VERSION FRANCAISE BLACK METAL IS KRIEG : INTERVIEW AVEC ASH DE NARGAROTH



Ash n'était pas d'humeur quand il a répondu à ça. Eh bien, je ne sais pas s'il est parfois d'humeur ? Eh bien, après tout, c'est une vraie ambiance Black Metal donc... Merci à lui de répondre à toutes ces questions et toutes mes excuses pour en dire trop sur le mot en B... (Burzum !) Je comprends que ça puisse être ennuyeux ! Profitez de cette interview avec l'un des plus grands groupes du genre ! Le Scribe


nargaroth era of threnody black metal


Nargaroth a été créé en 1996, il y a vingt-deux ans. Pouvez-vous dire comment cette bête est venue au monde en Allemagne à l'époque ?

J'étais actif musicalement bien avant la création de NARGAROTH. Je suis tout à fait conscient que beaucoup de gens remettent en question mon passé musical pour des conneries que j'ai écrites en 1998 et 1999 et c'est tout à fait regrettable. Quoi qu'il en soit, j'ai commencé à faire de la musique à la fin des années 80 mais c'était plutôt de la musique classique au cours de l'intention de ma mère de m'enseigner le piano. Quand j'ai hérité d'une  basse et d'une pédale de distorsion ainsi que d'un combo de haut-parleurs d'un vieux bluesman qui a immigré en Allemagne de l'Ouest peu avant la chute du rideau de fer et du mur de Berlin dans les années 80, j'ai commencé mon parcours musical. J'ai fondé OKKULTIS et plus tard EXHUMINENZ au début des années 90 avec des amis locaux. Je décrirais ces projets plutôt comme du Death Metal brut et nous n'y voyions pas de problème car presque tout ce qui était brutal et extrême s'appelait Death Metal à l'époque. Le sous-genre Black Metal s'est formé un peu plus tard en tant que nom de marque. Nous n'étions rien d'autre qu'un groupe de répétitions d'adolescents avec plus d'ambitions et de rêves que des compétences réelles. Nous avons enregistré avec EXHUMINENZ une  démo. Après le suicide de mes amis, j'ai renommé le groupe en NARGAROTH en 1996. Après quelques démos, le premier album Herbstleyd, dont le concept était prêt depuis 1996/97, a été enregistré et sorti en 1998. Beaucoup de gens disent souvent que personne ne me connaissait avant 1998, etc. et cela est partiellement vrai. Jusque-là, j'étais simplement un fan de metal qui allait aux concerts, rencontrait des gens qui avaient les mêmes idées pour aller camper dans des endroits reculés et pour vivre notre admiration pour le BM, qui était assez mystique à l'époque, à notre manière juvénile. Je n'étais donc pas le musicien connu que je suis devenu plus tard, mais j'étais "connu" par d'autres metalheads dans ma région. Je dirais que c'est assez typique.

Votre premier album Herbstleyd est sorti en 1998. Quelle était la signification de ce titre ?

J'avais et j'ai une préférence pour l'automne comme saison et quand mon album était sur le point de sortir, je sentais que nous étions à l'automne du Black Metal tel que je l'aimais. Beaucoup de choses ont changé, le BM s'est partiellement commercialisée, et beaucoup d'entre nous ont eu du mal à l'accepter. Le titre de l'album " Herbstleyd " (Malheur d'automne) devrait l'exprimer.

nargaroth black metal


Vous avez choisi de commencer cet album par une longue intro (plus de 16 minutes) Quel était l'intérêt de ce long morceau atmosphérique ?

L'album a mis beaucoup de temps à voir le jour et son concept s'est donc développé de manière assez approfondie. Comme je l'avais vu comme un livre d'histoire, j'ai pensé que l'introduction était une partie essentielle de l'histoire. Comme les mots d'ouverture d'un long livre, il était sur le point d'entraîner l'auditeur volontaire dans son propre monde.

A l'époque, avec cet album, vous jouiez une version très mélancolique et triste dU BM. Avez-vous été influencé par Burzum ? Et quelles ont été vos influences ?

Je comprends votre point de vue et c'est une hypothèse générique. Mais - si vous ou d'autres me croyez ou non - c'est faux. J'aimais bien BURZUM, oui. Mais je l'aimais plutôt pour ce que BURZUM représentait que pour la musique elle-même, même si c'est une base fondamentale du Black Metal. Jusqu'à aujourd'hui, je vois BURZUM plutôt comme une façon différente d'aborder le monde moderne, une philosophie selon laquelle vous vivez votre vie et non comme un "groupe" ou un projet BM de musicien unique. BURZUM a clairement fait comprendre que le Black Metal était plus qu'un simple genre musical, même si c'est ce qu'il est devenu aujourd'hui. Mais à l'époque, nous apprécions l'idée d'être séparés de "la roue des magazines de métal bling bling" et d'avoir notre propre projet Underground. De la musique avec de l'attitude et des actions - et BURZUM était ce projet idéologique pour moi et beaucoup d'autres. Mais c'est à peu près tout. BURZUM était plutôt une position idéologique qu'un projet musical 100% satisfaisant et inspirant pour moi. Voyez-vous, mon album de BURZUM préféré était et est " Filosofem " ainsi que ses deux albums pour claviers qu'il a sorti après. Cela vous donne une bonne idée de  où j'en suis avec BURZUM et du fait que ma soi-disant " implication " à BURZUM n'est pas aussi profonde ou obéissante que le supposent, le prétendent ou le sous-entendent si souvent de nombreuses personnes qui sont contre NARGAROTH.

