Accéder au contenu principal

Sélection

Review - Endless Funeral - Le Grand Silence - Epictural Production - 2021 - DSBM - French + English Text

  ENDLESS FUNERAL Le Grand Silence 2021 Epictural Production Depressive Black Metal Après la grosse claque que je me suis pris avec le dernier Ferriterium ( Calvaire dont vous pouvez lire la chronique ICI  et dont je ne peux qu'à nouveau recommander l'absolue nécessité de vous le procurer) je ne pouvais que m'intéresser de près a la nouvelle sortie du label Epictural Production, qui a sorti Ferriterium (et est géré par Raido, de Ferriterium, la boucle est bouclée. Quand ce dernier m'a appris qu'en plus la sortie en question serait un groupe de DSBM composé de membres prestigieux comme Apathy (de Karne), Psycho (Hats Barn, Lord Ketil) au chant partagé, entourés par le compositeur et auteur des textes Thomas Allam (que l'on retrouve aussi à la lead guitar et a la batterie), accompagnés par John Monier (basse, claviers, enregistrement et mix) et Visceral Vince à la guitare solo, je ne pouvais que m'enthousiasmer. Voici donc venir le premier album d'Endless

LES CROCS DU SCRIBE NUMÉRO 6 : BEHEMOTH/KAINSMAL/THE FUNDAMENTAL WISDOM OF CHAOS

LES CROCS DU SCRIBE NUMERO 6 : BEHEMOTH/KAINSMAL/THE FUNDAMENTAL WISDOM OF CHAOS


 Chères Scribeuses, chers Scribeurs, alors que l'automne fraîchit, semblant préparer le blanc lit de l'hiver, et que les gilets, même jaunes, ne suffisent plus à protéger du frimas, voici de quoi vous réchauffer avec cette nouvelle cargaison de victuailles pour l'âme. Au programme aujourd'hui : le dernier album controversé de Behemoth, qu'en penser ? ; l'underground français regorge de perles insuffisamment mises en lumières, Kainsmal en fait partie (merci quand même aux copains de Metallian, et en particulier l'excellent Laurent Lignon de les avoir chroniqués dans leur dernier numéro) et nous en parlons, parlez-en autour de vous ! ; Enfin, une découverte, celle de The Fundamental Wisdom of Chaos, quasi-one woman band de la remarquable chanteuse Sab Elvenia, déjà remarquée sur le premier album traumatisant de Demande à la Poussière...Prêts pour l'embarquement ? On met son plaid et on y va ! Bises


THE FUNDAMENTAL WISDOM OF CHAOS  "Harvest of Laments" (Autoproduction, 2018)

Le Genre : Hybrid Metal (Avant-Garde, Alternative, Dark)

Si vous lisez régulièrement Le Scribe du Rock, vous avez déjà entendu parler de Sab Elvenia. En effet, c'est cette enchanteresse qui m'a tellement impressionné par ses vocalises superbes sur l'album de Demande à la Poussière (cf-Crocs du Scribe numéro 4) à mi-chemin entre orient et gothique, comme une Siouxsie Sioux qui aurait fait la rencontre de Lisa Gerrard lors d'une soirée au Liban. Ici, Sab nous livre son oeuvre à elle, son bébé, son groupe, The Fundamental Wisdom Of Chaos. Musicalement, on est ici à des années lumière du Blackened PostCore de Demande à la Poussière puisque nous avons affaire avec un Metal foncièrement moderne et hybridé, où l'on trouve beaucoup d'éléments différents (une pincée de Metal Gothique, des guitares lourdes, du Metal Indus (avec de belles boucles électroniques bien gérées) et du Post-Metal, avec des mélodies fort seyantes ("The Phantom of The Past"). Ce qui est assez impressionnant, c'est qu'on pense à plein de groupes (Evanescence en beaucoup plus "velu", Lacuna Coil, du Metal Gothique sans cantatrice crispante (Plus The Gathering que les "opéras Metal", de l'Electro-Metal avec des apports 90's, un poil d'Arch Enemy, quelques passages sous influence Dead Can Dance) sans pour autant s'en contenter. Car ce qui est plus que prometteur dans ce premier essai où Sab (chant, basse, écriture des paroles et musiques) partage avec Mobo son espace (ce dernier étant le guitariste du projet) c'est que le groupe, malgré un style qui pourrait sembler codifié, développe une vraie personnalité. Le gros point fort pour moi est bien la voix de Sab, tant cette dernière est capable d'une variété de styles vocaux impressionnante. Passant d'un chant Goth à une grosse voix Death (pas si loin d'Alissa White-Gluz d'Arch Enemy) en quelques secondes, elle est ensuite capable d'arabesques superbes. 

