LES CROCS DU SCRIBE NUMERO 10 : WOEST/TOMHET-ENBILULUGUGAL SPLIT/MOONREICH/VOID/PENSEES NOCTURNES

LES CROCS DU SCRIBE NUMÉRO 10 : WOEST/TOMHET-ENBILULUGUGAL SPLIT/MOONREICH/VOID/PENSEES NOCTURNES

"Que les montagnes immortelles terrassent vos paradis modestes" (Le Gouffre, WOEST)


Nous y voila mes chères Scribeuses et Scribeurs, nous voila à ces dernières Crocs du Scribe de l'an de grâce (?) 2018. Une année pour le moins étrange sur bien des points, mais qui en ce qui me concerne marque la première année d'activité de ce blog, et le bilan est plus que positif. Vous êtes de plus en plus nombreuses et nombreux à rejoindre les légions du Scribe, et de plus en plus fidèles. Je tiens à vous en remercier du fond du coeur. Une nouvelle année s'annonce, riche de belles interviews, de beaux disques à disséquer, de querelles de clocher entre fans de musique...Pour finir en beauté j'ai mis les petits plats dans les grands et décidé de chroniquer rien de moins que cinq disques ! Laissez-vous donc tenter par le Black Metal atypique et industriel des marseillais de Woest ; le split des fous furieux d'Enbilulugugal et leur Black Noise si original et le Black Metal anti-cosmique des suédois de Tomhet ; le nouveau Moonreich et sa vision du Black Metal si personnelle et profonde ; Void, les Nantais, et leur Black'n'Roll contagieux et, en dessert, le nouveau Pensées Nocturnes et leur big bazar grand guignol pour un Black Metal inédit...Bref, vous l'aurez compris, que du bon, que du Black cette fois, pour vous souhaiter une belle fin d'année que vous fêtiez ce que vous voulez (ou pas) et qu'on se retrouve pour la suite en Janvier 2019...Bises ! Le Scribe du Rock

Pensées nocturnes black metal français grand guignol orchestra

_________________________________________________________________________________

WOEST "Le Gouffre" (Autoproduction, 2018)

Le Genre : Black Metal/industriel/Post-Punk

Nous retrouvons les Phocéens de Woest pour un deuxième album après "la fin de l'ère sauvage" paru en 2017 (qui était à cheval entre EP et album). Cette fois, c'est sur 7 titres que Woest déploie un Black très singulier qui m'avait déjà séduit à l'époque. Première remarque : le son. Que de progrès ! La production est cette fois tout à fait bonne et sied parfaitement à l'ambiance dégagée par la musique du groupe, premier bon point. Deuxième bonne nouvelle : le groupe officie toujours dans un genre fort personnel, composé, à la louche, d'une base Black Metal lorgnant sur le Doom (les tempi sont rarement très rapides et la lourdeur omniprésente) s'accouplant avec des sonorités industrielles et électroniques, créant une ambiance d'oppression parfaitement aboutie, avec en bonus des influences gothiques/post-Punk (la chant, parfois à la limite du Christian Death de Rozz Williams). Le groupe se veut également porteur d'un message luciférien non-équivoque ("Lucifer, porteur de lumière, détruis les tous" dans l'excellent "Tout restera Carbone").

woest black metal marseille chronique le scribe du rock

Chez Woest, l'extrême passe d'abord par les atmosphères, noires de suie, mais aussi par une musicalité omniprésente, dans laquelle les mélodies sont bel et bien là, parfois belles ou laides, mais porteuses d'une envie de se repasser les titres. Parfois c'est un piano ("Vagues du Styx") qui nous transporte d'une rive à l'autre (du monde des vivants à celui des morts), parfois une nappe synthétique, renforcée par une boite à rythmes industrielle, qui nous frappe, nous rappelant ça et là des passages instrumentaux de Blut Aus Nord ("Spasmes de Haine"). Soyons clairs, cet album s'adresse à ceux d'entre vous qui sont les plus "ouverts" en matière de BM, et il est possible que le Trve Blackiste (ça existe encore ?) trouve tout cela trop "bigarré" mais à vrai dire peu importe. Woest est là, et Woest est Woest, personne d'autre, c'est ça qui est si fort avec ce groupe. Alors on soutient le vrai underground ! Je prends les devants : Woest seront en interview dans Le Scribe en 2019. 


