Accéder au contenu principal

Sélection

Review - Endless Funeral - Le Grand Silence - Epictural Production - 2021 - DSBM - French + English Text

  ENDLESS FUNERAL Le Grand Silence 2021 Epictural Production Depressive Black Metal Après la grosse claque que je me suis pris avec le dernier Ferriterium ( Calvaire dont vous pouvez lire la chronique ICI  et dont je ne peux qu'à nouveau recommander l'absolue nécessité de vous le procurer) je ne pouvais que m'intéresser de près a la nouvelle sortie du label Epictural Production, qui a sorti Ferriterium (et est géré par Raido, de Ferriterium, la boucle est bouclée. Quand ce dernier m'a appris qu'en plus la sortie en question serait un groupe de DSBM composé de membres prestigieux comme Apathy (de Karne), Psycho (Hats Barn, Lord Ketil) au chant partagé, entourés par le compositeur et auteur des textes Thomas Allam (que l'on retrouve aussi à la lead guitar et a la batterie), accompagnés par John Monier (basse, claviers, enregistrement et mix) et Visceral Vince à la guitare solo, je ne pouvais que m'enthousiasmer. Voici donc venir le premier album d'Endless

"Requiem" de BATHORY ou l'ultime suicide commercial

Réhabilitation du geste punk de "Requiem"

En lisant ces pages vous vous en rendrez vite compte : je suis un fan invétéré de Bathory. Attention, quand je dis "invétéré" c'est vraiment le cas : j'aime absolument tout ce que Bathory a pu sortir, et je n'ai qu'un regret, que Quorthon soit parti trop tôt et nous laisse en plan.
J'aime Bathory pour de multiples raisons : 

1. C'est le meilleur groupe de metal du monde, alors que Quorthon n'était ni le meilleur chanteur ni le meilleur guitariste de tous les temps
2. Bathory a su ne jamais se répéter, et ne jamais tomber dans des ficelles commerciales du type, je refais toujours le même album, au moins je sais qu'il va se vendre !
3. Quorthon était fou, et totalement punk, ce qui sont pour moi des qualités incontournables

Ainsi, au début des années 90, Bathory devient un putain de groupe culte dont les ventes feraient verdir n'importe quel groupe de death ou black underground d'aujourd'hui (ils dépassaient régulièrement les 20 000 exemplaires vendus).
Quorthon venait de triompher avec l'album fondateur du viking metal, Hammerheart en 1990 et le wagnérien et sublime Twilight Of The Gods en 1992.
Les fans du groupe, convertis au nouveau son viking, malgré un petit nombre de fidèles à la période "satanique" du groupe (les 3 premiers albums) n'attendaient qu'une suite à Twilight... qui se serait vendue comme des petits pains.
C'est alors que Quorthon laissa apparaitre des signes de lassitude, comme avec la période satanique à l'époque de Under the sign of the black mark  et déclara qu'il avait l'impression qu'il avait fait le tour du viking metal. Beaucoup d'éléments laissaient même à penser que Bathory allait arrêter là sa carrière, et ce n'est pas la sortie successive des compilations Jubileum 1 et 2  et le premier album solo de Quorthon qui allaient modifier cette sensation.

Mais oui, mais non ! Requiem fut !

C'est donc en bon punk que Quorthon prit tout le monde à contre-pied en sortant en 1994 en revenant avec un album totalement inattendu nommé Requiem.
Là où les fans, on l'a dit, attendaient un Hammerheart 2 ou encore un retour aux sources sataniques, Quorthon leur offrit une bonne baffe d'intégrité : un disque de pur thrash punk bien crade, ni satanique ni viking, mais lorgnant du côté des premiers Slayer.
Ce disque, haït par par la presse et une grande partie des bathory hordes à l'époque (et encore aujourd'hui) mérite une large réhabilitation. Pourquoi ?

1. C'est du pur thrash punk bien méchant et ça fait du bien
2. Quorthon a prit des risques, et ça c'est chouette
3. Si on aime l'underground, putain, ce disque est underground !

A cheval entre les premiers albums de Bathory pour l'agressivité, l'amour de Quorthon pour les Sex Pistols ou Discharge pour la provocation et la violence punk et le thrash des premiers jours, Requiem mérite mieux qu'une posture de principe, alors écoutez-le !



Pierre


Commentaires

CONTACTEZ LE SCRIBE DU ROCK

Nom

Adresse e-mail *

Message *

Articles les plus consultés