L'appel de la forêt sombre : Croc Noir en interview (Black Metal français)


INTERVIEW AVEC CROC NOIR

La jeune génération nous révèle son rapport au Black Metal. Après les performances riches de promesses de Nature Morte ou Furfur, c'est au tour de Croc Noir, excellent groupe de Black Metal de France, de venir nous exprimer sa vision des choses, Maraud (batterie) et Cloporte (accordéon) se sont prêtés au jeu de l'interview avec Le Scribe...

croc noir mort black metal france



Bonjour Croc Noir, et merci de répondre à ces questions. Commençons par le début : le groupe fut formé en l'an de crasse 2016. Pouvez vous nous narrer la naissance du groupe, et les objectifs qui étaient les vôtres à ce moment-là ?

Maraud : Hello ! Tout d'abord merci à toi de nous recevoir dans tes pages, je vais essayer d'être le plus précis possible. Pour te narrer l'histoire du groupe je suis pas le mieux placé étant le dernier arrivé au sein de la bande, mais j'ai entendu mainte fois sa genèse depuis et je vais faire un petit effort haha. Croc Noir est né en 2016 au défunt (Et tant mieux au vu de la malhonnêteté de ses organisateurs) Ragnard Rock Fest de la rencontre entre Geist et Morgue, présentés tout deux par le cousin de ce dernier. Je me rappelle plus très bien mais il me semble que c'est après avoir pris une mandale devant Monarque que nos deux comparses (Après quelques litres de boisson gazeuse houblonnée) ont décidé de se lancer dans l'aventure Croc Noir. Ce qui devait à la base rester un petit délire musical sans réels objectifs s'est rapidement transformé en un groupe « sérieux » après la rencontre avec François de Corde Raide Productions qui a en quelques sorte « lancé » la machine sur la scène BM. Par la suite je pense que pour nous tous Croc Noir est devenu un véritable exutoire, un moyen de condenser nos émotions pour les recracher en musique, ce qui, au final est le but premier (Pour moi) de la musique, et je suis bien content qu'il en soit ainsi. Pour la petite anecdote sympathique, Croc Noir devait à la base se nommer « Croix Noir », mais suite à une sombre histoire de communication, le destin en a décidé autrement haha.


Vous avez tous joué ou jouez encore dans d'autres formations (Hag, Algide, Sacred Hate, Supertzar ou Both Alone) Peux tu nous en dire un mot ?

Maraud : Hag n'ayant pas encore été rendu public au moment où nous répondons à ton interview, je n'en dirai pas plus, il faudra patienter un petit peu. Pour ce qui est d'Algide et Both Alone, je vais laisser Cloporte t'en parler vu qu'il est le principal concerné, et pour ce qui est de Sacred Hate, il s'agit de l'ancien groupe de death metal/ hardcore de Morgue, dans lequel il officiait en tant que second guitariste live, ayant été recruté après la sortie du deuxième EP. Supertzar est mon groupe de doom qu'on a formé avec deux amis en octobre/ novembre 2017, on évolue dans un style bien autre que celui du black metal, mais l'émotion à transmettre en musique est je pense, tout aussi présente. C'est une musique qui s'adresse à toute personne ayant des affinités avec les œuvres de Black Sabbath, Sleep, Electric Wizard ou encore Monolord, pour citer les plus connus. On a pour le moment sorti un EP (Nommé « First Daze Ear ») en août dernier et on a récemment terminé d'enregistrer le second qui devrait arriver dans les prochains mois, en autoproduction totale.
Pour tes lecteurs que ça intéresserait nous possédons une page Facebook et un compte Bandcamp qu'ils pourront retrouver facilement.

Cloporte : Pour ma part, j’ai fondé Algide avec Shad en 2011 dans l’objectif de jouer du Black Metal. Lui à la guitare et moi à la basse, nous avons composé une petite douzaine de titres dont les quatre premiers sont sortis sur l’EP intitulé « Mortifère », en 2013. Le groupe a splitté en 2014 et le reste des compos est resté dans un tiroir. Elles referont peut-être surface un jour, qui sait ?... En parallèle, courant 2013 j’ai intégré Both Alone en tant que bassiste également, mais cette fois dans un registre de covers Rock. J’y joue encore aujourd’hui. Ça m’a permis d’évoluer musicalement : un groupe pour la composition et un autre pour la reprise, les deux sont formateurs.

