Review - French / English Text - CANCEL THE APOCALYPSE "Terminus Highway" #posthardcore #baroque #classic - Klonosphere - Le Scribe du rock

Image
                                                         CANCEL THE APOCALYPSE Terminus Stairway 2022 KLONOSPHERE Post Hardcore/Baroque/Classique Sortie le 10 Juin   Dans le flot de sorties qui composent le metal depuis quelques années il n'est pas toujours facile de s'y retrouver, de ne pas rater un disque important pour parfois se retrouver à entendre des choses insipides ou mille fois entendues par ailleurs. Heureusement, parfois, les horloges sont bien synchronisées, et les labels/agents/distributeurs font bien leur boulot. Ce qui nous amène à Cancel The Apocalypse, projet français composé de deux musiciens venus du classique, diplômés du conservatoire de Bordeaux, à savoir Audrey (violoncelle) et Arnaud (guitare & piano) qui vont rencontrer leur chanteur Mathieu lors d'un concert de son groupe précédent My Own Private Alaska (déjà un excellent combo au demeurant) pour se faire téléscoper leur univers baroque et classique et celui de Mathieu, venu du Post Hardcore.

Interview avec Erang - Fr/English - IMAGINATION NEVER FAILS : A TRIP IN DUNGEON SYNTH

Toi aussi tu te fais chier en 2020 ? Toi aussi tu en as plein les godasses du coronavirus, de la politique de merde qui envahit tout, des gens pleins de certitude, des réseaux sociaux ? Alors viens faire ce voyage dans le temps avec Erang. Tu verras, le dungeon synth c'est bon pour le moral, ça nous rappelle qu'on n'a pas toujours été confinés, masqués, empêchés, et que la musique c'est un voyage immobile, certes, mais qui libère l'esprit et le corps. Erang est l'un des maîtres de la discipline en France (et le pionnier du genre dans nos latitudes), c'est pourquoi cette interview est importante pour moi : toi aussi rejoins les rangs des adorateurs d'Erang !


ERANG DUNGEON SYNTH


"Quand j’ai lancé Erang en 2012, personne en France ne faisait de la musique sous l’étiquette Dungeon Synth" (Erang)


Entretien avec ERANG, 2020...

Salut à toi, ERANG! Peux tu faire un voyage dans le passé et nous parler des origines de ton projet ?

Je dirais qu'Erang a toujours fait partie de ma vie car c'est quelque chose d’intime et de vraiment personnel. Pour moi, il s'agit plus que d'une collection d'albums : c’est une partie de moi, sincère et profonde !… J’ai toujours eu un besoin de « créer » depuis tout petit : d’abord des dessins mais aussi des jeux de plateau que j’inventais en découpant des cartes, en peignant des pions, etc. Des poèmes aussi et puis la musique. A 11 ans j’ai eu une guitare acoustique mais j’ai rapidement abandonné au bout de 6 mois. Je ne sais qu’égrener une dizaine d’accords basiques au coin du feu. En revanche vers 14 ans je pense, j’ai découvert sur une disquette (oui, c’était au milieu des 90’s) le logiciel Fasttracker II… et là ça a été une révolution totale ! Ça m’a tout de suite parlé et j’ai adoré cette façon de composer. J’en faisais tout le temps avec tout et n’importe quoi, je samplais mes CD pour avoir des petits bout de notes ici et là (j’avais pas vraiment accès à Internet et de toutes façons il n’y avait pas les ressources en ligne qu’il y a aujourd’hui)… Par la suite j’ai continué, mais toujours avec cette approche rudimentaire faite avec les moyens du bord, un peu art brut : je fonctionne à l’instinct, spontanément et avec mes tripes. S’il faut trop réfléchir ou peaufiner trop longtemps je perds un peu l’impulsion initiale… Et donc vers 2011 je suis tombé sur le blog d’Andrew (inventeur du terme « Dungeon Synth ») et la description qu’il faisait de cette musique m’a là aussi tout de suite parlé et fait écho à des choses que je bricolais déjà dans mon coin sans me douter que cela puisse intéresser qui que ce soit en dehors de moi : une musique synthétique cheap et lo-fi, évoquant un monde imaginaire fantastique... C’est à ce moment là que j’ai décidé de publier mes morceaux en ligne avec Erang sous appellation de genre « Dungeon Synth », en mai 2012. En France à ce moment là, je pense que j’étais le seul.

