LES CROCS DU SCRIBE NUMÉRO 13 : INHUME/SEKTARISM/DEFECAL OF GERBE/BLURR THROWER/DAY OF THE BEAST



"Je survis en bellâtre aux lumières médicales,
 Au regard vidé par les incantations cléricales,
De mes pairs dont aux rires et aux traits, ne peux
Qu’entendre des ragots de pies aux becs glutineux

(Blurr Thrower, Silence)



Chères Scribeuses, Chers Scribeurs, 

Croulant littéralement sous les demandes et les propositions, il m'est de plus en plus difficile de respecter des délais courts pour la publication des chroniques pour chaque groupe. J'espère que ceux-ci comprendront et sauront faire preuve de patience. Je n'ai qu'une parole de Scribe et je m'engage toujours à aller au bout de ce que j'avance. 
Aujourd'hui, dans les Crocs du Scribe, qui ne manquent pas de mordant, (pour les blagues tapez 36 15 rigolo) nous allons à la rencontre des délicats poètes de Defecal of Gerbe, Goregrindeux dingos issus du beau catalogue de Xenokorp, qui ont lancé une offensive avec leur "Mothershit" ici chroniqué. Suivront les sombres apôtres de Sektarism et leur funeral doom/rituel occulte si perturbant et d'une beauté brute (pour rappel numéro 15 de mon top 20 2018). Dans ces Crocs bourrés ras la gueule, retrouvez aussi les brutaux et splendides Inhume, pour un "best of " de 25 ans de Grind échevelé (Numéro 12 dans mon TOP 20 2018). Pour poursuivre dans la diversité et retourner au bercail des ombres, voici Blurr Thrower et leur Black Metal atmosphérique inspiré des groupes du courant "cascadian" (on y revient). Pour conclure cette mouture en beauté, rien de tel qu'un petit coup de Old-School Black Metal avec une découverte, Day of the Beast, fortement conseillée aux amateurs de Bathory...Voila, prenez cette ordre et sachez que ce n'est pas celui dans lequel je chronique les groupes...Voila mes louloutes et loulous, je vous laisse en bonne compagnie et je vous fais des bises
 Le Scribe


DAY OF THE BEAST "First Invocation" (2018, indépendant)

Le Genre : 80's Old School Black Metal 


C'est toujours un grand plaisir que d'être là au moment de l'accouchement d'un nouveau groupe. Moment d'intenses émotions que de voir naître, dans ce cas, une nouvelle bête sombre et agressive dans le landau de notre beau Black Metal de France. Car c'est bien d'une formation de BM français dont il est question ici (vous connaissez mon amour du BM français). Composée de Demoniac au chant et à la basse, Hadès à la guitare et Sheogorath à la batterie, la formation est née en 2017 dans les Hauts de France. 
Vous aimez votre Black Metal Old School ? Non, mais je veux dire, vraiment Old School ? Je ne parle pas ici de la Second wave of Black Metal made in Norway (et ailleurs) mais bien de la First wave (qui n'existe pas plus que le "la guerre des étoiles" a été l'épisode IV dans les cinémas de 1977) avec le triumvirat magique, qui fait encore tant rêver et spéculer : Venom, Bathory et Hellhammer/Celtic Frost. C'est bien de là que Day of The Beast puise son inspiration. 

Day of the Beast First invocation black metal Bathory Celtic Frost

Musicalement, le groupe produit donc un Black Metal cru et simple (mais pas simpliste) qui ravigote nos vieux conduits auditifs usés et abusés. Des mid-tempi avec des riffs killers plutôt que des démonstrations de vitesse façon Formule 1 et une volonté de montrer les dents plutôt que la taille de l'ampli. A l'écoute de l'excellent "Perversion de Sade", on se prend à hocher la tête bêtement et une envie de gigue méphistophélique vient nous prendre, boudiou ! La preuve ci-dessous : 

"Bastard Jesus christ" nous semble issu d'un glacier dans lequel Quorthon et Tom Warrior auraient déposé un de leurs enfants impies loin des regards du monde. "Descend into Hell" quand à lui, nous ouvre le chemin vers les enfers, avec une lourdeur démente, digne du Doom le plus Heavy, celui de Celtic Frost, par exemple. L'empreinte de "Monotheist" n'est pas loin. 
Bref, vous l'aurez compris, avec les Nordistes de Day of The Beast, on retrouve une joie intacte, celle de pousser les potards de volume a fond pour profiter d'un Black à l'ancienne, parfois grêlé de Death putride. Un début fort encourageant, tant le groupe, même s'ils ne cherchent pas à réinventer la roue, communiquent leur plaisir régressif au travers d'une production claire et puissante, loin des standards 80's, ce qui donne un intérêt supplémentaire à la chose. Hail !