En fait : quand mon premier album était sur le point d'être enregistré et de sortir, ma plus grande influence était GRAVELAND et cette passion, je l'ai eue sans arrêt depuis 5 ou 6 ans. Sur mon premier album, j'ai voulu sonner comme l'album " Thousand Swords " de GRAVELAND qui a été mon (un)saint Graal depuis sa sortie. J'avais même le livret de cet album sur moi tous les jours pour lire les paroles encore et encore. Je ne dirais pas que j'ai " réussi " à sonner comme cet album, ce qui est probablement une bonne chose, mais on peut trouver quelques similitudes dans la batterie de la chanson " Karmageddon ". La dernière chanson de mon album est explicitement dédiée à Rob Darken de GRAVELAND et est mentionnée dans le livret : "Dédié au druide noir des ténèbres et guerrier du nouvel éon Rob Darken. "Thousand Swords" m'a aidé à survivre au fil des ans !!!!! ». Vous pouvez vérifier l'authenticité de ma réponse n'importe où. Donc, vous pouvez voir que GRAVELAND a certainement été mon inspiration pour mon dévouement au Black Metal des années 90, et non BURZUM comme tant d'autres le prétendent.

Avec un titre démo comme "fuck off nowadays Black Metal" sorti en 2000, le message est clair ! Etiez-vous vraiment en colère contre les nouveaux groupes ou l'évolution du genre ?

Les deux. Et je le suis toujours. Même si ma position est considérée comme un comportement juvénile, je suis ce que je suis. Je n'aime que l'ancien temps. C'est simplement une préférence. J'aime ce avec quoi j'ai grandi. Ce n'est pas une question de vérité ou "d'être culte". C'est à propos de ce que le Black Metal représentait et représente aujourd'hui. Le Black Metal ne fournit plus ce que je cherchais dans ma vie quand je me sentais attiré par lui. Et surtout, savoir qui écoute maintenant BM m'enlève toute magie. Le Black Metal était à l'époque un art assez exclusif que l'on ne partageait pas avec trop de gens. C'était quelque chose de très important pour moi. Aujourd'hui, des gens de tous les horizons écoutent du Black Metal et apportent leur mentalité new-age dérangée sur la scène. Et je méprise tout ça.

nargaroth black metal

En 2001, vous avez sorti le classique "Black Metal ist Krieg" Étiez-vous au courant que vous sortiez un futur classique du BM  à l'époque ?

Non, je ne l'étais pas. Et ça ne devrait pas être l'album qui définit NARGAROTH.

L'album est beaucoup plus brut et agressif que ce que vous avez fait avant. Etait-ce un album " retour aux sources du mal " ? Encore une fois, étiez-vous dans une forme d'opposition contre " l'évolution " du BM ?

Cet album provocateur et controversé est le résultat de l'état désolant de la scène Black Metal allemande au tournant du millénaire. Le "bon vieux temps" était révolu et beaucoup de groupes autrefois respectés s'étaient dégonflés, avaient traversé un Rubicon commercial et ne valaient plus la peine d'être suivis. Je pense que c'était le moment où la troisième génération du Black Metal a dû se mettre en route et définir ses nouveaux objectifs - et ce n'est jamais facile sans effusion de sang. Comme il est dit dans l'outro de mon premier album : "l'avenir naît toujours dans la douleur". Dans ma mémoire, ces temps ont été marqués par un vide musical et idéologique, par des discussions autour de la soi-disant " Trueness" ainsi que par des guerres mesquines entre groupes. J'ai considéré cet album comme la "bande originale" de cette période du Black Metal allemand et comme une protestation contre cette détérioration, même si je n'étais pas l'élément le plus constructif de l'époque.

J'ai enregistré cet album sur une longue période en République Tchèque et dans un ancien BND/FIS Bunker extrêmement froid en Allemagne et je l'ai terminé le 30 décembre 2000. Pendant longtemps, les gens ont mal interprété le concept de cet album et étaient plus intéressés à discuter ou à bavarder sur des contenus politiques éventuels ou non existants ou sur des similitudes mélodiques avec d'autres chansons. Et même si j'aurais aimé écrire certaines des notes explicatives de chaque chanson d'une manière moins provocante et adolescente, ce qui a le plus souffert de ce comportement de la scène allemande de l'époque, c'est la seule chose qui aurait toujours dû compter : la musique et l'art. En fin de compte, cet album a son héritage et est devenu pour beaucoup le premier contact avec le Black Metal et - avec quelques autres très rares exemples - un exemple mondialement connu pour le son du style Black Metal allemand.

nargaroth black metal ist krieg

Si je te dis Post-Black Metal, qu'est-ce que tu me réponds ? (ne me frappe pas trop fort, s'il te plaît !)

Je ne veux pas perdre mon temps avec cette ordure dégénérée qui n'est qu'une violation du Black Metal.

