Accéder au contenu principal

Sélection

Review - Endless Funeral - Le Grand Silence - Epictural Production - 2021 - DSBM - French + English Text

  ENDLESS FUNERAL Le Grand Silence 2021 Epictural Production Depressive Black Metal Après la grosse claque que je me suis pris avec le dernier Ferriterium ( Calvaire dont vous pouvez lire la chronique ICI  et dont je ne peux qu'à nouveau recommander l'absolue nécessité de vous le procurer) je ne pouvais que m'intéresser de près a la nouvelle sortie du label Epictural Production, qui a sorti Ferriterium (et est géré par Raido, de Ferriterium, la boucle est bouclée. Quand ce dernier m'a appris qu'en plus la sortie en question serait un groupe de DSBM composé de membres prestigieux comme Apathy (de Karne), Psycho (Hats Barn, Lord Ketil) au chant partagé, entourés par le compositeur et auteur des textes Thomas Allam (que l'on retrouve aussi à la lead guitar et a la batterie), accompagnés par John Monier (basse, claviers, enregistrement et mix) et Visceral Vince à la guitare solo, je ne pouvais que m'enthousiasmer. Voici donc venir le premier album d'Endless

LES CROCS DU SCRIBE SPECIAL CIEL BLEU & PETITS OISEAUX VOLUME II : MUSIC FOR THE END - GEERT KOHLER/TROU -




 
LES CROCS DU SCRIBE SPÉCIAL 
CIEL BLEU & PETITS OISEAUX VOLUME II

MUSIC FOR THE END

1 . GEERT KOHLER/TROU 
SPLIT TAPE 

Ecrire sur la noise et la harsh noise est un des exercices les plus complexes qu'il m'ait été donné de surmonter...En effet, cette musique représente une forme d'extrémité de l''extrémisme, ce genre de trucs qui te fait dire que l'on ne peut pas aller plus loin, et cette absence de musique au sens mélodique du terme, fait que la description n'en n'est que plus aride.

Commençons donc si vous le voulez bien par la première tape, celle du split entre Trou et Geert Kohler. Pour celles et ceux qui ont lu le premier volume de ces crocs du scribe dédiés a Ciel Bleu & Petits Oiseaux, vous ne serez pas étonné par les mots qui suivent. Pour les autres, toute description étant vouée a l'échec, je vous invite a écouter le split pour vous faire une idée.

Geert Kohler, propriétaire de la face A, est un duo fondé par Doktor Pery de Satanismo Calibro 9 (projet milanais naviguant entre harsh noise wall, industriel et power electronics) et un certain Herr Henker.

Absolutiste, jusqu'au-boutiste, le projet Geert Kohler s'apparente en tous points a du terrorisme musical : absence de mélodie, de beauté, place fait ici à la grisaille, a une rouille sonore, comme des métaux déchirés par leur propre érosion. Rien d'agréable, mais ce n'est pas le propos ici. Larsens, bruit blanc, couches de sons, Geert Kohler ne vous veut pas du bien. Presque trente minutes de douleur sonore, assez intenable, casque a éviter ! Alors, me direz-vous, quel intérêt de s'infliger un tel vacarme ? Dans quel but masochiste faut-il se lover pour apprécier ce truc qui ne peut être appréciable ? Les méandres de l'âme humaine et de l'art se rencontrent ici. D'aucun y verront une forme de totalitarisme musical (pas étonnant que certains projets dans la harsh noise ou le power electronics de parent de poussées politisées mais ce n'est pas le cas ici), d'autres au contraire, férus d'ordre, n'y verront qu'un ramassis d'art dégénéré (entartetekunst) bon pour les camps. 

Yipeee ! i'm going to Auschwitz !


Bon, me direz-vous mes bonnes dames et gentils damoiseaux, qu'en est-il du côté de la face de "Trou" ? (eh ! Face de Trou toi-même !)

The True Trou comme il se baptise lui-même, est un projet sonore mal identifié venu de France et fondé en 2012. Son propos ? Un Harsh Noise Wall sans compromis, a la manière de ce que peut faire Roro Perrot avec son Vomir. Bref, une lame de son continu massif, un mur de son dur et aride, rêche comme de la toile de jute. 



L'ensemble est plus agréable que Geert Kohler, moins acide, moins larsené, davantage axé sur les graves, et parfois même pas loin d'un aspect méditatif (si tu relis le volume 1 de ces crocs du scribe dédiés au label Ciel Bleu & Petits Oiseaux tu ne seras pas étonné, Trou peut parfois être étrangement "plaisant" dans ses sonorités et provoquer une espèce de bien-être. Le long titre ici-présent n'est pas non plus une comptine kawaï mais en comparaison avec le côté "je vais chez le dentiste et j'aime ça" de Geert Kohler, Trou provoque quelque chose de presque mystique au niveau du cerveau limbique.