La Note du Scribe : 7,5/10



_________________________________________________________________________________

BLURR THROWER "Les Avatars du Vide" (2019, Les Acteurs de l'ombre)

Le Genre : Black Metal Atmosphérique inspiré par le Cascadian Black Metal


Les Acteurs de l'Ombre, ou LADLO pour les intimes, nous ont habitué depuis maintenant un petit moment à une sélection de groupes tous plus excellents les uns que les autres. Ce ne sera donc pas une surprise que d'apprendre que cet album de Blurr Thrower, leur tout premier, soit une vraie petite perle de ce début d'année 2019.
Composé de deux très longs titres de presque vingt minutes chacun, ce "Les Avatars du Vide" nous convie pour un voyage sonore profond et atmosphérique. 
Alors qu'entend-on par "cascadian black metal". Pour celles et ceux d'entre vous qui ne le sauraient point encore il s'agit d'un courant de groupes américains (issus de la Cascadie, région du Nord-Ouest des USA) dont le point commun est de jouer un BM très atmosphérique parlant de nature (comme certains copains norvégiens des 90s) mais aussi de sa protection, et de celle des animaux. Le groupe le plus célèbre de ce courant est Wolves In The Throne Room. Mais revenons à nos noirs moutons de Blurr Thrower. D'aucuns pourront sans doute trouver ce Black Metal atmosphérique "moderne" et s'en détourner sans y jeter la moindre oreille. A mon sens il s'agirait d'une erreur fatale, dans la mesure ou l'album présenté ici déploie un Black Metal "planant" et lugubre tout à la fois, mélodique et rapide, porté par des textes en français d'une grande poésie. Malgré la longueur des deux "suites" ici présentes, on ne s'ennuie jamais, car le groupe, à l'instar d'un de mes coups de cœur récent, Nature Morte, sait déployer son art dans l'espace en nous embarquant pour ce grand voyage, qui peut être celui de la mort, ou encore d'un rêve éveillé en territoires sombres. Les paysages défilent au fur et à mesure de l'écoute, et "Par-delà les aubes" nous envoûte littéralement. 

Blurr Thrower les avatars du vide Black Metal français

One-man band créé en 2014 à Paris, Blurr Thrower apris le temps de peaufiner chaque détail de ce très bel album/EP (difficile à dire) et nous donne cette sensation de froid et d'hypnose que l'on aime tant retrouver dans ce courant "atmosphérique" du Black Metal.
Citant les influences de WEAKLING, FELL VOICES, ASH BORER, TIME LURKER et autres PARAMNESIA (Time Lurker étant une autre pépite récente du catalogue de LADLO), le groupe vaut surtout pour lui-même, tant ce lugubre et glaçant voyage ne vous laissera pas indemnes. Une vraie découverte et un espoir de plus dans le lanterneau du Black Metal de France, décidément si riche en qualité ! Vivement la suite ! Sachez que nous retrouverons Blurr Thrower bientôt pour une interview !





La Note du Scribe : 8,5/10
_________________________________________________________________________________

DEFECAL OF GERBE "Mothershit" (2019, Xenokorp)

Le Genre : Débilos Goregrind


Defecal Of Gerbe, trio orléanais fondé en 2005 n'avait jusqu'à présent dévoilé à nos chaste oreilles qu'une compilation de leurs démos baptisée "Discolocauste". Aujourd'hui, le groupe passe à la vitesse supérieure avec un premier album poétiquement baptisé "Mothershit". Petits détails extra-musicaux il s'agit bien sûr d'un clin d'oeil a la compilation "Mothership" de Led Zeppelin, dont le groupe va jusqu'à reprendre le visuel, en substituant le Zeppelin par....un gros étron ! Une pochette d'anthologie pour les amateurs de porno/goregrind. De toutes façons, soyons clairs, les non-amateurs de ce genre fort typé et déconnant ne s'y retrouveront sans doute pas. Defecal Of Gerbe joue le jeu à fond. Autre point d'importance : si c'est encore possible, procurez-vous le magnifique digipack de Xenokorp qui propose non seulement le nouvel album et ses "Sympathy for the débile" et autres "Camenbert Nécrophile" mais également le fameux "discolocauste" en bonus, soit l'intégralité de la discographie du groupe pour le prix d'un CD. Précipitez-vous donc sur cet objet splendide avant qu'il ne soit trop tard. 
Defecal of Gerbe Mothershit Goregrind France

