Les Crocs Du Scribe - Experimental Issue / Spécial Expérimental - reviews - Fr/Eng - MESHUGGAH / DEATHSPELL OMEGA / IMPERIAL TRIUMPHANT

Image
  Expérimenter ? Etonnant qu'autant de groupes fassent ce noble travail dans un courant que l'on juge si souvent conservateur comme le metal ! Pourtant, si Meshuggah, Deathspell Omega et Imperial triumphant ont bien une chose en commun, c'est cette volonté toujours ancré de ne pas se refaire, de dépasser les limites imposées par des "puristes" à la vue courte. Les pères du Djent Meshuggah, malgré leur longue carrière, n'ont jamais cédé à la facilité, et n'ont pas viré de bord en gardant toujours un côté "progressif" au vrai sens du terme, c'est à dire toujours tourné vers l'avant et pas dans le rétroviseur ! Si Deathspell Omega est une de nos fiertés nationales c'est grâce à leur capacité inouïe à transcender les styles, en partant d'une pâte black metal pour en faire leur propre son, un rock sombre et extrême, aux facettes multiples. Quant à Imperial Triumphant, ils viennent de réussir coup sur coup avec leurs deux derniers album

Review - French & English Text - MORCROF - De Pessimism Philosophiam Et Dogma Nihilistic - 2022 - The Ritual Productions - Black /Doom / Gothic Metal - Brazil - Le Scribe Du Rock

 MORCROF

De Pessimism Philosophiam Et Dogma Nihilistic

2022 The Ritual Productions / Erinnys Productions

Black Metal / Doom Metal /Gothic

morcrof black metal review brazil le scribe du rock

Avec Morcrof, groupe brésilien fondé en 1992 (s'il vous plait !) à Sao Paulo, c'est une plongée dans l'espace et le temps qui nous est proposée. De Pessimism Philosophiam Et Dogma Nihilistic a beau n'être que leur troisième album en 28 ans d'activité il semble totalement insensible aux nouvelles tendances du metal noir, comme ci nos brésiliens étaient sortis récemment d'un iceberg dans lequel ils auraient passé les trois dernières décennies (quelle chance !).


C'est ici face à un black metal grandiloquent, gothique, aux synthés omniprésents et au son valaillement old-school que l'on se trouve, et l'on pense forcément à quelques grands noms, comme les italiens de Cultus Sanguine, le Moonspell des tous débuts, certains moments des premiers Satyricon ou encore le côté Donjons & Dragons de Bal-Sagoth sur certaines intros.

Un black metal ancré dans les 90's, y compris au niveau de la production, avec ce mélange de méchanceté dans le chant et de complexité musicale, ces mélodies superbes au piano ou à la guitare acoustique, bref, un black metal qui mise tout sur les atmosphères, les thématiques occultes et ésotériques, et comme il se doit la vacuité de l'humain sur cette pauvre planète qui n'avait rien demandé. 

MORCROF REVIEW BLACK METAL LE SCRIBE DU ROCK



Morcrof nous démontre une fois de plus, si besoin était, qu'il n'y a qu'en Amérique du Sud, voire en Europe de l'Est, que le black metal a su rester pur, et ne pas succomber aux sirènes du mainstream et du pognon. Ici tout respire l'amour de la musique et un "individualisme généreux" qui veut que les musiciens se font d'abord plaisir à eux, et que c'est cela qui me plait chez eux. Une forme de théorie du ruissellement (allez chercher sur wikipédia rubrique économie) adaptée à la musique. Au fond, rien d'étonnant, les seuls groupes intéressants étant ceux qui se font plaisir, et n'ont pas d'autre considérations que de servir leur propos. Morcrof va chercher dans le doom et des passages gothiques une diversité qui rend son black metal passionnant, jamais linéaire, et fait de cet album un indispensable, notamment pour ceux qui se plaignent toujours que le BM actuel est à chier. Non, les groupes existent encore qui portent fièrement la torche brulante du black metal, il faut aller les chercher là où ils sont c'est tout, cela me permettant de remercier Jasper Ruijtenbeek d'avoir déniché cette perle (en compagnie de labels conjoints qu'il serait long de lister) et de me l'avoir fait connaitre !

Personnellement vous pouvez toujours vous extasier sur les merdes sans âme moi je garde mon Morcrof ! 

Pierre







And now ladies & gentlemen ! The English Version !

 MORCROF


With Morcrof, a Brazilian band founded in 1992 (please!) in Sao Paulo, it's a dive into space and time that is proposed to us. De Pessimism Philosophiam Et Dogma Nihilistic may be only their third album in 28 years of activity, but it seems to be totally unaffected by the new trends of black metal, as if our Brazilians had recently come out of an iceberg in which they had spent the last three decades (how lucky!).


Here we are faced with a grandiloquent, gothic black metal, with omnipresent synths and a valiantly old-school sound, and we inevitably think of some great names, such as the Italians of Cultus Sanguine, the Moonspell of the early days, some moments of the first Satyricon or even the Dungeons & Dragons side of Bal-Sagoth on some intros.

A black metal anchored in the 90's, including the production, with this mix of wickedness in the vocals and musical complexity, these superb melodies on the piano or the acoustic guitar, in short, a black metal that puts everything on atmospheres, occult and esoteric themes, and as it should be the emptiness of the human being on this poor planet that didn't ask for anything. 

MORCROF REVIEW BLACK METAL LE SCRIBE DU ROCK

Morcrof shows us once again, if need be, that it is only in South America, or even in Eastern Europe, that black metal has managed to remain pure, and not succumb to the sirens of the mainstream and the money. Here everything breathes love of music and a "generous individualism" which means that musicians first of all please themselves, and that's what I like about them. A form of trickle-down theory (look it up on wikipedia under economics) adapted to music. Basically, nothing surprising, the only interesting bands being those who enjoy themselves, and have no other consideration than to serve their purpose. Morcrof looks for a diversity in doom and gothic passages that makes their black metal exciting, never linear, and makes this album a must-have, especially for those who always complain that the current BM is crap. No, bands still exist that proudly carry the burning torch of black metal, you just have to go and find them where they are, that's all, allowing me to thank Jasper Ruijtenbeek for having unearthed this gem (in the company of joint labels that it would take a long time to list) and for having made it known to me!

Personally, you can still rave about the soulless crap, but I'm keeping my Morcrof! 

Pierre

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

INTERVIEW WITH VINDSVAL : THE LAST ONE - FR + ENGLISH TEXT - BLUT AUS NORD/YERUSELEM

INTERVIEW AVEC FAMINE DE KPN DEPUIS KIEV

Review - AFFECT - L'Odyssée de L'Espoir - 2022 - Ellie Promotion - Metalcore/Hardcore Moderne - French & English Text - Le Scribe Du Rock