Accéder au contenu principal

Sélection

Review - Endless Funeral - Le Grand Silence - Epictural Production - 2021 - DSBM - French + English Text

  ENDLESS FUNERAL Le Grand Silence 2021 Epictural Production Depressive Black Metal Après la grosse claque que je me suis pris avec le dernier Ferriterium ( Calvaire dont vous pouvez lire la chronique ICI  et dont je ne peux qu'à nouveau recommander l'absolue nécessité de vous le procurer) je ne pouvais que m'intéresser de près a la nouvelle sortie du label Epictural Production, qui a sorti Ferriterium (et est géré par Raido, de Ferriterium, la boucle est bouclée. Quand ce dernier m'a appris qu'en plus la sortie en question serait un groupe de DSBM composé de membres prestigieux comme Apathy (de Karne), Psycho (Hats Barn, Lord Ketil) au chant partagé, entourés par le compositeur et auteur des textes Thomas Allam (que l'on retrouve aussi à la lead guitar et a la batterie), accompagnés par John Monier (basse, claviers, enregistrement et mix) et Visceral Vince à la guitare solo, je ne pouvais que m'enthousiasmer. Voici donc venir le premier album d'Endless

ET MOTÖRHEAD INVENTA LE BLACK METAL !







Keoua ? Motörhead et le Black Metal, quel rapport ?

Bachibouzouks à la graisse de hérisson ! J'imagine déjà vos gueules apeurées, livides, devant la folie de votre bon scribe du rock : mais il a pêté les plombs lui ou quoi ?
Motörhead en inventeur du Black Metal, et puis quoi encore ? Les Beatles empereurs-dieux du Grind électronique ?
Je m'explique (ou, comme dirait Groot, je s'explique...)

Retours vers le futur

Avec le recul nous avons la chance de pouvoir dire de manière plutôt claire qui sont les groupes "inventeurs" des sous-chapelles du Metal (quelques milliards de sous-genres). Aujourd'hui je vous propose de nous cantonner au Black Metal. Attention ! Pas ce qu'il est communément appelé la deuxième vague du Black Metal, à savoir la norvégienne (Omelette) des années 90 portée par Mayhem, Darkthrone et consorts (tiens, j'ai jamais écouté consorts, c'est bien ?).
Non, qui dit deuxième vague dit qu'il y en a eu une première (je suis un dieu des maths).
Au tout début des années 80 (en fait 1980) va débarquer d'Angleterre, Albion la perfide pourvoyeuse en nouveau Metal depuis 1969 et Black Sabbath, un trio de chevelus pas très propres sur eux et franchement pas tibulaires mais presque répondant au doux patronyme de Venom.

Venom, venus de Newscastle, sont une bande de joyeux drilles prêchant avec amour la parole de Satan (le gentil ange déçu) au travers d'une musique à l'époque gentiment qualifiée de bruit. Venom vient d'inventer, avec Welcome to Hell (1981) et Black Metal (1982) un sous-genre qui va faire beaucoup de bruit (et couler beaucoup d'encre, scribe du rock style !) : le Black Metal.
Ce concentré de bruit et de fureur va influencer 
rien de moins que toute la vague Speed Metal/Thrash Metal américaine (Metallica, Slayer, Exodus, Testament...) et Allemande (Sodom, Kreator...) jusqu'au beau pays de la neutralité et des banques (Hellhammer/Celtic Frost) et aux contrées hostiles et enneigées de la scandinavie (Bathory). 

Bathory, véritable père du genre Black Metal (si Venom a la paternité du nom et des thématiques sataniques, le groupe de Quorthon a inventé la musique qui ira avec et le chant écorché itou) va débarquer de sa Suède natale avec un premier album inoui en 1984. 


Oui mais bon, et Motörhead père du Black là dedans ?

Minute papillon, j'y viens !
S'il est un dénominateur commun entre Venom, Bathory et les autres précurseurs dudit Black Metal (Hellhammer notamment) c'est bien l'influence GARGANTUESQUE qu'a exercé sur eux les rois du speed'n'roll Motörhead.
Réecoutez leurs premiers enregistrements (tout comme ceux de Metallica) et vous le verrez : Motörhead est PARTOUT (les tempos, les guitares, la voix de Lemmy en version distordue).
Alors, oui, Motörhead ne faisait pas de Metal (selon Lemmy en tous cas) mais du rock'n'roll !
Et pourtant, tous les sous-genres du Metal extrême doivent TOUT à Motörhead, Black Metal inclus (même si Lemmy n'a jamais abordé la question de Satan l'habite).
Donc mon equation Motörhead = Black Metal est bien démontrée, ce qui me laisser pour finir déclarer que le Black Metal est bien une musique noire américaine issue du ryhthm'n'blues des années 40 ! Black Metal = Black Music !

Vous avez le droit de ne pas être d'accord mais vous n'êtes pas obligés de le dire !

Bisoux

Pierre

Commentaires

CONTACTEZ LE SCRIBE DU ROCK

Nom

Adresse e-mail *

Message *

Articles les plus consultés