Le groupe ne cherche en aucun cas à "révolutionner" le genre, ni a proposer un Grind avant-gardiste à l'instar des japonais de Swarrrm. Non, ici nous sommes dans les canons du Goregrind/Pornogrind tels qu'institués par les grands anciens de GUT, à savoir beaucoup de tempi moyens, quelques accélérations furieuses, deux voix dont l'une aboie des sons incompréhensibles tandis que l'autre nous sort un grunt de sous les fagots. Point fort du disque : une reconnexion avec le côté Punk du Grind qui me sied particulièrement et nous rappelle les racines du genre, d'autant plus que tout cela est executé avec beaucoup de brio par le trio. Seul bémol : dommage que l'on ne comprenne rien à ce que racontent les gars, car des titres comme "Abbath loves Friskies" donnent assurément envie d'en savoir plus. Bref, un bon disque du genre, bien foutu, même si les DOG devraient s'inspirer davantage de leurs grands ancêtres de Gronibard et rendre leurs textes compréhensibles pour que nous puissions davantage rentrer dans le délire. La qualité musicale de l'ensemble rattrape néanmoins cela et fait que l'on se repasse l'album avec plaisir, et que le plaisir est chaque fois un peu plus grand, ce qui est fort bon signe. Ass uivre ! (lol ceci n'est pas une fôte d'Ortograf). La future interview dans le scribe du rock permettra d'en savoir plus sur leurs intentions et projets futurs !





La Note du Scribe: 7,5/10 (mais 10/10 pour le digipack !)
_________________________________________________________________________________

SEKTARISM "Fils de Dieu" (2018, NoEvdia)

Le Genre : Rituel Mystique Funeral Doom


Numéro 15 dans ma liste de disques préférés pour 2018 (sur les centaines que j'ai écouté et appreciés), vous comprendrez aisément ma véritable passion/fascination pour ce disque. Ce pilier de la secte des Apôtres de l'Ignominie existe depuis 2005, et n'a eu de cesse de faire évoluer cette musique qui lui est propre. Partis sur des bases "Funeral Doom", qui existent encore ça et là dans leur musique, le groupe a vite évolué au delà de cette étiquette pour proposer une musique profondément ritualiste. Avec "Fils de Dieu", les derniers fils avec le monde "normal" sont rompus. Sektarism nous propose bel et bien d'assister à un rituel d'invocation en direct, où les percussions tribales et les cris envoûtés et possédés nous servent leurs incantations maladives. Clairement religieuse (loin du terme galvaudé par les trois monothéismes), la musique de Sektarism est improvisée, portée par une transe chamanique venue du fond des âges. "Oderin Dum Metuant" et ses 10 minutes nous fait entrer dans la méditation, sortir de nos corps viscéraux pour accéder aux limbes, à l'esprit. Le gong ensuite retentit, puissant et magique, pour introduire "Sacrifice" et ses 33 minutes dépassées, un long rituel introduit par une basse unique, des drones de guitares et ce chant, incantatoire, déclamant le texte sacré de la cérémonie occulte à laquelle il nous est donné d'assister. Car, à l'instar du personnage du fabuleux roman "La Bas" de Joris-Karl Huysmans ou le héros, jeune décadent de la fin du 19ème siècle va se trouver mêlé à des rituels sataniques, nous avons ici l'impression d'être entrés comme par effraction dans ce monde inconnu. 

Sektarism fils de Dieu, Funeral Doom Rituel

Jesus-christ, le "fils de Dieu" est de nouveau mené au Golgotha pour une nouvelle crucifixion, encore plus douloureuse que la première. Mais au final, cette crucifixion est-elle vraiment le fruit des homme s ? Ou peut être plutôt l'oeuvre de forces de l'ombre tapies et prêtes à supprimer cet intrus dans le monde qu'ils ont créé ?
Avec Sektarism, vous dépassez le cadre de la musique, même si "Sacrifice" renoue avec des moments plus Funeral Doom fort lourds et ralentis, c'est bien d'un rituel qu'il s'agit. Un rituel d'une sombre beauté, vénéneuse, qui ne sera pas supportée par toutes les oreilles ni toutes les âmes. L'oeuvre alchimique nous est dévoilée...et l'or en jaillit.
_________________________________________________________________________________