Votre Black Metal haineux et  Allemand a fait un certain effet, ne pensez-vous pas ? Quand vous avez chanté " When Burzum Killed Mayhem ", il vous a semblé que, pour vous, comme pour beaucoup d'autres, l'acte commis par Varg contre Euronymous était comme la fin de l'âge d'or du BM. Quelle est votre position 25 ans après les faits ? Cet album est un hommage à cette époque, était-ce comme une nécessité pour vous ?

Cette chanson traite d'un des événements les plus tragiques de l'histoire du Black Metal. Elle était censée être un souvenir des  événements tragiques qui se sont produits lors du meurtre d'Øystein Aarseth, mais la scène de 2001 l'a intérprété comme un outil pour diviser la scène - tout comme l'événement original l'avait fait une fois en 1993. Même les gars de MAYHEM l'ont mal interprété, comme j'ai dû l'apprendre. Cette chanson n'a jamais été un hommage à Vikernes ni une glorification du meurtre, bien que tout le monde en ces jours de 1993 doive admettre qu'elle a eu un impact énorme et a été une sorte de déclaration, que le Black Metal était plus qu'un simple genre Metal. Personnellement, j'ai plutôt vu cette chanson comme un conte à raconter, qui décrivait les différents événements de cette tragédie et ses conséquences sur la scène. Mais peut-être que la nature de ce sujet était destinée à diviser. Pour beaucoup de fans de Black Metal de nos jours, cet événement n'est rien de plus qu'un événement lointain, lointain dans l'histoire du Black Metal qui s'estompe et souvent nié. Mais pour certains aînés, c'est quelque chose qui a changé et même redéfini la perception d'un art.

Votre album Geliebte des regens (pour " maîtresse de la pluie ") en 2003 est très différent de Black Metal ist Krieg (c'est logique, car BM ist krieg semblait être un hommage et donc un coup unique). Vous revenez ici dans des ambiances profondément mélancoliques avec des paysages " burzumesques ". Les titres sont aussi beaucoup plus longs. Pouvez-vous nous en dire plus sur cet album spécial ?

En juin 2001, j'ai enregistré les instruments, la musique reflétait parfaitement mon état émotionnel jusqu'alors. Malheureusement, j'ai dû attendre 2 ans avant de donner une voix aux chansons sous forme de chant. Mes sentiments étaient différents de ceux de 2001. J'ai dû faire le lien entre le passé (musique 2001) et le présent (paroles et voix 2003). Ma relation avec ce disque était donc plus ambivalente qu'avec tout autre de mes disques. Mais en fait, en plus de quelques échecs de mixage, je vois cet album comme un monument fort de sentiments. Bien sûr, les mélodies ont été reprises à maintes reprises dans les chansons. Pour que ça devienne ennuyeux pour un gars qui veut juste écouter de la musique. Mais pour cela je n'ai pas créé cet album ! Je l'ai fait pour les heures de réflexion, pour les moments de nostalgie des visions.

J'ai fait l'expérience que lorsque j'écoute de la musique qui me fait réfléchir ou rêvasser, au moment où je commence à entrer dans des sphères plus profondes de mon esprit ou que je m'approche d'une solution, la musique se transforme en mélodies qui perturbent mon processus de pensée ou, ce qui est pire encore, est terminée. Ce dont j'ai besoin, c'est que les mélodies qui m'aident à conquérir mon esprit à des îles de solutions ne changent pas pendant mon voyage mental ou pendant que je cherche une réponse. Cette monotonie qui me fait entrer en transe doit continuer aussi longtemps que j'en ai besoin. C'est pour ça que j'ai joué des mélodies si souvent. Cet album n'est, comme beaucoup d'autres, pas pour un bruit de fond pendant que vous nettoyez votre appartement ou faites la fête. J'imagine que ça pourrait détruire l'ambiance de la fête.

nargaroth black metal

Certains disaient à l'époque que vous jouiez du " Depressive Black Metal ". Qu'en pensez-vous ?

C'est probablement vrai. J'étais assez mélancolique à cette époque.

Ce que j'apprécie vraiment chez Nargaroth (avec la qualité de vos albums, bien sûr), c'est que vous êtes un groupe vraiment imprévisible. Après l'acte dépressif de Geliebte des regens, vous avez sorti Prosatanica Shooting Angels. Il a d'abord été conçu pour un projet parallèle appelé Prosatanica. Cet album est pour la première fois rempli de paroles sataniques. Pourquoi avez-vous finalement choisi de le publier sous le nom de Nargaroth ?

J'ai eu beaucoup de mal à réaliser un projet parallèle, parce que je pensais - et je pense toujours - qu'il y avait trop de groupes et que trop de musiciens faisaient trop de projets parallèles. C'est ma position personnelle, que quoi que je fasse, c'est indéniablement moi, quel que soit le nom qu'il porte. Il n'a pas semblé nécessaire de sortir les chansons en tant que projet parallèle car les sorties de NARGAROTH sont de toute façon très diverses. Il n'y a donc aucune raison d'exclure un album pour la seule raison qu'il était différent dans son style et son message. Et d'ailleurs, pour moi, cet album avait un message plutôt anti-islamique ce que je pensais être reflété par le premier couplet de la première chanson. La figure de Satan est tout à fait universelle et n'est pas seulement liée au christianisme. Mais ce n'est qu'un petit mot.

