Accéder au contenu principal

Sélection

Les Crocs Du Scribe Special Maltkross Label Volume IV - French + English Text - Indus/Noise/Black Metal underground - Le Scribe Du Rock

Ce n'est pas nouveau pour moi que de chroniquer les sorties du label Maltkross puisqu'il s'agit déjà du 4ème Crocs Du Scribe que je réserve au label sans compter les chroniques indépendantes et les interviews de ses groupes. Voici deux ans que je collabore avec le label de Clovis avec grand plaisir. Ce qui est nouveau pour moi dans cet article ce n'est pas le fait d'évoquer de nouvelles compilations du label, mais que je sois présent en tant qu'artiste (Punkosaur) sur le volume 6, réservé aux groupes affiliés à l'industriel, à la Noise et à la musique rituelle. Me retrouver sur la même galette que Melek-Tha ou Drowning Hope, entre autres, est pour moi un grand honneur. Voici donc deux compilations gorgées de groupes 100 % underground et sans compromis. La numéro 5 est quant à elle réservée aux groupes de black metal les plus old school du label. Encore merci Clovis pour ces piqûres de rappel qui nous permettent de ne pas oublier que sous la surface de la ter

LES CROCS DU SCRIBE NUMÉRO 16 : THE SOUND OF SERAPHIM/EXTIRPATION/WINDHELM/WE ARE FRENCH FUCK YOU VOL 2/ROTTING CHRIST

AU MENU AUJOURD'HUI : 

  • THE SOUND OF SERAPHIM (POST BLACK METAL TUNISIEN)
  • EXTIRPATION (OLD SCHOOL SPEED/BLACK/THRASH METAL)
  • WINDHELM (BLACK METAL ATMOS)
  • WE ARE FRENCH FUCK YOU VOL 2 (COMPIL METAL UNDERGROUND DE FRANCE)
  • ROTTING CHRIST "THE HERETICS" (GREEK ROTTING CHRIST METAL)


Chères Scribeuses, Chers Scribeurs

Les temps sont durs...l'époque est ardue et le moral dans les chaussettes. L'hiver n'y est sans doute pas pour rien, mais il n'est pas seul responsable. Décidément ce monde pue de plus en plus la mort et la déchéance, et cela ne risque point de s'améliorer de sitôt. Non, vraiment, rien pour nous donner un peu d’espoir dans cet univers de charbon sans fin, où l'humanité n'est plus qu'un virus qu'il faut vaincre à tout prix pour sauver la vie, la vraie, celle des forêts, des animaux, auxquels chaque jour nous enlevons un peu plus de vie et d'habitat...
Heureusement, l'humain, créature infâme, a un jour inventé la musique (mais que s'est-il passé ce jour là ? Les idées de bombes ou de haine étaient-elles en panne sèche ?). Donc, il nous reste la musique pour avoir une quelconque envie de se lever le matin. Et ça tombe bien, car la musique prisée par votre serviteur s'abreuve couramment à la noirceur de ce monde, à sa cruauté, et ne risque ainsi point la page blanche. 
Au menu de ce 16ème numéro des Crocs du Scribe de l'avant-Apocalypse, les tunisiens de The Sound of Seraphim et leur Post-Black Metal généreux en rêveries orientales ; les italiens (Milan) d'Extirpation et leur Black/Thrash méchant comme une teigne ; Windhelm, projet du royaume de France, proposant un Black Metal Atmosphérique des plus seyants ; le deuxième volet de la très bonne compilation "We are french, Fuck you" (quel nom splendide) et son contenu à haute teneur calorique Metal Underground ; et enfin, pour couronner le tout, le dernier méfait des grecs de Rotting Christ, devenus des géants du Heavy/Black/Dark Metal et hérétiques s'il en est !
Tunisie, Italie, France, Grèce, avec le Scribe du Rock vous voyagez pour pas cher !
_________________________________________________________________________________

ROTTING CHRIST THE HERETICS GRECE BLACK METAL DARK METAL





"Vitae semper dolor oscillantis facturum inter terribilia, 
quibus nituntur certando absque omni spe vitae conservatio torquetur 
Omnes labores hominum mutare modo quo tandem lectio pati 
humana vita mors est et aliud malum cuius locum desideratum "
(The Sound of Seraphim, The Aftermath)


The Sound Of Seraphim The Aftermath

(2019, The Sound of Seraphim)