INHUME "Exhume : 25 years of Decomposition" (2018, Xenokorp)

Le genre : Brutal Grindcore

Allez, on retourne chez Xenokorp et en territoire Grind. Pour fêter les 25 ans de formation des Hollandais, Xenokorp a mis les petits plats dans les grands avec, une fois de plus, un digipack de toute beauté, mettant tant en valeur la musique du groupe. 
Nous remontons donc ici jusqu'en 1995, date des premières démos du combo du pays du Gouda, avec rien de moins que 34 titres couvrant leur discographie jusqu'à l'album "Moulding the deformed" de 2009, dernier album sorti à ce jour.
Alors, pour celles et ceux qui ne connaissent pas encore l'oeuvre des néerlandais, le terme de Brutal Death/Grind utilisé sur Metal Archives définit fort bien l'ensemble. 
Méchant comme la teigne, violent et vicieux, le Grind d'Inhume peut donner des leçons de brutalité à bien des combos de tous styles. Capables d'accélérations inhumaines façon sulfatage en règle, avec des guitares tranchantes comme des tronçonneuses en y ajoutant une bonne dose de graisse Death et un chant à deux voix alternant entre un ogre Death effrayant et un gnome quasi-Black Metal dans ses vociférations vilaines à crever. Bref, vous l'aurez compris, Inhume n'est pas là pour rigoler, mais plutôt pour envoyer des putains de pains dans la gueule à n'en plus finir.

INHUME EXHUME 25 YEARS OF DECOMPOSITION GRINDCORE DEATH METAL PAYS BAS

A l'écoute de cette compilation, d'une qualité constante, on sent la haine monter à la tête, malgré soi, et l'envie de foutre des coups de boule au premier passant devient pressante. A écouter avant une manif des gilets jaunes pour se motiver.
A l'instar du meilleur Napalm Death, Carcass et autres, Exhume a su garder ce cachet Punk dans son son et son attitude, donnant cette virulence particulière. Vous aimez le Grind, le vrai ? Le Death Metal miasmique et boueux ? Le Punk Hardcore qui fait saigner les cages à miel (copyright Zegut) ? Alors ruez vous sur ce "Exhume" de toute beauté, capable de réconcilier coreux et métalleux, fans de Death, Black, Grind, Crust et tout ce qui fait mal ! Car Inhume c'est ça : un boulet de canon dans ta gueule !




La Note du Scribe : 9/10
______________________________________________________________________________

Et voila pour cette semaine mes p'tit clous rouillés !
N'hésitez pas à me contacter pour des suggestions de groupes ou d'albums

LA SEMAINE PROCHAINE :

On retrouve Les Crocs du Scribe pour un numéro 14 dans lequel vous allez, entre autres, (re)découvir la saveur sépia de DEATH POWER, grand groupe de Thrash/Death pas assez reconnu des 80's, mais aussi le Black Metal d'Avignon d'IN ARTICULO MORTIS...Pour le reste, surprise !

RETROUVEZ TOUTES LES CROCS DU SCRIBE

TOUTES LES INTERVIEWS DU SCRIBE



Posts les plus consultés de ce blog

INTERVIEW AVEC FAMINE DE KPN DEPUIS KIEV

Du Porno, du Grind et de la déconne ? Interview de GRONIBARD !!!

Dark Dandy : Une interview avec Rose Hreidmarr (ANOREXIA NERVOSA/BAISE MA HACHE)

Posts les plus consultés de ce blog

INTERVIEW AVEC FAMINE DE KPN DEPUIS KIEV

Du Porno, du Grind et de la déconne ? Interview de GRONIBARD !!!

Dark Dandy : Une interview avec Rose Hreidmarr (ANOREXIA NERVOSA/BAISE MA HACHE)

INTERVIEW AVEC VINDSVAL (BLUT AUS NORD, YERUSELEM)

Interview with Extreme Noise Terror, kings of Crust / Interview avec Extreme Noise Terror, rois du Crust !

FRENCH METAL : Interview d'Arno Strobl (Freitot, Carnival in Coal, We All die Laughing, 6:33)

Nasum : Swedish Grindcore legends ! an interview with Anders Jakobson

VOCIFERIAN Black/Death Metal : Interview

Pourquoi William Sheller est-il génial ?