Erang Dungeon Synth

En France, j'ai l’impression persistante que le Dungeon Synth reste un genre extrêmement confidentiel. Je m'en aperçois quand je publie des interviews ou des chroniques sur le sujet auprès de mon public français (selon mes stats, l'intérêt est plus important ailleurs!). Comment expliques tu cela ? Il y a des pays ou Erang est culte, non ?

Je ne saurais dire s’il y a des pays ou Erang est culte mais, effectivement, j’ai l’impression d’être plus suivi aux Etats-Unis même si, de plus en plus, un public Français grandissant s’y intéresse. Ça rejoint sans doute la fin de ma réponse précédente : quand j’ai lancé Erang en 2012, personne en France ne faisait de la musique sous l’étiquette Dungeon Synth… d’ailleurs, même dans le monde, personne n’en parlait nulle part sauf sur le blog : pas de groupe facebook, pas de chaine youtube, etc. Nous étions une poignée à en faire sciemment. Sur bandcamp, il devait y avoir 2 ou 3 pages de résultats avec le tag Dungeon Synth, haha : ça a bien changé depuis ! Donc à chaque fois que je contactais des français pour partager mon univers il fallait que j’explique un peu tout ça et ce qui se cachait derrière le terme Dungeon Synth… il faut encore du temps pour que cela se diffuse j’imagine… et puis, ça reste quand même une musique singulière, une musique de l’ombre…

As-tu un passé de « rôliste » qui t'a amené au Dungeon Synth ? mais musicalement, c'est quoi qui t'as amené là ? Des BO de films ? De Jeux ?

Alors pas vraiment : j’ai un peu joué aux jeux de rôle quand j’étais jeune ado mais ce qui m’a tout de suite plu c’était l’aspect « création et imagination » plus que le jeu en lui-même. J’aimais créer des persos, les dessiner et leur inventer une histoire et j’adorais les illustrations et les couvertures de ces jeux qui laissaient beaucoup de place à l’imaginaire : Stormbringer, Hawkmoon, l’œil Noir, le Jeu de Rôle des Terres du milieu, etc… Tout ça me donnait plutôt l’envie (trop ambitieuse) d’inventer un jeu par moi-même que de jouer au jeu en lui-même ! Mais ça n’est pas ça qui m’a mené au Dungeon Synth… Musicalement j’écoute de tout et mon inspiration est très variée. Pour Erang ce sont aussi beaucoup des ambiances et des atmosphères qui m’inspirent… Des lieux visités, des épisodes de ma vie… mais aussi les films fantastique de mon enfance (Conan, Willow, Legend, Dark Crystal, etc.) et bien sur les livres de Tolkien dont mon père me récitait parfois certains passages quand j’étais tout petit le soir dans le lit… Enfin, j’ai toujours adoré les sons des vieux synthétiseurs, les sonorités cheap et synthétique et le côté brut du lo-fi…

Les liens entre le DS et le Black Metal...Beaucoup d'acteurs de l'un sont fans et actifs dans l'autre...est ce ton cas aussi ?

Non. J’ai écouté un peu de Metal adolescent (Metallica, Megadeth) mais le black à proprement parlé j’y suis venu sur le tard et j’ai été clairement tout de suite séduit par certains des aspects proches du Dungeon Synth : une musique très atmosphérique et laissant libre cours à l’imaginaire, une esthétique forte et sans compromis, quelque chose de solitaire souvent fait par une seule personne avec un son lo-fi… Après j’aime clairement plus lorsqu’il y a des claviers intégrés dedans, cela va sans dire, que le true raw black metal (même si la aussi pas mal de morceaux me touchent comme les premiers Darkthrone)… mais il faut que ce soit des claviers simples et atmosphériques, pas du tout les trucs pompeux et orchestraux avec des banques de sons très réalistes qu’on trouve parfois… J’aime beaucoup ce que fait Fenriz de manière générale (et notamment le projet Isengard), Bathory est excellent, certains titres de Windir aussi, j’adore les premiers Dimmu Borgir… et enfin je suis ultra fan de Summoning !