La production est plus que bonne, et le Conkrete Studio a fait un job formidable, sous la houlette de Mobo. Non, le seul point où le bât blesse, c'est peut-être dans une certaine "propreté" qui est l'apanage de ce Metal moderne, où souvent les guitares, à mon sens, manquent un peu de "graisse", de même que la batterie un peu douce, même si la gestion des percussions est parfaite. A l'avenir, le groupe gagnerait selon moi à creuser son côté "folk" ou ethnique encore plus, car ils excellent dans ces passages là, à associer avec les sonorités industrielles qui, elles aussi, pourraient être un peu plus "abruptes". Hormis ce petit point d'axe de progression (un premier album sans axe de progression, ce serait surprenant) le disque s'écoute avec grand plaisir, tant on est charmé par la sirène Sab Elvenia du début à la fin, et les ambiances "dark" sont parfaites et profondes. Une vraie belle surprise pour moi, dans un genre que je connais plutôt mal, je l'avoue. Bravo à Sab et Mobo pour ce premier essai plus que concluant, et quelque chose me dit que nous allons retrouver Sab très vite dans le Scribe du Rock, donc guettez notre sommaire...



La Note du Scribe : 9/10



KAINSMAL "La Démence de Caïn" (The Ritual Productions, 2018)

Le Genre : Black/Death Metal très original

The Ritual Productions, label géré par Jasper Ruijtenbeek depuis les Pays-Bas depuis 1993 (eh oui ! ) est un gage de qualité lorsque l'on en vient à parler d'un groupe signé chez eux. Les français de Kainsmal (marque de Caïn en Allemand) ne font pas exception à la règle. Le groupe, composé d'anciens membres de combos de Black cultes comme Sa Meute issus de la région de Perpignan propose ici un Black/Death Metal particulièrement original et sincère. Le concept de l'album tourne autour de la folie de Caïn, assassin de son frère Abel, sujet qui semble particulièrement cher au groupe. Musicalement leur Black Metal est particulièrement addictif, déjà de par l'apport de différents autres genres métalliques, comme le Death, mais aussi le Thrash et même le Heavy par moments, ce qui est l'apanage des groupes composés de musiciens ayant déjà une culture musicale qui date et qui ont déjà roulé leur bosse. Comme je le dis souvent en blaguant (un peu) il ne s'agit pas d'un enième combo de lycéens à donf de Slipknot qui montent un groupe de BM à hoodies pour faire peur à la voisine. Ici on a affaire à des vrais, des purs, des forces vives de l'underground français, si riche et si peu mis en lumière. 
Les huit titres de La Démence de Caïn s'enchaînent sans aucun temps mort, ne négligeant jamais l'ambiance noire de suie au profit d'un concours de vitesse ou de technicité. L'art noir proposé ici est bien réel, et ne s'adresse pas aux Mickeys déguisés en Pikachu au Hellfest (le seul qui a le droit c'est Attila de Mayhem quand il se déguise en lapin géant). On ne s'ennuie jamais donc, grâce notamment à un chant torturé et lyrique, scandant ses vociférations en mille langues distinctes avec une maîtrise rare. Les morceaux sont variés, passant de blast-beats à des mid-tempi, voire à des passages plus doom et atmosphériques de toute beauté. Ce groupe connaît son Metal sur le bout des doigts. 


Mes ami(e)s ceci est un appel solennel : arrêtez de vous contenter de bouffer du Mainstream et allez fureter dans l'underground : vous y trouverez des perles rares. Kainsmal ne sont pas des rock stars, et ne le seront jamais, mais leur musique est du vrai ART, pas de la merde mercantile vendue par de soi-disants rebelles à la mord moi. Ici, vous trouverez une authentique mélancolie distillée par des musiciens profonds et sincères, distillant un véritable romantisme noir (le très beau "la marque de Caïn"). Allez, quand on dit "Support the Underground" ce n'est pas qu'un slogan : des groupes de cette qualité méritent toute votre attention. Vous retrouverez Kainsmal très bientôt en interview pour en savoir plus sur le groupe et ses objectifs présents et futurs. Pour l'instant, foncez sur Facebook ou Discogs pour acheter leur disque, c'est un ORDRE !!!




