Avant Garde Extreme Metal : Interview avec The Fundamental Wisdom Of Chaos

sab elvenia the fundamental wisdom of chaos metal gothiqu

Ce subtil mélange entre Metal Gothique, Darkwave, Death Metal, Avant garde et Metal moderne fait tout le sel de The Fundamental Wisdom of Chaos. Découvrez ce groupe unique en compagnie de sa tête : Sab Elvenia...

Sab, bonjour, et merci à toi de répondre à mes questions. En préambule, peux-tu te présenter et présenter The Fundamental Wisdom of Chaos a nos lecteurs ?

Bonjour Pierre. Merci à toi de me recevoir. Je suis auteure compositrice, bassiste et chanteuse de TFWOC. Je m'occupe également des programmations et autres instrumentations virtuelles. Mobo a joué toutes les guitares de « Harvest Of Laments » et s'occupe de toute la partie son (mixage et mastering). Le projet est donc né comme un One Woman Band, mais étant donné le rôle important qu'à joué Mobo dans la concrétisation du 1er album, je considère aujourd'hui que TFWOC est bien un duo, et vais commencer à le développer en tant que tel pour la suite. Mobo étant très enthousiaste à l'idée de prendre part à la composition, notamment concernant les sonorités et arrangements électro, indus, et synthétiques en général.
En dehors de TFWOC, lui et moi composons ensemble et faisons équipe depuis longtemps sur quelques autres projets. On se comprend et on travaille vraiment bien ensemble, alors nous avons naturellement commencé à discuter d'un « shifting » vers non plus un projet, mais bel et bien un travail de groupe. J'ai donc la chance de partager ma passion et une grande complicité en musique avec l'homme de ma vie. Voilà pour la petite présentation...

sab elvenia

Vous jouez un type de Metal que l’on peut qualifier de « moderne » au sens où la production est assez claire et puissante, les guitares ont un accent neo-metal/metalcore. Ton chant et les ambiances sont par contre davantage orientés vers le côté dark/folk/atmos avec aussi une belle performance au niveau du chant death. Comment en êtes-vous arrivé à cette « fusion » de styles ?

Je suppose que tu as raison pour le côté moderne de la production... Le fait est que j'aime tout simplement les productions avec un son propre et puissant qui laisse respirer chaque instrument et permet à chaque subtilité (dans les arrangements notamment) de se dévoiler. Et ça tombe très bien parce que Mobo est un Maître en matière de son qui dépote, puisque qu'il n'est autre que le magicien du son du Conkrete Studio. Je lui explique comment je veux que tel ou tel élément sonne, quel genre de texture sonore je recherche, quel rendu général j'aimerais... et « abracadabra ! Il me connaît par cœur et possède un grand sens de l'intuition qui font que le résultat est là, à chaque fois.
Concernant le chant, je le traite comme je traite la musique en fait. C'est à dire que je ne sais exactement ce que je veux communiquer, mais les moyens de le communiquer viennent tous seuls, très naturellement. Je n'ai jamais cherché à m'identifier à un style, car je n'aime pas vraiment les étiquettes. Je chante donc ce qui vient avec l'émotion du moment, et cela donne ce que cela donne... Je crois finalement que ce mélange de style propre à TFWOC est une projection de moi-même avec tout ce que j'ai pu écouter depuis l'âge de 15 ans. J'ai toujours écouté tous styles de Metal confondus, de la dark-wave, puis du folk expérimental et de l'ambient, du moment que cela me parlait, me faisait vibrer. C'est sans doute pour ça que je fais cet espèce de mélange qui peut se rapprocher de l'Avant-garde ou du Metal expérimental, car c'est compliqué de venir y coller une étiquette.


the fundamental wisdom of chaos metal gothique

AVANT GARDE METAL AVEC THE FUNDAMENTAL WISDOM OF CHAOS

C’est votre tout premier album, j’imagine que ça a dû être un peu le parcours du combattant pour en arriver à le diffuser aujourd’hui. Peux-tu nous relater les différentes étapes depuis la composition ?