Le Genre : Tunisian Post-Black Metal


Ah, la Tunisie, pays de soleil et de couleurs toutes plus vives les unes que les autres...Et pourtant, ce n'est pas vers ce côté-là que je vous emmène (encore que...) avec le groupe The Sound of Seraphim. L'orient pourtant est bien présent dans le son ancestral du Black Metal mélodique du groupe. Du moins par moments, car le son du groupe est versatile, et peux également revêtir les atours les plus gris et sombres. Ainsi, cet album, The Aftermath, a pris son temps pour mûrir, depuis la fondation du groupe en 2013. 
Passé l'intro faite de belles voix venues du soleil arrive le morceau "Falling Down" qui nous emmène dans un univers de Black Metal mélodique du meilleur tonneau, n'étant point sans rappeler MGLA ou UADA (deux influences revendiquées par le groupe, avec celles de Darkthrone, moins évidente à l'écoute, ou encore Batushka et Au-Dessus, de même que Belphegor (sacré panel). Le groupe sait faire parler la poudre, avec des riffs portés par un Blast-Beat bien rapide et un chant remarquable. Leur Black Metal gorgé de puissance et d'atmosphères traite de sujets comme la dépression, mais aussi d'espoir ("Of Hope and Segregation") avec une grande maîtrise musicale.

THE SOUND OF SERAPHIM THE AFTERMATH BLACK METAL TUNISIEN

Ainsi, Wael et Muhamed nous transportent-ils dans leur univers, riche de riffs inspirés, pour un album d'un professionnalisme assez ahurissant, proposant même ça et là de remarquables soli de guitare. 

POST-BLACK METAL TUNISIEN 


Parfois le groupe se fait plus Doom et sait varier les sensations ("Of Hope and Segregation" toujours, dans la deuxième moitié) et fait montre de ses influences plus "post" (rock notamment) démontrant, a l'instar du remarquable dernier album de Moonreich (chroniqué dans ces lignes) que le Black façon 90's et le Post-BM peuvent tout à fait cohabiter sous le même toit. Mélancolique et sensible, puissant et majestueux, un album qu'il serait vraiment dommage de manquer. Pour vous donner une idée voici un petit extrait en vidéo :


LE FACEBOOK DE THE SOUND OF SERAPHIM

La note du Scribe : 9/10
______________________________________________________

EXTIRPATION 

A Damnation's Stairway To The Altar Of Failure

(2019, TRIUMPH OV DEATH)

Le genre : Black/Thrash Metal de fous furieux from Italie !!

By Jove ! Damned ! Comme diraient Blake & Mortimer et Black & Decker ! Quel album réjouissant que voici que voila ! Nous avons quitté la Tunisie de The Sound Of Seraphim pour Milan, en Italie, afin d'essuyer la pluie de météorites soniques que nous déverse ce combo fielleux à souhait. 
Ayant le cachet des groupes signé sur un très bon label (ici Triumph Ov Death, perle française du Metal Underground) nos cousins de l'Adriatique nous envoient en 9 missiles exocet le meilleur de la puissance du Thrash combinée à la noirceur de charbon du Black Metal. 
Il faut dire aussi que nos Roméos ne sont pas exactement des débutants. Fondés en 2009, ils ont déjà commis 6 sorties (en comptant cet album) de très belle qualité. Rapides, puissants, dotés de guitares féroces et de vocaux râpeux et dignes d'une vieille sorcière édentée, les titres s’enchaînent sans temps mort, mettant en valeur la maîtrise des musiciens dans un genre qui, s'il se veut forcément Old-School, ne sonne jamais passéiste, mais vient au contraire nous rappeler, à coups de riffs massues et de soli virtuoses, que le Metal Extrême c'est d'abord ça : un son qui fait prendre son pied ! 