La Note du Scribe : 10/10


BEHEMOTH "I loved you at your darkest" (Nuclear Blast, 2018)

Le Genre : Black/Death Metal avec expérimentations

Ah ! Behemoth, j'aime tant me pourlécher les babines en abordant les sujets qui fâchent (ne sois pas étonné si je chronique le prochain Cradle Of Filth ou Dimmu Borgir, petit Scribeux). Avec Behemoth, on est sûr que la polémique va être de la partie. Pas la polémique du genre NSBM vs Antifas, non, même si Nergal, en tant que blackeux polonais, connait bien le sujet puisqu'il a failli se faire buter par des collègues d'église satanique ayant viré svastika style dans les années 90). Non, la polémique qui, au fond, rejoint exactement le propos que je tenais juste au dessus avec Kainsmal. Behemoth sont forcément des VENDUS puisque leurs disques se VENDENT et qu'ils sont sur un GROS LABEL (bouh, moche, berk !). Alors, personnellement, je n'ai pas acheté ce Behemoth, ni aucun autre, car je n'ai pas d'argent. Mais ce n'est pas la seule raison : j'avais du mal avec le côté très très Death du groupe à l'époque de Demigod par exemple, pas ma came du tout. Tu verras, petit scribeux, à force de me connaître, que je suis très difficile en matière de Death, et que peu de groupes en viennent à me toucher vraiment. Sauf que Behemoth, depuis The Satanist, un dixième album que j'ai trouvé fort bon, essaient autre chose. Déjà, le côté Black des débuts (car c'est de là qu'ils viennent) opère un retour marqué depuis ce fameux Satanist. Autre chose, le groupe ESSAIE des choses ici, sur ce onzième album (chorales d'enfants, bande de pervers !) avec des morceaux qui ne sont pas linéaires. Oui, des blast-beats furieux continuent de débouler de temps à autre, et le son est toujours très "produit". Oui, Nergal est un gros mégalomane (comme toutes les rock stars) qui se "love" sans doute un peu beaucoup. En même temps, en lisant son autobiographie, j'ai découvert un type pas con non plus. Ici, Behemoth, à l'instar du dernier Dimmu Borgir, s'émancipent quelque peu des stéréotypes de son propres style, et, comme je le disais, expérimentent. Cela donne de très bons titres mid-tempo et plutôt mélodiques ("Ecclesia Diabolica Catholica", sorte de version extrême de Ghost) ou encore le très beau et presque rock "Bartzabel" (et son intro à la Nick Cave). Alors les amateurs du Behemoth bourrin doivent déjà déchanter, mais des groupes de cette dimension clivent forcément beaucoup. Pour ma part, j'apprécie à sa juste valeur l'effort accompli par Nergal and co pour ne pas se répéter, et continuer à chercher de nouvelles pistes. Un groupe ayant un tel succès pourrait se contenter de faire son Slayer, et enchaîner des disques similaires (NDA : j'adore Slayer, même les mauvais albums) au risque de se faire traiter de feignasses et de machine à pognon. Bref, Behemoth est un gros groupe, un très GROS groupe, et cela ne changera sans doute pas. Ils ne redeviendront jamais un petit groupe de Black satanique polonais comme à leurs débuts. Et puis Nergal pourrait nous lâcher la grappe avec ses prises de parole très politiquement correctes (le catholicisme c'est mal, bon, même si c'est vrai qu'il est polonais, et que là bas ils ont encore TROP de pouvoir ces bâtards de papistes). 

Bon, nous ne nous mettrons jamais d'accord entre ceux qui apprécient ou non cet album, mais pour ma part je peux le dire sans souci, je trouve que c'est une très bon disque, meilleur d'écoute en écoute pour tout dire. Voila la seule chose que je puisse me permettre de vous conseiller : écoutez le plusieurs fois avant de juger. La bise



La Note du Scribe : 9/10


RETROUVEZ TOUTES LES CHRONIQUES DU SCRIBE DU ROCK 


 LES CROCS DU SCRIBE

Commentaires

CONTACTEZ LE SCRIBE DU ROCK

Nom

Adresse e-mail *

Message *

Articles les plus consultés