Ce que j'aime dans ta musique, c'est sa grande diversité. D'ailleurs il me semble un peu limité de te réduire au DS. Tu vas aussi du côté de la World Music, de l'ambient, de trucs plus dark...Comment définirais tu la musique d'Erang ?

Merci ! Oui c’est un aspect important d’Erang et de ma musique en général. Même si j’ai activement participé au revival de la seconde vague du Dungeon Synth et que ce genre est la fondation d’Erang, je ne m’interdis rien. Quand je compose, c’est vraiment une photo de l’instant ou l’album est fait et de mes goûts et intérêts du moment. Encore une fois c’est une démarche très spontanée et sincère : je fais ce que je sens sur l’instant sans trop réfléchir au reste… On a déjà tellement de règles et d’obligations dans nos vies de tous les jours que j’essaye de m’en imposer le moins possible avec Erang… C’est l’imagination qui est aux commandes, tout est possible !

Question en rapport avec la numéro 2 : là aussi les ventes du DS ne sont pas comparables a celles du BM...Pourtant le genre paraît beaucoup plus accessible et peu plaire a des tas de gens qui n'écoutent pas du Metal...N'est ce pas étrange ?

Alors la je n’en ai aucune idée… Le genre peut paraître plus accessible mais, à certains égards et comme pour le BM d’ailleurs, il peut être moqué ou tourné en dérision par ceux qui n’apprécient pas ou ne connaissent pas… il peut y avoir une méfiance peut être, avec le décorum, les masques, etc.. Mais je prends parfois l’exemple suivant : si tu dis que tu fais de la musique dans ta chambre déguisé avec un masque de robot, pour 50 personnes sur le net, les gens se moqueront de toi… Si tu t’appelles Daft Punk et fais la même chose avec le même masque pour 10 millions de fans, on te trouvera cool. D’où, encore une fois, l’importance de suivre son instinct et faire ce qu’on ressent dans ses tripes sans trop penser à comment ça sera reçu…


"Si tu t’appelles Daft Punk et fais la même chose avec le même masque pour 10 millions de fans, on te trouvera cool" (Erang)


Justement concernant ton masque, quel en est l’origine ?

J’ai toujours adoré les groupes ou projets masqués, qui inventaient un « personnage ». Pour moi ça rajoute une dimension onirique très importante qui me touche… La première fois c’est quand j’ai découvert les Beruriers Noirs vers l’âge de 13 ou 14 ans. Je trouvais leur masque géniaux, ça m’a beaucoup marqué et c’était clairement aussi important que leur musique pour moi. Ensuite, justement, les Daft Punk aussi ou quelqu’un comme David Bowie (dont je me sens proche dans l’attitude et la façon de se diversifier – évidemment loin de moi l’idée d’une quelconque comparaison haha. Mon titre « Moving Stars » sorti en 2016 était d’ailleurs un hommage à son décès la même année et son génial album « Black Star »). Dans un style complètement différent il y a Stupeflip aussi qui a un univers très marqué visuellement. Enfin bien sur, toute l’imagerie Black Metal qui est aussi fabuleuse pour cela et m’a aussi beaucoup inspiré… Bref, quand je me suis lancé, c’était donc pour moi une évidence et j’ai bricolé ce masque chez moi, comme toujours spontanément, et avec les moyens du bord… Et c’est clairement une composante de mon univers désormais.