EXTIRPATION BLACK THRASH METAL ITALIE

Une vraie leçon de choses que cet album, dont la fraîcheur ravive les caractères les plus blasés de vieux gibbons comme votre serviteur. Les 4 milanais, nous causant de folie, de la société qui part en vrille (comme les vrais thrasheurs !) pondent un album qui va compter cette année, c'est certain, et être l'une des plus belles réalisations du genre Black/Thrash Metal, qui n'a pas encore dit son dernier mot, pourvu que les groupes prissent la peine de proposer une musique inspirée et habitée par le démon. C'est bien le cas ici, et merci messieurs pour ce disque jubilatoire ! Allez, le petit clip qui va bien et après on se rue pour acheter cette pépite nomdidiou ! :


LE BANDCAMP D'EXTIRPATION

LE FACEBOOK D'EXTIRPATION

LE BANDCAMP DE TRIUMPH OV DEATH 

La Note du Scribe : 9/10

______________________________________________________


WINDHELM

Lugubre (2019, Windhelm)

Le Genre : Black Metal Old-School et Mélancolique de France


Nous connaissons déjà l'excellent travail au service de l'Art Noir effectué par le groupe principal de Sieur Aldric, Kaldt Helvete, groupe œuvrant dans un Black Metal d'obédience 90's du meilleur crû (lire leur interview dans le dernier numéro de l'Antre des Damnés) mais depuis 2016 Aldric développe aussi son propre projet sous le nom de Windhelm. Au menu, un Black Metal mélancolique et poétique, dont les atmosphères sombres et blafardes ne sont point sans rappeler un certain Burzum, avec en plus ici le bénéfice de la langue de Molière savamment employée. Lububre est déjà le 3ème acte de l'oeuvre de Windhelm, dont la nostalgie contagieuse nous étreint le coeur et les tripes. Ce disque respire de part en part l'authenticité et la sincérité. La mort et la grisaille se partagent les faveurs d'Aldric, et ce disque peut être considéré comme une messe funéraire dédiée à cette sous-race de cloportes que l'on a pompeusement baptisée humanité. 

WINDHELM LUGUBRE BLACK METAL MELANCOLIQUE FRANCAIS

Cette ode à la destruction imminente de l'humanité (ou plutôt parlera t'on d'autodestruction) me semble être d'ores et déjà une des sorties Black Metal importantes de cette année, tant on est conquis par le style de Windhelm, sachant s'inspirer tout en ayant une personnalité trés forte. Sur un morceau rampant comme "Des étoiles tristes" il m'est arrivé de penser à Serge Gainsbourg lorsque ce dernier tentait les ténèbres avec le fabuleux "Cargo Culte" (à écouter ou réécouter absolument) tiens d'ailleurs le voila :



En effet, le "talk over" d'Aldric sur ce titre m'a renvoyé vers l'homme à tête de chou, ce qui de ma part est un grand compliment, avec cette même capacité à transformer sa voix en une forme d'arc narratif sensuel d'où le chuchotement n'est point exclu. Car Aldric n'a pas toujours besoin d'hurler, ni d'accélerer son Black Metal pour nous donner une leçon de ténèbres. Un GRAND disque, je n'ai pas peur de le dire !



______________________________________________________


WE ARE FRENCH FUCK YOU VOLUME 2 

(COMPILATION) (TRIUMPH OV DEATH RECORDS)

Ça vous dit de vous en repayer une bonne tranche de chez Triumph Ov Death ? Après tout, quand le label est bon, on aurait tort de se priver, non ?
Après un premier volume qui faisait donc honneur à cette scène française tant admirable, qu'il s'agisse des tueurs de Temple Of Baal (Black/Death de maniaques), Ritualization (Black/Death cradingue et noir comme la mort), le Black/Thrash de déglinguos d'Imperial ou Manzer et toute une chiée de groupes ayant en commun un amour indécrottable du Metal Underground, voici donc temps de remettre le couvert pour le volume 2, que l'on attendait bien sûr avec beaucoup d'impatience et de plaisir.

we are french fuck you vol 2 compilation metal underground français


Au programme cette fois, les archi-pionniers du Death français Mercyless (depuis 1987 !!!!) qui balançent un "Sabbatic Icon" particulièrement brutal, qui nous prouve que les vétérans en ont encore bien comme il faut sous le pied ! Le Stoner/Doom/Punk passionnant de Barabbas ("le temps est un boucher qui me dévore les yeux" la vache de punchline !) qui nous réapprend ce que lourdeur, malaise et noirceur veulent dire (avec en plus un chanteur qui déboîte, ce qui n'est pas plus mal !) "De la viande" leur morceau lancinant et anxiogène, nous rendrait végétariens pour trois réincarnations. A suivre Grand Bouc Noir, excellent groupe de Black Metal ultra old School (école Bathory) de la région grenobloise, que j'avais eu la chance de voir dans un des "Thrash Bash" organisés justement par Tonton Raymond et ses potes de Volume Brutal à Avignon (Tonton Raymond qui est aussi derrière Triumph Ov Death) et qui m'avaient impressionné par l'authenticité Punk de leur truc (et une putain de reprise de "Bite It You Scum" de GG Allin) en première partie de Temple Of Baal (mes aïeux, quelle soirée mémorable !). Enokhian prennent le relais avec leur Death Metal brutal et crado, suintant de véracité et d'influences venues du côté de Ross Bay (le War Metal de tarés de Blasphemy, entre autres). Bref, ami lecteur, si tu aimes ton Death bien lourd, noir et cradingue, Enokhian est là ! 


