Review - ARAN ANGMAR - Black Cosmic Elements - French+English Texf - Ellie Promotion/Time Tombs Production/Season Of Mist - 2021 - Black/Death Metal

Image
  ARAN ANGMAR Black Cosmic ELements 2021 Ellie Promotion/Time Tombs Production/Season Of Mist Black/Death Metal Black Cosmic Elements by Aran Angmar Aran Angmar, groupe aux racines internationales, n'est pas loin de pouvoir être considéré comme un "supergroupe" du metal extrême avec à son bord Lord Abagor (chant + Basse, néerlandais et ancien de Dunkelnacht et actuel Saille, sa grosse voix death caverneuse m'enchantant les esgourdes) ; Maahes (Guitare + Basse, le grec de la bande) ; Michiel Van der Plicht (batterie, également membre des énormes Pestilence). Le groupe aurait été rejoint (selon Metal Archives) par l'italien Vinterskog à la basse cette année, mais cela n'est pas indiqué sur la fiche de presse du groupe. Toujours est-il que ces démons internationaux sont basés en Italie où a été enregistré ce Black Cosmic Elements. Un album, qui, a défaut d'être d'une grande originalité (ce n'est pas leur but) va ravir les nostalgiques de Dissection (p

New Review - Billie Eilish - Happier Than Ever - 2021 - Interscope Records - French + English Text - Review - Le Scribe Du Rock

Billie Eilish Happier Than Ever review le scribe du rock 

BILLIE EILISH

Happier Than Ever
2021 Interscope Records


Il y a deux ans de cela, le premier album de Billie Eilish (When We Fall Asleep Where, Do We Go ?), 17 ans à l'époque, a impressionné un paquet de monde, dont votre Scribe. La (très) jeune femme y faisait montre d'une audace rare dans la pop formatée de notre temps et y étalait un talent évident. Le disque s'est vendu par palettes, faisant de Billie la porte étendard de la génération Z et intriguant la critique "sérieuse". 

Aujourd'hui, c'est toujours accompagnée de son frère, avec qui elle compose et enregistre depuis ses débuts, que Billie revient avec un deuxième album TRES attendu, au titre ironique de Happier Than Ever. Alors, disons le tout de suite, Billie ADORE Lana Del Rey (moi aussi ça tombe bien) mais ne lui arrive pas encore à la cheville. Bon, vous me direz, elle n'a que 19 ans. Toujours est-il que ce deuxième album, s'il déçoit à la première écoute (trop de titres "mous" ou moins inspirés que le premier) finit par imposer sa séduction comme l'arachnide finit par vous piéger dans sa toile. D'abord, il faut signaler les GRANDS titres de l'album, dignes du "Bad Guy" du premier Lp : "Oxytocin", qui est sans doute le morceau le plus proche du premier album, avec ses digressions électroniques expérimentales et son ambiance plutôt sombre, "Happier Than Ever" sans doute ce que Billie a produit de plus proche du rock jusqu'à aujourd'hui, et qui nous pousse à rêver de la voir multiplier les titres plus énergiques à l'avenir, "I Didn't Change My Number" qui la voit ressusciter le Trip Hop pour mieux l'adapter à la génération Trap/Variété urbaine. 

Billie Eilish Happier Than Ever review le scribe du rock



Ces trois titres provoquent, immédiatement, le sentiment d'être face à une artiste, une vraie. Après, il y a les scories de l'album, des titres un peu faciles ("Getting Older" ou une nénette de 19 ans vous parle du fait de vieillir, rigolo ; "Billie Bossa Nova", exercice de style assez inutile) et une impression de longueur parfois. Là où la jeune chanteuse est très forte néanmoins, c'est qu'elle vous oblige à revenir encore et encore à l'album, pour finir par lui trouver une consistance assez rare dans ce créneau musical où le public n'écoute plus que des extraits de trente secondes d'une chanson sur un téléphone. 

Soyons clairs, j'avais trouvé le premier album plus étonnant, plus frais, plus perturbant, et ce deuxième album semble plus sage, plus "normal". Mais Billie n'a jamais aussi bien chanté, les textes bien que simples sont intéressants, et les mélodies sont bien troussées. Ne reste plus qu'à attendre un troisième album dans lequel elle mixe l'inventivité du premier et la maturité du second et elle aura tout bon !





BILLIE EILISH
Happier Than Ever
2021 Interscope Records


Two years ago, the first album of the then 17-year-old Billie Eilish (When We Fall Asleep Where, Do We Go?) impressed a lot of people, including your Scribe. The (very) young woman showed a rare audacity in the formatted pop of our time and displayed an obvious talent. The record sold by the pallet, making Billie the standard bearer of generation Z and intriguing the "serious" critics. 

Today, Billie is still accompanied by her brother, with whom she has been composing and recording since her early days, and is back with a second, highly anticipated album, ironically entitled Happier Than Ever. So, let's say it right away, Billie LOVES Lana Del Rey (and so do I) but she's not quite up to par with her. Well, you might say, she's only 19. The fact remains that this second album, if it disappoints at first listening (too many "soft" or less inspired tracks than the first one) ends up imposing its seduction like the arachnid ends up trapping you in its web. First of all, we must point out the BIG tracks of the album, worthy of the "Bad Guy" of the first Lp: "Oxytocin", which is probably the closest track to the first album, with its experimental electronic digressions and rather dark atmosphere, "Happier Than Ever" probably the closest Billie has produced to rock until now, and which makes us dream of seeing her multiplying more energetic tracks in the future, "I Didn't Change My Number" which sees her resurrecting Trip Hop to better adapt it to the Trap/Urban Variety generation. 

Billie Eilish Happier Than Ever review le scribe du rock


These three tracks immediately provoke the feeling of being in front of a real artist. After that, there are the drosses of the album, some tracks that are a bit easy ("Getting Older" where a 19 year old girl talks about growing old, funny; "Billie Bossa Nova", a rather useless style exercise) and a feeling of length sometimes. Where the young singer is very strong, however, is that she forces you to come back to the album again and again, to end up finding a consistency that is quite rare in this musical niche where the public only listens to thirty-second extracts of a song on a phone. 

Let's be clear, I found the first album more amazing, fresher, more disturbing, and this second album seems wiser, more "normal". But Billie has never sung so well, the lyrics, although simple, are interesting, and the melodies are well crafted. All that's left is to wait for a third album in which she mixes the inventiveness of the first with the maturity of the second and she'll have everything right!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

INTERVIEW WITH VINDSVAL : THE LAST ONE - FR + ENGLISH TEXT - BLUT AUS NORD/YERUSELEM

Review - Fraction - XXV - Compilation - RIF/PUNK/HARDCORE/METAL - French & English Text

Interview avec/with MUDDLES - French + English text - French Alternative/Progressive/Djent/Death Metal & Rock - Klonosphere - Le Scribe Du Rock - 27/06/2021