Tes albums préférés de tous les temps ? (tous les styles sont permis)

Ça c’est toujours la question qui tue… Je suis un très gros fan de musique, j’en écoute tous les jours, tout le temps et de tout, donc c’est assez difficile pour moi de répondre… Si ça ne te dérange pas je préfère plutôt citer des artistes qui m’ont marqué et influencé. Pas forcement dans la musique à proprement parlé mais dans leur démarche et leur reflexion. En premier lieu, Brian Eno. J’ai lu son journal qu’il avait publié il y a longtemps « A Year With Swollen Appendices », c’est vraiment une mine d’inspiration géniale. La aussi, je me suis beaucoup reconnu dans sa façon d’appréhender certains aspects de la création. Ensuite David Lynch. Je suis un fan définitif. Pour moi, la dernière saison 3 de Twin Peaks est le meilleur film (j’emploie volontairement ce terme) que j’ai pu voir de ces dix dernières année sans doute. Et je suis en accord complet avec la plupart de ces remarques sur la créativité et l’art en général… Enfin Tolkien bien évidemment, pour tout l’univers qu’il a su créer, la richesse de son invention et la profondeur de son monde, sa force évocatrice !

A ma connaissance tu n'as rien sorti de nouveau depuis 2018...Tu bosses sur du neuf ? Si oui tu veux bien nous en dire un mot ?

Après une année et demi, presque deux, d’errance et de silence relatif, j’ai retrouvé en 2020 la route qui mène à la Terre des Cinq Saisons (le monde de mon invention et dans lequel se déroulent mes albums)… Depuis 2012 et après plusieurs albums, j’avais besoin d’introspection… de me retirer un peu dans l’ombre pour revenir de plus belle ! Je suis maintenant de nouveau prêt et j’ai plusieurs choses en cours. D’abord un nouvel album de DS qui commence très bien et me motive à fond : c’est vraiment ce que j’ai fais de mieux depuis le début, à mon sens. Ensuite plusieurs sorties physiques devraient arriver sur le label Américain Out of Season qui me soutien depuis longtemps : vinyl, cassettes, tee-shirts, etc… Gros planning, beaucoup de travail en cours !

ERANG DUNGEON SYNTH


Des coups de cœur récents ? Des groupes/projets que tu as découvert ?

Oui en France il y a pour moi le projet de Dame Silù de Mordomoire que je soutiens depuis le début. Sa voix très aérienne qu’elle pose sur ses morceaux leur apporte une touche vraiment unique et singulière.

Dame Silu De Mordomoire
DAME SILU DE MORDOMOIRE


 

Le Dungeon Synth, pour moi, est une excellente façon de s'évader de ce présent anxiogène, et de quitter le temps et l'espace. J'ai vécu une belle expérience en écoutant ta musique dans les Alpes l'été dernier, un vrai sentiment de libération...Est ce aussi pour toi un moyen de t'extraire de cette époque un peu maudite ? D'ailleurs, tu en penses quoi toi de cette époque ?

Heureux de lire que ma musique ait pu t’accompagner dans ce voyage !… la musique pour moi, plus qu’un moyen de m’extraire, est une nécessité physiologique comme l’air que je respire et la nourriture que j’avale. Je ne pourrais pas supporter la vie sans ce que m’apportent l’art et la création. Je me sentirais écraser… Pour autant je ne les met pas au dessus d’autres activités, je ne dis pas que l’art est plus important qu’autre chose… chacun trouve le domaine qui lui apporte ce dont il a besoin… pour moi c’est la création et la musique, et pour d’autres ça sera autre chose. Donc pour répondre à ta question, ça n’est pas une réaction à l’époque : c’est quelque chose de viscéral que j’ai en moi et ne saurait expliquer… depuis toujours, même enfant, quand je n’avais encore aucune notion de « l’époque » dans laquelle je vivais…

J'ai découvert ces deux dernières années de beaux projets de Dungeon Synth comme Arsule, Hermith, Malfete, Litanie, ElixiR, Necrocachot, Vetus Supulcrum ...Les connais tu ? Ils méritent plus de reconnaissance selon moi !

Oui bien sur j’ai déjà entendu parler quasiement de tous et j’en ai écouté quelques uns. Je trouve ça bien et motivant que des gens se reconnaissent dans le DS. Surtout que chacun d’entre eux le fait avec sa touche personnelle et sa patte propre !

Si Erang était une citation, un proverbe ?

Imagination Never Fails !

Qu'aimerais tu entendre a propos de ta musique ?

