DOOM METAL PAR CONVICTION : interview avec Olivier Verron (Conviction/Temple of Baal)



INTERVIEW DU GROUPE DE DOOM METAL CONVICTION AVEC OLIVIER VERRON (ALIAS AMDUSCIAS BAAL (TEMPLE OF BAAL)



conviction doom metal olivier verron temple of baal doom metal black metal saint vitus black sabbath interview amduscias baal metal français




Connaissez-vous le groupe de Black/Death Temple of Baal ? Si c'est le cas vous savez déjà qu'il s'agit de "killers" absolus, aussi bien sur disque que sur scène. Olivier Verron, chanteur et guitarite du combo, a créé Conviction, attelage de Doom Metal qui va devenir son groupe principal désormais comme il nous l'explique dans les lignes suivantes...



Bonjour Olivier, on te connait principalement pour ton groupe « principal » Temple of Baal, une des plus belles incarnations du Black Metal français. Qu’est ce qui t’a amené un beau jour de 2013 à monter cet attelage doom metal « à l’ancienne » qu’est Conviction ?


Je suis un vieux fan de Doom Metal. Déjà, dans les années 90, j’avais tenté de monter ce projet mais je n’avais pas trouvé de musiciens prêts à tenter cette aventure, tout le monde était branché Metal extrême, Black, Death, ou au mieux Doom Death… Comme j’étais moi même fasciné par le Black Metal et que j’avais également quelque chose de fort à y exprimer, j’ai monté Temple Of Baal, tout en gardant à l’esprit qu’un jour, je monterais ce projet de Doom. Et donc effectivement, un jour de 2013, le 30 Novembre très exactement, l’inspiration m’est venue et j’ai composé et enregistré une démo en une journée. Une expérience spontanée et forte.

A l’écoute du premier album éponyme paru en 2014 comme avec le deux titres Outworn sorti l’an passé on entend les influences de The Obsessed, Saint Vitus, Pentagram et, évidemment, de Black Sabbath. Peux-tu nous en dire plus justement sur vos influences communes et respectives ?

Permets moi de rectifier : Il ne s’agit pas d’un album mais juste d’une démo. C’est un enregistrement fait chez moi, avec une batterie programmée et des simulations d’amplis… Les morceaux seront réenregistrés pour le premier véritable album. En matière d’influences, nous sommes évidemment tous inspirés par Black Sabbath, mais c’est naturel, pas de Metal sans ces quatre génies à mon sens. Tony Iommi est le dieu du riff… Tu pointes très bien les autres influences du groupe, Saint Vitus, Pentagram et The Obsessed, je rajouterai Cathedral dont je suis un fan inconditionnel, on peut également penser à des choses plus extrêmes qui ont joué un rôle dans notre parcours à tous, le Doom Death de My Dying Bride, des premiers Paradise Lost et Anathema, le Funeral Doom de Thergothon, Skepticism et consorts… Ainsi que des choses plus Heavy, comme Angel Witch… . L’époque Holy Records avec Serenity, Godsend et Tristitia mérite également une bonne place ici, mais au final c’est assez large et je ne peux pas tout citer, car nous avons également tous des influences indirectes, des musiciens en particuliers, guitaristes, bassistes et batteurs, qui n’ont pas influencé forcément le songwriting du groupe mais bel et bien nos jeux respectifs ! Mais si je commence, on ne m’arrêtera plus !



Toi qui est issu de la scène extrême, n’as-tu jamais pensé à te « frotter » à des genres de Doom extrêmes comme le doom/death à la My Dying Bride/Paradise Lost où même le Funeral Doom à la Thergothon ? Où du Black/doom à la Forgotten Tomb ?


J’aime bien en écouter mais je suis lassé des voix extrêmes pour ma part. J’avais envie de véritable chant. J’écoute souvent les vieux groupes de Doom Death anglais, Thergothon ou Skepticism aussi parfois, mais mon coeur bat davantage pour le véritable Doom Metal. Quant à la plupart des groupes de Black/Doom, cela ne m’intéresse absolument pas. Forgotten Tomb et Shining ont certes sorti de bonnes choses, mais j’en suis un peu revenu.
En même temps, cette question complète la précédente, je trouve qu’une de vos particularités est de jouer un doom certes « classique » et imprégné par les 70’s mais d’avoir aussi des morceaux vraiment très lents et lourds (« through the window » par exemple) qui en soit en deviennent extrêmes. Comment conjugues-tu ton activité dans le Black avec Temple of Baal et Conviction ?


