WOEST BLACK METAL INDUSTRIEL INTERVIEW !

INDUSTRIAL ATTACK ! WOEST BLACK METAL DE MARSEILLE !

Interview avec Woest
Torve (chant/paroles/claviers)

WOEST BLACK METAL INDUSTRIEL FRANCAIS INTERVIEW

Woest vient de Marseille et a été créé en 2016 par Malemort (ancien membre des cultissimes Filthy Charity, groupe de Grind/Crust des 90s) et toi, Torve, au chant. Peux-tu nous en dire plus sur votre formation et dans quel état desprit vous avez créé le groupe ?

Torve : Je crois qu’à l’époque, quand Malemort ma appelé pour venir chanter dans sa nouvelle formation, on avait tous les deux un peu trop fait le tour de la scène grind/crust marseillaise, on avait vraiment besoin dun vent nouveau et notre vision commune de la musique répondait à cet appel.
Du coup on a changé de façon de faire : fini les groupes où on enchaine les concerts locaux après trois répètes, fini le « play fast or die » et tout ce blabla pour vieux adolescents, on voulait enfin prendre notre temps de composer ce qui nous plait vraiment. On est des personnes lentes, la musique sombre nous va bien, cest une catharsis indispensable pour nous, à différents degrés. 


Vous jouez un genre unique et très personnel de Black Metal industriel axé sur des ambiances froides parfois gothiques. Quelles sont vos influences dans ce créneau musical et dans dautres ?

Torve : Cest difficile d’y répondre, ça dépend des moments, de nos humeurs. Je dirais que la formation sur laquelle on peut le plus se calquer est Mysticum, ce nest pas notre groupe de chevet mais cest un bon repère pour rester cohérent et ne pas s’éparpiller. Bien quau final je ne sais pas si ça y ressemble vraiment. Après il y a une flopée de vieux groupes qui entrent en jeu, de Discharge à Christian Death pour Malemort, beaucoup de Bathory pour moi. Quand à Deckard, qui a son penchant pour le heavy/thrash, il apporte ses touches de doubles croches incisives et lumineuses.
Mais je le répète, ça dépend. Par exemple, quand on a découvert Bölzer, on a essayé de faire du Bölzer, et je suis sûr que si tu cherches bien, tu pourras en entendre à certain moment. Le jour où Malemort ne va pas bien, il va vouloir faire du Xasthur, et moi, pour lui remonter le moral, je vais balancer du chant lyrique bien franchouillard, doublé par un riff à la Mercyful Fate de Deckard, et ça va donner du Woest.


Haine, tristesse, noirceur, il règne une atmosphère de fin du monde dans votre musique. Est-ce le reflet de votre vision du monde ou un gimmick musical ? Peux-tu nous en dire plus ?

Torve : Si cest un gimmick musical, on laime bien ce gimmick, ce qui doit signifier quon est pas très optimiste. Je lai dit plus haut, ce quon produit est notre catharsis. Ce nest pas parce quon joue du black quon va mettre le feu au monde, mais on y pense parfois, et cest un bon terrain pour lexprimer, cest tout lintérêt de « lart ». Les gens renient trop souvent leur négativité, préférant saveugler avec des choses lumineuses et futiles, jusqu’à péter les plombs. D’ailleurs je trouve lenvironnement musical mainstream de plus en plus cynique, malsain et puant. Peut être quils font tous leur redescente.
En tout cas je ne crois pas trop au positivisme, c’est souvent synonyme de se faire une raison, être esclave de sa condition. Pour ma part, je préfère garder la tête dans le brouillard, cest ma manière de rester conscient.

WOEST LA FIN DE L'ERE SAUVAGE BLACK METAL INDUSTRIEL FRANCE
La fin de l’ère sauvage votre premier EP sorti en 2017 mavait déjà vraiment touché par son originalité et sa diversité, mais votre nouvel album Le Gouffre va encore plus loin, avec une production vraiment à la hauteur et une utilisation des sonorités électroniques qui enrichit le propos. Vous préservez-vous des modes pour créer ce son particulier ou au contraire allez-vous « digger » de nouveaux groupes plus perchés les uns que les autres pour trouver des idées ?