A suivre, Blackowl et leur Black/Thrash Rock'n'Roll qui nous parait faire copuler les revenants de Quorthon et GG Allin ! 
Vous l'aurez compris, cette compile peut faire le bonheur de nombreux fans de Metal Underground (Death, Thrash, Doom ou Black) et ses 22 titres ne débandent pas une seconde ! Bref, un investissement sûr comme dirait Bernard Tapie, pour kiffer sa race au son du meilleur de la scène hexagonale. Keep the Underground Alive Motherfuckers ! 





La Note du Scribe : 9/10

______________________________________________________

ROTTING CHRIST 

The Heretics 

(2019, Season of Mist)

Le Genre : Greek Atmospheric Occult Dark Metal

Il va de soi que je ne vous ferai pas l'affront de vous présenter Rotting Christ, qui ont déjà soufflé leur trente bougies et nous présentent leur treizième offrande. 
De fait, le groupe a déjà fait ses preuves de nombreuses fois par le passé (que l'on soit fan de leur première période plus Black du temps de Thy Mighty Contract, Triarchy of the lost Lovers ou de leur oeuvre plus récente) et nous a donné à voir le beau spectacle d'une formation qui a toujours eu sa propre signature, tout en la faisant évoluer, à l'instar de leurs compatriotes de Septic Flesh. Alors, quand on n'a plus rien à démontrer mais que l'on continue de sortir des albums ça donne quoi ?
Dans le cas des grecs ça donne que du bon ! 
Plus fort et cohérent que les albums les plus récents, ce The Heretics est un excellent crû de Metal sombre et religieux (ces chœurs de moines à faire passer Batushka pour les petits chanteurs à la croix de bois, et pourtant j'adore Batushka !). Rotting Christ ne sort plus simplement des albums, ils déploient UN UNIVERS cohérent et complet, une atmosphère majestueuse et puissante qui sied à leur satanisme intact, tout en renforcant encore une fois la singularité du groupe, que l'on classe par défaut dans le "Dark Metal" alors qu'il faudrait parler de "Rotting Metal" à ce niveau là !

ROTTING CHRIST THE HERETICS GREEK DARK METAL GODS

Bien que leur style puisse repousser depuis longtemps les amateurs de Black Metal Raw enregistré sur un magnétophone (quoi que moi j'aime les deux !) Rotting Christ fera une fois de plus la joie de celles et ceux qui n'ont aucun préjugé et qui savourent simplement la musique quand elle est bonne (comme dirait Jean-Jacques). Leur Metal lourd, impérial, triomphe encore une fois, et nous dit haut et fort que Rotting Christ est simplement devenu un des plus grands groupes de Metal du monde, tout court. 
Bravo messieurs pour cet envoutement, pour ce travail de sape de la religion que vous faites, pour vos riffs saccadés, pour ces voix murmurées fabuleuses, ces choeurs encore une fois incroyables et ce Metal qui nous rappelle à quel point la grèce chevauche depuis toujours Orient et Occident. Hail Rotting Christ !!!!



La Note du Scribe : 10/10 (what else ?)

______________________________________________________

LES CROCS DU SCRIBE (CHRONIQUES) REVIENNENT VENDREDI PROCHAIN POUR UN NUMÉRO 17 ENCORE UNE FOIS CHARGE JUSQU’À LA GUEULE !

AU MENU :

HERMITH (Dungeon Synth)

SUICIDAL MADNESS (Depressive Atmospheric Black Metal)

DLAN (Russian Black Metal)

WOMBRIPPER (Russian Death Metal)

PORN (Industrial Metal and Rock)

L'ECLAT DU DECLIN (Metal Extrême from France)

+ SURPRISE !

______________________________________________________

CONTACTEZ LE SCRIBE DU ROCK

Nom

Adresse e-mail *

Message *

Articles les plus consultés