Les deux sont parfaitement indépendants. Les tempos chez Conviction sont lents et lourds, parce que nous faisons du Doom. L’archétype en la matière étant pour moi Saint Vitus, sur un album comme Die Healing, ou la quasi intégralité des tempos dépasse rarement 40 à la noire. Nous avons un ou deux morceaux plus enlevés, Je pense à Curse Of The Witch, mais c’est une exception. Le Doom est pour moi une musique lente par essence. J’ai du mal à qualifier de Doom des groupes dont la majeure 
partie de la musique est axée sur des mid tempos, et où la lenteur fait figure d’exception.

Pourquoi ce nom de Conviction, d’ailleurs ?

C’est un nom simple et direct, facile à retenir, et le double sens qu’il revêt en anglais sied parfaitement à un groupe de Doom. On peut penser aux convictions de chacun bien évidemment, mais il signifie également condamnation. C’est un nom assez fort, évocateur d’images puissantes. Il est venu à moi d’un coup, le jour de l’enregistrement de la démo d’ailleurs !

conviction doom metal live olivier verron amduscias baal interview black metal temple of baal le scribe du rock
copyright Fredbikerkiss Photography

Ne trouves tu pas qu’il y a un peu à boire et à manger dans la scène doom et stoner actuelle et que la profusion de groupes n’aide pas forcément ?
C’est vrai, mais je n’y pense pas vraiment. A vrai dire, ce que font les autres groupes, je m’en fiche. J’exprime mon truc, parce que je sens que je dois le faire. Si ça plaît tant mieux, sinon tant pis. Certains groupes actuels me parlent plus que d’autres, j’aime beaucoup ce que font Monolord, Yob, Bongripper… En France nous avons également une scène foisonnante avec Presumption, Barabbas, Nornes, Moonskin, Witchthroat Serpent… Je prends ce qui me plaît et je laisse le reste, on peut déjà éliminer les 3/4 de la vague stoner qui n’apportent rien d’autre que du recyclage des riffs de Hole In The Sky, avec Conviction nous sommes un groupe de Doom et nous apprécions surtout le Doom. D’ailleurs je conseille à tout le monde l’excellente compilation gratuite réalisée par Doomed & Stoned sur la scène française ! https://doomedandstoned.bandcamp.com/album/doomed-stoned-in-france

Après, tu sais, tu parle de la profusion de groupe dans la scène Doom et Stoner, mais regarde le Black, c’est pareil. Entre les copieurs de Watain, les sous-Deathspell Omega et les clones de Blasphemy… Dans le Doom et le Stoner, tu as les copieurs de Sleep, les clones d’Electric Wizard et les sous-Orange Goblin, on s’y retrouve finalement… Et au milieu de tout ça, surnagent quelques bons trucs… Mais l’important au final c’est la sincérité des musiciens, qu’ils fassent ça avec leurs tripes, et qu’ils le communiquent, l’originalité on s’en fout un peu, même si un petit supplément d’âme ne fait jamais de mal...

conviction outworn doom metal français Olivier verron amduscias baal temple of baal ataraxie black metal français

Tu chantes vraiment bien, ce qui ne me surprend pas puisque je t’ai déjà vu sur scène avec TOB et que, un frontman comme ça ne peut que bien chanter. As-tu beaucoup travaillé pour ton chant clair dans Conviction ?
Eh bien merci ! J’ai toujours chanté, aussi loin que remontent mes souvenirs. Il m’arrive d’ailleurs souvent de chanter sans même y penser, pour moi-même, ça surprend parfois les gens qui ne me connaissent pas haha… J’ai fait pas mal de chant lors de mes études de musicologie, surtout du chant choral à vrai dire, j’étais basse dans le choeur de ma fac et nous chantions des tas de choses, Mozart, Duruflé, Berlioz, Moussorgsky… Ca m’a évidemment bien aidé pour savoir placer ma voix, même si à mon sens j’ai encore beaucoup de progrès à faire.