Torve : Alors tout dabord, kassedédi à Dæmonicreator. Le gros son cest lui. Il devait nous mixer et rendre la boite à rythme moins cheap, et il nous a fait un travail créatif de dingue. Cest vraiment le cinquième membre du groupe sur cet album. Dailleurs, je vous invite à aller écouter ses groupes : Corpus Diavolis, Haiku Funeral et Antelogos (duquel lequel  je fais aussi partie). Cest un peu notre Euronymous provençal ahah !
Sinon, on est vraiment curieux de la scène actuelle, et ça nous guide clairement. Et ouais, on est friand de groupes perchés. Je trouve que la scène extrême na jamais été autant avant-gardiste. Dans le terreaux de formations cultes comme Aborym, Dødheimsgard, Blut aus Nord ou encore Portal, se développe une flopée de groupes hyper intéressants. Dailleurs jencourage la surproduction actuelle car je crois quelle est le fruit dune vrai passion sans trop de posture. Cest très amusant dailleurs, de constater quune scène originelle aussi « trve » et hermétique que celle du black Metal incorpore aujourdhui, quasi systématiquement, du post-Hardcore dans sa musique. Je pense que cela était vraiment impensable à l’époque, et je suis persuadé que beaucoup de formations actuelles dépassent l'effet de mode et marqueront lhistoire de la musique extrême. Bref, vive la modernité, la performance et la branlette !


Le chant est également un élément clé de ce disque, avec une grande diversité qui nous amène du chant clair en voix grave au chant black en passant par des passages « criés » mais plus clairs. Comment gères-tu ta voix ? Cela demande til un entrainement particulier ? Une hygiène de vie ?

Torve : Je ne sais pas trop, cest assez instinctif. Ça fait 16 ans que je braille dans des locaux de répète, cest ça lentraînement. Le seul talent que jai est que je nai pas honte den faire des caisses, de chouiner et de jouer au dur. Je me laisse posséder par mon personnage et ça me fait beaucoup de bien. Quant à lhygiène de vie, bof bof.. Si ! Je fume beaucoup moins et depuis je gère beaucoup mieux mon vibrato à la Johnny !

WOEST LE GOUFFRE BLACK METAL INDUSTRIEL FRANCE

Vos références satanistes sont-elles issues dune réelle pratique ou plutôt dune vision esthétique et/ou philosophique ? Qui est Satan pour vous ?

Torve : Je vais parler uniquement en mon nom car je suis le seul gars du groupe qui se dit sataniste. Et comme cest moi qui écris les paroles, forcément ça en parle. Je fais parti dun cercle à Marseille, lAMSG, dans lequel on a notre propre pratique du satanisme. Dailleurs je vous invite à lire notre périodique : La voix de Satan, pour vous faire une idée de ce quon pense.
Cest très dur à résumer, car très personnel, et en quelque sorte, abstrait. Jai toujours eu un grand besoin de symbolisme, la réalité collective quon me propose me satisfait guère et jai besoin daller voir ailleurs. Tout comme quand tes gosse tas besoin dun Batman ou dun Conan qui taide à affronter le monde et à rêvasser quand on te visse ton cul sur une chaise de classe, Satan a en quelque sorte ce rôle là, certainement esthétique, qui nourrit ton émerveillement.
Satan cest toi, ta flamme, ton énergie, ton temple intérieur. Si tu fédères Satan tu te fédères toi même, et crois moi que ce n’est pas facile. Selon moi, Satan a plusieurs visages, celui du chaos primordial qui te rend nihiliste, celui de la bestialité qui te force à embrasser tes envies dans le monde physique, celui de Lucifer, le rebelle mélancolique envers lordre établi quel quil soit, qui te fait tout le temps te remettre en question et sortir de ta zone de confort.
Mais c’est aussi celui de Hadès, de Nergal, de Loki, de Pan et dautres, pourquoi pas même de Crom, qui sont là depuis le début des civilisations pour inspirer et malmener le dualisme de gars comme nous. Le satanisme cest synonyme de beaucoup damour, mais ça ne cache pas sa haine, cest une pratique philosophique difficile qui approuve l’échec.
Je commence déjà à m’étalerUne phrase que je me répète souvent : Satan est la lanterne qui me guide dans la noirceur de mon introspection.
Et si ça en fait rire certains, peu mimporte, je nai pas besoin deux.

