INTERVIEW AVEC VINDSVAL (BLUT AUS NORD, YERUSELEM)

Salut les musqués. Vous savez quelle sensation ça fait d'interviewer votre GROUPE PRÉFÉRÉ toutes latitudes confondues et toutes sonorités itou ? Je peux vous dire que c'est un sentiment d'accomplissement totalement transcendant. Blut Aus Nord, et ceux qui me connaissent un peu le savent, est pour moi la quintessence de la grande musique de cette ère dégénérée. C'est donc un immense honneur que m'a fait Vindsval en acceptant cette interview. Nous allons donc retracer le parcours sans faute de Blut Aus Nord mais également évoquer le nouveau projet de ce génie de la musique : Yeruselem, au sein duquel il explore la facette la plus industrielle de son oeuvre.... Et avec lequel il sort un album encore une fois...incroyable ! 
Le Scribe du Rock
PS : il y a vraiment des jours ou l'on se sent petit...

BLUT AUS NORD  BLACK METAL INDUSTRIEL


Yeruselem industriel post punk Blut Aus Nord Black Metal


Bonjour Vindsval. Blut Aus Nord est actif depuis 1993, quel regard rétrospectif portes-tu sur cette
époque ? La vois-tu comme une sorte d’âge d’or du Black Metal ? Peux-tu nous raconter les
conditions d’émergence de BAN ?

Je porte un regard finalement assez nostalgique sur cette époque, tout était beaucoup plus spontané, naïf, plus sincère aussi. Comme tout mouvement émergeant, le Black Metal (nous parlons évidemment de la seconde vague) était passionnant et bouillonnait de créativité, tout était à faire et les (gros) labels n'avaient pas encore mis la main dessus. Il était encore animé par ce caractère profondément mystique, c'était une forme d'Art sauvage, primitif, emprunt d'une certaine grandeur, à la fois laid et majestueux...étrangement je n'ai rien senti de malsain dans tout ça durant cette période, le feeling était différent, évidemment sombre mais pas malsain. Le Black Metal à l'époque sentait le souffre, semblait dangereux et ne se laissait pas aisément approcher.
Nous parlons presque d'un autre monde, sans internet, sans réseaux sociaux, sans Youtube & Amazon.
Un monde plus lent qui permettait de prendre du temps pour s'investir corps et âme, le temps d'enregistrer dans des conditions difficiles sur du matériel rudimentaire, de faire circuler tes démos
(tapes), et celles des autres, par courrier, d'attendre les réponses qui mettaient parfois plusieurs semaines à arriver du bout du monde.
C'est dans ce vieux monde qu'a émergé VLAD (qui deviendra BLUT AUS NORD après deux démos).

Vlad Black Metal France Blut Aus Nord


Au fil du temps, depuis Ultima Thulee jusqu’à Deus Salutis Meae ton évolution et ta liberté artistique ont été constantes. Peux-tu nous exprimer ta vision de la création musicale ? Et ton rapport « au genre » Black Metal ? 

Je ne pense plus avoir de rapport au genre Black Metal aujourd'hui, c'est quelque chose qui ne m'intéresse absolument plus, le contexte n'est plus le même et l'âme (fantasmée ou réelle, peu importe..) de ce mouvement erre à jamais dans les 90's. C'est pour cette raison que j'ai décidé d'avancer et de faire évoluer ma musique vers d'autres territoires après la sortie de The Mystical Beast Of Rebellion qui était une sorte de baroud d'honneur, une sombre révérence...comme le dernier écho de ces années si particulières. Du Black Metal j'ai gardé le caractère Artistique subversif, c'est à dire quelque chose qui rejette profondément l'uniformisation et la catégorisation pour muter constamment et rester insaisissable, BLUT AUS NORD n'a ainsi aucune limite dans son expression aujourd'hui, les fans l'ont accepté et cette liberté totale est peut être le plus bel hommage que je pouvais rendre au Black Metal, ce feeling qui ne peut exister en se répétant à l'infini.

Blut Aus Nord Black Metal France


Black metal, Industriel, et plus récemment Doom et Death Metal sont des sonorités que l’on retrouve dans BAN, expérimental par essence, quelles musiques écoutes tu et comment t’en inspires tu ?