Petite question « poil à gratter ». Ne trouves tu pas bizarre qu’autant de groupes, y compris Conviction, face dans le « rétro/vintage » ? Ne penses-tu pas que cela freine l’innovation et rend le metal un peu « poussiéreux » ?
Je pense que c’est dû à plusieurs choses. D’une part, le vieillissement des musiciens. J’ai dépassé les quarante ans pour ma part et je n’aspire plus aux mêmes choses qu’à 20 ans quand j’ai formé Temple of Baal. D’autre part peut être une redécouverte des vieux groupes par un public et des musiciens plus jeunes… Quand j’ai commencé à écouter du Doom dans les années 90, personne ne voulait écouter Saint Vitus ou Pentagram, tout le monde s’en fichait et on trouvait leurs disques à 20 ou 30 francs dans les bacs d’occasion de Gibert, ce qui a fait le bonheur de l’étudiant que j’étais. Aujourd’hui, tout le monde est fan de ces groupes, ils ont été redécouverts - et je trouve ça très bien, ils méritent tellement leur succès – cela suscite obligatoirement des vocations, c’est une bonne chose à mon sens. L’innovation, elle est ailleurs. Chez certains groupes de Metal d’avant garde peut être, mais peut être même pas dans le Metal en fait. Le Rock est une musique de vieux et j’ai l’impression que la guitare est un instrument quasiment has been, l’innovation est aujourd’hui du côté des musiques électroniques, urbaines... Peu de jeunes écoutent des musiques à guitare, c’est un fait. Cela reviendra je pense, on aura un retour de la guitare sur le devant de la scène comme au moment du Grunge, en attendant on traverse une période de vaches maigres, un peu comme dans les années 80 où le devant de la scène était occupé par les synthés et les boites à rythmes (on a tendance à l’oublier, quand on parle de l’âge d’or du Metal dans les anneées 80 !) Evidemment, les groupes étaient plus créatifs mais tout restait à inventer. La guitare électrique était un instrument jeune, l’escalade vers l’extrême commençait juste. Aujourd’hui on est arrivé au maximum de l’extrême, difficile d’aller plus loin qu’un Last Days Of Humanity par exemple, alors peut être qu’on revient un peu en arrière. On s’assagit avec le temps aussi. Et puis, dans quelques années, arrivera une vague de jeunes groupes qui aura trouvé le truc auquel on n’avait pas pensé ! Je ne m’en fais pas, la musique est un cycle… En attendant, on se fait plaisir, au final c’est bien ça qui compte dans ce monde de merde !

Tu as tout fait tout seul sur le premier LP, sur le dernier EP et l’album à sortir en 2019 tu es accompagné par des gars d’Ataraxie, Mourning Dawn et Moonskin. Comment s’est faite la connexion avec eux ?
Ce sont tous des amis de vingt ans en gros. Vincent, nous avons joué ensemble dans Bran Barr, Frédéric nous avions donné nos premiers concerts ensemble, lui avec Ataraxie et moi dans Bran Barr et Temple Of Baal... Il n’y a que Rachid que j’ai rencontré plus tardivement, mais ils connaissent tous mon attachement pour le Doom, et ils savaient que j’avais ce projet dans un coin de ma tête, j’en parlais déjà il y a longtemps… Je pense qu’on savait tous depuis un moment qu’on finirait par monter ça ensemble d’ailleurs, et que ce n’était qu’une question de temps !

Pour la scène, quels musiciens t’accompagnent ? les mêmes ?

Oui, on a tout de suite senti que le courant passait entre nous quatre dès la première répétition, l’alchimie est clairement là, et sur scène ça fonctionne à merveille, pas besoin d’aller chercher encore d’autres personnes. En plus on est entre potes, qu’est ce que tu veux de plus !

