INTERVIEW - ANGES DE LA MORT - BLACK METAL DU QUEBEC ! - FR + ENGLISH - MAI/JUILLET 2020

Anges de La Mort, ou ADLM, sont un de ces excellents groupes que nos cousins québécois savent donner au monde du Black Metal (ou Metal Noir québécois selon les cas)...Auteurs de deux EPs de grande qualité sortis en format cassette chez le label Les Productions Hérétiques, ces pourvoyeurs d'un Black Metal Old School empreint d'influences Speed/Thrash nous ravissent les oreilles d'un sens du riff indéniable et d'une appétance pour la noirceur des plus contagieuses ! Explications avec les intéressés...

Dans une ère de mondialisation outrancière qui tend à affaiblir les piliers de nos cultures respectives, j’aime penser que ce genre de scènes puissent porter une force identitaire, une résistance contre ces systèmes internationaux dominants nous éloignant de nos racines"

 anges de la mort

Bonjour amis de Montréal ! Comment allez vous en cette période tragico/étrange ?

Salutations ! Des temps étranges en effet. J’imagine qu’on s’efforce de passer au travers de notre mieux, chacun de notre côté. Du tragique certes, mais aussi quelque chose d’intéressant, dans le retranchement forcé vers certaines de nos limites. Constater ce qui ressort de certains humains ou organisations, comme si on faisait tomber certains voiles. Et peut-être finalement un coup de pied dans la fourmilière, un retour de flamme bien mérité pour l’humanité, et surtout l’homme moderne. Ironiquement c’est une thématique et le concept derrière le nom « Anges de la Mort », la menace et la vengeance des anciens esprits de la Terre sur l’humain contemporain et son esprit embrouillé, infecté par l’or, irrespectueux et déconnecté de la Nature.

 anges de la mort black metal québec

Si j'en crois le peu d'infos que j'ai trouvé vous concernant, vous êtes un groupe plutôt récent, et vous êtes de grands fans de Dissection (ce qui s'entend un peu effectivement). Pouvez vous nous relater la naissance de votre groupe, et les influences qui ont présidé à cette naissance ?

Je ne peux pas nier mon adoration pour Dissection effectivement. Même s’il n’y avait pas forcément d’intention musicale définie dans cette direction, j’imagine que l’influence de Nodveit doit m’affecter inconsciemment. Je dirais que c’est plus un esprit « Darkthronien » qui nous a influencé dans la genèse, le concept de duo, et l’approche rock’n’roll, crue et minimaliste. Même si musicalement d’autres choses sont ressorties, à mon avis à cause de (ou grâce à ?) nos parcours musicaux respectifs qui ne sont pas exclusivement black metal.

La naissance du groupe c’était plus un coup de tête, une impro d’un soir entre deux musiciens qui avait envie de se défouler et jouer du black métal. On ne pensait même pas en faire un projet sérieux, puis finalement après trois ou quatre répètes on avait des squelettes de morceaux avec des bons riffs. C’est surtout grâce à Vitrid de Issfenn, qui nous a aidé avec l’enregistrement et le mixage, que le groupe s’est concrétisé en vue d’une possible sortie.

Vous avez sorti une tape absolument jouissive que je vous remercie de m'avoir envoyé ! J'y entends certes du black/death mélodique mais aussi de fortes influences black old school avec du Celtic Frost et du Samael dedans... vous confirmez ?

Black old school définitivement, je pense que l’approche « à la » Darkthrone était une inspiration comme je le mentionnait, surtout dans l’esprit et la vision. Tout est question de perception, surtout quand on vient aux comparaisons. Je n’écoute pas tellement les groupes que tu as cités, même si je comprends les comparaisons, en réécoutant Morbid Tales par exemple. J’irai plus vers Venom pour la touche rock’n’roll/heavy ou Bathory pour le côté mélodique et épique, mais ça reste personnel. J’imagine que black/death melodique réfère à Dissection, même si je ne pense pas vraiment qu’on écoute du death mélodique, je n’ai jamais été fan du terme… Je pense que le côté old school se traduit aussi par des influences thrash, dans l’esprit d’Aura Noir par exemple, ou cette vibe un peu punk et « D-Beat » qu’on peut trouver par exemple dans des vieux Carpathian Forest ou Impaled Nazarene, ou même Sodom.

Ce sont vraiment des perceptions subjectives encore une fois, mais c’est très intéressant de voir comment certains éléments musicaux peuvent être interprétés différemment. Une critique en Finlande nous a comparé à du vieux Graveland, groupe que je n’ai jamais particulièrement écouté non plus.