C'est très simple, je sépare la musique en deux catégories : celle qui me touche et celle qui me laisse indifférent. Et j'écoute par conséquent tout ce qui me permet de ressentir une émotion, de Léo Ferré à Limbonic Art, de Charles Trenet à Napalm Death, de Warpaint à Carcass en passant par le Wu Tang Clan, Radiohead, Death, NTM, Bathory, John Coltrane, N.P. Molvaer, Burzum, Erik Truffaz, Bob Marley, etc. C'est sans limites et sans fin. Et tout peux m'inspirer, de façon souvent imperceptible pour l'auditeur. Difficile d'imaginer par exemple que l'album MoRT est né du visionnage d'un concert de Trey Gunn, le lien n'est pas forcément évident pour l'auditeur. Tu peux t'inspirer de toute forme de musique, le tout étant de bien digérer cette influence pour la transformer et en faire une composante de ton propre son.

Karras Black Metal France Blut Aus Nord


L’anonymat, la rareté, l’absence de photos de toi dans les médias. Il semble qu'aujourd’hui, avec la mode des groupes à « capuche » (lancée me semble t’il par les allemands de Thron) on dirait que cet anonymat est quasiment devenu un argument marketing, comme le corpse-paint avait pu le devenir. Bien sûr, je suis certain de ta sincérité et de ta volonté de t’effacer derrière ton œuvre, mais comment vois-tu cela ?

Il y a 20 ans tous les groupes posaient avec du corpse paint, aujourd'hui ils portent en effet tous des capuches, c'est tout aussi ridicule mais...ça n'est pas mon problème. Depuis le début j'ai choisi de présenter BLUT AUS NORD sous une forme totalement anonyme, pour éviter que les égos prennent le dessus sur le projet artistique et pour ne mettre que la musique en avant en lui permettant de conserver toute sa magie et tout son mystère. Moins tu en montres et plus tu fais travailler l'imaginaire de celui qui écoute la musique que tu proposes, l'expérience ne peut en être que plus complète et personnelle. La musique est une porte de sortie du monde dans lequel nous survivons, une porte de sortie salvatrice et nécessaire. La personnifier ne peut que la rendre humaine, ce qui est exactement l'inverse du but recherché, moins il y a d'humain dans l'aventure Artistique mieux c'est.

Blut Aus Nord Black Metal France



J’avais lu voici quelques temps que tu avais un projet avec l’excellent rappeur expérimental Dälek, qu’en est-il ? Verrons-nous cela paraître un jour ?

Je l'espère, et lui aussi. Nous en discutons régulièrement mais le moment n'est jamais bien choisi. C'est la même situation qu'avec Justin Broadrick, nous discutons depuis plusieurs années d'un projet commun mais quand il est libre je ne le suis pas et quand je suis disponible il est occupé avec l'un de ses nombreux projets. Nous avons tous beaucoup d'envies différentes, de nouveaux projets, de nouvelles idées, etc. Mais les journées, tout comme la vie, sont beaucoup trop courtes.
Dalek Hip Hop Industriel

Avec M.O.R.T. je trouve que BAN avait atteint un premier sommet. Ce disque est une pierre noire, un édifice de dissonance. Il donne la nausée et nous fait tanguer à un point tel qu’on a la tête qui tourne. Ce n’est pas forcément ton album le plus cité dans les médias, et sans doute le plus difficile d’accès mais je trouve qu’il irrigue toute ton œuvre ultérieure. Qu’en penses-tu ? Envisages-tu un jour d’aller encore plus loin (si c’est humainement possible) que dans ce disque ?

Il a définitivement ouvert une brèche pour BaN et a marqué une certaine limite pour certains auditeurs pour qui ce disque était finalement trop extrême (ce que je peux aisément comprendre), quelques chroniqueurs ont même parlé d'escroquerie quand l'album est sorti, incapables de d'appréhender le travail d'écriture, de comprendre l'approche harmonique ou d'imaginer que cet amas de son puisse être parfaitement structuré. C'est un disque dérangeant et dérangé qui a malgré tout trouvé son public et est aujourd'hui devenu totalement culte pour certains. Je n'ai pas envie de considérer MoRT comme une limite et j'ai par conséquent souvent envie d'aller voir ce qu'il y a au-de là... je sais que je le ferai malheureusement un jour, peut-être demain, peut-être dans 10 ans. Composer ce genre d'album est une aventure douloureuse et éprouvante dans laquelle tu ne peux pas te plonger si tu vas bien et n'étant pas d'une nature à aller bien il y a fort à parier que le pire reste à venir.