Tu as dit que les fans étaient divisés avec celui-là. Est-ce à cause des paroles ? Plus on va droit au but, plus on va droit au but, plus on fait de BM ? Quelque chose d'autre ?

Tout le monde n'était pas prêt pour le son de l'album, je suppose. C'est comme pour chaque album de NARGAROTH. Il a ses amants et ses ennemis. Dans les deux cas, ça me va.

 Sur toute la longueur de votre Semper Fidelis, vous vous tournez vers un one man band. Quelle en était la raison ?

J'ai fait enregistrer toutes les chansons en même temps que l'album Mistress of the Rain. Ils attendaient juste d'être finis et c'est ce que j'ai fait en réalisant le coffret non conventionnel Semper Fidelis.

Vous avez utilisé des titres des sessions de Black Metal ist Krieg en 2001, n'est-ce pas ? La reprise est old school comme BM ist krieg, était-ce une suite à cette dernière ?

C'était plutôt un album qui a commencé à ressembler au Black Metal que j'écoute habituellement. J'étais frustré de la scène BM et de l'orientation de BM. C'était donc une sorte de coup de fouet par frustration.

Sur Jahreszeiten (saisons) en 2009, on revient à des chansons au format long (plus de 9 ou 10 minutes). Les titres ici sont des illustrations pour chaque saison. Il y a un vrai sentiment vivaldien sur " Frühling " (printemps) qui est presque joyeux. C'est un concept unique et encore une fois une sortie géniale et originale. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur celui-ci ?

Cet album n'est pas un album de Black Metal satanique ou typique et ne peut donc pas être considéré avec les mêmes critères. C'est la tentative de refléter, musicalement et dans les paroles, les caractéristiques des quatre saisons ainsi que les sensations de l'amour (état d'esprit de la maladie mentale) dans une notion classique et ses changements. Dans le livret de l'album, j'ai exprimé cela en écrivant que "les particularités émotionnelles et les représentations mentales dont[se reflètent] dans la progression musicale-mélodique des chansons individuelles". Le début mélodique de chacune des pièces est donc destiné à représenter les caractéristiques de la saison respective, mais aussi l'état émotionnel momentané de l'amour, qui a parfois été atteint par des lignes mélodiques Black Metal-unorthodoxes, afin de rendre justice à l'effort de capturer l'instant émotionnel. Pour illustrer cette dynamique complexe, mes textes contiennent des éléments classiques, qui devraient être familiers à tous ceux qui ont déjà traité des classiques et de la littérature. Dans la partie musicale de l'album, j'aborde les changements saisonniers comme en témoignent les saisons de l'année, dont les particularités émotionnelles et les représentations mentales se reflètent dans la progression musicale-mélodique des chansons individuelles. Quant aux textes, ils traitent de la dynamique des relations humaines dyadiques, qui influencent essentiellement - pour ne pas dire directement - les destins mondains, les tragédies uniques mais aussi les destinées des empires du monde entier. J'ose dire que je serais surpris si l'un ou l'autre auditeur volontaire ne se retrouvait pas dans l'un des poèmes de cet album. Et j'exprime mes regrets pour cette créature qui ne peut pas - ou essaie de le répudier !

Le printemps comme saison est le retour de la vie. Tous ceux qui ont grandi sur des terres agricoles pourraient très bien le comprendre. J'ai grandi dans une vieille ferme en Allemagne de l'Est. Pas d'eau chaude courante, four dans 2 pièces, maison ancienne en pierres des champs et les hivers typiques de l'Est dans les années 70 du siècle dernier, enneigés et gelés. Les alouettes chantant, introduisant l'arrivée du printemps, ont été profondément applaudies du fond du cœur. Même les animaux de la ferme semblaient sentir le retour de la vie et la grange qui était si silencieuse et sombre pendant les longs mois d'hiver devint louangeuse et occupée.

En ce qui concerne Love, ma chanson printemps représente les premiers mois après être tombé amoureux. Il n'y a pas de temps dans les relations qui sont si pleines de pensées et de comportements stupides. Chaque jour semble lumineux et tous les problèmes du passé sont supportables. Autrefois, c'était la ruée quotidienne vers la boîte aux lettres si une lettre arrivait. De nos jours, c'est le regard constant dans le téléphone portable si un sms arrivait. Des liens stupides, presque magiques, se créent avec les autres êtres chers qui semblent étranges pour une personne exceptionnelle. C'est le moment le plus léger d'un amour qui vient de grandir.