Ce qui donne vraiment un sens à ce que je fais, c’est quand je reçois des messages de quelqu’un (qui vient parfois de l’autre côté du monde) et qui prends le temps de m’écrire pour me dire ce que ma musique lui apporte émotionnellement, qu’elle l’a aidé dans des moments difficiles ou l’a inspiré pour se lancer lui aussi dans la musique… Ce genre de messages me donnent une énérgie incroyable et me donnent la force, les jours ou le moral est bas, de continuer le combat !

A toi de conclure comme tu le souhaites :

Je ne peux que remercier encore et toujours du fond du cœur les gens et les Erangers qui me suivent depuis plus de 8 ans maintenant dans l’aventure du Royaume d’Erang et de la Terre des Cinq Saisons : pleins de choses sont encore à venir… le temps n’est qu’une porte !.... Imagination Never Fails !

 

Merci ERANG !!!




ERANG DUNGEON SYNTH

"When I launched Erang in 2012, nobody in France was making music under the Dungeon Synth label" (Erang)


Are you bored too in 2020? You too are fed up with coronavirus, with the politics of shit that invades everything, with people full of certainty, with social networks? So come and do this trip back in time with Erang. You'll see, dungeon synth is good for the morale, it reminds us that we haven't always been confined, masked, prevented, and that music is a motionless journey, certainly, but it liberates the mind and the body. Erang is one of the masters of the discipline in France, that's why this interview is important for me: you too join the ranks of Erang's worshippers!


Interview with ERANG

Hi to you, ERANG! Can you take a trip back in time and we'll take you on a talk about the origins of your project?

I would say that Erang has always been a part of my life because it's something intimate and really personal. For me, it's more than a collection of albums: it's a part of me, sincere and deep!... I've always had a need to "create" since I was a child: first of all drawings but also board games that I invented by cutting out cards, painting pawns, etc... I've always had a need to "create". Poems too and then music. When I was 11 years old I got an acoustic guitar but I quickly gave up after 6 months. All I know how to do is play a dozen basic chords by the fire. On the other hand, around 14 I think, I discovered on a floppy disk (yes, it was in the middle of the 90's) the Fasttracker II software... and there it was a total revolution! It immediately spoke to me and I loved this way of composing. I used to do it all the time with anything and everything, I would samp my CDs to have little bits of notes here and there (I didn't really have access to the Internet and anyway there were no online resources that there are today)... Afterwards I continued, but always with this rudimentary approach made with the means at hand, a bit art brut: I work by instinct, spontaneously and with my gut. If you have to think too much or refine it for too long I lose a bit the initial impulse... And so around 2011 I came across Andrew's blog (inventor of the term "Dungeon Synth") and his description of this music immediately spoke to me and echoed things that I was already tinkering with in my corner without suspecting that it might be of interest to anyone outside of me: cheap and lo-fi synthetic music, evoking a fantastic imaginary world... That's when I decided to publish my tracks online with Erang under the genre name "Dungeon Synth", in May 2012. In France at that time, I think I was the only one.

Erang Dungeon Synth

 

In France, I still have the persistent impression that Dungeon Synth remains a extremely confidential. I realize this when I publish interviews or columns on the subject with my French audience (according to my stats, interest is more important elsewhere!). How do you explain that? There are countries where Erang is cult, right?

I can't say if there are countries where Erang is a cult but, indeed, I have the impression of being more followed in the United States even if, more and more, a growing French public is interested in it. That probably comes back to the end of my previous answer : when I launched Erang in 2012, nobody in France was making music under the Dungeon Synth label... by the way, even in the world, nobody was talking about it anywhere except on the blog : no facebook group, no youtube channel, etc. We were a handful to make it on purpose. On bandcamp, there must have been 2 or 3 pages of results with the Dungeon Synth tag, haha: it's changed a lot since then! So every time I contacted French people to share my universe, I had to explain a little bit about it and what was behind the term Dungeon Synth... it still takes time for it to spread, I guess... and then, it's still a singular music, a music from the shadows...

Do You have a past as a "RPG" that brought you to Dungeon Synth ?... Musically, what brought you here? Movie soundtracks? Games?