Maraud Croc Noir black metal france



Votre premier EP, le bien-nommé Froid est paru en Novembre 2016. Il déploie 6 titres (et une outro) d'un Black Metal glacial et mortifère, s'inscrivant dans une certaine tradition « nordique » tout en ayant déjà sa personnalité propre. Peux tu nous en dire plus sur la réalisation de cet EP et le regard que vous portez dessus aujourd'hui ?

Cloporte : De ce que j’en sais, l’écriture de Froid a été véritablement spontanée entre Morgue et Geist, et ça se ressent à l’écoute d’ailleurs. Les compos sont glaciales en effet, mais elles sont sincères et directes, il n’y a rien de superflu, cet EP est vraiment efficace. J’ai découvert Croc Noir avec cet EP. Ça faisait un bon moment que je n’avais rien entendu de nouveau dans le Black Metal français. C’est le titre « Nature » en particuliers qui m’a interpellé, j’ai littéralement été scotché par les riffs !


Nuit, deuxième EP, lui succède en 2017, avec toujours cette froideur douloureuse doublée d'une mélancolie déchirante. Votre Black Metal semble alors prendre une tournure de plus en plus axée sur des sentiments de tristesse et de nostalgie. Peux tu nous en dire plus ?

Cloporte : Oui, Nuit est plus mélancolique et surtout plus abouti, je trouve, que l’opus précédent. On commence à découvrir le potentiel de Croc Noir avec des titres comme « Charogne » ou « Décharné ». C’est à ce moment là que j’ai proposé à Morgue de collaborer à l’accordéon, initialement sur un ou deux morceaux, pour apporter un autre angle sur des titres déjà riches en mélodies. Finalement, j’ai intégré le groupe très rapidement pour travailler sur la démo suivante…
Maraud : C'est avec cet EP que j'ai réellement découvert Croc Noir, peu de Temps après avoir recroisé par hasard Geist sur un concert à Colmar, (Je l'avais rencontré à l'époque quand je prenais des cours d'arts-plastiques au collège et ne l'avais pas revu depuis un certain nombre d'années) il m'a donc présenté Morgue ainsi que le projet et on avait déjà dans l'optique à ce moment là de collaborer ensemble sur une future sortie de Croc Noir. Puis je me souviens bien de la première fois où j'ai écouté le morceau Décharné, je me suis dit « Ah les enculés ! », en fait l'arpège composant la mélodie principale est un riff qui se trouve être le même, à la note près, qu'un riff que j'avais trouvé pour un projet perso à moi, sans être même au courant de l'existence de Croc Noir ; comme quoi il n'y a pas de hasard haha !

cloporte croc noir black metal france


La démo Ombre sortie en 2018, dévoile l'accordéon de Cloporte, qui apporte une touche plus « française » à votre musique et lui donne une originalité nouvelle. Etait-ce pour vous une façon de signer une appartenance à vos origines ou une volonté d'avancer dans votre musique ?

Cloporte : Je pense en effet que l’idée de base était de faire évoluer la musique de Croc Noir, tout en continuant de forger sa propre personnalité. C’est d’ailleurs une difficulté et un point sur lequel je veille : je ne souhaite pas que l’accordéon modifie ou dénature la musique de Croc Noir, l’accordéon n’est qu’un élément qui vient s’ajouter pour renforcer les sentiments déjà présents dans les riffs. Le côté « franchouillard » vient forcément à l’esprit dès lors qu’il est question d’accordéon (et on le revendique aussi !) mais ce n’était pas nécessairement un but, d’autant qu’un bon nombre de groupes de Black Metal d’autres pays l’utilisent également : je pense en particuliers à Nashmeh ou plus récemment aux russes de Путь (Path).


Peux tu nous parler des groupes qui vous ont influencé ?