Comme on pouvait s'y attendre, la mélodie initiale de "Spring" a suscité les plus vives controverses, car c'est un premier coup de poing dans la figure de tous ces Neo-BM-Kids, qui n'ont jamais connu le vieil esprit du Black Metal et qui le violent avec leurs courtes idéologies d'adolescents ! Quoi qu'il en soit, mes arrière-grands-parents à racines allemandes du côté de mon père étaient agriculteurs en Bessarabie, où ils ont émigré aux 18e et 19e siècles. Tous ceux qui peuvent imaginer le rude hiver dans les branches méridionales des Carpates ou qui, comme moi, ont grandi dans la campagne rurale, peuvent certainement mesurer les attentes de ces gens à l'égard du printemps, qui, en tant qu'envoyés de la vie nouvelle après des semaines et des mois glaciales et orageux, a été accueilli par des danses et des chansons lors des fêtes de printemps. Pour honorer mes ancêtres et mes racines bessarabes, j'ai utilisé une mélodie folklorique bessarabe pour l'introduction de la chanson "Spring". En considération du sujet mentionné plus haut des chansons : tous ceux qui ont jamais été fraîchement amoureux devraient savoir à quel point on peut se comporter dans ce premier stade de l'amour, comme le dit bien la langue anglaise, ou au sens le plus éloigné, presque pathologiquement, de façon "stupide". Ou comme il peut être libérateur de retomber amoureux après de longues périodes biographiques de désolation et de découragement (hiver), et soudain tout semble possible, comme si la vie était revenue en soi-même. C'est exactement ce que reflète la mélodie d'introduction ! Je comprends que cette mélodie folklorique bessarabienne est considérée comme du Black Metal peu orthodoxe, mais je ne comprends pas, en ce qui concerne le sujet de cet album, l'incompréhension qui l'entoure. Mais quand certains s'amusent à s'en réjouir, se remémorent la "musique de la tente à bière" ou d'autres sons infantiles similaires, l'effet énergique de cette mélodie se révèle, car eux aussi s'approchent de l'intention d'un sentiment joyeux.

L'été est l'heure de la nature. Quand on se promène dans la forêt, c'est un concert géant de tous les sons des plantes et des animaux. Le jeune animal fait ses premiers pas dans son nouveau monde et l'amertume de l'hiver est depuis longtemps oubliée.

Sur le plan émotionnel, c'est le grand midi des relations. Assermentés d'aimer, les deux amants habitent dans leur propre monde de l'imagination qu'ils ont l'un pour l'autre. Les bonnes paires sont capables d'y rester, même lorsque les vieilles images d'un partenaire (parfait) se transforment en une personne plus réaliste, mais toujours adorable. Les paires plus faibles peuvent se briser à ce niveau très rapidement. Quand ils cherchent encore l'idéal d'un partenaire ou d'une relation au lieu de tenir compte de la réalité et de la beauté de cette réalité. Mais c'est quand même le temps de la chaleur et du sentiment de "rentrer à la maison" après une longue odyssée dans la vie.

En automne, la nature prend une grande inspiration. La mélancolie dort dans les bois et les premiers orages sombres secouent le silence. Les araignées créent des chefs-d'œuvre d'art entre de vieux arbres et les champs fournissent les fruits que nous avons cultivés. C'est le moment de la récolte - et certains obtiennent en effet ce qu'ils ont semé.

En ce qui concerne l'automne de l'amour, nous obtenons aussi ce que nous avons semé. Les cicatrices des vieux mensonges sont trop profondes pour guérir. Les baisers volés sont trop amers pour être oubliés ; et les nouveaux baisers ne transpirent pas assez pour effacer l'amertume du cœur. Certains couples font encore des projets, dans l'espoir de "sauver" la relation. Certains veulent qu'un enfant colle ce qui est déjà épineux et ne voient donc pas encore que "leurs rêves meurent déjà dans le vent". 80% de toutes les relations dans le monde entier "demeurent" dans cet état - je suppose.

L'hiver, c'est la sérénité, si elle existe. Il couvre la terre qui a besoin de dormir maintenant, après avoir donné la vie pendant tant de mois. C'est dur de vivre maintenant. Pour les hommes et les animaux de la ferme dans la forêt. La faim erre dans les collines. Le vent glacial mord dans la peau jusqu'à ce qu'il se brise et force la vie à s'arrêter. Et dans les clapiers enfumés, les gens racontent des histoires de l'été dernier.

Vers l'amour et les relations marquent le temps de la haine, de la colère, des reproches et des accusations. Souvent, après une nouvelle séparation, les partenaires ne sont pas (encore) en mesure de voir leur propre rôle dans la relation rompue. Surtout l'autre est accusé pour. C'est le temps des mauvaises paroles et des mauvaises pensées de l'autre autrefois aimé. Et c'est l'heure de la justification de ses propres mauvais sentiments. Mais soudain, sans prévenir, dans les heures silencieuses de la nuit, quand la colère dort dans un coin de bois sous un tapis lourd, nous ressentons quelque chose que nous pourrions appeler de la peine. La tristesse pour ce qu'on a perdu, ce qu'on a eu. Pitié pour ce qu'on a dit, les choses que nous avons faites - et plus encore, les choses que nous n'avons pas dites et faites. Ce moment se reflète dans la partie finale plus lente de la chanson "Winter"..."..... car de temps en temps et de temps en temps le souvenir en est douloureux...".

Etre un homme, c'est faire la guerre au quotidien avec ses idéaux dans le contexte des exigences de la réalité. Je dédie donc cet album à deux personnes qui m'ont accompagné sur ce chemin difficile de la mort et du devenir, et dont j'ai été le disciple. Je considère, sur la base de mes propres expériences, que c'est insuffisant et impossible de forger un tel chemin par soi-même. En tant qu'homme, mon chemin consiste en une expérience de soi constante, une remise en question et une analyse permanentes, la querelle perpétuelle avec moi-même et le désespoir à propos de mon ancien mode de vie. Mais c'est aussi le courage de laisser la place à ces inconduites pour réorienter chaque jour le chemin qui m'attend, comme le décrit Goethe dans Seelige Sehnsucht (L'aspiration bénie). Un homme qui ne connaît pas cette lutte intérieure, ou pire, qui ne s'y intéresse pas, n'est pour moi ni pertinent ni digne d'honneur.