Anges De La Mort

Comment vous êtes vous retrouvés sur le label de Monarque et Sanctuaire, les productions hérétiques ?

Sans vraiment s’attendre à un retour on a envoyé les morceaux à LPH, et Monarque nous a proposé une sortie. On ne s’était jamais parlé avant, c’est donc purement par appréciation de la musique elle-même que s’est fait cette collaboration. Et non pas par rapport à qui on connaissait ou qui on était, ce qui est tristement rare de nos jours dans l’industrie musicale. C’était donc un honneur d’avoir le soutien et l’approbation d’un artiste comme Monarque, qui reste un des meilleurs groupes de métal noir Québécois.

les productions hérétiques 

Pour continuer avec du “name dropping”, vous avez aussi été mixés par Joel Grind de Toxic Holocaust, rien que ça ! Comment s'est faite la rencontre avec ce dernier ? Toxic Holocaust était il pour vous un exemple de son que vous souhaitiez utiliser pour votre musique ?

Masterisé seulement. Le mixage a été réalisé par Vitrid du groupe montréalais Issfenn, qui a fait un super boulot aussi en passant. Je suis devenu fan de Toxic Holocaust en tombant sur Overdose Of Death en 2008, surtout à cause du son très old-school, à la fois organique mais puissant. Il y a une touche rock’n’roll mais ça reste massif et dense. Je pense qu’on peut entendre une touche thrash dans notre EP. Et j’ai réalisé que Joel était derrière le mastering de plusieurs albums de groupes que j’aime comme Midnight, Uada ou Power Trip. J’aime son approche en gardant un son relativement « sale » ou « organique » mais consistant. Je pense qu’il a un bon équilibre entre conserver une touche old-school et garder une bonne puissance de sortie…. Je lui ai simplement envoyé un message, sans le connaître personnellement, il a aimé les morceaux et nous a fait un bon prix, et surtout un bon mastering, qui a vraiment donné une touche en plus. Je voulais lui donner la cassette en main-propres sur la prochaine tournée de Toxic, mais on dirait que ça va devoir attendre…

Pourquoi ce choix de ne sortir qu'une tape limitée a 150 exemplaires, sans Bandcamp ? (NdS : depuis le Bandcamp a été mis en ligne, voir les liens en bas de page)

On partageait avec Les Productions Hérétiques cette vision un peu élitiste et minimaliste du black metal. J’ai toujours été fasciné par cette époque que je n’ai pas connue malheureusement, où il n’y avait pas Internet et on s’échangeait des cassettes obscures par la Poste. Où il fallait vraiment creuser pour trouver certains groupes, éplucher des webzines en noir et blancs. Où écouter une œuvre se faisait en mettant un objet dans un lecteur, et en le laissant jouer du début à la fin, en appréciant la création artistique à sa juste valeur. On sait bien que ça ne plaît pas à tout le monde, et que l’album est déjà en téléchargement illégal sur des forums, mais on s’en fout. Les gens consciencieux qui veulent vraiment le EP en digital feront l’effort d’acheter la cassette d’abord et de nous écrire ensuite. C’est plus par principe, et on est pas ici pour se « vendre » au maximum.

On peut le voir comme un hommage à cette époque et à ces valeurs, beaucoup moins éphémères et légères de sens comme aujourd’hui. Le côté inaccessible finalement, à l’opposé de notre ère où n’importe quel groupe obscur se trouve en deux clics sur Youtube ou ailleurs, noyé dans l’immense masse de groupes sur toutes les plateformes numériques. Certes on ne peut dénier la visibilité que peut nous apporter ce monde digital. Mais tu vois il y a des jours où je me surprends à rêver qu’un truc explose et qu’on se retrouve dans un monde sans Internet, et où il en reviendrait seulement au bouche-à-oreille et l’autorité de quelques labels bien établis et reconnus de sortir des disques et faire tourner de vrais groupes et artistes qui en valent le coup. Je n’y étais pas, mais je pense que quand Destruction ou Kreator ont débarqué pour la première fois à Montréal dans les années 80, ça devait être la folie furieuse. Et sans événement Facebook ou millions de vues sur Youtube. Quand ces groupes viennent aujourd’hui, je dirais pas que les gens s’en foutent, mais tu comprends mon point. L’excitation n’est pas la même.

Quelle est votre vision de la scène actuelle, au Québec comme ailleurs ?