Not really: I played a bit of role-playing games when I was a young teenager but what I liked right away was the "creation and imagination" aspect more than the game itself. I liked to create characters, draw them and invent a story for them, and I loved the illustrations and the covers of these games that left a lot of room for imagination: Stormbringer, Hawkmoon, Black Eye, the Middle-Earth Role-Playing Game, etc... All this made me want to invent a game by myself (too ambitious) rather than play the game itself! But that's not what led me to Dungeon Synth... Musically I listen to everything and my inspiration is very varied. For Erang it's also a lot of ambiences and atmospheres that inspire me... Places visited, episodes of my life... but also the fantastic movies of my childhood (Conan, Willow, Legend, Dark Crystal, etc.) and of course Tolkien's books of which my father sometimes recited some passages to me when I was very small in bed at night... Finally, I always loved the sounds of old synthesizers, the cheap and synthetic sounds and the raw side of the lo-fi...

The links between DS and Black Metal...Many players in one are fans and active in the other...is that your case too?

No. I've listened to a bit of teenage Metal (Metallica, Megadeth) but the black guy himself, I came to it late and I was clearly seduced by some of the Dungeon Synth-like aspects of it: a very atmospheric music that gives free rein to the imagination, a strong and uncompromising aesthetics, something solitary often done by one person with a lo-fi sound... Afterwards I clearly like it more when there are keyboards integrated in it, it goes without saying, than true raw black metal (even if the as many tracks touch me like the first Darkthrone)... but it has to be simple and atmospheric keyboards, not at all the pompous and orchestral stuff with very realistic sound banks that you sometimes find... I really like what Fenriz does in general (and especially the Isengard project), Bathory is excellent, some Windir's tracks too, I love the first Dimmu Borgir... and finally I'm an ultra fan of Summoning !

What I like in your music is its great diversity. By the way it seems a bit limited to me to reduce you to the DS. You also go on the side of the World Music, ambient, darker stuff...How would you define it?

Thank you! Yes this is an important aspect of Erang and my music in general. Even though I actively participated in the revival of the second wave of Dungeon Synth and this genre is the foundation of Erang, I don't deny myself anything. When I compose, it's really a picture of the moment the album is made and of my tastes and interests of the moment. Once again, it's a very spontaneous and sincere approach: I do what I feel at the time without thinking too much about the rest... We already have so many rules and obligations in our daily lives that I try to impose as few as possible with Erang... It's imagination that is in control, everything is possible!

Question related to number 2: here again, the sales of the DS do not are not comparable to those of BM...Yet the genre seems to be very much more accessible and unpleasant for many people who do not listen to Metal...Isn't it strange?

Then I have no idea... The genre may seem more accessible but, in some respects and as with BM for that matter, it can be mocked or derided by those who don't appreciate or don't know... there may be a mistrust perhaps, with the decorum, the masks, etc... But I sometimes take the following example : if you say you make music in your room disguised with a robot mask, for 50 people on the net, people will make fun of you... If your name is Daft Punk and you do the same thing with the same mask for 10 million fans, people will think you're cool. That's why, once again, it's important to follow your instinct and do what you feel in your gut without thinking too much about how it will be received...


 

"If your name is Daft Punk and you do the same thing with the same mask for 10 million fans, we'll think you're cool" (Erang)


Precisely concerning your mask, what is its origin?

I've always loved masked groups or projects that invented a "character". For me it adds a very important dreamlike dimension that touches me... The first time was when I discovered the Black Beruriers at the age of 13 or 14. I thought their mask was great, it made a big impression on me and it was clearly as important to me as their music. Then, precisely, Daft Punk too or someone like David Bowie (to whom I feel close in the attitude and the way of diversifying - obviously far from me the idea of any haha comparison. My song "Moving Stars" released in 2016 was a tribute to his death that year and his great album "Black Star"). In a completely different style there is also Stupeflip which has a very visually marked universe. Finally of course, all the Black Metal imagery which is also fabulous for that and also inspired me a lot... In short, when I started, it was obvious to me and I tinkered with this mask at home, as always spontaneously, and with the means of the edge... And it is clearly a component of my universe now.