Cloporte : Nous avons forcément des intérêts communs pour des groupes incontournables tels que Mayhem ou Darkthrone. Personnellement, je suis resté quelques années focalisé sur la scène française en écoutant Asmodée, Annthennath, Humus, Sale Freux, Baise Ma Hache… Je ne sais pas si on peut parler d’influence, mais j’écoute beaucoup Mystic Forest et Peste Noire qui ont su intégrer l’accordéon chacun à sa manière. Sur cet aspect, nous suivons également notre propre chemin.
Maraud : Pour ma part, ce qui m'influence au niveau de Croc Noir et du black metal en général au niveau de mes lignes de batterie, ce sont sans hésiter des pointures comme Fenriz et Darkthrone, 30 ans après leurs débuts ils restent les patrons pour moi et les instigateurs du « slow blast » si particulier au black metal, ainsi que du côté un peu punk/ groove qu'il ont pu lui apporter. En black « classique » (Dans le sens musical du terme) c'est des trucs comme ça qui me motivent, Tsjuder joue beaucoup également ainsi que Mgla et son jeu de batterie très riche, même si je suis encore loin d'avoir le niveau d'AntiChristian ou Darkside. Après en black metal je suis plus orienté sur des groupes récents ou qui sortent un peu des sentiers battus, des groupes comme Oranssi Pazuzu, Regarde Les Hommes Tomber, Blut Aus Nord, Urfaust, Aluk Todolo ou encore Peste Noire période 2012/ 2015.

croc noir black metal france



Toujours en 2018, vous sortez un split avec Au-delà. Comment s'est faite cette collaboration ? Etait ce de votre fait ?

Cloporte : Je ne sais plus si c’est nous ou notre label Corde Raide Productions qui a proposé de faire ce split ensemble, mais peu importe. Certains membres de nos groupes étaient déjà en contact auparavant, et nous aimions tous la première démo d’Au-Delà donc c’est vite devenu une évidence. Ensuite, Au-Delà nous a proposé de travailler avec Ars Goetia Design pour la pochette et c’était un très bon choix, il a vraiment fait du beau boulot.
Maraud : Il me semble que c'est moi qui ai fait découvrir Au-Delà à Morgue après avoir organisé un de leurs concerts avec mon asso sur Colmar en 2017. Je suis resté en contact avec Ben, le leader, qui est devenu un copain et si je me souviens bien, j'ai plus ou moins mis les deux bougres en relation, et ils ont décidé de la tournure des événements en interne avec l'aval de François de Corde Raide pour une sortie au format cassette. J'ai d'ailleurs eu l'occasion récemment d'écouter un extrait du futur album à venir d'Au-Delà, et si tout l'album s'avère être de la même trempe, ce dont je ne doute aucunement, il va faire très mal. Suivez Au-Delà, vraiment.


Mort, votre premier album, est sorti le 21 décembre 2018. Je ne reviendrai pas sur ce que j'en pense car ma chronique dans Les Crocs du Scribe était suffisamment explicite (ici lien vers la chronique). Il y a une touche du grand Mayhem dans le titre d'intro « Dans l'Abime » que j'ai beaucoup apprécié. Peux tu nous donner plus de détails sur ce premier « long format » ? Quelles étaient vos intentions ? Vos objectifs ?

Maraud : Je pense qu'il n'y avait pas d'intentions particulières où d'objectifs à la toute base. Mort est arrivé naturellement par rapport à nos expériences de vie personnelles. C'est une période où j'ai cru comprendre que chacun d'entre nous traversait des moments plus ou moins difficiles, d'où le nom qui a été donné à l'album, en plus d'être un hommage au culte album de Blut Aus Nord. Morgue a composé le « squelette mélodique » et une grande partie des arrangements seul de son côté en très peu de temps, juste ce qu'il lui fallait pour extérioriser ses sentiments et émotions, rien n'est superflu ou calculé sur l'album, une fois qu'il nous a soumis les morceaux, personne n'a cherché à en composer un en plus ou rajouter des détails futiles pour que l'ensemble rende plus professionnel, on est tous tombé d'accord sur son fond et sa forme ; on a cette chance d'avoir une sorte « d'alchimie » de composition qui fait qu'on adhère tous à peu de choses près de manière instinctive à ce que les autres nous apportent. Une fois cette première étape réalisée et ayant la totalité de la base mélodique sous les yeux, chacun a pu s'atteler à son rôle et composer librement ses parties, une fois de plus à des moments sombres de nos vies, on a foutu nos tripes dans cet album et je pense que ça se ressent. Même s'il peut s'avérer comme un album de black metal
« classique » ou lambda à l'oreille, (Ce que je peux aisément concevoir) il a été fait comme ça parce qu'on a eu le besoin et l'instinct de le faire de la sorte, on a aucunement cherché à copier un énième album de Darkthrone en y rajoutant de l'accordéon. Quoique puisse en penser l'auditoire, il a été fait de manière sincère et je suis vraiment fier du travail qu'on a accompli, d'autant plus qu'il s'agit de la première sortie ou on a pu collaborer tous ensemble, je suis fier de mes compères et de leur travail.
Cloporte : Déjà il faut signaler l’arrivée de Maraud, notre batteur. C’était important pour nous d’avoir une vraie batterie sur cet album, et le résultat est là ! Nous avons franchi un nouveau cap et sommes satisfaits du rendu final. La composition s’est faite assez naturellement, Morgue nous a proposé des titres quasiment finalisés sur lesquels chacun y a ajouté sa partie. L’intention première était de mettre un point final sur la quadrilogie Froid/Nuit/Ombre/Mort. Quant aux objectifs, nous avons à ce jour énormément de bons retours alors on peut dire qu’on a atteint notre but !