Spectral Visions of Mental Warfare en 2011 est, encore une fois, un autre type de disque. Vous parlez beaucoup de luttes mentales entre la dépression et la folie. C'est une sorte de dossier thérapeutique ?

Je suis psychanalyste psychanalytique. L'album reflète mon métier et mon état d'esprit. Lors de l'enregistrement de l'album "Jahreszeiten" (Saisons), j'ai emprunté un synthétiseur pour travailler sur les sphères au début de la chanson "Herbst" (automne). J'avais maintenant ce synthétiseur et, comme toujours, cela a distrait mon attention de finir l'album "Jahreszeiten" et j'ai commencé à explorer les possibilités du synthétiseur. J'ai vite compris comment ce synthétiseur spécifique fonctionnait et j'ai commencé à composer des chansons sur ce synthétiseur en peu de temps, qui sont finalement devenues les chansons principales de l'album que vous avez mentionné.

J'ai toujours eu un faible pour les sons atmosphériques synthétiques. Depuis le début de ma vie, j'aime les œuvres expérimentales des années 70 dans ce genre musical. J'ai grandi en Allemagne de l'Est, un pays socialiste avec de nombreuses frontières et frontières. Je n'avais que mes livres et ma musique pour "m'échapper" et voyager loin dans mes fantasmes. J'habitais à l'est du rideau de fer. Les voyages réels étaient un privilège et se limitaient aux personnes politiques, de sorte que les autres pays étaient tout simplement hors de portée. Ils auraient pu être sur une autre planète, pour ainsi dire, injoignable. Pourtant, j'ai toujours ressenti le désir d'errer et j'étais très intéressé par l'espace, ce qui se passait dans les années 70 à cause de l'état des connaissances de l'époque, un autre mystère. Mes parents collectionnaient les Vinyls et certains albums étaient de nature électronique. Des chansons comme "Oxygen 4" de Jean-Michel Jarre ont également été très populaires dans mon pays. Un groupe de mon pays natal que j'écoute encore de temps en temps s'appelait Stern Combo Meißen. Leur interprétation de la composition de Vivaldi "Frühling" (Printemps) sur leurs Synthétiseurs contient des éléments qui m'ont vraiment emmené loin dans mes rêves éveillés quand j'étais très jeune et j'ai même recréé ces éléments pour certaines chansons de l'album "Spectral Visions of Mental Warfare". Jusqu'à aujourd'hui, chaque fois que j'entends une caractéristique sonore appelée'balayeuse' ou des sons similaires, cela me ramène à mes premières années et à mes rêves de glisse dans l'espace. Quand j'ai décidé de devenir sans-abri en 2014 et que j'ai commencé à errer autour du monde, pendant mes heures les plus sombres, j'écoutais constamment un projet de démonstration clavier/synthèse appelé EINKEHR. Son travail (je crois que c'est un projet d'un seul homme) m'a souvent aidé à passer la nuit et à faire face à ce qui m'est arrivé. Il me vient à l'esprit que je n'ai jamais mentionné ce rôle important de cette version de démonstration dans cette période difficile.

L'album "Spectral Visions of Mental Warfare" traite des durs et parfois sanglants combats émotionnels, des luttes faustiennes et de l'antagonisme mental des luttes contradictoires de la nature humaine au carrefour de la folie, quand, comme le cancer rouillé, la vision des cercles éternels de l'échec répété à atteindre de meilleurs sorts, que nous pensions devoir poursuivre dans les moments difficiles, ronge les labyrinthes de notre âme. Les chansons traitent des tentatives désespérées de se rapprocher de ses propres vérités et contradictions et des méandres mentaux qui voilent la quête autoréflexive des causes de notre genèse. Celles-ci prennent la forme de réflexions perpétuelles, d'une résignation épuisante, d'une dépression et d'actes d'automutilation, et leur rire dédaigneux se faufile dans nos rêves, même dans les temps tranquilles, et comme d'anciens fantômes, elles nous hantent dans les labyrinthes de notre âme, où certaines personnes sont toujours disparues. J'ai créé les morceaux du synthétiseur en fidélité aux idéaux et aux valeurs du Black Metal ainsi qu'en honorant ses traditions, auxquelles je me sens engagé depuis mes débuts ! Tous les morceaux du synthétiseur étaient traditionnellement joués à la main et non, comme c'est courant de nos jours, générés par des logiciels informatiques, qui créent tous ces mondes sonores sans âme aujourd'hui.
Les sphères sonores synthétiques comme celles de cet album ont été dès ses débuts des éléments de Black Metal au service du sacré et du transcendant. En tant qu'antipodes des guitares orientées vers le monde, ils complètent - non seulement dans le sens spirituel et mystique d'une réalité absolue - le son qui rend le Black Metal unique parmi les genres musicaux.

Les structures ambiantes me rappellent à nouveau Burzum. Etais-tu ici pour retourner à tes racines musicales ?