Vous avez commencé à parcourir les scènes. Quels retours avez-vous du public ? Avec quels groupes avez-vous particulièrement apprécié de jouer ?

Torve : On a pas encore trop fait de concerts, on est un peu manche pour sorganiser, mais ça ne saurait tarder. Le public a lair dapprécier la chose, certains sont déconcertés, mais bon, la plupart du temps cest des potes donc ça ne compte pas trop. Mais ça va venir, on va la faire cette tournée, on est fier de ce putain d'album et va falloir se battre pour le faire découvrir au plus grand nombre. Et puis je n'ai plus la place pour empiler des cartons de skeuds chez moi ahah !
La date qui nous a faite le plus kiffer fut la dernière, lors du Black Shiny Leather vol.1 organisé par Malemort, au coté de Haiku Funeral, Archenterum et Stupor Mentis.
Il y avait dégun mais lambiance était démentielle, super choix de groupes, super soirée, et cest la première fois quon prend autant notre pied sur scène. Faut dire que lEmbobineuse est une salle exceptionnelle pour se faire plaisir.
Et puis perso, le groupe avec lequel on a joué et que jai le plus apprécié voir fut Neige Morte. Autant en album ça ne mavait pas trop botté mais en live cest la claque ultime, mélange de math/noise/black, hyper haineux, hyper chaotique, hyper juste, je me dis que cest la forme quaurait Blut aus Nord sur scène. Et puis cest un groupe qui tourne, donc bougez vous le cul daller les voir, cest indispensable.

Les groupes de BM du Sud ont toujours été très « purs et durs » (Mutiilation, Peste Noire) Tu penses que le soleil méditerranéen donne des envies de noirceur ?

Torve : Cest parce que dans le sud on est des ploucs, donc on est sincère. On est pas à Paris, on a pas trop de scènes qui nous fédèrent donc on fait beaucoup de bruit pour se faire remarquer. Bref, je sais pas trop, je suis pas sur quon soit plus méchant quailleurs en fait, cest très subjectif, et plutôt me pendre que me placer dans la famille de Peste Noire ;)


Des beats « techno », des nappes de claviers oniriques, accompagnés de guitares plus franchement Black sur un chant clair quasi New Wave (« A la gloire de limmonde » par exemple). Si je te cite le Celtic Frost dInto The Pandemonium tu me dis quoi ?

Torve : Je te dirais que cest un peu trop old school pour moi, que jadore Mexican Radio parce quon dirait du GBH (NdA : c'est une reprise du groupe Punk Wall of Voodoo, ceci explique cela) et que ça na rien à foutre là, et comme je suis un garçon sensible, Tristesse de la lune ma beaucoup touché.
Sinon je te dirais que tout cela mène à Tryptikon, qui est une vraie influence pour Woest.


Vous êtes quatre dans le groupe. Comment vous répartissez vous le travail de composition ? Ya-t-il des moments compliqués pour mettre tout le monde daccord autour dune musique aussi « unique » ?