Bref, vous l'aurez compris (si vous lisez ces lignes là c'est que vous êtes suprêmement intelligents !) cette tape extrême vous fera passer l'idée vague que "ouais le black metal y'a pas plus extrême". Oui, car, en comparaison, le black metal le plus radical c'est de la musique ! Ici, le but est autre. Une face pour vous vriller les nerfs, l'autre pour vous apaiser, le tour est joué.

1 . JOHN DOE - HURLEMMAMBULANCES

Une basse, une guitare, des percussions, une voix...tout cela enregistré de la manière la plus lo-fi qui soit (je pense capté sur un magnétophone a cassettes). On est certes loin de la harsh noise wall de Trou et du Power Electronics/Noise de Geert Kohler. 

Moins de bruit, moins de terreur musicale mais ATTENTION ! ne croyez pas pour autant que les trois titres de John Doe (l'anonymat total jusque dans le nom) soient faciles a ingérer ou sans risques. Ici la folie règne (les messieurs en blanc du premier titre semblent bien réels !) et votre cerveau est en danger.



Quand vous écrivez sur des artistes aussi ultimes que ceux de la Harsh Noise Wall ou du Power Electronics (et même dans le cas de la musique psychiatrique lo-fi de John Doe) ne vous attendez pas a trouver une foule d'informations en ligne. Non, ici, votre imaginaire doit faire le travail.






3. TROU - LA DERNIÈRE MOISSON

Nous retrouvons Trou pour cette tape sortie en 2019.  A quoi s'attendre de la part du spécialiste du cratère musical ? Un album de reprises de Michel Sardou...mmmh...peut-être si vous arrivez a jouer la cassette a l'envers...Non..ici Trou en remet une couche en matière de bruit blanc façon "merde j'ai mis mon radio réveil mais j'avais pas réglé la fréquence" ! 

Cette "Dernière Moisson" s'ouvre sous des auspices des plus inquiétantes. Un mur de son uniforme et lugubre, parfois déchiré par des vocaux parasités sans doute venus de Venus ou Jupiter. Question du jour : Trou est il piloté par Roro Vomir ? Si quelqu'un a la réponse (prouvée) qu'il me l'envoie, je lui enverrai un bisou par la poste). 

dada

Sinon, la face A déroule les 21 minutes de "la dernière moisson", voyage en noirceur et en folie. Ceci n'est pas de la musique. 
Face B : ...Et on empalera la vermine...

seize minutes trente dans la continuité de la face A : une menace sourde et lourde, un paysage d'acier glacial et mortifère. Plus que la mort : la fin de toute vie. Des équipements électroniques en roue libre. 


VERMINES

Qui est Trou ? Je ne le sais pas...et cette étrange Harsh Noise Wall ? Une de ces non-musiques qui interrogent quant a la motivation de son/ses auteurs : quid de ces improvisations bruitistes en dehors d'une galerie d'art durant une performance (on ne fera même pas référence aux concerts sadiques de Withehouse, qui, a 'l'époque, avait pour but de détruire les tympans des pauvres fous se trouvant là. Tel ce spectateur se retrouvant par accident dans un concert de GG Allin, se faisant chier dessus, taper dessus, pisser dessus, et finissant en "after" dans un concert de noise les tympans en sang. Metal extrême vous disiez ? Mais c'est Mozart a côté.

trou la dernière moisson
ET TU CROYAIS QUE NAPALM DEATH ÉTAIT ULTIME ?


4. TROU - NOUS NE POUVONS QUE NOUS SOUMETTRE

Voici Trou dans son versant le plus "ambient", le plus paisible aussi. Moins aride que "la dernière moisson", cette tape de 2018 nous donne quatre longues plages entre crépitement low-pitch, mélodies perdues dans la brume lointaine, mais tout de même présentes.

Ainsi vous découvrirez avec cette cassette un Trou abordable, même pour les non-initiés a la harsh noise. 


Sans doute un excellent moyen de découvrir cet univers spectral et intense, car, même si le côté bruitiste demeure pleinement ici, ce semblant de tranquillité, perturbé par les hachements électroniques, peut se déguster avec un certain plaisir, et même, en position du Lotus, déclencher une visualisation bouddhique plutôt positive. Essayez, et vous me direz.



Avec cette tape, Trou vous propose un voyage en Harsh Noise Wall qui vous paraîtra moins aride que d'autres. Attention toutefois de nettoyer les bouts de cervelle en entrant.


Commentaires

CONTACTEZ LE SCRIBE DU ROCK

Nom

Adresse e-mail *

Message *

Articles les plus consultés