Le bandcamp du groupe : https://woest.bandcamp.com/album/le-gouffre

La note du Scribe : 8,5/10

_________________________________________________________________________________

TOMHET-ENBILULUGUGAL "Split" (Dipsomaniac 2018)

Le genre : Black/Noise/Ambient/Funeral Doom

Nous entrons ici en terres inconnues. Ceux qui connaissent déjà l'oeuvre folle d'Enbilulugugal ne seront pas étonnés. Les californiens nous ont habitué à un mix de Black Metal primitif et lourd et de Harsh Noise saturée, ce qui situe un peu les débats. Parfois pas si loin de l'oeuvre des néerlandais de Gnaw Their Tongues, la musique d'Enbilulugugal demande une vraie ouverture d'esprit, et un goût pour une certaine saleté industrielle. Bref, ici, on n'est pas avec de jolis lutins courant dans les bois scandinaves poursuivis par un troll des montagnes mais bien dans une crasse citadine et apocalyptique. C'est une gageure que de décrire la musique de ce groupe, bien entendu, même si, sur ce split, les titres proposés se montrent (relativement) accessibles, car moins "recouverts" d'une masse sonore bruitiste qu'à l'accoutumée. Ce groupe, qui avait sorti un EP s'intitulant "Not a Black Metal Band" (voila du titre Vindiou !) mérite davantage que son statut purement culte, car la musique produite est vraiment de très bonne facture, et ça joue particulièrement bien. Pour ceux qui pensent encore que ce groupe est un Joke comme disent nos copains les canadiens, qu'ils penchent une oreille sur ces quatre titres fort bien produits (si, si !) qui oscillent musicalement entre Doom bien gras et Black Metal, avec toujours ce grésillement caractéristique. Dans une discographie pléthorique (mais de grande qualité, j'insiste) ce split fait date. 

enbilulugugal black noise band tomhet ambient funeral doom

Tomhet, one-man band canadien porté par le seul Xaphan (également membre du groupe de Raw Black Traer), officie dans un genre radicalement différent. Comme son nom l'indique (si quelqu'un ne sait pas c'est le titre d'un instrumental ambient de Burzum) ici tout n'est qu'atmosphère, ambiances, dans un genre hybride entre funeral doom, drone metal et Black Metal Ambient (pour faire court). Le morceau ici proposé dure une vingtaine de minutes (une intro dans ce genre) et déploie des drones de guitares à 30 bpm, dans la lignée des grands Thergothon ou Skepticism (je prévois un article sur le funeral doom un de ces jours, c'est un genre fabuleux, fin de la parenthèse). L'atmosphère est ici à la désolation totale, le monde est mort, et seul un survivant sans doute grièvement blessé nous hurle sa douleur et son désespoir sans nul secours possible. Sachez, si ce genre vous intéresse, que Tomhet a déjà une belle carrière derrière lui (six albums et une floppée d'EPs et de Splits) depuis ses débuts en 2004. Quelque part entre Sunn (((o))), Thergothon, Abruptum et Shape of Despair se terre la bête Tomhet, et elle mérite largement d'être scrutée à la loupe. 



Le lien bandcamp vers ce split : https://thetruetomhet.bandcamp.com/album/enbilulugugal-tomhet

La Note du Scribe : 9/10 pour Tomhet et 8,5 pour Enbilulugugal
_________________________________________________________________________________

MOONREICH "Fugue" (Les Acteurs de l'Ombre 2018)

Le Style : Black Metal married with Post-Black Metal

Fugue :
Nom féminin
1.
Action, fait de s'enfuir momentanément du lieu où l'on vit habituellement.
Faire une fugue.synonymes : escapade, fuite

2.
Composition musicale écrite dans le style du contrepoint et dans laquelle un thème et ses imitations successives forment plusieurs parties.
Fugue à deux, trois voix.
Il faudra ajouter ici le terme de "fugue dissociative" : forme d'amnésie amenant le sujet à s'oublier en tant que personne, et à récupérer progressivement ses souvenirs.
De quelle(s) fugue(s) nous parlent Moonreich dans cet album ? A vous de le découvrir...