Torve : Malemort compose les morceaux, avec la guitare et la boite à rythme. Deckard enregistre le bordel, en fait sa cuisine, et compose la deuxième gratte. Il menvoie le tout, je fais du yaourt puis j’écris les textes, et Irotted compose la basse de son coté. Quelques mois de répète et voilà, cest servi.
Comme je lai déjà  dit, si la musique est « unique » cest parce quon y met tous nos influences très variées, le résultat à un coté involontaire, et ça nous plait comme ça. Sinon on ne sest jamais trop pris la tête sur un morceau, on reconnait tous les qualités de composition de Malemort. Cest peu être un peu classique ce que je vais dire, mais il joue vraiment avec les tripes, pour de vrai (dailleurs à chaque fois y a du sang et de la merde partout).

Vos ambitions ?

Torve : Continuer à se faire zizir, pousser nos capacités, faire des tournées qui nous sortirons la tête du cul de Marseille, et sortir de jolis skeuds dans lesquels on mettra beaucoup de passion et de sincérité.

Si Woest était une couleur

Torve : Noir, avec un peu de blanc, pour renforcer la noirceur du noir. Le némésis de la lessive Omo un peu, tu vois.


Si Woest était un proverbe

Torve : Jen ai aucun qui vient, pourtant c’est la période où j’en ai toujours dans mes poches car j’aime bien bouffer des papillotes. J’ai en revanche une citation de Robert E. Howard à laquelle je tiens, celle qui préfigure sur le digipack de notre démo la fin de l’ère sauvage :
La barbarie est l'état naturel de l'humanité, [...]. La civilisation n'est pas naturelle. Elle résulte simplement d'un concours de circonstances. Et la barbarie finira toujours pas triompher.


Monter un groupe de Metal extrême et le faire vivre en France est chose complexe, mais je dirai que cest encore plus compliqué dans le Sud, quen penses-tu ?

Torve : Dans le sud il ny a pas de scène, cest pour ça que cest compliqué. Déjà, trouver un chevelu et le faire sortir de sa piaule pour l'emmener à des concerts cest la misère, alors monter un groupe avec luiCest pareil dans beaucoup dendroit. Je pense que le black metalleux daujourdhui a le profil du jeune blanc type classe moyenne, étudiant, un peu geek, pas très « rock’nroll » finalement, qui verra sa vingtaine de groupes annuellement en fest. Ça ne colle pas trop à une ville comme Marseille par exemple, qui est très lumpen. Quant aux vieilles badernes de plus de 40 balais, ils sont la plupart du temps blasés de tout, ont tout vu et pour eux tout est de la merde. Marseille cest plus grind/crust, et encore, c’était

Tes quinze albums préférés de tous les temps dans tous les styles ?

Torve : Désolé, impossible de répondre à cette question, je change tout le temps davis, jappartient à la génération zappeur des internets, je découvre et j’enfouis en permanence. Allez, je te cite au moins le dernier truc que j’ai redécouvert et qui a tourné bien deux semaines dans mes écouteurs : Sur les falaises de marbre, de Glaciation. Quelle claque française, quelle nostalgie romantique, quelle modernité, quelle sincérité, quelle prouesse néo classique ! J’en ai des frissons, je sens une certaine douleur adolescente à chaque fois que je l’écoute, des images de photos sépias m’apparaissent… Intense comme voyage, c’est pas tous les jours qu’un album me fait autant d’effet. Pourtant ça fait bien deux mois que je ne l’écoute plus du tout parce qu’il m’a saoulé à force, leur niaiserie de parigos hipsters là… Tu vois, impossible de faire un top !

Vos prochains projets ?

Torve : Des concerts et un prochain album, plus doom, plus lent, plus fatigué, qui fera un peu plus le lien avec la démo La fin de l’ère sauvage.

Carte blanche : lespace qui suit est a toi, fais ce que tu veux est lessentiel de la loi comme dirait le vieil Aleister !

Torve : Jaimerais quune armée de canadairs vienne recouvrir le monde de semences et que la civilisation se déploie à travers un gigantesque Pompei de merde. On serait enfin tous semblables et égaux, à travers ce masque qui provient du plus profond de notre être.

Merci Torve 





Le Bandcamp de Woest 


Le Facebook de Woest