Blut Aus Nord M.O.R.T Black Metal France Industriel


Dans tes dernières interviews tu sembles vouloir t’éloigner de ce son industriel et dissonant qui est une part de ton œuvre, j’ai l’impression que tu recherches une forme de lumière au bout du tunnel, comme si Deus Salutis Meae était un aboutissement. Suis-je à côté de la plaque ? Peux-tu nous en dire plus ?

Cette quête de lumière est indéniable, et agréable, en ce sens je comprend parfaitement le cheminement d'un groupe comme Diapsiquir par exemple. Tu ne viens pas au Black Metal par hasard, c'est un choix que tu fais par défaut parce que quelque chose cloche chez toi et que ce mode d'expression peut légitimement se présenter au public dans toute sa laideur. Je cherche en effet à m'éloigner de ce gouffre mais quand je prend une guitare j'y replonge instinctivement et ce mur de sons noirs se construit presque de lui-même. Je préfère aujourd'hui voir ce magma sonore comme une nécessité permettant aux quelques mesures plus lumineuses disséminées au fil des albums de dominer l'ensemble, par contraste, et mettre les ténèbres au service de la lumière.
Je crois malheureusement ne pas en avoir terminé avec la musique dissonante, laide même, mais je ne veux pas qu'elle soit un aboutissement, ni qu'elle puisse avoir le dernier mot. Et je veux surtout qu'elle reste de la musique, de moins en moins cathartique, juste de la musique et rien d'autre.


"Je ne pense plus avoir de rapport au genre Black Metal aujourd'hui, c'est quelque chose qui ne m'intéresse absolument plus, le contexte n'est plus le même et l'âme (fantasmée ou réelle, peu importe..) de ce mouvement erre à jamais dans les 90's." 


Tes projets futurs (et actuels) ?

Je suis en ce moment même en pleine composition du nouvel album de Blut Aus Nord alors que le premier album de Yerûšelem , « The Sublime » est sur le point de sortir (Sortie annoncée le 8 février, NdA)




YERUSELEM POST-PUNK METAL INDUSTRIEL

Yerûšelem est -il le début de la fin pour BAN ou vas tu mener de front les deux projets ?

Absolument pas, Yerûšelem va simplement nous permettre d'explorer ce que nous avons effleuré avec « Cosmosophy » en poussant les choses beaucoup plus loin, en intégrant d'autres sonorités et d'autres influences allant de la scène Metal Indus des années 90's (je pense aux vieux Pitch Shifter, Godflesh, Ministry, Skin Chamber, etc.), au Post Punk en passant par la New Wave, l'Electronica et d'une manière plus générale les musiques hypnotiques et répétitives. A mes yeux les deux projets sont aussi important, aucun n'est prioritaire, ils sont parfaitement complémentaires et nécessitent chacun une approche de la composition bien spécifique . Il est possible que nous développions aussi un troisième projet entièrement électronique celui-là.



Ton split avec Aevangelist a été également une vraie illumination. Peux tu nous en dire plus sur cette collaboration ?

Je ne sais plus qui a eu cette idée ni qui me l'a soumise mais la perspective d'une telle collaboration était excitante, stimulante même. Aevangelist est un groupe jusqu'au-boutiste qui n'a pas peur de sortir des sentiers battus ou d'incorporer des éléments inhabituels à ses compositions. Ce genre de split est un terrain de jeu idéal pour essayer de nouvelles choses sur une durée forcément plus réduite que celle d'un album entier. Nous avons décider de donner un titre commun à ce split et de travailler sur une certaine thématique pour que l'ensemble soit cohérent et ne présente pas simplement 2 Eps n'ayant rien à voir l'un avec l'autre.

Concernant la partie BaN, beaucoup de gens n'ont pas trop su comment l'appréhender ni la recevoir, cela étant probablement dû à un manque de repères liés aux patterns rythmiques n'ayant rien à voir avec ce que le Metal, extrême ou non, peut proposer en général et au son des guitares très expérimental (son que l'on retrouvera sur Deus Salutis Meae) allant chercher des fréquences très basses. Personnellement j'aime beaucoup ces morceaux.




LE BLACK METAL AUJOURD'HUI ?

La profusion de sous genres qui son nés du BM (post bm/blackgaze/dsbm etc.) t'apparaissent ils comme la mort du genre ou un renouveau intéressant ? Sachant que tu fais partie de ceux qui ont désenclave le genre ?