Et c'est reparti pour la comparaison sans fin de BURZUM. En ce qui concerne le Black Metal, je pense que je n'ai pas vraiment besoin de m'étirer, que le clavier fonctionne au début du Black Metal, que l'on trouve dans presque 80% des démos et des sorties dans les années 90, m'a vraiment tapé dans les nerfs. Les éléments ambiants sphériques faisaient partie du Black Metal depuis le début. Et je ne parle pas seulement de BURZUM. Entre 1993 et 1997, il y avait eu des intros ou des chansons atmosphériques géniales sur presque toutes les démos de la période. Et j'ai toujours aimé ça ! Depuis le début, nous avons l'influence d'atmosphères sphériques, comme les chansons ambient de BURZUM, MORTIIS, old SETHERIAL ou sur le premier album d'IMPALED NAZARENE et beaucoup d'autres groupes. Je voulais honorer ces groupes avec cet album dont vous avez parlé. Même dans NARGAROTH, j'ai toujours créé des morceaux pour clavier depuis les premières démos. Ces sphères créent le côté plutôt magique de l'art, tandis que les guitares reflètent les périodes brutales ou tristes/de balayage. J'ai composé beaucoup plus de chansons ambient dans le passé et en ce moment... Comme on le sait déjà, je ne sors pas nécessairement toutes les chansons ou compositions que j'ai enregistrées. J'ai fait des chansons au clavier avant et après "Spectral Visions of Mental Warfare" et je n'ai jamais eu l'intention de les sortir. Certaines des compositions que j'ai créées pendant le processus d'écriture de "Spectral Visions of Mental Warfare" sont sorties en bonus sur la version vinyle de l'album. J'ai donc écrit et composé d'autres chansons à l'époque de l'existence de NARGAROTH, y compris des chansons électroniques ou pour clavier, mais je ne les publierai jamais ni ne les partagerai. D'un côté, je ne peux les garder que pour moi et de l'autre, je me suis lassé des comparaisons constantes avec BURZUM et des accusations de plagiat.

Rasluka I & II est une dédicace à un de vos amis décédé. Ash/Kanwulf, vous êtes le seul membre permanent de Nargaroth depuis 1996, pouvez-vous nous dire si Rasluka était une sorte de mélange entre deux époques de Nargaroth (la " brute " et la " mélancolique " si je peux le dire ainsi) ?


Les oeuvres de Rasluka sont probablement mes meilleurs albums. Ils ressemblent à ce que j'admire quand il s'agit de Black Metal. Les lignes mélodiques et les poèmes en langue allemande complètent bien les deux albums. Je pense que la série Rasluka a donné un aperçu de l'avenir de NARGAROTH. Loin des émotions les plus haineuses vers le côté plutôt humain en nous et les luttes quotidiennes avec nous-mêmes et le monde auquel nous essayons de nous adapter.


Era of Threnody, sorti en 2017, est fait d'une BM vraiment mélodique. Il a des voix et des guitares propres, ce qui est très nouveau. Êtes-vous d'accord s'il vous dit que c'est comme un album d'Avant-Garde BM ?


P*** non. Je ne suis pas avant-gardiste. J'ai déjà entendu ça avec mon album "Jahreszeiten". Je ne suis pas d'accord. Voyez-vous, les albums que j'ai faits sonnent exactement comme ils devaient sonner pour s'exprimer et pour m'aider à faire face à l'histoire qui a finalement mené à la composition d'un album. Et c'est le but de la plupart de mes albums : une occasion de communiquer avec mon moi intérieur et de donner du son et de la parole aux choses qui sont difficiles à exprimer. Et c'est le cas de nombreux événements difficiles de la vie. En 2014, j'ai décidé de devenir sans-abri et j'ai commencé à errer sur la terre, parce que j'ai perdu toute concentration et toute volonté. Ça a l'air extra-dramatique, mais c'est exactement ce qui s'est passé. J'ai vendu tous mes biens et j'ai commencé à marcher. J'ai vécu et travaillé dans de nombreux pays. J'ai travaillé comme sauveteur, cow-boy, garde forestier et beaucoup d'autres professions. C'est au Mexique et au Canada que j'ai le plus apprécié mon séjour. Dans les deux pays, la majorité du concept d'albums a été développée. L'album en question m'a permis d'exprimer la lutte la plus difficile que j'ai eu à surmonter dans ma vie jusqu'à présent. Je suis donc reconnaissant et satisfait. Est-ce que l'album sonne comme quelque chose que j'écouterais en privé aussi ? Non. Et c'est le cas de la plupart de mes albums. Non pas parce que j'ai merdé ou que je ne l'ai pas fait, mais parce que les sentiments qui sont à la base de l'album et la cause de sa création m'ont poussé à faire l'album tel qu'il sonne au bout du compte. C'est le grand défi en tant que musicien et ce que tant de groupes de Black Metal d'aujourd'hui ne maîtrisent pas : ne pas copier un groupe ou un musicien que l'on aime, se retirer et ne pas laisser sa vanité dicter son processus de création. Comme la base de la plupart de mes albums sont des événements de la vie réelle qui m'ont fait trébucher, blesser ou briser ma vie, les émotions qui m'accompagnent dictent plus ou moins la composition, les éléments que j'utilise, le son et les paroles. Jusqu'au dernier jour du mastering d'un album, je ne sais pas si j'aime personnellement ce que j'ai créé. Ce n'est qu'à la toute fin, quand j'aurai enfin l'album en main et après un certain temps écoulé depuis le travail en studio, que je pourrai dire si j'aime l'album ou pas. Et souvent je suis plutôt satisfait du résultat final (quand il reflète les événements de la vie réelle et ma façon d'y faire face), mais ça ne ressemble pas à ce que j'écoute habituellement quand il s'agit de Black Metal. Presque aucun de mes albums ne le font. C'est malheureux, mais je suis prêt à l'accepter. Je suis plutôt authentique dans ce que je fais, même si, au début, je me moque de moi au lieu de créer une vanité vide, simplement pour plaire à la grande majorité ou, pour employer des mots courants, pour être cool. C'est pourquoi je répète : l'album m'a permis d'exprimer le combat le plus difficile que j'ai eu à surmonter dans ma vie jusqu'à présent. Je suis donc reconnaissant et satisfait. Est-ce que l'album sonne comme quelque chose que j'écouterais en privé aussi ? Non et c'est pas des conneries d'avant-garde.