La partie composition, même si ce n'est pas quelque chose de « facile » à proprement parler, est au moins la partie naturelle du musicien. Donc, c'est un processus créatif libérateur qui aboutit à quelque chose à un moment donné ou à un autre. En revanche, la difficulté réside plutôt dans ce qui vient ensuite...
L'enregistrement s'est fait par étapes. Mobo étant très pris par son boulot, j'ai finalement enregistré la basse et toutes les voix ,seule (dont la basse dans ma chambre), et Mobo de son côté a enregistré les guitares au Conkrete Studio, et s'est ensuite occupé du son.
Concerant le visuel, TFWOC est un projet assez conceptuel basé entre autres sur la dualité. Et « Harvest Of Laments » représente la face sombre du projet. Ayant réfléchit tout ça, j'ai discuté du concept de l'album avec mon ami artiste plasticien et photographe Joël Bardeau, qui a été emballé par le visuel que cela pourrait engendrer. A partir de là, j'ai commencé à travailler en collaboration avec Joël sur le visuel de l'album. Puis, je me suis occupée comme une grande (qui ne sait pas trop ce qu'elle fait) du layout du digipack (que je ne savais pas encore si j'allais ou non sortir). Cette partie m'a bien pris la tête !
Enfin, pour arriver à sortir la « bête », et bien ça a été encore tout autre chose... J'ai du faire un travail énorme sur moi, pour assumer mon travail et le présenter. Je continue de me soigner à chaque fois que je sais qu'il faut que je mette en avant mon travail pour lui donner une chance d'exister (et cela passe aussi malheureusement beaucoup par l'image).
Ensuite, quand on n'a pas de label, il existe quelques moyens de diffuser sa musique de façon indépendante aujourd'hui. En revanche, cette diffusion passe par une stratégie de communication et le développement d'un réseau assez important. Ce sont clairement des choses que je n'ai pas vraiment faites par manque de temps, de ressources et de connaissances aussi. C'est un boulot qui demande beaucoup d'investissement personnel, voire financier, du temps et de l'énergie. Et il est vrai que faute de label, il peut être libérateur je pense d'avoir un éditeur qui puisse justement diffuser ta musique car il a le réseau, le temps et les moyens pour le faire... J'ai donc fait mon petit bout de chemin comme je pouvais, avec la rencontre ou l'intérêt de gens passionnés et bienveillants qui m'ont donné un coup de pouce, dont beaucoup représentent des webzines, radios ou mags... Jeff de CoreAndCo, Arch de Metal Is The Law, Pascal de Métaux en tous Genres, David et Julien de NoNoise Nogood, Morgan de chez Rock Hard, Stéphane de Radio Pulsar, Metal Onlyne, et puis un certain Pierre Scribe Du Rock...:))) , etc. Et puis le soutiens et l'esprit de partage d'autres musiciens et métalomanes... Notamment des gens comme JPierre Battesti de Monument Of Misanthropy, et Jeff et Krys de Demande à la Poussière, et j'en oublie...


METAL MODERNE AVANT-GARDE UNIVERS GOTHIQUE : THE FUNDAMENTAL WISDOM OF CHAOS


Quelles sont tes influences principales, aussi bien en matière de musique que de cinéma ou de littérature ?