croc noir black metal de france



Vous êtes alsaciens. L'Alsace joue t'elle un rôle dans votre musique ? Et si oui, de quelle façon ?

Cloporte : Je suis normand d’origine et d’adoption franc-comtoise, je passe mon tour !…
Maraud : Haha attention, seulement 3⁄4 des membres de Croc Noir sont Alsaciens, et seulement la moitié y réside. Je sais pas si on peut vraiment dire qu'elle nous influence, pas de manière consciente en tout cas. On est forcément influencé par notre mode de vie, notre façon de résider là ou on se trouve, nos comportements qui y sont liés etc, dans ce sens là j'imagine qu'on peut dire que l'Alsace nous influence et joue un rôle dans notre musique ; cette dernière serait peut être pas tout à fait pareille si on habitait une zone plus chaude et plus peuplée de France, j'en sais trop rien en fait, mais je pense qu'il y a de ça.

Quelle est votre vision de ces sous-genres du BM : DSBM, Post-BM, NSBM, Black'n'Roll, Blackgaze, Blackened Post-core ?

Maraud : Je pense qu'on a la fâcheuse tendance à tout étiqueter pour pas grand choses à l'heure actuelle, même si, on va pas se mentir, c'est grandement utile pour décrire la musique d'un groupe. Enfin encore faudrait – il que chacun ai la même définition de ces styles à la base pour qu'il y ai une entente sur tout ça. La musique c'est une question de ressenti et d'émotion, tu peux aider quelqu'un en l'aiguillant sur le style global d'un groupe, mais tu peux pas lui imposer qu'il soit défini par tel ou tel adjectif, chacun a son propre avis sur la question et ses sentiments que lui procurent telle ou telle œuvre, le ressenti ne peut pas être identique pour tout le monde et c'est normal, du moins j'aime à penser que ça pourrait fonctionner ainsi.
Après si tu parlais simplement de nos affinités par rapport à tel ou tel type de black metal, je me suis égaré et je te répondrais simplement qu'ils ont tous leurs atouts et défauts, tous leurs charmes, du moment que c'est bien réalisé et fait avec sincérité. La seule chose qui me froisse dans le milieu, c'est l'aspect politique, qu'il soit de gauche ou de droite, ça entraîne de la censure et des pseudos guerres inutiles, on vit dans un monde libre dans lequel chacun a le droit de s'exprimer comme il le souhaite, si quelqu'un choisit la musique pour le faire, quelque soit sa mouvance et ses idées, il devrait avoir le droit de le faire sans qu'on ai à le traiter de tout les noms, tout le monde prône soit disant le respect et l'entraide mais au final c'est tout le contraire.
Cloporte : Ça montre que le Black Metal est en constante évolution et c’est normal. Je comprends la démarche de certains groupes à vouloir innover et bousculer les codes, mais musicalement je n’accroche pas vraiment donc j’en écoute très peu. En Depressive BM, j’avais trouvé intéressant le « Tragedy in Silence » de Grimlair, mais c’est à peu près tout.

Quels autres genres musicaux trouvent grâce à vos yeux ?