Your all-time favorite albums? (all styles are allowed)

That's always the question that kills... I'm a very big fan of music, I listen to it every day, all the time and everything, so it's quite difficult for me to answer... If you don't mind, I'd rather quote artists who have marked and influenced me. Not necessarily in the music itself but in their approach and their reflection. First of all, Brian Eno. I read his diary that he published a long time ago "A Year With Swollen Appendices", it's really a great mine of inspiration. There too, I recognized myself a lot in the way he approached certain aspects of creation. Then David Lynch. I'm a definite fan. For me, the last season 3 of Twin Peaks is the best film (I voluntarily use this term) that I've seen in the last ten years without a doubt. And I am in complete agreement with most of these remarks about creativity and art in general... Finally Tolkien of course, for all the universe that he knew how to create, the richness of his invention and the depth of his world, its evocative force!

To my knowledge you haven't released anything new since 2018...Are you working on something new? If so, would you like to tell us about it?

After a year and a half, almost two, of wandering and relative silence, I found in 2020 the road leading to the Land of Five Seasons (the world of my invention and in which my albums take place)... Since 2012 and after several albums, I needed introspection... to retire a little in the shadows to come back more beautiful! I am now ready again and I have several things in progress. First of all a new DS album which is starting very well and motivates me a lot: it's really what I've been doing best since the beginning, in my opinion. Then several physical releases should arrive on the American label Out of Season which has been supporting me for a long time: vinyl, cassettes, tee-shirts, etc... Big planning, a lot of work in progress!


 ERANG DUNGEON SYNTH

Any recent favorites? Bands/projects you have discovered?

Yes in France there is for me the project of Dame Silù de Mordomoire that I have supported since the beginning. Her very aerial voice that she puts on her pieces gives them a really unique and singular touch.

Dame Silu De Mordomoire
DAME SILU DE MORDOMOIRE

Dungeon Synth, for me, is an excellent way to escape from this anxiety-provoking present, and to leave time and space. I lived a beautiful experience listening to your music in the Alps last summer, a real experience. feeling of liberation...Is this also a way for you to get out of the this somewhat cursed era? By the way, what do you think of this times we're living ?

Happy to read that my music was able to accompany you on this journey! Music for me, more than a means to extract myself, is a physiological necessity like the air I breathe and the food I swallow. I could not bear life without what art and creation bring me. I would feel overwhelmed... However I don't put them above other activities, I don't say that art is more important than anything else... everyone finds the field that brings them what they need... for me it's creation and music, and for others it will be something else. So to answer your question, it's not a reaction to the times: it's something visceral that I have in me and can't explain... I've always had it in me, even as a child, when I still had no notion of the "times" I was living in...

I have discovered in the last two years some great projects of Dungeon Synth as Arsula, Hermith, Malfete, Litany, ElixiR, Necrocachot, Vetus Supulcrum ... Do you know them ? They deserve more recognition in my opinion!

Yes of course I've already heard about almost all of them and I've listened to some of them. I find it good and motivating that people recognize themselves in the DS. Especially since each one of them does it with his own personal touch and his own paw!

If Erang was a quote, a proverb?

Imagination Never Fails!

What would you like to hear about your music?

What really gives meaning to what I do is when I receive messages from someone (sometimes from the other side of the world) who takes the time to write to me and tell me what my music brings him emotionally, that it helped him in difficult moments or inspired him to get into music as well... These kind of messages give me incredible energy and give me the strength, on days when the morale is low, to continue the fight !

It's up to you to conclude as you wish:

I can only thank again and again from the bottom of my heart the people and the Erangers who have been following me for more than 8 years now in the adventure of the Kingdom of Erang and the Land of the Five Seasons : many things are still to come... time is only a door !...


erang.bandcamp.com

www.facebook.com/erang.kingdom

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

INTERVIEW WITH VINDSVAL : THE LAST ONE - FR + ENGLISH TEXT - BLUT AUS NORD/YERUSELEM

Interview avec/with MUDDLES - French + English text - French Alternative/Progressive/Djent/Death Metal & Rock - Klonosphere - Le Scribe Du Rock - 27/06/2021

Interview avec/with REDEMPTION - Family Rock ! - French + English Text - Le Scribe Dur Rock - Metal & Rock - Agence Singularités