Moonreich, projet Black Metal mené par le chanteur et guitariste Weddir depuis maintenant dix ans, est passé d'un one-man band à ce que l'on peut considérer aujourd'hui comme un groupe, même si le Sieur susnommé reste capitaine à bord du navire. 
Étonnant album que voila tant les parisiens semblent réussir le pont entre deux mondes, deux ères. Pour schématiser l'on pourrait dire qu'ils sont parfaits dans le rôle de pacificateurs entre la "vieille" garde du Black Metal et celle du Black moderne (aussi dénommé Post-Black...). En effet, leur musique oscille en permanence entre ces deux univers, et si l'on peut aisément considérer "Fugue Part 2" comme un morceau possédant ces deux essences, c'est plus ou moins le cas sur la totalité du disque. Les musiciens sont particulièrement au point, et leur Black Metal mélodique s'écoute avec le plus grand plaisir, passant de trémolos blastés à des passages nettement plus atmosphériques sans que l'on sente la moindre "couille dans le potage". En ce sens, cet album de 7 longs titres (entre cinq et dix minutes chacun) peut assez facilement arborer l'étendard du "progressif" tant ses structures sont construites, complexes sans jamais être démonstratives. 
"With Open throat for way to long" par exemple, commence comme un morceau de Marduk à la grande époque du martelage intensif (dieu que ces blasts envoient du bois !) avant de faire semblant de se diriger dans des rivages presque post-core (font-ils vraiment semblant ?) et de continuer régulièrement à nous ratiboiser les neurones de par les vocaux écorchés de L. (lead vocaux alors que Weddir semble occuper des vocaux secondaires si j'ai tout compris)  et la batterie particulièrement virulente de William P. Un morceau/pépite emblématique du travail incroyable du groupe qui leur permet de réconcilier le fan de Mayhem avec celui de Deafheaven (ne levez pas déjà les boucliers, ce sont des EXEMPLES). 
Moonreich Black Metal français Fugue

Il va être difficile de faire mieux dans le genre que cet album, dont la réussite artistique est renforcée par une production vraiment adéquate, permettant de tout entendre à la perfection (Henosis Studios en France pour le mix et un mastering réalisé aux studios Hertz en Pologne. A mon sens, rares sont les combos a avoir réussi cette fusion entre un Black Metal "othodoxe" et violent et les rivages plus mélodieux et narratifs du Post-Black Metal. Donc, un seul mot s'impose : BRAVO !


Le Bandcamp du groupe : https://moonreich.bandcamp.com/

La note du Scribe : 9/10
_________________________________________________________________________________

VOID "Jettatura" (Les Acteurs de l'Ombre, 2018)

Le Style : Black'n'Roll

Croyez le ou non mais j'ai failli jusqu'au bout renoncer à chroniquer cet album. Parce qu'il n'est pas bon ? Que nenni ! La raison est toute autre. Il se trouve, que, dans une autre vie, j'ai poussé la chansonnette dans un groupe de Thrash Rennais/Nantais du nom de Lapidation avec lequel nous avons enregistré une démo. Et il se trouve que deux des membres de Void (ou V)id ou Vcid) étaient respectivement l'un des guitaristes et le batteur du groupe. 
Après donc une période d'intense réflexion, j'ai tout de même décidé de faire cette chronique, considérant que huit ans après, j'avais assez de recul pour être un peu objectif (on ne l'est jamais vraiment, mais bon). 
Donc Void, le vide, qui vénèrent le vide ("We Hail the Void" est leur mot d'ordre) ont sorti ce premier album, "Jettatura" en Octobre, après une démo et un split-album. Au menu ? Un Black'n'Roll savoureux, quelque part entre les albums les plus "rock" de Satyricon, certains morceaux de Watain ou de Darkthrone (les vocaux me font parfois penser à Nocturno Culto). Black'n'Roll ? un des termes les plus difficiles à décrire dans les sous-genres du Black Metal étant donné que l'on fourre dedans pèle-mêle des groupes de Black qui ont pu "roller" par moments (Darkthrone, Immortal, Satyricon) et d'autres pour lesquels le gêne rock'n'roll semble davantage constitutif (Carpathian Forest, Vreid, Nattefrost, Whiskey Ritual ou Kvelertak). 

Void Black'n'roll Jettatura Black Français Nantes

Mais revenons en à l'album des amoureux du vide. Malgré un mixage (volontairement ? ) un peu "nuageux" (manquant un brin de clarté) les morceaux s'enchaînent avec plaisir, provoquant parfois une irrésistible envie de taper du pied ("Theory of Hail") tandis que d'autres s'adonnent à des plaisirs plus occultes et blastés ("Wooven Hoods" où la batterie de J passe facilement du blast-beat au D-beat puis à un beat beaucoup plus lourd, dans une ambiance mélancolique renforcée par les tricotages d'O. à la guitare. Là, le fantôme de Satyricon plane). Morbide, occulte, mélancolique et gorgé de haine viscérale, le Black'n'Roll de Void est parfaitement authentique. 
Les Nantais ont les yeux rivés vers d'autres rivages que ceux de la France, et ne jouent pas la carte plus identitaire de certains groupes du pays. Ici, les atmosphères renvoient davantage vers la scandinavie, avec ce groove rock et sombre (on peut même penser à Mayhem par instants) pour une belle réussite, notamment pour un premier album !