Maraud : Pour rester dans le monde du metal, comme je le disais plus tôt, je joue aussi dans un groupe de doom, qui est du coup un style que j'affectionne tout autant que le black metal, pas pour les mêmes raisons bien évidemment, mais j'y trouve mon compte et il me transmet les émotions et la pêche dont j'ai besoin haha. Sinon sans être un gros connaisseur dans le domaine, j'aime assez tout ce qui touche de près ou de loin à l'expérimentation musicale (Du moment que ça reste un tant soit peu audible et crédible), j'aime aussi le vieux blues, dans lequel je retrouve un feeling similaire à celui du black metal et souvent des sonorités me rappelant le doom, avec des artistes comme Robert Johnson ou Muddy Waters. Et au risque de passer pour un poseur untrve, j'affectionne tout particulièrement le rap Français, dans lequel je retrouve chez beaucoup d'artistes « mainstream » une hargne (Au niveau du phrasé et de la manière de présenter leurs morceaux en tout cas, bien souvent les textes ne suivent pas, à mon grand regret) et une violence d'exécution qui me donnent envie de tout casser, bien plus que 3⁄4 des groupes de metal actuels haha.
Cloporte : Avec le Black Metal, j’alterne souvent avec le Death Metal qu’il soit Brutal ou Technique avec Kronos, Gorod, Fractal Universe, Cannibal Corpse, Voodoo Gods… En dehors du Metal, j’écoute souvent des « vieux » groupes de Rock Progressif français comme Ange (période 70/80) et Magma dont je continue de suivre l’actualité.

Croc Noir, le nom. Vous aviez une dent contre Jack London ?

Maraud : J'ai pas la référence pour cette question, je dois être trop jeune désolé, je passe mon tour pour celle là haha. En espérant que Cloporte puisse t'apporter une réponse satisfaisante !
Cloporte : Croc Noir, c’est plutôt une dent contre la nature humaine. Le blason représenté sur la pochette de l’album parle de lui-même.
Ps : On a quand même demandé à Morgue la référence vu que c'est une question importante, en fait il s'agit de l'antithèse du loup Croc Blanc, qui est représenté comme le loup soumis et domestiqué à l'homme ; là où Croc Noir serait le loup sauvage, violent, vengeur, affamé, où aucune entente avec l'homme ne serait envisageable.

Des influences littéraires ?

Maraud : Ici aussi je n'aurai pas grand chose à te répondre, j'ai jamais trop aimé lire en dehors des bouquins sur l'aviation et Blake et Mortimer. Pour ce qui est de Morgue et Geist, je sais que les deux sont assez férus et influencés par l'oeuvre de Lovecraft.
Cloporte : Pas mieux, mes lectures n’ont pas vraiment de rapport avec mon activité musicale.

Votre Top 20 albums : toutes époques et styles confondus...