Temple of Baal reste t’il ton projet principal ? Sachant que vous n’avez pas sorti de nouveauté depuis Mysterium en 2015 (hormis le split de 2017) préparez-vous quelque chose de neuf ? Si oui, comptez-vous incorporer encore plus de death metal ?



J’ai aujourd’hui l’intention de me consacrer totalement à Conviction. L’activité de Temple Of Baal sera ralentie à partir de maintenant, nous ferons juste quelques concerts exceptionnels, si toutes les conditions sont requises, et si nous en avons envie. Pour le moment, en ce qui me concerne, ce n’est pas le cas, à moins qu’on me propose un truc complètement dingue. Nous revenons de la Messe des Morts à Montréal, c’était exceptionnel, mais c’est le genre d’événements pour lesquels je serais susceptible de dire oui. Pour le reste, j’ai fait 20 ans de Black Metal, j’ai envie d’autre chose aujourd’hui. Mais ce n’est pas une remise en question pour autant et il ne s’agit pas de dénigrer quoi que ce soit, attention ! Les membres de Temple of Baal présents et passés restent des frères, et je suis absolument fier de tout ce que nous avons fait ensemble !



Question « ritual » du Scribe du Rock : Tes 10 albums préférés, tous styles confondus ?




Alors autant te dire que 10, non, il y en aura forcément davantage héhéhé...

Black Sabbath : n’importe lequel des six premiers + Heaven & Hell, je ne peux pas choisir, et j’aime tout autant Ozzy que Dio.
Jimi Hendrix Experience : Are You Experienced
Iron Maiden : Killers
Mercyful Fate : Don’t Break The Oath
Metallica : Kill’Em All 
Slayer : Decade of Aggression
Deicide : Feasting The Beast 
Darkthrone : A Blaze In The Northern Sky 
Cathedral : Forest Of Equilibrium
Pentagram : Day Of Reckoning
Saint Vitus : Die Healing
Pink Floyd : Meddle (au hasard, ç’aurait pu être Wish You Were Here ou un autre… David Gilmour est un de mes dieux ultimes…)
Mozart : Requiem, la version enregistrée en 1962 par Karl Böhm et le Philharmonique de Vienne, sortie chez Deutsche Gramophon.
La 5e symphonie de Beethoven enregistrée en 1963 par Herbert Von Karajan et le Philharmonique de Berlin, sortie chez Deutsche Gramophon
Le Requiem de Ligeti sorti en 1985 chez Wergo aussi, impossible de passer à côté. 
The Beatles : Sergeant Pepper’s Lonely Hearts Club Band 
The Rolling Stones : England’s Newest Hit Makers 
Gary Moore : Still Got The Blues 
Jeff Healey : Hell To Pay 




Ca fait pas 10 mais j’aurais pu en mettre 100 alors estime toi heureux que je m’arrête ici hehe...


Tu as joué dans Antaeus, un groupe que je trouve aussi très important. Peux tu nous en dire un mot ?


Cela n’a duré que quelques mois, avant l’enregistrement du premier album, Cut Your Flesh & Worship Satan. Album qui reste parmi les meilleurs disques de Black jamais enregistrés à mon sens, en France comme à l’international. Je suis fier d’avoir fait un bout de chemin avec Antaeus. Dommage que je n’aie pas continué ceci dit, l’histoire aurait été toute autre, mais il se trouve qu’à l’époque j’ai fait une sorte de pétage de plomb qui m’a fait stopper toutes mes activités pendant plus d’un an. Ce groupe est ultime. 

Autre question « ritual » du Scribe du Rock. Ceci n’est pas une question, mais un espace vierge, exprimes toi librement et aussi longuement que tu veux à nos lecteurs !

Je suis vraiment honoré du soutien que j’ai reçu de votre part depuis plus de vingt ans… Dès l’enfance je savais que ma vie tournerait autour de la musique, mettre mes sentiments dans des morceaux et les sortir sur disque est une des meilleures choses qui me soient arrivées. Depuis un quart de siècle, j’ai cette envie irrépressible de monter ce projet de Doom, arriver aujourd’hui à la veille de la sortie de son album est un aboutissement incroyable. J’ai hâte de vous retrouver sur scène pour partager avec vous cette nouvelle aventure.