Le Bandcamp du groupe : https://vcid.bandcamp.com/album/jettatura

La Note du Scribe : 8,5/10
_________________________________________________________________________________

PENSÉES NOCTURNES "Grand Guignol Orchestra" (Les Acteurs de l'Ombre, 2019)

Le Style : Grand Guignol Black Metal Circus d'Avant-Garde

Déjà le sixième album pour ces gros déglingués de Pensées Nocturnes, et notamment l'homme orchestre derrière tout cela, Vaerhon, qui avait commencé le groupe comme un one-man band alors qu'aujourd'hui ils trimbalent leur cirque malsain sur les scènes de Gaule et de Navarre. Toujours caractéristique, le chant de Vaerhon, grandiloquent tel celui d'un monsieur loyal revenu des enfers nous prend tout de suite à la gorge. 
C'est la première fois que j'ai le privilège de chroniquer un album avant sa sortie (prévue le 1er février 2019) et je remercie les Acteurs de l'ombre, largement représentés aujourd'hui, de m'avoir donné cette opportunité.
Revenons à nos noirs moutons : j'ai connu Pensées Nocturnes avec l'album "Nom d'une Pipe !" en 2013 et j'ai été immédiatement séduit par leur style unique : un gros bordel (en apparence) qui cache sous ses multiples couches un travail énorme, mêlant instruments "classiques" du Metal à de l'accordéon, de la clarinette, de la trompette, du trombone ou du piano pour donner un effet "mal de mer" garanti, avec ce côté décadent et brinquebalant assez unique. Prenons l'exemple de "Poil de Lune" morceau hilarant (le texte hilarant raconte les aventures d'un poil de cul) avec le thème du film de Chaplin "les temps modernes" comme fond musical qui ensuite tourne au tango/musette. Car ce que j'aime profondément chez PN c'est cette capacité à créer en s'emparant de trucs impossibles comme la musette et en faire quelque chose de passionnant, un BM franchouillard, tordu, pervers. On aurait bien du mal à imaginer un groupe finlandais faire dur PN, tant l'adn du groupe est français façon Superdupont. 

Pensées Nocturnes Black Musette français

Cet album est parfait de bout en bout, comme un aboutissement de la démarche de Vaerohn pour ne sonner comme personne d'autre. J'ose le mot : un chef d'oeuvre ! le chef d'oeuvre de PN ! Personne à mon sens n'est capable de capter aussi intelligemment l'esprit français, de le mêler à du Black Metal et d'en faire quelque chose d'inoui : une fanfare satanique plus effrayante que tous les groupes à capuche du monde entier. Dommage, je ne pourrai pas mettre cet album dans mon Top 20 de l'année, mais je me rattrape en 2019, promis ! IMMANQUABLE, INDISPENSABLE !!



Le Bandcamp du groupe : https://penseesnocturnes.bandcamp.com/album/grand-guignol-orchestra

La Note du Scribe : 10/10
________________________________________________________________________________

Et voila mes p'tites Scribeuses et Scribeurs, on se retrouve en 2019 pour de nouvelle chroniques. N'oubliez pas, si vous avez un groupe ou un label et que vous souhaitez être chroniqués et/ou interviewés, contactez-moi : pieravril@gmail.com

Bisous !!

_________________________________________________________________________________





Posts les plus consultés de ce blog

Dark Dandy : Une interview avec Rose Hreidmarr (ANOREXIA NERVOSA/BAISE MA HACHE)

Interview with Extreme Noise Terror, kings of Crust / Interview avec Extreme Noise Terror, rois du Crust !

INTERVIEW AVEC VINDSVAL (BLUT AUS NORD, YERUSELEM)

Posts les plus consultés de ce blog

Dark Dandy : Une interview avec Rose Hreidmarr (ANOREXIA NERVOSA/BAISE MA HACHE)

Interview with Extreme Noise Terror, kings of Crust / Interview avec Extreme Noise Terror, rois du Crust !

INTERVIEW AVEC VINDSVAL (BLUT AUS NORD, YERUSELEM)

FRENCH METAL : Interview d'Arno Strobl (Freitot, Carnival in Coal, We All die Laughing, 6:33)

Nasum : Swedish Grindcore legends ! an interview with Anders Jakobson

Du Porno, du Grind et de la déconne ? Interview de GRONIBARD !!!

VOCIFERIAN Black/Death Metal : Interview

Pourquoi William Sheller est-il génial ?

LES PARTENAIRES