Vaste question. Je pense qu’au Québec on est chanceux d’avoir une scène underground assez forte, notamment en black metal. Ce n’est pas partout comme ça. Après comme pour beaucoup de styles, on dirait que le black metal est noyé dans une masse grouillante de nouveaux groupes infinis sur Internet. On est saturé d’artistes et d’albums et c’est dommage car plusieurs valant le détour se retrouvent enterrés par d’autres parfois plus profiteurs et habiles en numérique dans un sens. Et je me demande si ça joue dans le fait d’avoir des scènes peut-être moins actives et présentes « sur le terrain » dans un sens. Encore une fois au Québec je pense qu’on la chance d’avoir une scène forte, mais j’ai l’impression qu’ailleurs, dans certaines grandes villes, des scènes se sont affaiblies où on presque disparu avec des nouvelles générations qui consomment en ligne et ne sortent plus vraiment, même dans les musiciens.

Je discutais avec le chanteur de Misþyrming quand ils sont passés à Montréal, il disait qu’en gros pour lui, le terme « atmosphérique » dans le black métal c’était une grosse excuse où passait bien des groupes avec peu de consistance, dont des gars seuls chez eux avec un ordinateur et une guitare dont ils effleurent les cordes dans des riffs insipides, avec une boite à rythme réaliste bien éditée derrière, une tonne de reverb. Sans denier le talent de certains, je pense qu’il y a du vrai, pour le côté de nombres de groupes peu signifiants, sans existence scénique charismatique derrière, qui accèdent grâce à Internet à des audiences crédules. Et encore une fois ça ne contribue pas à renforcer des vrais scènes actives. Tu vois, ça revient un peu à ta question par rapport au fait de ne pas avoir mis les chansons en vente digitale sur Bandcamp. Dans un sens c’est une protestation contre ce phénomène et cette vision.

Et pour en revenir à la notion de scènes c’est intéressant de voir qu’actuellement, c’est parfois dans des territoires plus petits et isolés dans un sens, qu’on voit émerger des scènes plus fortes avec une réelle identité. Tu penses au Metal Noir Québécois, mais aussi au black métal Islandais par exemple. Et si on en vient à la scène de France actuellement, sans oublier des œuvres remarquables déjà établies par exemple par Nocturnal Depression ou Blut Aus Nort dans leurs styles propres, je vois une force d’identité et une certaine authenticité dans cette nouvelle vague un peu médiévale, avec Véhémence ou Aorlhac, imprégnée des racines moyenâgeuses du pays. Dans une ère de mondialisation outrancière qui tend à affaiblir les piliers de nos cultures respectives, j’aime penser que ce genre de scènes puissent porter une force identitaire, une résistance contre ces systèmes internationaux dominants nous éloignant de nos racines.

Si vous deviez présenter Les Anges de La Mort a un néophyte ?

Les Anges de la Mort sont un crachat sur le monde moderne occidental et le poison qu’est l’homme contemporain pour la Nature, un sombre tableau de notre espèce. Servi par deux humains qui jouent avec honnêteté et sans ordinateurs, et sans prétention. De vrais riffs avec juste une Gibson et un Marshall, et un vrai batteur avec une vraie frappe, sans triggers, compresseurs ou distorsions numériques fades. Une tentative ratée de true black metal qui a tourné en quelque chose de plus rock’n’roll et parfois mélodique, loin d’être parfait, mais joué avec conviction et authenticité, prêchant la mort des grands seigneurs et la gloire des esprits libres et vivants, conscients.

"Les Anges de la Mort sont un crachat sur le monde moderne occidental et le poison qu’est l’homme contemporain pour la Nature, un sombre tableau de notre espèce"

Les albums qui vous ont le plus marqués, toutes époques et genres confondus ?

C’est un peu difficile comme question, c’est impossible pour moi de se cantonner à un album unique pour certains artistes, et en plus en voyageant dans le temps et dans les styles. Je vais essayer de cadrer plus ou moins « heavy metal » pour ne pas rentrer dans les classiques Led Zeppelin, AC/DC, Deep Purple ou Guns’n’Roses! Rapidement sans trop réfléchir comme ça : Powerslave de Maiden, Right The Lighting de Metallica, Sacrifice de Motörhead, Répression de Trust, Storm of The Light’s Bane ET The Somberlain de Dissection (tu t’en doutais), A Blaze in the Northem Sky de Darkthrone. Agent Orange de Sodom, 1184 de Windir, Phoenix Rising de Destroyer 666, Sons of Northem Darkness de Immortal, Dawn of Victory de Rhapsody, Abscence of War.. de Impaled Nazarene, Pariah de Naglfar Sworn To The Dark de Watain, Overdose of Death de Toxic Holocaust, Satanic Royalty de Midnight, Death By Fire de Enforcer, The Satanist de Behemoth, et même si c’est devenu de la soupe, le premier Ghost, Opus Eponymous  et pour finir par un trésor de black metal qui me hante toujours : The Knight, Death and the Devil de Holy Death.