Le Black Metal est une approche de la musique qui permet une grande liberté d'action contrairement au Death Metal ou au Thrash qui sont très cloisonnés et n'ont finalement jamais vraiment réussi à se renouveler, le Thrash qui sort aujourd'hui est exactement le même (en moins intéressant) que celui qui sortait à la fin des années 80. Ces sous genres dénaturent le style originel pour certains, ils sont une bouffée d'oxygène pour d'autres...pour ma part, comme je te l'ai dis, le BM n'a plus beaucoup de sens pour moi en 2019. Je préfère néanmoins voir des groupes profiter de la liberté parfaite qu'offre l'imagination et l'expression Artistique pour avancer, créer, essayer de nouvelles choses. Entendre un groupe sonner comme Darkthrone ou Burzum aujourd'hui me semble totalement anachronique et complètement dénué d'intérêt, c'est une démarche qui selon moi va à l'encontre de ce qu'était l'essence même du BM. Celle-là même qui a donné naissance à des projets aussi libres et radicaux que Ved Buens Ende, Abigor, Ulver, Manes, Dodheimsgard, Emperor, etc.

J'ai d'ailleurs toujours trouvé étranges, et particulièrement stupides, ces satanistes qui revendiquent par définition la liberté totale, ultime, et enferment leur propre Art dans un carcan de règles établies à ne surtout pas transgresser, c'est pathétiquement contradictoire. Mais j'ai compris depuis de nombreuses années que cette intégrité déplacée permettait souvent de justifier une maîtrise médiocre de l'instrument et un manque de compétences et de talent évident.

Quelle est ta vision personnelle du monde dans lequel nous vivons ?

Je pense que le mot abomination pourrait parfaitement résumer ce que nous avons crée. Une abomination individuelle et collective. Il faut être totalement déséquilibré, ou complètement idiot, pour y trouver sa place et s'y sentir bien.

Peux tu nous citer tes 10 albums préférés, tous styles confondus ?

METALLICA – Master Of Puppets


FAITH NO MORE- Angel Dust


GODFLESH – Pure


RENAUD – Mistral Gagnant


IRON MAIDEN – Somewhere In Time


BILL LASWELL – Dub Chamber III


DEATH – Human


NTM – Paris Sous Les Bombes


SCORN – Evanescence


PARADISE LOST – Gothic


CARCASS – Symphonies Of Sickness


(oui il y en 11)


Ceci n’est pas une question : exprimes toi librement pour nos lecteurs
Ceci n'est pas une réponse...mais pour m'entendre m'exprimer librement, écoutez ma musique, c'est certainement ce que j'ai de plus intéressant à dire.


Encore merci Vindsval...

Post-scriptum : Pour celles et ceux qui souhaitent aller plus loin dans l'oeuvre du maître et ne le sauraient pas, sachez que Vindsval a également été à l'origine d'autres projets, les voici :


  • Vlad (pré-Blut Aus Nord) entre 1993 et 1994 (Black Metal) (deux démos publiées)
  • Children of Maäni (1995) (Black Metal) (une démo)
  • The Eye (1996) (Black Metal) (une démo et un album)
  • Karras (2007) (Black Metal) (1 split avec Blut Aus Nord/Bloodoline/Reverence)














Posts les plus consultés de ce blog

INTERVIEW AVEC FAMINE DE KPN DEPUIS KIEV

Du Porno, du Grind et de la déconne ? Interview de GRONIBARD !!!

Dark Dandy : Une interview avec Rose Hreidmarr (ANOREXIA NERVOSA/BAISE MA HACHE)

Posts les plus consultés de ce blog

INTERVIEW AVEC FAMINE DE KPN DEPUIS KIEV

Du Porno, du Grind et de la déconne ? Interview de GRONIBARD !!!

Dark Dandy : Une interview avec Rose Hreidmarr (ANOREXIA NERVOSA/BAISE MA HACHE)

Interview with Extreme Noise Terror, kings of Crust / Interview avec Extreme Noise Terror, rois du Crust !

FRENCH METAL : Interview d'Arno Strobl (Freitot, Carnival in Coal, We All die Laughing, 6:33)

Nasum : Swedish Grindcore legends ! an interview with Anders Jakobson

VOCIFERIAN Black/Death Metal : Interview

Pourquoi William Sheller est-il génial ?