous.

Depuis ce second album nous étions reparti sur le même rythme lorsque le label Triumph Ov Death nous a proposé de participer à la compilation "We Are French Fuck You II". La condition était de proposer un morceaux inédit. Ça tombait bien on était en train de terminer notre premier morceaux depuis 2015. Une aubaine pour nous de pouvoir sortir quelque choses de nouveau avant 2025 !



Votre son est cru, brutal, old school, est-ce une volonté de ne pas sonner comme les groupes modernes ?

Du fait de notre age, c'est une volonté de sonner comme les groupes de notre génération. C'est ce son que l'on aime. Comme la plupart de la musique que l'on écoute est celle des années 1990/2000, notre oreille ne s'habitue pas ce son  souvent surproduit,  programmé qui semble être le même de groupe en groupe et d'album en album aujourd'hui.

Ce n'est pas pour ça qu'on cherche à avoir un son tout pourri ou on ne comprend rien. Nous jouons une musique complexe qui nécessité un son adapté.  Après on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a.

Pour notre premier album, le son était cru par essence :  l'enregistrement c'est fait dans un garage, avec un matériel de fortune et un jeu approximatif. On a donc le son qui nous correspond parfaitement pour cette époque et qui donne un réel aperçu de ce qu'était le groupe en live. 

Pour le second album, j'ai fait de mon mieux, l'objectif étant de ne surtout pas sonner moderne, d'avoir une ambiance sombre et de garder un jeu naturel. J'avais comme son de référence "Nemesis Divina" de Satyricon. Tu remarqueras  que le son final n'a rien à voir avec cet album !

Pour l'enregistrement du morceau de la compilation, c'est différent. On a choisi d'aller en studio cette fois ci. On a choisi Patrick Friedrich, qui sonorise chaque année Une Nuit En Enfer à St Sulpice près de Toulouse et qui a notamment enregistré E-Force. C'est un Hard-Rockeur, de la vieille école, qui fait ce métier depuis les années 90. On lui a demandé une batterie sans trig, pas d'édition et avec le son de nos amplis. Il avait un terme pour ça : "à la loyale".  C'est quelque chose qu'on ne lui demande plus du tout aujourd'hui. On voulait un son naturel ou tu doit monter le son de ta chaine si tu veux que ce soit fort.  Les discussions sur le son se sont limitées à la GC/CC du Black Album de Metallica. 

necrocult death metal black metal interview le scribe du rock


Quel est ton regard sur la scène française actuelle et quels groupes trouvent grâce à tes yeux ?

Il faut tout de même reconnaître qu'aujourd'hui c'est (trop ?) difficile  d'essayer de suivre ce qui tout se passe. Il y a trop de sortie, ça va trop vite, les réseaux sociaux sont saturés. 
Mais il est indéniable que la scène underground actuelle est vraiment très bonne, principalement dans le Death. Côté Black c’est plus difficile, il y a eu une période faste il y a quelques années, mais aujourd'hui on a du mal à trouver notre compte. 
Pour te faire une idée des groupes que l'on aime, il n'y a qu'à jeter un œil sur les groupes qui ont été programmé pour Une Nuit En Enfer (www.facebook.com/nuitenenfer), tu rajoutes les groupes sur les deux compilations We Are French Fuck You et le tour est fait.

Dans le prolongement, peux tu nous lister tes 20 albums préférés de tous les temps ?

Pour faire simple, il suffit de prendre le top 30 des albums sortis entre 1989 et 1998 pour le Death et le Black Métal ,1979/1986 pour le hard rock et 1970/1975 pour le rock. Tous les jours t'en prends quelques-uns dans ces périodes environ et t'es pas loin de de nos 20 albums préférés !


Espace libre : ajoutes ce que tu veux !

Tout d'abord merci pour le support que tu nous apportes au travers de cette interview. On ne cessera de le répéter mais il faut acheter des disques, aller aux petits concerts pour soutenir les assos et les groupes qui font vivre cette scène underground qui subsiste malgré tout.

MERCI !


NECROCULT SUR BANDCAMP

Résultat de recherche d'images pour "SATANATH RECORDS"

SATANATH RECORDS ON BANDCAMP