anges de la mort

Merci LADLM

Merci à toi, et autres médias qui donnent une voix aux artistes de l’ombre, à l’art cru et authentique. C’est dans l’underground, tout arts confondus, que survivra l’esprit pur et non formaté de l’humain, d’où naîtront les voix de la résistance contre l’abrutissement de notre race, et l’asservissement aux diverses entités mondiales dominantes.



"In an era of outrageous globalization that tends to weaken the pillars of our respective cultures, I like to think that such scenes can carry an identity force, a resistance against these dominant international systems that take us away from our roots"
anges de la mort 

Anges de La Mort, or ADLM, are one of those excellent bands that our Quebecois cousins know how to give to the world of Black Metal (or Quebec Black Metal as the case may be)... Authors of two high quality EPs released in cassette format on the label Les Productions Hérétiques, these purveyors of an Old School Black Metal with Speed/Thrash influences delight our ears with an undeniable sense of riff and an appetite for the most contagious darkness! Explanations with the interested parties...

 

Hello friends from Montreal! How are you doing in this tragic/weird time?

Greetings! Strange times indeed. I guess we're trying to get through it as best we can, each on our own. Tragic certainly, but also something interesting, in the forced entrenchment towards some of our limits. Seeing what comes out of certain humans or organizations, as if we were dropping certain veils. And perhaps finally a kick in the anthill, a well-deserved flashback for humanity, especially modern man. Ironically it is a theme and the concept behind the name "Angels of Death", the threat and vengeance of the ancient spirits of the Earth on contemporary humans and their confused, gold infected, disrespectful and disconnected spirit of Nature.

 anges de la mort black metal québec

According to the little information I found about you, you're a rather recent band, and you're big fans of Dissection (which is a bit of a statement indeed). Can you please tell us about the birth of your band, and the influences that presided over this birth ?

I can't deny my adoration for Dissection indeed. Even if there wasn't necessarily a definite musical intention in that direction, I guess the influence of Nodveit must have affected me unconsciously. I would say it's more of a "Darkthronian" spirit that influenced us in the genesis, the concept of the duo, and the raw, minimalist rock'n'roll approach. Even if musically other things came out, in my opinion because of (or thanks to?) our respective musical backgrounds which are not exclusively black metal.

The birth of the band was more of a whim, a one-night improvisation between two musicians who wanted to let off steam and play black metal. We didn't even think about making it a serious project, then finally after three or four rehearsals we had skeletons of songs with good riffs. It's mainly thanks to Vitrid de Issfenn, who helped us with the recording and mixing, that the band came together for a possible release.

You have released an absolutely enjoyable tape that I thank you for sending me ! I hear melodic black/death but also strong old school black influences with Celtic Frost and Samael in it... can you confirm it ?

Black old school definitely, I think the Darkthrone approach was an inspiration as I mentioned, especially in the spirit and vision. It's all about perception, especially when it comes to comparisons. I don't really listen to the bands you mentioned, although I understand the comparisons, listening to Morbid Tales for example. I would go more to Venom for the rock'n'roll/heavy touch or Bathory for the melodic and epic side, but it's still personal. I guess melodic black/death melodic refers to Dissection, even if I don't really think we listen to melodic death, I've never been a fan of the term... I think the old school side is also translated by thrash influences, in the spirit of Aura Noir for example, or this vibe a bit punk and "D-Beat" that you can find for example in old Carpathian Forest or Impaled Nazarene, or even Sodom.

Anges De La Mort 

These are really subjective perceptions again, but it's very interesting to see how certain musical elements can be interpreted differently. A critic in Finland compared us to old Graveland, a band that I've never really listened to much either.

How did you end up on Monarque and Sanctuary's label, Les productions hérétiques ?