Voyons voir... En Metal, mes influences sont très larges car elles vont du Death, surtout la scène Death polonaise et suédoise (Decapitated, Bloodbath, Entombed...) au trash-death (Darkane, The Crown, At The Gates) et blackened death et death sympho (Behemoth, Septic Flesh dont je suis une grande fan), de ce qui est un peu plus progressif et avant-gardiste (Opeth, Textures, Hacride, Meshuggah, Ram-Zet, Evergrey et les premiers Children Of Bodom) et puis bien sûr le Post Metal, post rock et post hardcore (Mogwaï, Russian Circles, God Is An Astronaut, The Ocean, Cult Of Luna, Look To Windward, Isis, etc) un peu de black sympho (Dimmu Borgir, Emperor, Chthonic ), et puis ce qui est un peu plus moderne et hybride (Sybreed, Celldweller, Fear Factory, Clawfinger). Finalement, je crois que les seuls groupes de « Neo Metal » que j'ai vraiment écouté il y a quelques années furent Slipknot, Sevendust et Korn. Sans oublier que je suis une inconditionnelle de Maiden.
Ensuite, le grunge, le rock et le rock alternatif ont fait une bonne partie de ma jeunesse (et j'en écoute encore), en particulier Alice In Chains (je pense ma plus grande influence vocale), Soundgarden, Tool et A perfect Circle, Faith No More, Incubus, Red Hot Chili Peppers, etc.
En dehors du Metal et du Rock, je suis une énorme fan de tout ce qui touche au Folk et folk expérimental, l'Ambient, le New Age (Irfan, The Moon and The Nightspirit,The Hu, Dead Can Dance, Anilah, Wardruna, Azam Ali, Haya, Heilung, etc.) et les ensembles plutôt tribaux et de chants traditionnels (Kodo, The Mystery of Bulgarian Voices, Abagar Quartet, Laboratorium Pesni, etc.) issus de diverses cultures, ainsi que le hang music. J'aime tout ce qui touche aux anciennes traditions, au paganisme et aux aspects primaux, élémentaires, spirituels et mystiques...
Concernant la littérature, mes préférences vont à la littérature d'anticipation avec Ray Bradbury, Jules Verne et Barjavel, ainsi que les romans initiatiques de Paulo Coelho et James Redfield entre autres... Les auteurs de SF et d'épouvante toutes époques confondues, tels que Tanith Lee, Richard Matheson, Philip.K Dick, Lovecraft, Bram Stoker, Allan Poe, Poppy Z. Brite, Anne Rice et bien entendu Stephen King ont eu une immense influence sur moi.
Je possède une belle collection de livres de contes et d'encyclopédies et « bibles » des peuples du merveilleux et bestiaires fantastiques dont je raffole comme une grosse gamine...
Niveau cinéma, mes goûts sont finalement assez proches de mes lectures... Dans mes films préférés figurent : V for Vendetta, Inception, Equilibrium, The Mist, Gattaca, Fearless, The Descent, Jeepers Creepers, Lords Of The Rings, Pitch Black et Les Chroniques de Riddick, Hugo Cabret, Entretien avec un Vampire, 28 days later, les Harry Potter et les films de Tim Burton en général...
Et enfin j'aime beaucoup les livres de développement personnel. Dans cette jungle d'arrivisme pour personnes en détresse, j'ai absorbé de toute mon âme « Les 4 accord Toltèques » de Miguel Ruiz.

the fundamental wisdom of chaos avant garde metal gothique

Je t’ai découverte dans le premier album de Demande à la Poussière, peux-tu nous raconter ta rencontre avec Krys, Jeff et les autres ?

Une amie musicienne me parlait beaucoup de son admiration pour la peinture d'un certain Jeff, et un soir, alors que nous gloussions au pub, elle m'a montré son travail. J'ai été sciée par les œuvres de Jeff. Mon amie me dit : « Te connaissant, je savais que ça te plairait ! »
Puis, quelques temps après, j'ai appris que Mobo (Conkrete Studio) travaillait avec un groupe appelé « The Great Old Ones », et puis en discutant, Mobo commence à me parler de l'univers du groupe ainsi que de leur visuel fait par un artiste peintre... un certain Jeff... Ce n'est que lorsque j'ai vu la pochette de l'album en question que j'ai fait le rapprochement.
J'ai donc tout simplement demandé Jeff en contact dans un premier temps et lui ai envoyé un petit mot pour lui parler de comment j'avais découvert son travail, et à quel point j'aimais ce qu'il faisait. Je crois qu'ensuite, « The Great Old Ones » ont joué au Krakatoa, une salle de Bordeaux, et Jeff y exposait aussi ses toiles. Il y avait tellement de monde que nous nous sommes ratés ce soir-là.
Puis il m'a rendu visite chez nous, c'est là que nous avons fait connaissance, puis par la suite que nous avons échangé et sympathisé. Lorsque mon album est sorti, j'ai été plus que touchée qu'il me fasse un retour, et c'est à partir de cela que lui et Krys ont pensé à moi pour le featuring sur « L'unique Certitude » je crois... C'est aussi à partir de là que j'ai fait la connaissance de Krys. Deux artistes et personnes en or !