Cloporte : Sans commentaire et sans hiérarchiser… c’est déjà assez difficile comme ça !
ANNTHENNATH States of Liberating Departure
BEHEMOTH Zos Kia Cultus
BERURIER NOIR Souvent Fauché Toujours Marteau
BURZUM Belus
CREPUSCULE Dying Day
HUMUS Art Noir Clandestin
IGGY POP Post Pop Depression
JEAN BAUDIN Mechanisms
JOE SATRIANI Crystal Planet
KRONOS Colossal Titan Strife
L’ESPRIT DU CLAN Chapitre III - Corpus Delicti
MAGMA Attahk
MISANTHROPE Visionnaire
MOURNING FOREST Au Cœur de l'Ombre
ON THORNS I LAY Orama
ORAKLE L’Ineffable émoi… De ce qui existe…
PESTE NOIRE L'Ordure à l'Etat Pur
SEPULTURA Roots
SYSTEM OF A DOWN Toxicity
ULVER Nattens Madrigal
Maraud : Wow, celle ci va être compliquée et je vais sans doutes regretter d'avoir laissé la place à tel album plutôt qu'à un autre, mais allons y ça peut être rigolo, on va d'abord commencer par un top 5 où les albums n'ont aucun rapport entre eux et aucun classement de préférence, ce serait trop compliqué et trop long d'expliquer.
Top 5 :
Meteora de Linkin Park, tout simplement l'album qui marqué la rupture entre la musique que j'écoutais de manière indirecte parce que mes parents me la faisait écouter et la musique que j'ai commencé à écouter par moi-même, beaucoup de nostalgie pour cet album.
Hatebreeder de Children Of Bodom, l'album qui je pense a marqué mon affection et mon orientation grandissante vers le metal « extrême ».
Natron de Crown, un groupe de Colmar, un album incroyable aux sonorités et expérimentations multiples, en plus de recevoir des guests monstrueux, que du bon et que des émotions sur cette galette, je le recommande vivement.
Exile de Regarde Les Hommes Tomber, impossible d'exprimer concrètement pourquoi, écoutez le juste et vous comprendrez.
Carnival Is Forever de Decapitated, un album injustement boudé par les fans, les lignes de batterie dessus tiennent du pur génie, je sais pas comment il a pu être enregistré tel qu'il l'a été, toujours est – il que je pense qu'il est l'album qui m'a donné envie de me mettre à la batterie.
Pour le reste du top, en vrac : Chaos Echoes de Bloody Sign, Aura de Bölzer, The Underground Resistance de Darkthrone, Hochelaga de Dopethrone, Murmuüre de Murmuüre, Värähtelijä d'Oranssi Pazuzu, la trilogie 777 de Blut Aus Nord (J'avoue je triche y'en a trois), Witchcult Today d'Electric Wizard, Desert Northern Hell de Tsjuder, l'album éponyme de Wintersun, Don't Try de Lemmings Suicide Myth, Ace Of Spades de Motörhead, Agartha de Vald, Mantiis : An Agony In Fourteen Bites d'Obsidian Kingdom et La Chaise Dyable de Peste Noire.

Si Croc Noir était un proverbe ou une citation ?

Maraud : « Le jour ou on mettra les cons sur orbite t'as pas fini de tourner », Jean Gabin dans Le Pacha ; le jour ou on mettra toutes nos idées musicales en orbite on finira pas de sortir et faire tourner les projets haha.

Vos prochains projets ? Scéniques, studio, collaborations ?

Cloporte : Plusieurs projets de splits sont en cours pour 2019. Gardez l’œil ouvert !
Maraud : Alors pour Croc Noir tout ce que je peux dire c'est que comme Cloporte l'a dit, pour 2019 on a quelques splits de prévu, mais je ne dirai pas avec qui, il faut garder l'effet de surprise. Pour ce qui est du live on en a causé mais les conditions actuelles dues à notre éloignement géographique les uns des autres complique quelque peu la chose. On verra si on trouve un arrangement pour tous, pour le moment l'idée est en suspend. Et avec Morgue nous avons récemment lancé un tout nouveau projet qui devrait ravir les amateurs de BM et d'expérimentations, c'est tout ce que je puis dire pour le moment haha.

Espace libre, vierge : exprimes toi librement sur tout sujet qui t'intéresse :

Cloporte : Merci à toi pour cette interview et pour l’ensemble de ton travail au service du Metal extrême. On en profite aussi pour remercier toutes les personnes qui nous suivent et nous soutiennent, continuez à supporter la scène underground !
Maraud : Bon, après relecture de mes réponses je me rends compte que je me suis vraiment pris au jeu de l'interview, j'espère ne pas avoir été trop long et trop lourd à lire, c'est la première fois que je fais ça, merci en tout cas et bravo aux lecteurs qui sont encore là ! Merci à toi le Scribe pour ton Temps et ton intérêt pour Croc Noir, merci à Cloporte de m'avoir épaulé pour cette interview, merci à tes lecteurs, merci à tout ceux qui nous soutiennent de près ou de loin, c'est grâce à vous qu'on avance, merci du fond du cœur. Et bien évidemment, merci à mes amis de Croc Noir de m'avoir permis de prendre part à l'aventure, j'ai hâte qu'on vous présente la suite de tous nos projets. Soutenez votre scène locale et achetez des CDs/ vinyles, du merch, exprimez votre intérêt pour celle ci et bougez vous aux concerts, c'est comme ça que la musique vit et continuera à vivre. Et long live to Darkthrone haha !


Merci Croc Noir:)

LE BANDCAMP DE CROC NOIR


LE FACEBOOK DE CROC NOIR