BENEATH MY SINS - An Acoustic Happiness - Interview avec le Scribe Du Rock - French & English Text - Acoustic Symphonic Metal - Ellie Promotion

Image
Je ne connaissais pas Beneath My Sins avant l'album acoustique "An acoustic Journey Part 1" que le groupe vient de sortir, fait de relectures d'anciens titres et de nouveautés. Habituellement, les français boxent davantage dans la catégorie Metal Symphonique, mais j'ai été hautement séduit par cet exercice acoustique aux relents celtiques et aux mélodies addictives. Raison de plus pour moi de vouloir en savoir plus, d'où cette interview que le groupe a eu la gentillesse de me donner... “La musique n’est pas une question de style mais de sincérité" emprunté à Bjork. Bonjour Beneath My Sins, pouvez vous, pour commencer, vous présenter aux lecteurs ? Emma : Je suis cofondatrice et chanteuse de Beneath My Sins. Nous avons fondé le groupe avec Clément Botz , guitariste/compositeur, en Décembre 2015 et nous nous sommes définis à ce moment là comme groupe de metal symphonique. Aujourd'hui, au fur et à mesure que nous avançons dans la musique, nous ressenton

Book Review - Il N'y Aura Pas de Célébration, l'histoire officielle de Paradise Lost - David E.Gehlke - Traduction Emilien Nohaïc - Editions des Flammes Noires - 2021

 IL N'Y AURA PAS DE CELEBRATION

L'histoire Officielle de Paradise Lost

David E.Gehlke

Traduction d'Emilien Nohaïc

Préface de Karl Willets (Bolt Thrower, Mémoriam)

2021 Editions des Flammes Noires

25 €

il n'y aura pas de célébration Paradise Lost Edition Les Flammes Noires Le Scribe Du Rock

Il n'y aura pas de célébration ? Pourtant cet ouvrage de l'américain David E.Gehlke sur les si britons Paradise Lost peut apparaître comme un juste hommage au courage artistique de la formation culte d'Halifax, à l'ouest du comté du Yorkshire anglais. 

Un courage qui a pu sembler à une certaine époque, quasiment suicidaire. Le livre retrace, avec la complicité des membres du groupes, plus de trente ans de parcours, depuis 1988 et les premiers pas de cette bande de fans de death metal ayant un batteur qui n'arrive pas à jouer assez vite et créant donc un death metal lourd et sombre, devenu doom dans sa rythmique. Le death/doom à l'anglaise est né : les trois de Peaceville (trois groupes ayant signé sur le label anglais, Paradise Lost, My Dying bride et Anathema) en donneront chacun une version, mais chacun reconnaîtra chez Paradise Lost la figure incontournable et fondatrice de ce death/doom metal à l'anglaise, mélancolique et romantique, chargé d'imagerie et d'influences gothiques. Si Paradise Lost commencera sa carrière comme un groupe extrême (à l'époque de "Lost Paradise" et "Gothic" notamment) il évoluera rapidement vers une forme plus personnelle, assez inclassable (so british) de part l'attrait de Nick Holmes, Greg Mackintosh et les autres pour le rock gothique (Sisters Of Mercy, Fields Of The Nephilim ou Joy Division entre autres) et par un caractère farouchement indépendant. Ainsi, dès "Shades Of God", son 3ème album, le groupe quittera les plate-bandes du metal extrême pour s'ancrer dans un doom metal qui connaitra de nombreuses évolutions avant d'arriver à une consécration absolue, publique et artistique, avec les albums "Icon" et surtout "Draconian Times", perle insubmersible des anglais, en 1995. C'est alors que David E.Gehlke use de sa plume efficace pour nous plonger dans une période troublée de la carrière du groupe, qui commencera avec les orientations electro pop à la Depeche Mode du très bon "One Second" pour ensuite voir le combo se transformer en sorte de navire en perdition, au moment même de sa signature avec une major, pour des albums beaucoup moins réussis, et un goût pour la musique qui va en chutant. Il est toujours plaisant pour le simple lecteur de lire des histoires de groupes ou d'artistes avec ce côté "Rise & Fall" qui créé un suspense intense. Pourtant, on se doute que la vie de Paradise Lost entre 1999 et 2007 n'a pas du être qu'une partie de plaisir. Il faudra ensuite, avec l'album "In Requiem" en 2007, que les musiciens retrouvent la foi, ce qu'explique bien David E.Gehlke avec la création pour Mackintosh de Vallenfyre, projet brut de décoffrage qui va lui permettre d'exhumer ses vieux albums de crust et de death metal old school pour de nouveau trouver l'inspiration a travers le riff. Il en sera de même pour Nick Holmes avec Bloodbath, supergroupe de death metal au sein duquel ce dernier recommencera à growler, alors qu'il était convaincu de ne plus en être capable, et qu'il en avait perdu toute la saveur. En somme l'histoire d'un groupe de metal qui en a eu marre du metal au tournant du millénaire, comme beaucoup d'autres, mais qui y a survécu façon Rocky Balboa en remontant sur le ring des musiques saturées. Depuis lors leur carrière est repartie de plus belle, même si l'on ne peut pas s'empêcher de se dire que les anglais seraient peut être devenus les nouveaux Metallica s'ils avaient creusé le sillon de "Draconian Times". Mais peut être aussi que l'histoire aurait été moins humaine et moins belle, et que l'on n'aurait pas su à quel point ceux là sont sincères et authentiques. Un très grand groupe dans un très bon livre qui se dévore comme un thriller, avec sa préface signée par le grand Karl Willets de Bolt Thrower (et aujourd'hui Memoriam), spectateur des débuts du combo quand ces derniers jouaient sur les mêmes scènes que son groupe où que les autres héros anglais de leurs débuts, Carcass ou Napalm Death. 

Avec Il N'y Aura Pas de Célébration, plongez dans l'histoire trépidante de Paradise Lost, que vous soyez fan ou pas du groupe, et régalez vous de ce beau livre (comme toujours avec les Flammes Noires) qu'on ne lâche pas avant la dernière page...


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

INTERVIEW WITH VINDSVAL : THE LAST ONE - FR + ENGLISH TEXT - BLUT AUS NORD/YERUSELEM

Interview avec/with MUDDLES - French + English text - French Alternative/Progressive/Djent/Death Metal & Rock - Klonosphere - Le Scribe Du Rock - 27/06/2021

Interview avec/with REDEMPTION - Family Rock ! - French + English Text - Le Scribe Dur Rock - Metal & Rock - Agence Singularités