Krautrock, Black Metal, Progressif, Industriel et Expérimental ? Interview avec Maquerelle

Mr Maquerelle mélange avec talent Black Metal, Krautrock, Rock Progressif, Industriel et expérimentations diverses : un gumbo des plus originaux et savoureux, qui mérite, à mon sens, une large diffusion ! Retrouvez donc un artiste sans frontières et en même temps capable de créer une musique cohérente et passionnante : MAQUERELLE ! Explications avec le Maestro !

MAQUERELLE

maquerelle black metal prog krautrock

INTERVIEW AVEC MR MAQUERELLE



Bonjour Mr Maquerelle, peux tu nous présenter ce one-man band étonnant qu'est Maquerelle ?

Eh bien, il s'agit principalement d'un projet musical solo basé sur un perpétuel mélange de genres et d'influences, une sorte de « pot-pourri » Black Metal où s'ajoutent concepts fantasques et expériences personnelles.


Dans ce projet créé en 2014 tu mélanges Black Metal, Krautrock, industriel, progressif et expérimental (!) comment te sont venues ces influences pas courantes dans un même projet ?

Tout n'est pas arrivé instantanément, haha. C'est le fruit de quelques années de découvertes musicales, projets avortés, rencontres... Je suis avant-tout un gros mélomane et boulimique artistique. Si on ajoute à cela le fait que j'aime me fondre dans différents milieux de manière périodique, allant de la Free Party à l'Opéra en passant par le concert de Black Metal, Cela me fait constamment me confronter à de nouvelles méthodes d'écoute et de composition. J'ai également toujours eu une attirance pour l'incongru et le «jamais-vu », pour peu que cela ait un minimum de propos et de cohérence. Pour moi, le Black Metal est une musique faite d'expérimentations et d'audace, dès le début. 

maquerelle black metal krautrock industriel

Tu es prolifique puisque ayant déjà sorti bon nombre d'EP et d'albums. Pourtant, à l'écoute de ta musique on entend sa sophistication, ses qualités musicales. On est loin du Brutal Noise Raw Black Metal ! Comment trouves tu le temps de créer tout cela ?

Tout d'abord, j'ai pensé à ce projet alors que je quittais le lycée (je n'avais donc que ça à faire à l'époque). J'ai ensuite rejoint le conservatoire et ai vraiment pu m'y mettre à fond à ce moment, c'était devenu ma raison de vivre si on peut dire. Pour le reste il faut aussi préciser que je suis diagnostiqué avec un syndrome d'Asperger (une sorte d'autisme léger) ce qui m'octroie un statut d'handicapé et peut me permettre d'arrêter de travailler si le besoin s'en fait ressentir, cela me permet donc de me consacrer pleinement à ma musique (ainsi que d'autres projets) sur de longues périodes. 

J'ai été fasciné par Betty ton dernier méfait, avec ces sonorités dignes de Cluster ou Tangerine Dream sur une base BM. Peux tu nous parler du processus de création de cet album ?

Déjà, il s'agit d'un de mes albums les plus «BM » dans l'âme, style avec lequel j'ai gagné en confiance grâce à mon projet de duo « Andréa Spartà & Maquerelle ». Faire ce duo basé sur des expériences Live m'a permis de peaufiner mes techniques de production. Tout ça a grandement influencé mon travail solo sur le moment. Pour ce qui est des sonorités, j'ai toujours trouvé ces sons synthétiques expérimentaux des 70's et 80's très nostalgiques, émotion que j'ai également voulu véhiculer à travers cet album (En addition à la référence à Nick Drake pour le titre). Je suis allé jusqu'à récupérer un vieux synthé (Yamaha PSS-140, pour ceux que ça intéresse) dans mon ancienne maison pour faire quelques nappes et leads, ainsi qu'enregistrer certaines guitares avec une vieille chaîne HiFi appartenant à ma mère. Pour ce qui est de la question rythmique, j'ai développé une technique de création de drumkits virtuels à partir de vrais enregistrements que j'effectue chez divers amis batteurs, je découpe ensuite chaque élément et me fait une banque sonore en constante évolution (Ce qui veut dire que, lorsque vous entendez une batterie, il peut y avoir des cymbales enregistrées deux ans auparavant mixées avec un kick de drum machine, et une caisse claire plus récente..)

maquerelle betty

Petite question « discothèque » : tes 20 albums préférés de tous les temps ?

Alors, sans ordre précis : 

CAN - Tago Mago
Burzum – Filosofem
Magma – Mekanik Destruktiw Kommandoh
Strapping Young Lad – Alien
Coil – The Ape of Naples
Tangerine Dream – Zeit
Swans – Filth
Einstürzende Neubauten – Zeichnungen des Patienten OT
Throbbing Gristle – DOA, The Third and Final Report
Nick Drake – Five Leaves Left
Robert Wyatt – Rock Bottom
Miles Davis – Bitches Brew
Leo Ferré – Il n'y a Plus Rien
Diapsiquir – A.N.T.I.
Godflesh – Streecleaner
Converge – You Fail Me
Amon Düül II – Yeti
Mr. Bungle – Disco Volante
King Crimson – In the Court of the Crimson King
Killing Joke – Fire Dances

Les futurs projets de Maquerelle ?