ONE WOMAN METAL BAND AVEC SAB ELVENIA


Vous jouez un type de musique qui semble taillé pour la scène. Qu’avez-vous de prévu à ce niveau ?

J'ai envie de répondre que oui et non. Oui parce que tout est possible quand on s'en donne les moyens. Et non (pour le moment), car TFWOC n'est pas un groupe (encore), mais un duo aujourd'hui. J'ai composé cet album comme j'avais envie de le composer, surtout sans me poser de limites, donc sans forcément le penser pour la scène justement.
A mon sens, cet album nécessite d'être entièrement retravaillé et réarrangé pour la scène, et il faudrait trouver des musiciens. Et l'on sait bien que les bons musiciens dispos, qui aiment ce que tu fais et gratuits, c'est très rare. Donc, je n'exclut rien, mais préfère rester dans l'instant présent, et voir comment les planètes s'alignent (bien droites ou de travers) avant de penser à un projet aussi phagocytaire. C'est une entreprise qui trouvera peut-être un peu plus sa place pendant le processus de composition d'un deuxième album...

Sab, ton top 10 de tes 10 albums préférés de tous les temps, tous genres confondus ?

Oh la vacherie Pierre! :D
Dix, c'est vraiment trop peu. Du coup, ce sera sans certitude et dans le désordre...
1 - Alice In Chains – Dirt
2 - Wardruna – Runaljod Ragnarok
3 - Septic Flesh – Communion
4 - Sybreed – The Pulse Of Awakening
5 - Volkor X – This Means War
6 – Bloodbath – Resurrection Through Carnage
7 – Evergrey – Recreation Day
8 – Iron Maiden – Seventh Son of a Seventh Son
9 - Jeff Buckley – Grace
10 - Celldweller – End of an Empire

Vous sentez vous appartenir à une « scène » en France, ou à l’international ?

Etant donné que mes influences sont étrangères (pour une grande majorité), je me sentirais plus appartenir à une scène à l'international. Je ne souhaite pas parler pour Mobo, mais il me semble qu'il écoute autant de prods françaises qu'étrangères. Entre Meshuggah (quand même le concert où l'on s'est rencontré en 2000), Dodecahedron, Carpenter Brut et Harcide (en vrac), ça me paraît souvent équilibré.




D’où viens le nom du groupe et quelle est sa signification profonde ?

