Accéder au contenu principal

Sélection

Review - Horskh - Wire - 2021 - Singularités - Electro/Metal/Indus - Le Scribe du Rock - French + English Text

WIRE by HORSKH   HORSKH Wire 2021 Singularités Horskh ou la saga du fracas du metal heurtant le metal en un éclair électrique déchirant les cieux : Wire est là messieurs/dames, et les français vont réussir un pari fou : vous faire remuer le popotin en vous envoyant des décharges de 3000 volts ! Au rayon des influences, le combo peut, par instants, nous faire penser à The Prodigy (pour le côté big beat), Ministry, Nine Inch Nails, Marilyn Manson époque Antichrist Superstar, Punish Yourself et les Young Gods en mode très énervé, mais ce serait injuste de les réduire a un amas d'influences plus ou moins digérées. Horskh impose d'emblée une forte personnalité, au sein de laquelle émerge a grand fracas de décibels et de martialité un electro/indus métallique, teinté d'EBM bien musclé (oui, j'ai oublié Front 242 au rayon des influences !) pour générer une dance music d'apocalypse, jouée dans un club gothique post-moderne rempli de zombies et de goules ayant réchappé par

REVIEW - FRANCAIS/ENGLISH - NECROPHOBIC - DAWN OF THE DAMNED - 2020 CENTURY MEDIA RECORDS

 







Swedish Black Metal 

Tout commence par une intro majestueuse et épique, baptisée "Aphelion" et qui annonce du sang sur le champ de bataille. On n'est pas déçu car dès le deuxième titre, "Dawn of The Damned" les suédois nous mettent une mandale du chef en mode brutal black...Dawn Of The Damned, le bien-nommé, commence sous les meilleurs auspices !

Mine de rien, Necrophobic est actif depuis 1989 sur la scène black/death metal suédoise ! Ce neuvième album est donc le témoignage de vétérans qui ensanglantent les planches depuis presque trente ans. Si leur parcours a pu sembler les voir toujours sur la ligne de crête entre death metal et black metal, ce nouvel opus penche clairement du côté noir de la fonderie ! Comme me l'a dit Sebastian Ramstedt, compositeur du groupe, dans une interview récente (cf Metallian n°120 et la version intégrale bientôt sur le Scribe) son coeur a toujours plutôt penché du côté black metal, de son aveu il n'écoute même pas vraiment de death metal. Le black suédois, c'est Marduk, Dark Funeral et Setherial du côté "broütal" mais aussi Dissection, groupe qui a plus d'un lien avec Necrophobic, du côté finaud du death mélodique blackisé. Necrophobic s'inscrit à la fois dans les deux courants. Clairement mélodique et musicalement riche (ces riffs heavy metal somptuaires !) à la façon du gang de feu Nodveidt (RIP), le combo est aussi capable de poussées de violence tellurique à la façon des spécialistes de la sulfateuse diabolique précités. Ainsi, ce neuvième album est-il une pure réussite du genre, pour peu que l'on aime le black metal très bien produit, mélodique, connecté a ses racines heavy. 

necrophobic dawn of the damned

Aussi méchant et vicieux que racé, cet opus épique et majestueux ravira les amateurs de metal extrême sans distinction, avec des morceaux finement ouvragés, capables de belles déflagrations mais aussi de plages franchement musicales. Leur black metal de trente ans d'âge semble meilleur que jamais.

Necrophobic nous délivre, avec ce "Dawn Of The Damned", une belle oeuvre, une sacrée cuvée 2020, avec ce qu'il faut de vice et de violence pour contenter l'amateur de noirceur musicale, et suffisamment de challenges mélodiques pour capter le fan de metal toutes catégories ! Un grand cru !


It all begins with a majestic and epic intro, called "Aphelion", which announces blood on the battlefield. We are not disappointed because from the second title, "Dawn of The Damned" the Swedes put us a punch in the face in brutal black metal mode... Dawn Of The Damned, the aptly named, starts under the best auspices!

Necrophobic has been active since 1989 on the Swedish black/death metal scene ! This ninth album is thus the testimony of veterans who have been bloodying the stage for almost thirty years. If their journey seemed to see them always on the crest line between death metal and black metal, this new opus clearly leans towards the black side of the foundry! As Sebastian Ramstedt, the band's composer, told me in a recent interview (see Metallian n°120 and the full version soon on the Scribe) his heart has always leaned rather to the black metal side, by his own admission he doesn't even really listen to death metal. The Swedish black is Marduk, Dark Funeral and Setherial on the "broütal" side, but also Dissection, a band that has more than one link with Necrophobic, on the clever side of black melodic death metal. Necrophobic is part of both currents at the same time. Clearly melodic and musically rich (those sumptuous heavy metal riffs!) in the manner of the fire gang Nodveidt (RIP), the combo is also capable of pushing telluric violence in the manner of the aforementioned diabolical sulfate specialists. Thus, this ninth album is a pure success of the genre, as long as we like black metal very well produced, melodic, connected to its heavy roots. 

necrophobic dawn of the damned

As nasty and vicious as it is racy, this epic and majestic opus will delight extreme metal fans without distinction, with finely crafted songs, capable of beautiful explosions but also of frankly musical tracks. Their thirty-year-old black metal seems better than ever.

Necrophobic delivers us, with this "Dawn Of The Damned", a beautiful work, a great cuvee for 2020, with what it takes of vice and violence to satisfy the fan of musical blackness, and enough melodic challenges to capture the fan of all categories of metal! A great vintage!




BIENTOT /SOON !!!!!

INTERVIEW AVEC/WITH NECROPHOBIC !

Commentaires

CONTACTEZ LE SCRIBE DU ROCK

Nom

Adresse e-mail *

Message *

Articles les plus consultés