Je suis sur deux albums en ce moment : un solo et un autre avec Andréa Spartà. Je me suis également mis à travailler en tant qu'ingénieur en Mastering (également en tant que Maquerelle). J'ai, pour finir, l'idée de monter un groupe plus axé folk et musique de transe, mais rien d'officiel pour l'instant.

Tiens, d'ailleurs, d'où est venue l'idée de ce nom iconoclaste ?

Il y a plusieurs éléments qui rentrent en compte. C'est tout d'abord une référence à une phrase que j'ai entendue (de Léo Ferré si je ne dis pas de bêtise) stipulant qu'un artiste est comme une prostituée : on paye pour le voir se mettre à poil. Si on ajoute à ça mon goût pour des films comme « Salò » ou « Caligula » ainsi que mon incompréhension totale de la gent féminine, un tel nom pour un projet solo est apparu aussi sensé que provocateur.

Est il facile de s'imposer avec une musique aussi originale ? Quelles sont les réactions du public et des critiques ?


Les réactions du public expriment souvent une agréable surprise. La plupart des critiques y trouvent également leur compte en termes d'influences à décortiquer. La principale difficulté se ressent surtout avec les labels et organisateurs. De nos jours, tout est ultra codifié (et surtout dans l'underground, arrêtons l'utopie deux secondes...) Tout doit impérativement suivre une « ligne directrice » (ils n'ont que ce mot à là bouche d'ailleurs) stricte. Un « bon » label ne doit produire que du Black Metal, ou que du Noise, ou que de la Techno... enfin tu vois le genre. J'ai souvent eu droit à deux phrases venant de la part des prods : « c'est bien mais ça ne suit pas notre esthétique » et « c'est bien mais notre public n'est pas prêt » . Quand tu entends ça sortir de la bouche de soit-disant « underground » et « novateurs », ça te laisse pas mal défaitiste quand à ce milieu. Du coup je produis mes trucs moi-même, me trouve des petites distributions (Comme Solar Asceticists ou Souffle Continu) etc... Je ne suis absolument pas contre une production labellisée (surtout que je ne coûte rien, faisant absolument tout moi-même), mais voilà, qui m'aime me produise, haha.

maquerelle black metal krautrock

Finalement, Maquerelle peut séduire largement en déhors du Metal, chez les amateurs de Krautrock, de post-punk, d'industriel...Est ce déjà un constat que tu fais ?

Oui, c'est d'ailleurs assez surprenant, lors de concerts avec Andréa par exemple, de voir qu'on joue aussi bien devant des Blackeux que des vieux goths de la première heure, où même des fanas d'art. Après, comme je l'ai dit, ça amène des difficultés à toucher une base solide, pour parler en termes marketing (même si je m'en fiche un peu).

Que penses tu de l'oeuvre de Blut Aus Nord ?

J'ai évidemment un grand respect pour l'ancienneté et la longévité du projet, ainsi que sa capacité à se produire dans différentes esthétiques. Après, mes goûts ayants évolués depuis, je suis beaucoup moins assidu à son actualité et y trouve un peu moins mon compte. Je ne dis pas que les derniers albums sont mauvais, loin de là, juste que je m'y intéresse un peu moins.



Free Space : ajoutes ce que tu veux !

Déjà je remercie les quelques collaborateurs qui me soutiennent depuis quelques années maintenant. J'espère que le futur sera tout joli et que cette section de l'interview ne me fait pas ressembler à Miss France dans vos têtes.

"Ah et pour finir : écoutez du Hard Bop, c'est la vie. "



666666666666666666666666666666666666666666666666666666666666666666666666666666666


ENVIE DE LIRE D'AUTRES INTERVIEWS ? C'EST PAR ICI :

LES INTERVIEWS DU SCRIBE

JOSEPH STALINE EST HEUREUX QUE TU SUIVES LE SCRIBE DU ROCK ! 

ALORS FAIS COMME LUI ! INSCRIS TOI SUR LA PAGE D'ACCUEIL POUR RECEVOIR LES NOUVEAUX ARTICLES PAR MAIL !





Les plus lus / the most read

FR/ENG INTERVIEW : ALICIA FIORUCCI : punk rockeuse, Journaliste, égérie, voix de radio : une femme qui en a !

Opus Luciferi in Concilium : Interview des légendaires BLESSED IN SIN

INTERVIEW AVEC FAMINE DE KPN DEPUIS KIEV

(Fr/Eng) Un Sacrifice Expiatoire pour le Black Metal : Interview avec Sühnopfer

FR/ENG INTERVIEW : L'art de la Fugue en mode Black Metal : MOONREICH /The art of the fugue in Black Metal : MOONREICH

Violence et raffinement : interview avec Plebeian Grandstand

Anthropologie, Metal Chinois, Atmosphère dans le Black Metal ? INTERVIEW DE WILLIAM SPOK (SCHOLOMANCE WEBZINE)

FR/ENG EXTREME METAL REVIEWS : LES CROCS DU SCRIBE 32 : AKSAYA/BOVARY/OAK/MADRYAL/MORTUARY/MITHRIDATIC/NUMEN/MAIEUTISTE

Eng/Rev SIGILLUM DIABOLICUM Monotheisme + Ordo Repugnant / Black Metal

FR/ENG Underground Black Metal Forever : Interview avec Totale Angoisse