Without really expecting a comeback we sent the songs to LPH, and Monarque offered us a release. We'd never spoken to each other before, so it was purely out of appreciation for the music itself that this collaboration took place. And not in relation to who we knew or who we were, which is sadly rare these days in the music industry. So it was an honour to have the support and approval of an artist like Monarque, who remains one of the best black metal bands in Quebec.

les productions hérétiques 
To continue with "name dropping", you've also been mixed by Joel Grind from Toxic Holocaust, just that! How did you meet him? Was Toxic Holocaust for you an example of the sound you wanted to use for your music?

Mastered only. The mixing was done by Vitrid from the Montreal band Issfenn, who did a great job too by the way. I became a fan of Toxic Holocaust when I came across Overdose Of Death in 2008, mostly because of the very old-school sound, both organic and powerful. There's a touch of rock'n'roll but it's still massive and dense. I think we can hear a thrash touch in our EP. And I realized that Joel was behind the mastering of several albums of bands I like like like Midnight, Uada or Power Trip. I like his approach in keeping a relatively "dirty" or "organic" but consistent sound. I think he has a good balance between keeping an old-school touch and keeping a good power output.... I just sent him a message, without knowing him personally, he liked the tracks and gave us a good price, and above all a good mastering, which really gave an extra touch. I wanted to give him the tape on the next Toxic tour, but it looks like it will have to wait ...

Why did you choose to release only a limited tape of 150 copies, without Bandcamp? (NdS : Now there is one ! You can find it in the bottom of this page)

We shared with Les Productions Hérétiques this rather elitist and minimalist vision of black metal. I've always been fascinated by this era that I unfortunately didn't know, where there was no Internet and we used to exchange obscure cassettes by mail. Where you really had to dig to find certain bands, to peel through black and white webzines. Where listening to a work was done by putting an object in a player, and letting it play from beginning to end, appreciating the artistic creation at its true value. We know that not everyone likes it, and that the album is already illegally downloaded on forums, but who cares? Conscientious people who really want the EP in digital will make the effort to buy the tape first and then write to us. It's more by principle, and we're not here to "sell" ourselves to the maximum.

We can see it as a tribute to those times and to those values, much less ephemeral and lighter in meaning than today. The inaccessible side finally, the opposite of our era where any obscure band can be found in two clicks on Youtube or elsewhere, drowned in the huge mass of bands on all digital platforms. Of course, we can't deny the visibility that this digital world can bring us. But you see, there are days when I find myself dreaming that something will explode and we'll find ourselves in a world without the Internet, and it would only come back to word of mouth and the authority of a few well-established and recognized labels to release records and tour real bands and artists that are worth it. I wasn't there, but I think when Destruction or Kreator first came to Montreal in the 80s, it must have been madness. And without a Facebook event or millions of views on Youtube. When these bands come today, I wouldn't say people don't care, but you get my point. The excitement isn't the same.

What is your vision of the current scene, in Quebec and elsewhere?

That's a big question. I think that in Quebec we're lucky to have a fairly strong underground scene, especially in black metal. It's not like that everywhere. After, as with many styles, it seems that black metal is drowned in a swarming mass of new endless bands on the Internet. We're saturated with artists and albums and it's a shame because many of them worth the detour find themselves buried by others who are sometimes more profiteers and digital savvy in a way. And I wonder if it plays into the fact of having scenes that are maybe less active and present "on the ground" in a way. Again in Quebec I think we're lucky to have a strong scene, but I have the impression that elsewhere, in some big cities, scenes have weakened or almost disappeared with new generations who consume online and don't really go out anymore, even musicians.

I was talking with the singer of Misþyrming when they went to Montreal, he said that for him, the term "atmospheric" in black metal was basically a big excuse where a lot of bands were playing with little consistency, including guys alone at home with a computer and a guitar whose strings they touch in insipid riffs, with a realistic drum machine well edited behind, a ton of reverb. Without denying the talent of some of them, I think there is some truth to the side of a number of insignificant bands, without a charismatic stage existence behind them, who access through the Internet to gullible audiences. And again, that doesn't contribute to the strengthening of real active scenes. You see, it comes back a bit to your question about the fact that you didn't put the songs on digital sale on Bandcamp. In a way it's a protest against this phenomenon and this vision.

And to come back to the notion of scenes, it's interesting to see that nowadays, it's sometimes in smaller and isolated territories in a way, that we see emerging stronger scenes with a real identity. You're thinking about Quebec Black Metal, but also Icelandic Black Metal for example. And if we come to the French scene right now, without forgetting the remarkable works already established by Nocturnal Depression or Blut Aus Nort in their own styles, for example, I see a strength of identity and a certain authenticity in this new wave that's a bit medieval, with Véhémence or Aorlhac, impregnated with the country's medieval roots. In an era of outrageous globalization that tends to weaken the pillars of our respective cultures, I like to think that these kinds of scenes can carry a strength of identity, a resistance against these dominant international systems that take us away from our roots.