« La Sagesse Fondamentale Du Chaos » vient d'une volonté de faire tomber les masques sociaux avec toutes les attitudes de « positivisme » à la mode et de « bienséance » à tous prix... Masques que l'on arbore pour être acceptés et surtout par peur d'être jugés, mais cela au prix de notre propre santé mentale et physique. On vit dans une société où le « paraître au top » et les phénomènes de réussite sociale affichée (qui ne sont souvent qu'un leurre), sont devenus un véritable culte. Un culte traduisant une politique de l'autruche très dangereuse, dans la mesure où tout le monde veut paraître positif, zen, souriant, bien dans sa peau, car l'on nous vend que la course au bonheur passe par ça, car on a peur du jugement d'autrui aussi... Et l'on veut paraître exemplaire devant les autres avant-même de soigner ses propres blessures, d'écouter ses propres démons sans en avoir peur, faire un travail sur soi tout simplement. Les émotions négatives sont devenues un tabou, et il est très mal vu de les exprimer dans notre société.
TFWOC vient de l'idée que nous avons tous un « chaos intérieur » qui bouillonne, qui demande à sortir, quel que soit notre classe sociale, notre style de vie, notre degré d'évolution, et qu'il est fondamental de laisser sortir, de laisser s'exprimer, quel que soit sa forme, sa force, et son ancienneté... Laisser nos démons (grands et petits) se manifester pour pouvoir les regarder en face, les analyser, les comprendre (d'où ils viennent, pourquoi ils sont là, etc), pour pouvoir les apprivoiser, et ensuite les transcender, leur donner un sens. Il n'y a que lorsqu'on a sorti nos déchets quels qu'ils soient, que l'on peut enfin espérer guérir, que l'on peut méditer en pleine conscience, que l'on peut évoluer, que l'on peut canaliser de nouvelles forces, que l'on peut avancer. Sinon, derrière ces sourires, ces comportements faussés, derrières ces masques de carnaval, la douleur de notre chaos grandit, devient plus forte, et finit par exploser, par se manifester malgré nous, sous une forme ou une autre, mais dans notre vie quotidienne, et de manière résolument destructrice (dépression, troubles de l'anxiété, maladie, psychose, colère, envies de vengeance, burn-out, etc). Tout ça pour expliquer qu'il est sage d'exprimer ses émotions négatives car elles sont tout autant humaines que les émotions positives et font partie de l'être holistique et duel que nous sommes. Les étouffer, c'est leur donner du pouvoir, et leur permettre de nous consumer, de nous contrôler. Les exprimer, c'est les accepter, c'est se libérer, et nous permettre un retour à la sérénité et à un temps d'introspection sain. La catharsis est la clé de notre boite de Pandore en quelque sorte... « Harvest Of Laments » (la phase chaotique et sombre du projet) mets donc « en scène » cette sorte de divinité dualiste cornue, obligeant par quelques « sorts » et invocations mystiques le chaos présent en chacun de nous à s'exprimer (même contre notre volonté), pour pouvoir transcender nos peurs et nos esprits tourmentés. On peut faire un lien étroit entre tout ça et l'honnêteté brutale mais l'action saine de musiques comme le Metal quelque part (ou comme n'importe quelle autre forme d'art).

J’ai décelé des influences « orientales » dans votre musique. Tu en es d’accord ? Et si oui, d’où vous viennent-elles ?

C'est tout à fait possible, car j'avoue que je compose et chante beaucoup à l'intuitif, sans me demander quelle genre d'influence je veux y mettre. Je crois que c'est sans doute pour ça que je n'aime pas les étiquettes. Cela me donne la sensation étouffante de devoir restreindre ce côté intuitif primordial. C'est d'ailleurs le principe d'une influence, c'est une source d'inspiration qui prend une toute nouvelle dimension une fois qu'elle est assimilée, puis digérée et interprétée. Mes influences folkloriques sont assez nombreuses : celtiques, nordiques, Europe de l'Est, mongoles, même amérindiennes et bien sûr orientales puisque j'aime énormément Azam Ali ou encore Orphaned Land dans un tout autre registre. C'est finalement la couleur mystique d'une suite de notes ou d'une ligne de chant qui va guider mes pas.

Question « futur » : vos projets dans les cinq prochaines années (question vache, je sais)

Je n'aime pas tellement dévoiler des projets à l'état de graine avant même que ceux-ci n'aient commencé à exister. Alors pour faire court, j'ai dans l'idée de faire une suite logique à « Harvest Of Laments » qui explorerait la deuxième étape, la deuxième face du projet. Après l'expression du chaos vient la transcendance... J'en resterais ici pour le moment. Rien ne sert de faire plus de plans sur la comète... ;)

Carte Blanche : Sab, que veux-tu dire au lecteur, tu as la liberté et la place que tu veux pour le faire…

Et bien, je souhaiterais en profiter pour dire qu'« Harvest Of Laments » va prochainement renaître sous une forme physique, car on me l'a suffisamment demandé maintenant pour que je puisse enfin envisager de sortir un digipack. Donc le digipack sera normalement en vente courant Mars via Bandcamp.
Merci à toi Pierre pour ta gentillesse ta générosité et ton esprit passionné. Keep rockin' !




LE BANDCAMP DE THE FUNDAMENTAL WISDOM OF CHAOS