Que pensez-vous de l'Avant-Garde BM en fait ?

Encore une fois, je ne perds pas de temps avec une approche aussi libérale et dégénérée quand il s'agit de Black Metal.

Avec votre incroyable carrière, vous avez joué presque toutes sortes de BM. Que pensez-vous de genres aussi " nouveaux " que Post-Black ou Blackgaze ?

Je suis un mâle allemand, blanc, cisgenre avec des valeurs plutôt vieilles et très conservatrices et je ne suis pas désolé pour cela. Je pense que cela montre très clairement quelle est ma position à l'égard de telles aberrations dérangées et honteuses de l'esprit libéral. Comme dans le dernier film de LoCh, c'est de la foutaise.

Quelle est la prochaine étape pour Nargaroth ? Les prochains plans ?

J'ai des projets, mais je suis assez limité dans mes capacités à donner vie à mes idées, alors je m'abstiens plutôt que de  raconter mes projets et de ne pas les réaliser.

Pouvez-vous nous énumérer vos 20 disques préférés, dans tous les genres ?

GRAVELAND "In the Glare of Burning Churches"

GRAVELAND "Mille épées"

GRAVELAND "Drunementon"

IMPALED NAZARENE "Tol Cormpt Norz Norz Norz Norz Norz"

GORGOROTH "Pentagramme"

GARLOGHE "La première possession"

BURZUM "Filosofem"

OBITAIRE "Lentement nous pourrissons"

LORD FOUL "Killing Raping Raping Burning"

DE VERMIS MYSTERIIS/AZHUBHAM HAANI "Split Demo " (en anglais)

AZHUBHAM HAANI " Le mal total " AZHUBHAM HAANI

VELES " Le triomphe des croyances païennes " VELES

AUTOPSIE " Severed Survival " (Survie coupée)

EINKEHR " Auto-titulé " EINKEHR

STABAT MATER " Au-dessus de lui 1 & 2 "

FROSTMOON " Tordenkrig " " FROSTMOON

LORD WIND " Chants Oubliés " " LORD WIND

SARCOFAGO " Pourriture " " Pourriture

AVERTISSEMENT " Regarder de loin ".

SRCFA " Strid " (SRCFA)

ANDRAS " Das Schwert unsererer Ahnen " (Les hommes et les femmes d'aujourd'hui)

MOONBLOOD " Blut und Krieg " " Blut und Krieg

ÉTÉ " Minas Morgul " Minas Morgul

MYSTÈRES " Dans l'obscurité et la sodomie ".

KATHARSIS " Tours de guet des ténèbres " KATHARSIS

CELTICMOON " Mon Illusion d'un hiver éternel ".

Beaucoup d'autres à nommer, mais ce n'est qu'une petite liste


Liberté d'expression : dites-nous ce que vous voulez

Je ne suis pas d'humeur pour ça aujourd'hui.



NARGAROTH ON FACEBOOK 


NARGAROTH ON BANDCAMP



THE ENGLISH VERSION






Posts les plus consultés de ce blog

INTERVIEW AVEC FAMINE DE KPN DEPUIS KIEV

Du Porno, du Grind et de la déconne ? Interview de GRONIBARD !!!

Dark Dandy : Une interview avec Rose Hreidmarr (ANOREXIA NERVOSA/BAISE MA HACHE)

Posts les plus consultés de ce blog

INTERVIEW AVEC FAMINE DE KPN DEPUIS KIEV

Du Porno, du Grind et de la déconne ? Interview de GRONIBARD !!!

Dark Dandy : Une interview avec Rose Hreidmarr (ANOREXIA NERVOSA/BAISE MA HACHE)

INTERVIEW AVEC VINDSVAL (BLUT AUS NORD, YERUSELEM)

Interview with Extreme Noise Terror, kings of Crust / Interview avec Extreme Noise Terror, rois du Crust !

Black Metal ist Krieg : NARGAROTH on interview ! (ENGLISH WITH LINK TO FRENCH VERSION)

FRENCH METAL : Interview d'Arno Strobl (Freitot, Carnival in Coal, We All die Laughing, 6:33)

RAW BLACK METAL BAND FROM BRAZIL : INTERVIEW WITH ECHOES (IN ENGLISH)