If you were to present Les Anges de La Mort to a neophyte?

The Angels of Death are a spit on the modern western world and the poison that contemporary man is to Nature, a dark picture of our species. Served by two humans who play with honesty and without computers, and without pretension. Real riffs with just a Gibson and a Marshall, and a real drummer with a real hit, without triggers, compressors or bland digital distortions. A failed attempt at true black metal that turned into something more rock'n'roll and sometimes melodic, far from perfect, but played with conviction and authenticity, preaching the death of great lords and the glory of free and living, conscious spirits.

The albums that have marked you the most, from all eras and genres?

It's a bit of a difficult question, it's impossible for me to confine myself to a single album for certain artists, and besides that, I travel through time and styles. I'll try to frame it more or less "heavy metal" so as not to get into the classics Led Zeppelin, AC/DC, Deep Purple or Guns'n'Roses! Quickly without thinking too much like that: Maiden's Powerslave, Metallica's Right The Lighting, Motörhead's Sacrifice, Trust's Repression, Storm of The Light's Bane ET The Somberlain by Dissection (you guessed it), Darkthrone's A Blaze in the Northem Sky. Agent Orange by Sodom, 1184 by Windir, Phoenix Rising by Destroyer 666, Sons of Northem Darkness by Immortal, Dawn of Victory by Rhapsody, Abscence of War... by Impaled Nazarene, Pariah by Naglfar Sworn To The Dark by Watain, Overdose of Death by Toxic Holocaust, Satanic Royalty by Midnight, Death By Fire by Enforcer, The Satanist by Behemoth, and even if it became soup, the first Ghost, Opus Eponymous and finally a black metal treasure that still haunts me: The Knight, Death and the Devil by Holy Death.

anges de la mort


Thank you LADLM

Thanks to you, and other media that give a voice to artists from the shadows, to raw and authentic art. It is in the underground, all arts combined, that the pure and unformatted human spirit will survive, from which will be born the voices of resistance against the dumbing down of our race, and the enslavement to the various dominant world entities.

"Anges De La Mort are a spit on the modern western world and the poison that contemporary man is for Nature, a dark picture of our species"



Black Metal

Mais quel bonheur que de recevoir une Tape de Montréal, déjà, ça me met un coup de fouet et l'impression de revenir au bon vieux temps. Bon, vous me direz, c'est bien mignon de recevoir une cassette du Québec encore faut-il qu'il y ait quelque chose à écouter dessus, non ? Et si possible quelque chose de consistant !
Déjà, lorsque le groupe m'a écrit en m'expliquant que leur tape allait sortir chez Les Productions Hérétiques (le label de Monarque et Sanctuaire, rien que ça !) et que la tape allait être mixée par Joel Grind de Toxic Holocaust, je me suis dit qu'il y avait peu de chances de tomber sur des baltringues. Après écoute du premier titre disponible sur Youtube (l'hymne "Anges de La Mort" à reprendre en famille...a condition d'être une famille de démons) il ne me restait plus beaucoup de doutes : ce nouveau duo formé en 2017 à Montréal envoyait du lourd.
Ne niaisons pas comme disent nos camarades Québecois, cette tape est tout simplement une tuerie, un pur massacre de Black Metal old-school jouissif étalé sur quatre titres. 


ANGES DE LA MORT

Froid comme la mort et décharné comme Gerard Depardieu en grève de la faim depuis un an, le Black Metal d'Anges de la Mort s'écoute en headbanguant tout seul comme un crétin (on s'en fout c'est trop bon) et ravive en nous la flamme des arts noirs jamais enfouie très profond. Réminiscences du tout début des 90's du côté de la Norvège, chant français (j'adore le BM en chant français !), relents  Speed/Thrash 80's par moments, bref, tout ce qu'il faut pour satisfaire une âme perdue en quête de blackeries intenses et démoniaques !
Anges de la Mort ? Retenez bien leur nom, vous allez en entendre parler !





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

INTERVIEW AVEC FAMINE DE KPN DEPUIS KIEV

Dark Dandy : Une interview avec Rose Hreidmarr (ANOREXIA NERVOSA/BAISE MA HACHE)

ULTIME ECLAT : GLACIATION - Entretien avec Hreidmarr et Arnhwald - Français/English